Frais réels : voici ce que vous pouvez déduire de votre déclaration d’impôt

Publié le 19 avril 2021 par Antoine Fruchard 
declaration impot deduction frais reels

Lors de votre déclaration d’impôt, plutôt que la déduction forfaitaire de 10 %, vous pouvez opter pour la déduction des frais réels (vous perdez alors l’abattement de 10 %).

Disons le tout de suite, choisir cette option présente plusieurs contraintes. Vous devrez conserver tous vos justificatifs dès le 1er janvier de l’année, vous devrez aussi réintégrer les remboursements de frais et probablement subir un contrôle tatillon de l’administration. Mais cette option peut s’avérer très avantageuse puisqu’il n’existe aucun plafonnement.

Si vous choisissez la déduction des frais réels afin de faire des économies, assurez-vous également de vous renseigner sur les autres façons de réduire vos impôts. Pour vous aider dans cette démarche, Réassurez-moi a compilé toutes les informations à connaître et comment les mettre en œuvre :

Si vous collaborez à 2 activités distinctes en qualité de salarié, l’option des frais réels pour l’une de vos rémunérations englobe nécessairement l’autre. De même si vous avez exercé 2 activités successives dans l’année. Seul cas où vous pouvez cumuler dans l’année l’abattement de 10 % et les frais réels : vous vous mariez ou vous pacsez dans l’année et décidez de déposer deux déclarations distinctes. Choisissez alors l’une ou l’autre solution pour chaque déclaration.

L’option pour les frais réels est annuelle. Vous pouvez renouveler ce choix ou vous en tenir à la déduction forfaitaire. Nous vous déconseillons de changer trop souvent afin d’éviter d’attirer l’attention du fisc. Voici un inventaire des principales dépenses déductibles :

Déplacements du domicile au lieu de travail

Ces frais sont déductibles sans restriction lorsque la distance de votre domicile à votre lieu de travail est inférieure à 40 kms (80 kms pour un aller-retour quotidien). Au-delà de 40 kms, vous devez justifier l’éloignement de votre domicile par rapport à votre travail.

En revanche, une distance supérieure à 40 kms ne sera pas justifiée par des convenances personnelles, par exemple un souci d’économie. Ainsi, le fait qu’un couple réside à Évreux alors que les deux époux travaillent à Paris ne peut se justifier uniquement par le coût du logement dans la région parisienne.

Vous ne pouvez en principe déduire que les frais d’un seul aller-retour quotidien. Un 2nd aller-retour quotidien n’est déductible que dans certains cas exceptionnels à justifier (santé, existence au domicile de personnes nécessitant votre présence, impossibilité de se restaurer à proximité du lieu de travail, horaires de travail atypiques).

L’administration fiscale ne vous reprochera pas de prendre votre voiture plutôt que les transports collectifs si vous établissez que ce choix est logique au vu du coût et de la qualité de ceux qui desservent votre domicile. Déduire l’utilisation de votre voiture est justifié si elle évite un allongement important du temps de trajet en transport en commun ou si votre entreprise vous demande de l’utiliser à titre professionnel.

Vous allez travailler en voiture ou avec un deux-roues

Vous avez le choix entre :

  • appliquez le barème administratif des frais kilométriques, sauf si vous n’êtes pas le propriétaire du véhicule, son conjoint ou partenaire de Pacs. Privilégiez le barème administratif, sinon, vous devez tout conserver et justifier, en cas de contrôle, l’importance et la réalité de vos frais.
  • totalisez tous les frais justifiables (carburant, entretien, réparation, assurance, péage, stationnement), la dépréciation du véhicule (par référence à la cote de l’Argus) et les intérêts du crédit souscrit (en cas de leasing, ne déclarez que les frais de location). N’oubliez pas de pratiquer un abattement tenant compte de l’usage privatif de votre voiture.

Invitations au restaurant

Si vos frais sont justifiés par votre fonction (développer la clientèle, par exemple), vous pouvez les déclarer. Mais conservez les factures. Peu importe le restaurant ou le montant de l’addition, dès lors que vous établissez le caractère professionnel de l’invitation. Les frais trop personnels sont rejetés, même si vous invitez des relations professionnelles.

Spécifiez au dos des factures les noms et qualités des invités et faites apposer la date et le cachet du restaurateur. Faites confirmer ces invitations par votre entreprise (apposition de son cachet).

Repas personnels

Si vous ne pouvez pas revenir chez vous pour déjeuner, en raison de vos horaires ou de l’éloignement de votre entreprise, vous pouvez tenir compte de la dépense supplémentaire supportée par rapport au coût d’un repas pris à domicile (estimé par le fisc à 4,90 € en 2020). Le fisc refusera cependant la déduction si vous avez à votre disposition une cantine d’entreprise.

Si vous n’avez pas fourni de justification détaillée, le fisc évalue les frais supplémentaires à 4,90 € par repas. Si vous utilisez des titres restaurant, vous devez déduire la participation de votre entreprise.

Déménagement

Les frais sont déductibles si vous allez occuper un nouvel emploi. De même s’il s’agit d’une décision de votre société (promotion ou mobilité…).

Les déménagements pour raisons personnelles comme dans le cas d’un changement de situation familiale ou départ à la retraite ne donnent pas de déduction. Pas plus que les charges de réinstallation.

Utilisation de votre habitation

Le fisc n’admet cette déduction que lorsque la profession exige l’utilisation d’un bureau et que votre entreprise n’en met pas un à votre disposition (un enseignant sans bureau personnel dans son établissement, par exemple). Les professions concernées sont celles dont l’activité porte sur des travaux de création et d’études.

Déterminez les frais déduits par application d’un prorata de la surface de votre résidence principale affectée à l’usage professionnel. Vous pouvez retenir une part des intérêts du crédit pour l’achat du logement, des loyers versés, des charges, des impôts locaux et déduire l’amortissement des dépenses d’aménagement spécifiques réalisées pour votre activité. Retenez les frais de fourniture, de téléphone et de mobilier se rapportant à votre profession. Pour le matériel, l’outillage et le mobilier, déduisez des annuités d’amortissement de l’ordre de 10 % (si le prix d’achat unitaire hors taxes est inférieur à 500 €, imputez le montant total).

Autres frais divers

Vous pouvez déduire les frais divers engagés dans l’exercice de votre profession et non remboursés par votre société. Sont par exemple déductibles les tenues vestimentaires spéciales de certaines professions (bleus de travail, tenues de maître d’hôtel…) ou encore, les frais de travail de nuit (taxi, repas, hôtel…) nécessaires à vos fonctions.

À lire aussi : Revenus imposables : quelles sommes peuvent être exonérées d’impôt ?

Il est nécessaire de remplir ce champs.
Votre nom est requis.