Actualités

Actualités

Les 27 services innovants utilisés par les Français en 2019

Au coeur des stratégies des entreprises et des politiques gouvernementales, l’innovation est un critère de dynamisme, de modernité et de réussite. En septembre dernier, Emmanuel Macron a affirmé vouloir multiplier par deux le nombre de “licornes”, ces start-up évaluées à plus d’un milliard d’euro, en France d’ici 2025. Si l’innovation semble être la clé pour se démarquer de la concurrence et répondre à un besoin des consommateurs, elle est indissociable d’une expérience client réussie, en particulier dans un monde tourné vers la numérisation des services. Quels sont aujourd’hui les services innovants en ligne utilisés par les Français en 2019 ? Réassurez-moi a mené cette étude pour s’intéresser aux services préférés par les Français, mais aussi aux services moins connus qui présentent toutefois une stratégie innovante afin d’améliorer l’expérience utilisateur des Français en ligne, qu’ils soient particuliers ou professionnels.

(suite…)

Quelle est la commission d’un agent immobilier ?

Lorsque vous décidez de vendre votre bien ou d’en acheter un, vous avez 2 possibilités : vendre par vous même ou passer par un professionnel de l’immobilier. Cette deuxième option a un coût, mais peut faciliter la vente, car l’ensemble des démarches (expertise, visites, négociation,  signature chez le notaire) sont gérées par l’agent immobilier et les délais de vente sont donc généralement mieux tenus. En revanche, les prix des agences peuvent varier du simple au triple. Voici donc des éléments pour mieux comparer, choisir et négocier les commissions d’un agent immobilier.

(suite…)

Friday Booster #1 : Au Troisième

Friday Booster, la nouvelle rubrique de notre blog, vous fait découvrir chaque vendredi ces entreprises d’aujourd’hui qui permettent de rendre du pouvoir d’achat aux français avec une idée originale. Focus sur Au Troisième cette semaine.

bg homecover

Comment vous est venue l’idée de créer cette entreprise ?

Sans surprise, c’est en se heurtant aux difficultés de trouver une colocation à Paris que l’idée a germé dans nos petites têtes d’étudiants.

On ne retrouvait pas notre vision de la coloc dans des sites un peu tristes où il faut passer des soirées à éliminer les annonces douteuses et envoyer des dizaines de messages sans réponses. Tout ceci, après avoir sorti la carte bleue.

Que proposez-vous comme service/produit ?

Au Troisième est un site de recherche de colocation que l’on aime définir comme plus social, plus cool et entièrement gratuit.

Plus social parce que le site met en avant ce qui compte vraiment, les colocataires. Sur Au Troisième, on contacte librement les offres de chambre à louer pour intégrer une colocation déjà formée ou les colocs avec qui former un groupe et trouver un appartement.

La formule ne serait pas complète si l’on n’ajoutait pas une dose de design, beaucoup de couleurs, de jolis profils qui n’ont rien à envier à un réseau social, de grandes photos et des annonces vérifiées. Bref, Au Troisième fait enfin entrer la recherche de coloc dans le futur. Cool, non ?

Quelle est votre valeur ajoutée la plus innovante ?

Si l’on ne devait en choisir qu’une, ce serait de connecter les colocataires par affinités en utilisant les likes Facebook. La colocation, c’est une question de feeling. Savoir que l’on partage une même passion ou que l’on fréquente la même salle de concert est un atout majeur pour bien choisir son coloc.

À quel marché vous attaquez-vous ? Est-ce une profession réglementée ?

Nous sommes sur le secteur de l’immobilier mais notre rôle se résume à mettre en contact des personnes qui souhaitent vivre en colocation, ce qui n’est pas une profession reglementée.

Comment pensez-vous pouvoir rendre du pouvoir d’achat aux français ?

D’une manière générale, la colocation est un moyen efficace de limiter ses dépenses; on partage les dépenses d’électricité, de nourriture, de ménage mais aussi les loisirs. Si notre service est gratuit, c’est aussi pour que nos colocs aient plus d’argent pour sortir, se cultiver et profiter de la vie.

 

Qui sont vos principaux concurrents ?

Longtemps seul sur le marché, Appartager domine très largement le marché français de manière quasi-hégémonique depuis une dizaine d’années. Le Bon Coin et Facebook sont aussi des alternatives (gratuites) de plus en plus prisées.

Avez vous subi des menaces ? Des pressions de la part des acteurs en place (concurrents, syndicats professionnels, pouvoirs publics…) ?

Pour le moment, nous recevons plus de messages de félicitations de nos utilisateurs que de lettres anonymes dans notre boite aux lettres ou de tomates périmées dans la rue. C’est probablement la plus belle des récompenses.

Où en êtes vous dans votre développement ?

Beaucoup de choses se sont passées en à peine une année et demie. Le site a déjà connecté plus de 25 000 colocataires et le bouche à oreilles marche à toute allure.

La plus grande satisfaction que vous ayez eue en tant qu’entrepreneur ?

La satisfaction de savoir que notre projet est utile.

Si vous pouviez choisir de travailler n’importe où avec votre équipe, où-partiriez vous ?

Buenos Aires ou Budapest.

Happy Friday !

Friday Booster est l’interview des start ups qui boostent le pouvoir d’achat des Français. Cette interview est proposée par Réassurez-moi, le premier service digital pour trouver son assurance de prêt immobilier au meilleur taux. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez aussi intervenir. 

L’assurance de prêt immobilier taxée en 2019

C’est une mauvaise nouvelle pour ceux qui envisagent de souscrire une assurance de prêt immobilier en 2019 ou de profiter de l’amendement Bourquin pour changer leur contrat emprunteur. En effet, le gouvernement a annoncé que dans le cadre de son projet de loi de finances 2019, il prévoyait une hausse de la taxe sur les assurances de prêt immobilier. Alors qu’elle s’appliquait à un nombre limité de garanties, elle va désormais s’étendre à la garantie décès ainsi qu’à la garantie perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA), jusqu’alors exonérées.
Quelles vont être les répercussions sur le coût de l’assurance de prêt immobilier pour l'emprunteur ? Qui va en subir les principaux préjudices ? Comment continuer à bénéficier d’un taux avantageux ? Réassurez-moi vous répond et vous donne toutes ses clés pour continuer à faire de belles économies ! 

Qu'est-ce qui va changer pour l'assurance de prêt immobilier en 2019 ?

Depuis la loi du 13 août 2003 relative aux libertés et responsabilités locales, les conventions d’assurance sont soumises à la TSCA (Taxe Spéciale sur les Conventions d’Assurance). Cette dernière a pour but de contribuer au financement des services départementaux d’incendies et de secours, ainsi qu’à divers fonds de solidarité. 

Concernant les contrats d’assurance emprunteur, la TSCA est aujourd’hui fixée à 9 % et elle s’applique uniquement aux garanties couvrant l’incapacité de travail, la perte d'emploi et une partie de l’invalidité. 

A partir du 1er janvier 2019, les garanties décès et PTIA (perte totale et irréversible d’autonomie), jusqu’alors exonérées de la taxe TSCA, ne le seront plus.
Cette hausse a pour but de compenser la perte engendrée par la Loi Pacte, subie par Action Logement et estimée à 300 millions d’euros. Grâce à cette mesure, les autorités espèrent 100 000 euros de recettes la première année, puis des gains compris entre 300 et 500 millions d’euros lorsque la mesure sera généralisée. 

Quel surcoût vont subir les emprunteurs ?

Cette taxe va désormais être étendue et concerner également les garanties décès et perte totale et irréversible d’autonomie. 

Ces deux couvertures représentent en moyenne 71 % des cotisations. Ainsi, il faut s’attendre à une augmentation d’environ 3 euros par mois, soit 36 euros par an pour un crédit immobilier de 100 000 euros souscrit pour 15 ans. 

Plus les montants empruntés seront importants, plus l’impact sur le coût total de cette hausse le sera également. Vous trouverez ci-dessous un tableau simulant les exemples de tarifs auxquels vous allez être soumis.

Simulation de tarifs des prêts immobiliers à partir du 1er janvier 2019

Montant du prêt

Durée du prêt

Surcoût total

Cadre en bonne santé

100 000 €

15 ans

+ 540 €

Retraité en bonne santé

100 000 €

20 ans

+ 720 €

Cadre présentant des risques élevés de diabète

200 000 €

20 ans

+ 960 €

Qui vont être les principaux touchés par la hausse de la TSCA en 2019 ?

Les assureurs indépendants

Historiquement, les banques avaient une position très confortable concernant les assurances de prêt, puisqu’il leur suffisait de faire souscrire à leur client leur produit au moment de l'emprunt, pour que ce dernier soit tenu de lui rester fidèle durant toute la durée du prêt. 

Depuis, grâce aux différentes lois Hamon et Lagarde et récemment, grâce à l’amendement Bourquin sur l’assurance de prêt immobilier, l'emprunteur peut, chaque année, changer d’assurance de prêt et renégocier ainsi ses mensualités. 

Les contrats proposés par les banques sont des contrats « groupe », en moyenne 50 % plus cher que les offres des assureurs indépendants. Alors que les assureurs réalisent une marge comprise entre 10 et 15 %, celle des banques tourne autour de 50 à 60 %. 

Ainsi, la hausse de la TSCA sera davantage absorbable par les banques tandis que les assureurs se verront, pour la plupart, obligés d’augmenter leurs tarifs. Cette nouvelle taxation va donc peser sur les assureurs mais surtout, va limiter les gains permis par l’amendement Bourquin. 

Heureusement, l’intérêt d’un changement d’assurance de prêt reste toujours avantageux même après cette réforme. La concurrence s’amplifiant, il est d’autant plus utile d’avoir accès à des comparateurs afin de dénicher l’offre la plus intéressante selon votre profil et vos garanties d’assurance de prêt immobilier désirées.

Le produit de l'assurance de prêt étant sur du long terme, chaque euro économisé par mois peut engendrer de belles économies à l'issue du contrat ! 

Les profils d'emprunteurs à risque

Si cette hausse sera perceptible par tous les emprunteurs, elle sera davantage supportée par les profils à risque, c’est-à-dire présentant des antécédents médicaux, pratiquant une activité sportive ou un métier à risque pour l’assurance de prêt immobilier.

Dans ce type de situation, le surcoût mensuel avoisinera probablement 4 € par mois (contre 3 € en moyenne pour un emprunteur en bonne santé), ce qui peut engendrer une hausse significative selon le nombre d’années du prêt.

Si vous êtes concerné par cette particularité, nous vous conseillons de passer par notre comparateur afin d’avoir un aperçu des différentes propositions présentes sur le marché et trouver celle la mieux adaptée à votre situation. 

Les offres étant diverses et variées, cela vous permettra d'avoir un aperçu rapide et global afin de faire le meilleur choix pour votre santé - et votre porte-monnaie ! 

Comment bénéficier d'un tarif avantageux sur mon assurance emprunteur ?

Si les tarifs de l’assurance emprunteur sont amenés à augmenter, il faut savoir que les contrats souscrits avant le 1er janvier 2019 ne seront pas impactés par cette hausse. Ainsi, il n’est pas trop tard pour renégocier votre prêt ou pour souscrire à une nouvelle assurance de prêt immobilier avant le 31 décembre 2018. De cette manière, vous bénéficierez des tarifs antérieurs à 2019 et conserverez donc une taxation de la TSCA à 9% et l’exonération des garanties décès et PTIA. 

Ainsi, en procédant à une délégation d’assurance avant le début de l’année 2019, vous bénéficierez encore des tarifs avantageux actuellement en vigueur. N’attendez plus pour faire de belles économies !  

En effet, grâce aux tarifs avantageux que Réassurez-moi vous propose, le changement d’assurance restera une solution économique. En moyenne, la délégation d’assurance fait gagner  6 480 € à nos clients. Si après 2019, le montant moyen d’économie devrait tourner autour de 5 500 €, cela reste non négligeable.

Pour connaître le montant de vos futures économies, cliquez et laissez le comparateur vous guider ! 

100 % en ligne – 5 minutes – 50 % moins cher en moyenne

Préparer son voyage à l’étranger en 2019

Vacances, road-trip, tour du monde, voyage d’affaires, études à l’étranger voire expatriation… Les français sont de plus en plus nombreux à quitter la France chaque année, le temps de quelques semaines ou plus si affinités. L’essor des comparateurs de vol, de séjours et des sites de réservation de dernière minute rend l’expérience internationale toujours plus accessible en 2019. Comment bien préparer votre prochain voyage ? Quelles sont les formalités auxquelles faire attention ? Comment bien se couvrir pour toute la durée de votre séjour ? Suivez le guide de votre assurance voyage !

La réservation de votre séjour à l’étranger

Le plus difficile, lorsque l’on prépare un séjour hors de l’hexagone, est de cadrer un minimum votre projet : transport, type d’hébergement, activités sur place… Tout dépend en réalité de la finalité et de la durée de votre présence sur place : vacances, voyage d’affaire, PVT, court séjour, long séjour… Vos besoins ne seront pas les mêmes selon que vous partiez en vacances en Europe ou en mission professionnelle aux USA.

Si vous souhaitez profiter du confort d’un séjour « packagé », tournez-vous vers un voyagiste « traditionnel » en agence ou en ligne. En 2019, pensez également aux comparateurs de voyages en ligne ou aux sites de réservation de dernière minute, qui vous permettent tous deux de réaliser d’importantes économies sur des produits tout inclus.

Si vous préférez organiser votre séjour de A à Z, en réservant indépendamment le transport, l’hébergement et les activités sur place, cela vous reviendra en général moins cher mais nécessitera une plus grande préparation, en jonglant entre comparateurs de vols en ligne et sites de réservation d’hébergements (hôtel, location courte durée, couch surfing, chez l’habitant…).

À noter

En 2019, la pratique la plus courante lorsque l’on organise son séjour international est de consulter un maximum d’avis et de « tips » sur internet. Par exemple, la communauté de backpackers est très active en ligne : partage d’expériences, conseils pratiques, recommandations… Vous trouverez forcément des informations utiles pour effectuer votre réservation dans les meilleures conditions et au meilleur prix.

Renseignez-vous sur votre destination avant votre voyage

Heureusement, en 2019, il est très simple de collecter un maximum d’informations sur votre destination en ligne. Certains sites spécialisés sont très complets, comme par exemple celui du Routard : budget général, coût de la vie, transports, logement, … Tout y est, ou presque. N’hésitez pas à croiser ces informations avec la lecture de blogs ou de sites spécialisés sur votre destination.

Le site du Ministère des Affaires étrangères vous permet également d’en apprendre plus sur le pays où vous vous rendez, notamment les formalités administratives à l’entrée, le cadre sanitaire, les précautions à prendre, les vaccins à mettre à jour…

En cas de question spécifique, vous pouvez également vous tourner vers les autorités consulaires du pays concerné, c’est-à-dire son ambassade et son(ses) consulat(s) en France.

Pensez à l’assurance voyage international

Lorsque vous êtes à l’étranger, vous n’êtes malheureusement pas à l’abri d’imprévus qui pourraient gâcher votre expérience sur place : accident de la circulation à Bali, maladie contractée en Chine, vol de vos bagages aux USA… L’assurance voyage famille ou pour personne seule est un contrat qui vous confère une couverture étendue contre à peu près tous les événements négatifs auxquels vous pourriez faire face sur place. Plusieurs types de polices existent. À chaque projet sa couverture : assurance court séjour ou long séjour, assurance voyage pour un anassurance voyage dernière minute, professionnelle…

Les différentes formules d'assurance voyage Chapka

Une assurance voyage doit a minima intégrer les 3 garanties suivantes :

  • La prise en charge par l’assureur de vos frais médicaux et d’hospitalisation à l’étranger (remboursement ou avance de frais),
  • La garantie Responsabilité Civile, si vous causez des dommages matériels ou humains à autrui pendant votre séjour,
  • L’assistance rapatriement, si votre retour ancipité en France est nécessaire (afin d’y être hospitalisé, en cas de décès d’un proche ou de sinistre à votre résidence principale…).

À défaut d’assurance, sachez que vous pourriez par exemple être seul redevable de vos frais de santé (surtout si vous voyagez hors Europe). N’oubliez pas qu’aux USA, au Canada ou en Australie par exemple (mais aussi dans de nombreux pays d’Asie), les soins coûtent très cher !

 

Garanties principalesFormulePrise en charge moyenneBon à savoir
Frais médicaux et d’hospitalisationDe baseEntre 75 000 et 300 000 euros– Avance ou remboursement des frais
– Dépend de la destination
Assistance et rapatriementDe baseFrais réels– En cas de maladie, d’accident ou de décès à l’étranger
– En cas d’incident survenu en France (décès d’un proche, sinistre au domicile…)
Responsabilité Civile à l’étrangerDe baseJusqu’à 4,5 millions d’eurosDégâts humains et matériels causés à l’étranger
Assurance annulation ou modification du voyageSelon les contratsJusqu’à 8000 euros par personneEn option dans un contrat d’assurance voyage ou contrat à part entière

Deux types :
– Contrat annulation classique, en cas d’événement imprévu empêchant le départ
– Contrat annulation « toutes causes justifiées »
Assurance bagagesSelon les contratsEntre 2000 et 3000 euros par personneValable uniquement pendant le transport A/R ou alors pendant toute la durée du séjour
Couvre en général les documents d’identité
Frais de recherches et de secoursSelon les contratsEntre 3500 et 5000 euros par personneEn cas de disparition ou de dommages corporels subis
Frais juridiques et caution pénaleSelon les contratsEntre 3000 et 5000 euros pour les frais d’avocat
Entre 10 000 et 15 000 pour la caution pénale

 

L’assurance voyage est parfois obligatoire. C’est le cas si vous vous rendez :

  • En Algérie,
  • À Cuba,
  • En Russie,
  • En Chine.

Une attestation de couverture internationale vous sera demandée à l’appui de votre demande de Visa. De même, si vous partez en PVT (Programme Vacances Travail), l’assurance voyage est également obligatoire (sous peine de vous voir refuser l’entrée sur le territoire !).

À noter

Pensez à glisser une attestation d’assurance dans vos valises afin de la présenter sur place si elle vous est demandée. Notez également le numéro de l’équipe d’assistance de votre assureur.

L’assurance voyage annulation de vol ou de séjour

Une fois votre vol ou votre séjour réservé, pensez à l’assurance annulation, surtout si vous avez dépensé une somme importante. Elle peut être souscrite seule et faire l’objet d’un contrat à part ou être signée en option d’un contrat d’assurance voyage multirisques « classique ».

C’est là une sécurité importante : si vous ne pouvez plus partir pour une raison imprévisible et indépendante de votre volonté (licenciement économique, accident ou vol de vos papiers d’identité avant le grand départ…), vous serez remboursé des sommes engagées.

Concrètement, lorsque vous annulez, le prestataire de service (compagnie aérienne, hôtel…) retiendra des frais d’annulation quelle qu’en soit la raison, allant jusqu’à 100% du prix payé si vous renoncez le jour J. Notez bien que certaines sociétés proposant des offres pour vous couvrir (l’assurance voyage SNCF par exemple) ne sont souvent pas  » complètes » : il conviendra donc, pour un meilleur remboursement, d’adhérer à un contrat d’assurance voyage plus couvrant en cas de problème.

 

Date de l’annulationFrais d’annulation retenus
Plus de 30 jours avant le départ50 euros de frais de dossier par personne
Entre le 30ème et le 21ème jour avant le départ25% du prix payé
Entre le 20ème et le 8ème jour avant le départ50% du prix payé
Entre le 7ème et le 2ème jour avant le départ75% du prix payé
La veille du départ90% du prix payé
Le jour du départ (ou non-présentation)100% du prix payé

 

Grâce à l’assurance annulation, vous vous verrez indemnisé de ces frais par l’assureur, en général après déduction d’une (petite) franchise de quelques dizaines d’euros, si la cause est « acceptée » et justifiée.

À noter

La garantie annulation ne fonctionne pas si vous souhaitez tout simplement ne plus partir.

Les formalités administratives en fonction de votre destination

Les formalités administratives à effectuer avant de partir diffèrent selon les destinations. Soyez-y attentif en amont car dans certains cas, il vous faudra faire une demande de Visa, et le délai d’attribution peut se compter en semaines.

Si vous voyagez dans l’Espace Schengen ou en Suisse, vous n’aurez pas besoin de Visa. Un simple passeport valide suffira (vérifiez bien sa date d’expiration). Attention, certains pays appartenant à l’UE ne font pas partie de l’espace Schengen.

Dans de très nombreux pays dans le monde hors espace Schengen, vous n’aurez pas à demander de Visa au préalable. Vérifiez la procédure pour votre pays de destination sur le site du Ministère des Affaires étrangères.

Lorsqu’un Visa est nécessaire, tournez-vous vers l’ambassade ou le consulat en France du pays concerné. Après avoir fourni un dossier complet qui varie selon l’autorité consulaire en question (formulaire, photos, billet de retour…), comptez quelques semaines au maximum avant d’obtenir le précieux sésame.

Enfin, pensez à vous inscrire sur le site d’Ariane du Ministère afin de recevoir automatiquement des consignes de sécurité en cas d’événement majeur dans le pays où vous vous trouverez.

À noter

Avant de partir, pensez à emporter une copie ou à scanner vos documents importants : pièces d’identité, attestation d’assurance voyage…

La Sécurité sociale française lors d'un voyage à l’étranger

Si vous restez en Europe, la Sécurité Sociale continue à vous couvrir sous réserve que vous demandiez votre Carte Européenne d’Assurance Maladie (CEAM) au moins 15 jours avant votre départ. Elle vous permet de bénéficier d’une protection sociale à l’étranger. Cependant, les taux de remboursement sont souvent insuffisants au vu du coût des frais médicaux dans certains pays.

En dehors de l’Europe, la Sécurité sociale n’est plus tenue au moindre remboursement, sauf en cas d’accord bilatéral avec le pays dans lequel vous vous rendez. En cas de dépenses de santé à l’étranger, vous pourriez donc être seul redevable de sommes très onéreuses, surtout si vous devez vous rendre aux urgences ou que vous êtes hospitalisé. L’assurance voyage prend alors tout son sens.

En outre, votre mutuelle santé ou vos polices d’assurance habituelles (garantie Responsabilité Civile de votre contrat multirisques habitation, garantie Accidents de la Vie…) ne vous couvrent en général plus lorsque vous êtes hors de France. Pensez à vérifier leurs conditions générales avant de partir !

L’assurance voyage de la carte bancaire est-elle suffisante ?

Certains voyageurs choisissent de ne pas souscrire à une assurance voyage multirisques dédiée. Les cartes bancaires haut de gamme type AMERICAN EXPRESS Gold, MASTERCARD Gold et VISA Premier vous confèrent en effet une couverture internationale si vous avez réglé l’intégralité de votre séjour avec.

Globalement, celle-ci comprend, entre autres, une assistance rapatriement, une assurance annulation, une prise en charge de vos frais de santé à l’étranger et une garantie bagages.

Cependant, l’étendue des garanties est globalement moins satisfaisante que celle d’un contrat dédié souscrit auprès d’un assureur indépendant, que ce soit au niveau des plafonds d’indemnisation, des cas d’exclusions, du montant des franchises… En outre, la couverture n’est valable que pour les séjours de moins de 3 mois.

Les cartes bancaires « classiques » posent également quelques garanties internationales, mais avec un taux de prise en charge encore inférieur et des conditions plus restrictives.

À noter

Nous vous conseillons dans tous les cas d’adhérer à une police d’assurance voyage dédiée, la solution la plus simple et la plus rapide étant d'utiliser un comparateur en ligne : un bon moyen de comparer facilement les offres et de souscrire à l'assurance voyage la moins chère.