Comment fonctionne la prime de l'assurance auto ?

Comment fonctionne la prime de l'assurance auto ?

L’assurance auto est obligatoire en France, vous ne pouvez rouler sans être couvert à minima par la garantie Responsabilité Civile. Vous pouvez aussi opter pour un meilleur niveau de garanties : votre prime d’assurance auto, c’est-à-dire la somme que vous coûte votre contrat à l’année,  augmentera alors.
Réassurez moi revient sur les autres critères intervenant dans le calcul de la prime d’assurance auto. Dans quels cas peut-elle augmenter ? Quelle est la prime moyenne ? Voici notre guide.

La prime d’assurance automobile correspond à la somme que l’assuré devra régler à son assureur en échange des garanties définies par son contrat d’assurance auto. En d’autres termes, la prime est le prix à payer pour être couvert des risques déterminés à la signature, en général pour une durée d’un an. 

La prime d’assurance auto est donc annuelle : les risques sont réévalués régulièrement en fonction de plusieurs critères qui déterminent par la suite son montant. Par exemple, l’un des critères entrant en compte dans le tarif de votre prime est le nombre de garanties auxquelles vous souhaitez souscrire : plus vos garanties seront nombreuses, plus votre prime sera importante. Les garanties en assurance auto peuvent être les garanties dommage (vol, bris de glace, collision…), protection juridique, prêt de volant, etc. 

La prime d’assurance est composée de 4 parties, que sont le risque, les frais, le bénéfice et les taxes :

  • Le risque est un évènement incertain qui pourrait se réaliser, indépendamment de la volonté de l’assuré. Il représente donc le coût du sinistre à assurer s’il se produisait. Le risque détermine le montant de la prime pure selon le profil de l’assuré (un père de famille et un jeune conducteur n’auront pas la même prime pure, par exemple).
  • Les frais correspondent aux frais de gestion qui permettent à la compagnie d’assurance de couvrir ses charges (loyers, salaires des employés…),
  • Le bénéfice est la rémunération que s’accorde l’assureur sur votre contrat. Ce bénéfice correspond à une marge brute que l’assureur définit en fonction de sa stratégie tarifaire et de sa prospection de clients.
  • Les taxes. Ces dernières sont fixées par le gouvernement, telle que la taxe « terrorisme » qui permet de financer le Fonds de garanties des victimes des actes de terrorisme et d’autres infractions, par exemple. 

La prime d’assurance est bien souvent confondue avec la cotisation. Bien que ces deux termes désignent le coût de l’assurance, il existe une légère nuance. La cotisation représente le montant que vous versez mensuellement (ou trimestriellement) à votre compagnie d’assurance sur les bases fixées par votre contrat. La prime d’assurance regroupe l’ensemble des cotisations : elle est donc plus globale et représente le coût annuel de votre contrat.

Comprendre le calcul de la prime d’assurance auto

Avant toute chose, il faut savoir que la prime d’assurance automobile, comme la plupart des autres primes d’assurance, est libre : les compagnies d’assurance définissent elles seules le montant qu’elles facturent en fonction de plusieurs critères. Chaque assureur va définir une prime de référence, correspondant au tarif de base qu’elle se fixe et tenant compte des majorations prévues par la loi. 
Les compagnies d’assurance effectuent toutes un arbitrage primordial, en fonction de leur stratégie, de leurs assurés, de leurs charges et du marché, plus globalement. Des statistiques sur le nombre et le coût des accidents peuvent également les guider dans leur orientation. 

Dans son calcul de prime d’assurance auto, l’assureur prendra en compte :

  • Le niveau de garanties désiré : plus le niveau de garanties est élevé, plus la prime est élevée. Vous pouvez opter pour la couverture de base au tiers, l’intermédiaire, ou la tous risques. Ces 3 contrats d’assurance auto sont modulables grâce à l’ajout d’options, qui augmenteront bien sûr la prime annuelle !
  • Le profil du ou des conducteurs désigné(s) par le contrat : âge, date de permis de conduire… En aucun cas le sexe de l’assuré ne doit être un critère déterminant dans le prix de l’assurance auto, tout comme les origines et la religion.
  • Les caractéristiques du véhicule : type de véhicule, marque, carburant, âge, puissance…
  • L’utilisation faite du véhicule : en zone urbaine ? Rurale ? Usage privé ? Professionnel ? Où sera stationné le véhicule ? Quel kilométrage parcouru ou prévu ?
  • La franchise : c’est ce qu’il reste à votre charge lors d’un sinistre, c’est-à-dire le montant que l’assureur ne remboursera pas. Plus la franchise pour laquelle vous optez sera basse, plus votre prime d’assurance sera élevée.
  • Le coefficient bonus – malus du conducteur et ses autres antécédents (sinistres). Le bonus et le malus d’assurance auto d’un conducteur sont calculés selon un coefficient : au départ équivalent à 1, il est majoré de 25 % pour tout accident (malus), et diminué de 5 % par an sans accident (bonus). Il est multiplié à la prime de référence de l’assureur.

Ci-dessous, voici un tableau récapitulatif des critères utilisés dans le calcul de la prime d’assurance auto, selon les 3 acteurs impliqués (assuré, assureur et loi) :

Du fait de l'assuré

Du fait de l'assureur

Du fait de la loi

Critères de la prime d'assurance auto

Profil du conducteur, type et usage du véhicule, lieu d'habitation, bonus malus, formule voulue

Prime de référence, prime pure, frais de gestion, marge brute

Taxes (fiscale et autres contributions de solidarité)

Que vous soyez sur le point de souscrire votre première assurance auto ou que vous souhaitiez changer votre contrat actuel, il est fortement conseillé d'évaluer les différentes possibilités du marché avant de signer chez quelconque assureur.

La prime d’assurance auto peut être très différente d’une compagnie d’assurance à l’autre, en raison notamment des différents critères vus précédemment (prime de référence, frais de gestion, etc.). Ainsi, vous pouvez obtenir des devis personnalisés en utilisant notre comparateur en ligne (gratuit et qui ne vous demandera pas vos coordonnées). 

Vous aurez un aperçu des tarifs appliqués à votre situation pour différentes formules et assureurs. Trouvez donc en quelques clics le meilleur contrat au meilleur tarif ! 

Augmentation de la prime d’assurance auto : dans quels cas ?

Les conditions d’augmentation de la prime d’assurance auto

Votre contrat d’assurance est soumis à variation tout au long de l’année. Plusieurs éléments peuvent venir influer sur le montant de votre prime d’assurance auto. Cependant, votre assureur ne peut pas augmenter votre prime comme bon lui semble, il lui faut suivre quelques règles. 

Pour pouvoir revaloriser votre prime d’assurance auto, votre contrat doit contenir une « clause de révision », également appelée « clause d’adaptation des cotisations« . 

  • Ce dernier doit vous informer de l’augmentation prochaine de votre prime d’assurance auto. Si vous ne souhaitez pas continuer votre contrat à ce nouveau tarif, vous pouvez refuser et vous disposez alors de 15 jours à 1 mois pour envoyer votre lettre de résiliation à votre assureur.
  • Peu importe le terme employé, si votre contrat ne contient pas une clause prévoyant la possibilité de revoir la prime, l’augmentation ne sera alors pas légale et vous pourrez vous y opposer, voire même vous retourner contre votre assureur. 

Par ailleurs, votre contrat contient normalement une clause d’indexation. L’indexation consiste à lier l’augmentation des garanties et des cotisations à la progression d’un indice représentatif de la hausse des prix dans un domaine. Cela entraine donc un réajustement de votre prime annuelle d’assurance auto.
Ainsi, le montant des garanties continue de correspondre à vos besoins sans qu’il soit nécessaire de modifier le contrat. L’indice vous est communiqué sur votre avis d’échéance.

N'hésitez pas à vérifier que l'augmentation de votre prime d'assurance auto ne dépasse pas la majoration de l'indice. Pour cela, une opération de calcul simple : multipliez la cotisation de l'année précédente avec le nouvel indice.

Les causes possibles d’augmentation de la prime d’assurance auto

Plusieurs causes peuvent venir justifier une augmentation de l’assurance auto, du fait de l’assureur comme de l’assuré. 

La prime d’assurance auto peut augmenter suite à un accident responsable de l’assuré ou à tout autre comportement entraînant l’application d’un malus. 

Elle peut également être majorée suite à une aggravation du risque, tel que l’ajout au contrat d’un jeune conducteur en tant que conducteur secondaire, ou l’aggravation de l’état de santé de l’assuré par exemple. Enfin, l’ajout et l’extension de garanties peuvent justifier d’une augmentation de la prime automobile.  

L’assureur peut lui aussi présenter des raisons valables, telles qu’un ajout de garantie obligatoire ou une augmentation des taxes (sur décision légale ou réglementaire) qu’il se doit de répercuter sur la prime d’assurance.

En cas d'augmentation injustifiée de votre prime (c’est-à-dire qu’elle n’entre pas dans le cadre des conditions générales de votre contrat ou de la loi) vous pouvez refuser l'augmentation ou demander la résiliation de votre contrat. 

Que se passe-t-il en cas de non-paiement de la prime d’assurance auto ?

  1. Tout assuré doit payer sa prime d’assurance auto aux dates convenues, et dispose d’un maximum de 10 jours suivant la date d’échéance pour le faire. Si aucun paiement n’est fait à l’assureur, celui-ci peut mettre l’assuré en demeure via une lettre recommandée. 
  2. Les garanties d’assurance auto seront suspendues 30 jours après l’envoi du courrier de mise en demeure (cachet de la poste faisant foi). Lors de la suspension du contrat d’assurance, les sinistres ne seront pas pris en charge par l’assureur. Il faut savoir que votre prime d’assurance est due également pendant la période de suspension de votre contrat : votre assureur attend donc un remboursement du montant de votre prime d’assurance auto pour toute la période où vous ne l’avez pas payée.
  3. L’assureur aura alors la possibilité de résilier définitivement le contrat après une nouvelle période de 10 jours. Même si l’assureur résilie le contrat, il peut vouloir aller plus loin et poursuivre l’assuré en justice.  

Un retard régulier dans les paiements de votre prime pourra inciter votre assureur à résilier votre contrat à la prochaine échéance pour éviter un impayé futur total.  

Il est beaucoup plus difficile de trouver une nouvelle compagnie d’assurance après avoir été résilié pour non-paiement des cotisations. L’assurance auto étant obligatoire pour pouvoir rouler en toute légalité, il est essentiel que vous puissiez vous faire assurer. Si les assureurs ne vous refusent pas, ils vous appliqueront forcément une surprime ( = un supplément de prime).
Votre contrat d’assurance vous coûtera donc plus cher que si vous n’aviez jamais eu de problème de non-paiement de la prime.
Sachez que vous serez obligé de déclarer que votre contrat précédent a été résilié
par votre assureur pour non-paiement. Si vous ne le faites pas et que votre nouvel assureur le découvre, vous pourriez être sanctionné pour fausse déclaration.
En principe, vous serez même inscrit au fichier des impayés de l’Agira (Association pour la gestion des informations sur le risque automobile). 

Quelle est la prime moyenne en assurance auto ?

En 2018, la prime moyenne d’assurance auto était de 595 € par an, tout région et tout conducteur confondus. Cela représente une augmentation de 2,6 % par rapport à 2017. Il existe de grandes différences de tarifs selon la compagnie d’assurance, la ville ou la région, et l’âge du conducteur. En effet, les assureurs évaluent les risques en fonction de ces critères, et ajustent la prime d’assurance auto en conséquence.

  • Ainsi, les grandes villes sont celles ayant la prime moyenne la plus élevée, du fait du nombre de sinistres plus important (vols, bris de glace, autres dégradations…) et de la densité de circulation notamment. Les évènements climatiques entrent également en jeu : on constate que les lieux les plus sujets aux catastrophes naturelles ont une prime moyenne assez élevée comparée à d’autres villes statistiquement moins touchées par ces aléas de la nature.
  • Les jeunes conducteurs se voient appliquer une prime d’assurance auto plus haute que les autres conducteurs du fait de leur manque d’expérience. Dans 16 plus grandes villes de France sur 20, ils doivent dépenser plus de 1 000 € par an pour être assurés, contre grand maximum 800 € pour les conducteurs de 30 – 40 ans de ces mêmes villes.

Ci-dessous, vous pouvez trouver un tableau comparatif des primes d’assurance auto moyennes de 2016, en fonction de l’âge du conducteur, en sachant que la prime moyenne globale (nationale et tout âge) était de 580 €.

Tous profils confondus

Jeunes conducteurs

Conducteurs 30 - 40 ans

Conducteurs + de 55 ans

Marseille

791 €

1 304 €

779 €

559 €

Paris

692 €

1 091 €

695 €

541 €

Lyon

709 €

1 085 €

693 €

534 €

Bordeaux

650 €

1 129 €

573 €

423 €

Lille

664 €

1 018€

611 €

510 €

Nantes

552 €

861 €

482 €

458 €

La tendance pour l'année 2019 est à l'augmentation de cette moyenne au niveau national, de 1 à 2 %. Cette hausse des tarifs est justifiée par le fait que les tarifs des réparations aient augmenté, et qu'il y a plus d'accidents.

Comment changer mon assurance auto ?

Il vous est tout à fait possible de changer d’assurance auto, que vous ne soyez pas satisfait de votre compagnie ou que l’offre d’un concurrent soit tout simplement plus avantageuse. Les démarches pour résilier son assurance auto ont été simplifiées ces dernières années, dans le but de faire jouer la concurrence afin de protéger le consommateur. Quelques règles doivent tout de même être suivies. Ainsi, vous pouvez résilier l’assurance auto : 

  • À échéance : la date d’échéance est la date anniversaire de votre souscription au contrat. Votre contrat d’assurance auto étant un contrat à tacite reconduction, vous devez vous opposer à son renouvellement pour qu’il ne soit pas reconduit pour une durée supplémentaire d’un an. Vous devez faire parvenir à votre assureur une lettre de résiliation par courrier recommandé (de préférence avec accusé de réception) dans un délai de 2 mois.
    Grâce à la loi Chatel, votre assureur est dans l’obligation de vous envoyer un avis vous rappelant l’approche de l’échéance, minimum 15 jours avant la date d’échéance. S’il ne le fait pas dans les temps, vous disposez de 20 jours supplémentaires pour résilier. 
  • Hors échéance : après un an d’adhésion, grâce à la loi Hamon, vous pouvez résilier n’importe quand, sans donner de motif, et sans aucune pénalité. Il vous suffit d’envoyer la lettre de résiliation en recommandé. 
  • Au cours de la première année, vous pouvez résilier seulement suite à certains évènements validés par le Code des assurances. On parle de changement de situation (tels qu’un déménagement, un départ en retraite, la vente de votre véhicule, etc). Vous avez 3 mois maximum suivant la survenance de l’évènement pour en informer votre assureur et ainsi pouvoir résilier votre contrat. 

Voici une lettre type de résiliation, à envoyer à votre compagnie d’assurance. Vous pouvez l’adapter à votre situation en supprimant les mentions qui ne vous concernent pas.

Posez votre question
Un expert vous répondra