Assurance spatiale : Axa XL s’envoie en l’air

Publié le 27 avril 2021 par Antoine Fruchard 
partenariat axa xl spaceable risques spatiaux

Axa XL, la filiale grands risques de l’assureur, a officialisé son partenariat avec la start-up française SpaceAble, spécialisée dans la surveillance des risques en orbite terrestre basse. Alors que ces derniers se multiplient, Axa XL entend bien s’imposer sur le marché de l’assurance spatiale. 

Satellites, sondes, stations, télescopes… L’orbite terrestre basse est de plus en plus “habitée” par ce type d’engins qui, de fait, augmentent les risques spatiaux (collisions notamment). Dans ce contexte, il n’est pas surprenant qu’aient été développées des assurances spatiales pour garantir ces technologies coûteuses et leurs opérateurs. C’est le cas de la couverture spatiale Axa XL qui assure les phases de pré-lancement, lancement et la vie en orbite des engins spatiaux, leur responsabilité civile ainsi que celle des lanceurs.

Mieux appréhender les risque grâce à la technologie

Axa XL souhaite aujourd’hui booster la qualité de sa couverture et signe un partenariat avec la start-up française SpaceAble, créée en 2018, et aujourd’hui seule société européenne dédiée à la SSA, la “Space Situation Awareness” en orbite basse. Autrement dit, l’utilisation de la technologie pour évaluer précisément les risques humains et naturels qui se trouvent dans l’espace.

Pour collecter et traiter les données spatiales, SpaceAble a mis au point deux technologies : le logiciel ISSAN, de traitement des données spatiales et le satellite d’inspection The Orbiter, capable de fournir des données uniques sur l’environnement spatial. Avec ce partenariat, Axa XL devrait ainsi obtenir une meilleure connaissance du terrain spatial et “améliorer ses solutions d’assurance pour les opérateurs de satellites”. 

Baisser la sinistralité spatiale

D’après la start-up, les 5 prochaines années verront une multiplication par 10 des satellites en orbite basse de la terre, ce qui augmentera fortement les risques de collisions. Les données collectées par SpaceAble devraient donc permettre à Axa XL de proposer une couverture plus adaptée à ces risques. L’assureur pourra également aider ses clients à mieux appréhender lesdits risques grâce à la technologie et, à terme, diminuer la sinistralité spatiale.

À lire aussi : Bitcoins : Axa accepte désormais les paiements en crypto-monnaie en Suisse.

Il est nécessaire de remplir ce champs.
Votre nom est requis.