Actualités

Actualités

26 services innovants utilisés par les Français

Au coeur des stratégies des entreprises et des politiques gouvernementales, l’innovation est un critère de dynamisme, de modernité et de réussite. Emmanuel Macron affirmait vouloir multiplier par deux le nombre de “licornes”, ces start-up évaluées à plus d’un milliard d’euro, en France d’ici 2025. Si l’innovation semble être la clé pour se démarquer de la concurrence et répondre à un besoin des consommateurs, elle est indissociable d’une expérience client réussie, en particulier dans un monde tourné vers la numérisation des services. Quels sont aujourd’hui les services innovants en ligne utilisés par les Français ? Réassurez-moi a mené cette étude pour s’intéresser aux services préférés par les Français, mais aussi aux services moins connus qui présentent toutefois une stratégie innovante afin d’améliorer l’expérience utilisateur des Français en ligne, qu’ils soient particuliers ou professionnels.

(suite…)

Quelle est la commission d’un agent immobilier ?

Lorsque vous décidez de vendre votre bien ou d’en acheter un, vous avez 2 possibilités : vendre par vous même ou passer par un professionnel de l’immobilier. Cette deuxième option a un coût, mais peut faciliter la vente, car l’ensemble des démarches (expertise, visites, négociation,  signature chez le notaire) sont gérées par l’agent immobilier et les délais de vente sont donc généralement mieux tenus. En revanche, les prix des agences peuvent varier du simple au triple. Voici donc des éléments pour mieux comparer, choisir et négocier les commissions d’un agent immobilier.

(suite…)

Friday Booster #1 : Au Troisième

Friday Booster, la nouvelle rubrique de notre blog, vous fait découvrir chaque vendredi ces entreprises d’aujourd’hui qui permettent de rendre du pouvoir d’achat aux français avec une idée originale. Focus sur Au Troisième cette semaine.

bg homecover

Comment vous est venue l’idée de créer cette entreprise ?

Sans surprise, c’est en se heurtant aux difficultés de trouver une colocation à Paris que l’idée a germé dans nos petites têtes d’étudiants.

On ne retrouvait pas notre vision de la coloc dans des sites un peu tristes où il faut passer des soirées à éliminer les annonces douteuses et envoyer des dizaines de messages sans réponses. Tout ceci, après avoir sorti la carte bleue.

Que proposez-vous comme service/produit ?

Au Troisième est un site de recherche de colocation que l’on aime définir comme plus social, plus cool et entièrement gratuit.

Plus social parce que le site met en avant ce qui compte vraiment, les colocataires. Sur Au Troisième, on contacte librement les offres de chambre à louer pour intégrer une colocation déjà formée ou les colocs avec qui former un groupe et trouver un appartement.

La formule ne serait pas complète si l’on n’ajoutait pas une dose de design, beaucoup de couleurs, de jolis profils qui n’ont rien à envier à un réseau social, de grandes photos et des annonces vérifiées. Bref, Au Troisième fait enfin entrer la recherche de coloc dans le futur. Cool, non ?

Quelle est votre valeur ajoutée la plus innovante ?

Si l’on ne devait en choisir qu’une, ce serait de connecter les colocataires par affinités en utilisant les likes Facebook. La colocation, c’est une question de feeling. Savoir que l’on partage une même passion ou que l’on fréquente la même salle de concert est un atout majeur pour bien choisir son coloc.

À quel marché vous attaquez-vous ? Est-ce une profession réglementée ?

Nous sommes sur le secteur de l’immobilier mais notre rôle se résume à mettre en contact des personnes qui souhaitent vivre en colocation, ce qui n’est pas une profession reglementée.

Comment pensez-vous pouvoir rendre du pouvoir d’achat aux français ?

D’une manière générale, la colocation est un moyen efficace de limiter ses dépenses; on partage les dépenses d’électricité, de nourriture, de ménage mais aussi les loisirs. Si notre service est gratuit, c’est aussi pour que nos colocs aient plus d’argent pour sortir, se cultiver et profiter de la vie.

 

Qui sont vos principaux concurrents ?

Longtemps seul sur le marché, Appartager domine très largement le marché français de manière quasi-hégémonique depuis une dizaine d’années. Le Bon Coin et Facebook sont aussi des alternatives (gratuites) de plus en plus prisées.

Avez vous subi des menaces ? Des pressions de la part des acteurs en place (concurrents, syndicats professionnels, pouvoirs publics…) ?

Pour le moment, nous recevons plus de messages de félicitations de nos utilisateurs que de lettres anonymes dans notre boite aux lettres ou de tomates périmées dans la rue. C’est probablement la plus belle des récompenses.

Où en êtes vous dans votre développement ?

Beaucoup de choses se sont passées en à peine une année et demie. Le site a déjà connecté plus de 25 000 colocataires et le bouche à oreilles marche à toute allure.

La plus grande satisfaction que vous ayez eue en tant qu’entrepreneur ?

La satisfaction de savoir que notre projet est utile.

Si vous pouviez choisir de travailler n’importe où avec votre équipe, où-partiriez vous ?

Buenos Aires ou Budapest.

Happy Friday !

Friday Booster est l’interview des start ups qui boostent le pouvoir d’achat des Français. Cette interview est proposée par Réassurez-moi, le premier service digital pour trouver son assurance de prêt immobilier au meilleur taux. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez aussi intervenir. 

Comment préparer son voyage à l’étranger ?

Vacances, road-trip, tour du monde, voyage d’affaires, études à l’étranger voire expatriation… Les français sont de plus en plus nombreux à quitter la France chaque année, le temps de quelques semaines ou plus si affinités. L’essor des comparateurs de vol, de séjours et des sites de réservation de dernière minute rend l’expérience internationale toujours plus accessible en 2020. Comment bien préparer votre prochain voyage ? Quelles sont les formalités auxquelles faire attention ? Comment bien se couvrir pour toute la durée de votre séjour ? Suivez le guide de votre assurance voyage !

(suite…)

La fin du RSI

Depuis le 1er janvier 2018, le RSI (Régime Social des Indépendants) a progressivement commencé à disparaître. Ce régime avait été instauré en 2006 et sera totalement supprimé en 2020. L’annonce de sa disparition au profit du régime général a été faite par le Premier Ministre, Edouard Philippe, le 5 septembre 2017. Revenons sur les causes et les conséquences de la métamorphose du RSI.

fin rsi mutuelle sante

Le RSI : définition et bénéficiaires

Le RSI (Régime Social des Indépendants), est l’équivalent de la Sécurité sociale pour les indépendants. Cela concerne 6,6 millions de personnes, dont 4,6 millions bénéficiant des prestations de santé et 2 millions de retraités étant concernés.

Le RSI gère la protection sociale des travailleurs indépendants. Il a été mis en place en 2006 et disparaitra totalement d’ici à deux ans. Cela permettra à ces indépendants d’avoir accès à des prestations sociales de même qualité que celles des salariés.

La fin du RSI touchera donc les travailleurs indépendants, peu importe la forme juridique de leur entreprise, qui seront tous affiliés au Régime Général :

Catégories concernéesDéfinition
Entreprise individuelleLe patrimoine personnel et celui de l'entreprise sont confondus, l'entrepreneur a les pleins pouvoirs et n'est pas obligé de publier ses comptes.
SARL (Société À Responsabilité Limitée)Société composée au moins de deux associés, avec un capital social d'au moins 1 €.
EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée)Forme de SARL avec seulement un associé.
Micro-entrepreneur (nouveau nom de l'auto-entrepreneur)Une micro-entreprise bénéficie d'un système fiscal simplifié qui permet de déterminer le résultat fiscal sans avoir besoin d'un comptable officiel.

Ce sont donc toutes ces personnes qui seront concernées par cette nouvelle réforme, mais il ne faut pas oublier que cela concernera aussi leurs ayants-droits, ainsi que les retraités de ces professions.

Pourquoi fallait-il supprimer le RSI ?

Le RSI a souvent été décrié, la Cour des Comptes a même pointé dans un rapport son incompétence, traitant le RSI de « catastrophe industrielle ». Il semblait donc plus que nécessaire d’au moins le réformer ! En voici quelques raisons :

  • Simplifier et uniformiser la gestion de la Sécurité sociale pour tous les travailleurs
  • S’adapter au nouveau parcours professionnel, moins linéaire qu’il y a quelques années, qui varie entre activités salariées et indépendantes
  • Palier à tous les dysfonctionnements rencontrés par les assurés avec l’ancien système (bugs, lenteur, services injoignables…)

La fin du RSI, une réforme pour 2020

La réforme, une des plus importante depuis l’institution de la Sécurité sociale en 1945, va permettre aux indépendants d’être rattaché au régime général. Cela touchera les trois branches de la Sécurité sociale :

  • Le recouvrement des cotisations sociales
  • La caisse des retraites
  • L’Assurance maladie

Cette réforme devrait permettre une simplification de gestion pour les travailleurs indépendants. Pendant toute la mise en place de cette réforme, les canaux de contact seront maintenus et les bénéficiaires du RSI n’auront aucune démarche spécifique à accomplir. Pendant la période transitoire de 2 ans, qui s’étend du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2019 au plus tard, ce sont les caisses régionales du RSI et leur employés qui se chargeront de ce basculement vers le régime général.

Travailleuses indépendantes et maternité, quels changements ?

Grâce à cette réforme, la prise en charge de maternité va évoluer, et dans le bon sens. En effet, à l’heure actuelle, les prestations en terme de maternité sont des plus précaires concernant les travailleuses indépendantes. Elles ne peuvent actuellement prétendre à des indemnisations que sous réserve d’un arrêt total de leur activité pendant au moins 44 jours, et en ayant produit une déclaration sur l’honneur de cet arrêt. Ce qui dans les faits s’avère plutôt compliqué pour la plupart de ces travailleuses qui ne peuvent pas purement abandonner leurs clients pendant au moins 1 mois et demi…
Suite à la réforme, leurs congés maternité s’aligneront sur ceux des salariés, Emmanuel Macron ayant fait la promesse d’un congé maternité unique.

L'Urssaf pour le recouvrement des cotisations sociales

L’Urssaf a toujours été en charge des cotisations des travailleurs indépendants mais via un intermédiaire, le RSI. C’est cette organisation à double opérateur qui a été source de nombreux dysfonctionnement. Dès la fin de la réforme, les travailleurs indépendants n’auront plus q’un interlocuteur à qui s’adresser. Des outils spécifiques sont déjà mis à leur disposition pour les accompagner au mieux dans leurs démarches.

Il est important de noter que l’année 2019 sera marquée par une exonération des cotisations de Sécurité sociale la première année. Il s’agit en quelque sorte d’une année blanche, cela permettra de favoriser et de faciliter l’entreprenariat.

On assistera aussi à une extension de l’exonération partielle des cotisations dans le cadre de l’ACCRE à tous les entrepreneurs qui créent ou reprennent une activité professionnelle ou entreprennent l’exercice d’une nouvelle profession non salariée soit en tant qu’indépendant soit sous la forme d’une société.

La caisse des retraites

À l’heure actuelle, 95 % des travailleurs indépendants ont été salariés à un moment de leur vie. Cela complique les choses en matière de retraites puisqu’actuellement pour ces assurés, il faut qu’ils s’adressent à trois organismes différents pour préparer leur retraite (régime de base, RSI et Agirc-Arrco). Mais à partir de 2020, comme pour les autres organismes, la fin du RSI va conduire à une gestion centralisée. Cette réforme du système va permettre de faciliter les démarches des futurs retraités et d’améliorer la qualité du service :

  • Les délais de traitement des dossiers seront considérablement réduits.
  • Les décisions provisoires concernant le montant des primes de retraites vont être limitées, afin d’éviter plusieurs révisions du montant de la pension.
  • De nouvelles solutions, adaptées aux carrières mixtes.
  • Un réseau d’agences plus important.

L'Assurance maladie (CPAM)

Le plus important bouleversement de cette réforme concerne l’Assurance maladie, dont les CPAM prendront progressivement la relève pour la gestion des travailleurs indépendants.
À partir de 2019, les salariés nouvellement travailleurs indépendants n’auront pas besoin de quitter le régime général, ils resteront affiliés.
Pour les travailleurs indépendants anciennement affiliés au RSI, il faudra attendre 2020 pour qu’ils soient tous rattachés au Régime Général. Cela signifie qu’à partir de 2020, les prestations de l’Assurance maladie ne seront plus gérées que par un interlocuteur : la CPAM.
Les remboursements des frais de santé ne seront pas ou peu modifiés.

A noter : les travailleurs indépendants devront conserver leur mutuelle santé individuelle car ils auront toujours besoin de bénéficier d’une complémentaire santé.

Problèmes rencontrés avec la mise en place de la réforme

L’application de cette réforme aura lieu sur 2 ans, entre le premier janvier 2018 et le 31 décembre 2019.

Ce sont les anciens agents du RSI qui se chargeront de cette transition, ils conserveront donc leur poste une fois l’assimilation terminée. En effet, ce sont eux qui s’occuperont de traiter les dossiers et les demandes des travailleurs indépendants. Sachant que la gestion du RSI a souvent été critiquée, cela peut paraître paradoxal de laisser cette gestion aux mêmes acteurs. En effet, on peut se demander si les nombreuses erreurs commises par le passé n’auront pas tendance à se reproduire…

Par ailleurs, beaucoup se demandent aussi si les spécificités liées au régime des travailleurs indépendants seront prises en compte lors de son intégration au régime général. Il peut aussi apparaître comme problématique le fait que dorénavant il n’existera plus de guichet centralisé vers qui se tourner comme avec le RSI, mais trois organismes distincts : L’Urssaf, les caisses de retraites et  les CPAM pour les remboursements de la Sécurité sociale. Cela pourrait à terme compliquer la gestion pour les travailleurs indépendants.
Enfin, il reste à voir si ces trois organismes seront capables de s’adapter aux indépendants…