Quelle assurance auto pour la conduite accompagnée ?

Mis à jour le 12 novembre 2021 par Delphine Bardou 

La conduite accompagnée présente de nombreux avantages : réduction des coûts, prise de confiance, apprentissage plus rapide… Si cette méthode d’apprentissage est souvent bénéfique, qu’en est-il de son impact sur votre assurance auto ? Quelles sont vos obligations face à votre assureur ? Que se passe-t-il en cas d’accident ? Qui peut être accompagnateur ? Toutes nos réponses. 

Dois-je prévenir mon assurance auto en cas de conduite accompagnée ?

Il est impossible d’effectuer un apprentissage en conduite accompagnée sans avoir au préalable prévenu sa compagnie d’assurance. Il vous faut donc le signaler à votre assureur, et demander l’ajustement de votre contrat d’assurance auto en conséquence. Le plus souvent, il faut demander une extension de garanties spéciale jeune conducteur pour le ou les véhicules utilisés par l’apprenti, en mentionnant le ou les accompagnateurs potentiels.

Une franchise « jeune conducteur » ou « conducteur novice » peut être ajoutée. Le prix de l’assurance pour la conduite accompagnée varie donc d’une assurance à l’autre, selon le fait qu’elle mette en place un réajustement de franchise, ou non. Aucune surprime n’est appliquée à votre contrat d’assurance auto. La surprime correspond à une prime supplémentaire ajoutée lorsque le risque est aggravé ou qu’un nouveau apparait.

Vous devez faire la demande à votre assureur dès l’inscription en auto-école de votre enfant. Votre compagnie d’assurance a alors deux choix :

  • Accepter votre demande : elle modifiera alors votre contrat par voie d’avenant ajoutant la nouvelle disposition. Le jeune conducteur bénéficiera de toutes les garanties d’assurance auto prévues au contrat. Vous devrez alors fournir des pièces justificatives telles que l’attestation de fin de formation initiale, le contrat établi avec l’auto-école, les actes de présence aux rendez-vous pédagogiques…
  • Refuser votre demande : votre compagnie d’assurance peut être frileuse quant aux nouveaux risques amenés par la conduite accompagnée. La plupart des refus sont dus aux délits passés du ou des accompagnateurs. Le refus peut également être motivé par le risque trop élevé que représente un jeune conducteur, notamment si la puissance du véhicule assuré est jugé trop élevée. Il se peut que le refus de votre assureur vous semble injustifié, par exemple si vous n’avez commis aucun de ces délits. Dans ce cas, vous pouvez saisir le médiateur de l’assurance ou faire un recours en justice.

Le refus de votre compagnie d’assurance peut vous amener à vouloir changer d’assurance auto. Avant de changer, nous vous invitons à comparer les contrats de couverture auto proposés par les différentes compagnies du marché via l’outil développé par notre équipe. Le comparateur Réassurez-moi est 100 % gratuit : en quelques instants, vous pourrez obtenir des devis adaptés à votre demande, une manière simple et efficace de trouver le meilleur contrat au meilleur prix.

auto cta 500x394 1

Que se passe-t-il en cas d’accident en conduite accompagnée ?

Lorsque vous ajoutez un apprenti conducteur à votre contrat, celui-ci bénéficie des mêmes garanties que vous. Il est en effet protégé des mêmes risques que le titulaire du contrat d’assurance auto, cependant une franchise est appliquée. En cas d’accident, une partie des dommages est donc laissée à charge de l’assuré : il ne sera pas indemnisé de la totalité des dégâts, qu’il s’agisse de dommages causés aux autres (garantie Responsabilité Civile) ou au véhicule (garantie dommages tout accident ou collision).

Avec l’ajout de franchise pour conducteur novice, les conséquences financières peuvent être lourdes en cas de sinistre couvert par l’assurance auto. En cas d’accident responsable, la responsabilité incombe à l’accompagnateur seul. En d’autres termes, les conséquences lui sont attribuées : c’est son bonus-malus qui sera dégradé, ses points de permis de conduire qui seront retirés, etc. En revanche, en cas de sinistre non responsable, cela sera à l’automobiliste en faute de faire jouer son assurance.

Les conditions peuvent varier d’un assureur à l’autre, nous vous conseillons donc de bien vérifier les termes de votre contrat.

Quels accompagnateurs sont autorisés par l’assurance auto?

L’accompagnateur doit remplir quelques conditions pour pouvoir superviser la conduite d’un apprenti. Il doit tout d’abord avoir le permis B depuis au moins 5 ans, sans interruption. Il ne doit pas avoir commis d’infractions ou de délits tels qu’une conduite sous un taux d’alcoolémie supérieur aux taux légal accepté, un délit de fuite, un homicide involontaire, une conduite sans permis, etc.

Par ailleurs, tous les accompagnateurs doivent être signalés à la compagnie d’assurance avant de circuler avec un jeune conducteur, et figurer sur le contrat d’assurance auto. L’assureur doit donc, au préalable, donner son accord. Votre enfant est en conduite accompagnée, et vous partez en Espagne cet été. Ne pensez pas qu’il pourra conduire lors de ce voyage : la conduite en dehors du territoire français lui est interdite.

Il est tout à fait possible de désigner un accompagnateur hors du cadre familial, il faut cependant obligatoirement qu’il réponde aux exigences énumérées ci-dessus.

Quelle assurance pour un jeune conducteur ayant été en conduite accompagnée ?

La conduite accompagnée présente plusieurs avantages pour le jeune conducteur, dont certains concernent l’assurance auto. Lors de l’apprentissage, l’assurance ne coûte pas plus cher, si aucun sinistre ne survient : l’extension de garanties à ajouter au contrat du véhicule utilisé n’est généralement pas facturée. Seule la franchise peut coûter un peu plus cher, mais celle-ci n’intervient que lorsque des dommages sont causés.

À la souscription de son propre contrat d’assurance auto, s’il décide de ne pas rester sur l’assurance de son ou de ses accompagnateurs, le jeune conducteur ayant eu son permis se voit appliquer des avantages tarifaires tels que suivent (en opposition avec l’apprentissage classique).

Apprentissage classique de la conduiteApprentissage anticipé de la conduite (AAC)
Majoration maximum à la souscription100 %50 %
Majoration maximum après 1 an sans accident50 %25 %
Majoration maximum après 2 ans sans accidentPlus de surprimePlus de surprime

Ces avantages ne touchent que l’Apprentissage Anticipé de la Conduite : les conduites encadrée et supervisée en sont exclues.

Certains assureurs acceptent même de ne pas facturer de surprimes aux jeunes conducteurs. L’intérêt pour les compagnies d’assurance d’appliquer des tarifs avantageux est d’attirer une clientèle tout en sachant qu’elle est moins risquée que les jeunes conducteurs n’ayant pas été en conduite accompagnée. Le risque d’accidents des conducteurs novices ayant appris à conduire sur ces 3 000 kilomètres est effectivement fortement diminué. Via notre comparateur d’assurances auto en ligne, retrouvez les acteurs proposant l’option conduite accompagnée sans frais !

Quel est l’impact de la conduite accompagnée sur le prix de mon assurance ?

Lors de la conduite accompagnée, le jeune conducteur doit être ajouté au contrat d’assurance auto du ou des véhicules utilisés pendant toute la durée de l’apprentissage. L’assureur doit d’abord donner son accord puis inscrire le conducteur novice au contrat ainsi que le/s accompagnateur/s. Pour pouvoir circuler en toute légalité et ne pas avoir de problème lors d’un éventuel sinistre (vol, crevaison), vous devez avoir demandé une extension de garanties à votre assureur, pour « jeune conducteur » ou « conducteur novice ». Cet ajout est gratuit, aucune surprime n’est appliquée : le coût de votre assurance n’est donc pas modifié.

La franchise peut être rehaussée par votre assureur. Vérifiez avec lui s’il modifie son montant en cas d’accident.

Après la période de conduite accompagnée passée et le permis obtenu, le jeune conducteur, s’il souscrit son propre contrat d’assurance auto, obtiendra des tarifs préférentiels : 50 % de réduction de prime d’assurance auto la 1ère année, 25 % de plus la 2ème année si aucune infraction ni aucun accident n’est survenu, et la suppression de la surprime la 3ème année. C’est un avantage considérable lorsque l’on sait que l’assurance jeune conducteur est la plus coûteuse de toutes en France actuellement.

Qu’est-ce que la conduite accompagnée ?

La conduite accompagnée correspond à l’apprentissage anticipé de la conduite avant d’obtenir le permis. Le jeune conducteur doit être accompagné d’une personne titulaire du permis de conduire depuis au moins 5 ans sans infraction pour pouvoir circuler. La conduite accompagnée permet à l’apprenti d’avoir plus de chances de réussir l’examen du permis de conduire, du fait des heures de pratique beaucoup plus nombreuses que lors d’un apprentissage classique. Par ailleurs, il a été constaté que le coût du permis (formation initiale et pratique) est plus bas lorsqu’il est effectué en conduite accompagnée.

Il existe 3 formules de conduite accompagnée, dont les conditions d’accès et de pratique diffèrent en fonction de l’âge et de la situation de l’apprenti conducteur. Quelle que soit la forme de conduite accompagnée choisie, il faut avoir son code de la route, et dans tous les cas avoir obtenu son attestation de fin de conduite pour pouvoir ensuite rouler avec un accompagnateur, hors auto-école. Cette attestation est remise à l’apprenti ayant avec succès fait 20h de conduite au sein de son auto-école.

L’Apprentissage Anticipé de la Conduite (AAC)

Accessible dès 15 ans, l’AAC permet aux jeunes conducteurs de pouvoir rouler sous le contrôle d’un ou plusieurs accompagnateurs, dans des situations les plus variées possibles, après avoir obtenu le code de la route et fait une formation initiale en auto-école de 20h. La période d’apprentissage doit se dérouler sur au moins 1 an et au moins 3 000 km. Trois rendez-vous pédagogiques sont également obligatoires. Le candidat pourra passer l’épreuve pratique du permis de conduite dès ses 17 ans et demi, pour pouvoir circuler seul à partir de ses 18 ans.

En 2017, selon les chiffres de la sécurité routière, plus de 1 508 000 jeunes de moins de 18 ans avaient opté pour cet apprentissage anticipé. Le taux de réussite des élèves en AAC au niveau national était de 74 % contre 57 % de taux de réussite global (tout apprentissage confondu).

La conduite accompagnée permet au nouveau titulaire du permis de réduire sa période probatoire à 2 ans au lieu de 3. Attention, cette règle ne s’applique ni pour la conduite supervisée, ni pour la conduite encadrée.

La conduite supervisée

La conduite supervisée correspond à l’Apprentissage Anticipé de la Conduite pour les plus de 18 ans. Le jeune conducteur peut choisir de continuer son apprentissage (après sa formation initiale de 20h de conduite) par la conduite supervisée : il devra alors rouler plus de 1 000 km, contre 3 000 pour l’AAC des moins de 18 ans. Il peut aussi choisir cette formule après avoir échoué à son 1er examen pratique du permis de conduire. Le moniteur d’auto-école doit donner son aval pour que le candidat puisse prolonger sa pratique grâce à ce système de conduite supervisée.

La conduite encadrée

La conduite encadrée s’adresse aux jeunes de 16 à 18 ans préparant un diplôme professionnel de l’Education Nationale menant aux métiers de la route (CAP et BAC professionnel par exemple). Pendant toute la durée de la formation, l’étudiant peut conduire avec l’accompagnateur de son choix, après accord du chef de l’établissement. Ainsi, il peut obtenir son permis avant ses 18 ans, dans le cadre de sa formation.

4 commentaires
RICHARD, le 2 octobre 2019

bonjour
je suis assuré a la macif

je suis assistant familial (famille d'accueil)

je souhaite faire la conduite acompagnee pour une jeune de 17 ans que j'accueille et la macif ne veut pas car ce n'est pas ma fille

connaissez vous une compagnie qui accepterait de nous assurer dans ce cadre (sans lien du sang)

cordialement

Répondre
Notre expert
Antoine Fruchard, le 3 octobre 2019

Bonjour,

N'hésitez pas à utiliser notre comparateur d'assurances auto : https://reassurez-moi.fr/guide/assurance-auto
L'absence de lien de parenté n'est pas un critère suffisant pour refuser l'assurance, vous devriez donc pouvoir trouver un contrat. N'hésitez pas non plus à contacter nos experts par téléphone / mail, ils sauront vous accompagner et conseiller.

Répondre
Magali, le 8 août 2019

Bonjour,
Je remplis tout les critères pour être accompagnatrice en conduite accompagnée. Je n'ai pas déclaré de sinistre à mes tords depuis 10 ans. J'ai juste eu un impact sur mon pare-brise nécessitant son changement il y a un mois, le toit de mon ancien véhicule abîmé par un orage de grêle en montagne il y a deux ans, c'est tout. Mon assurance (Groupama) refuse d'assurer mon véhicule pour la fille de ma meilleure amie. Le dossier était pourtant complet. En ont-ils le droit ? Sinon, comment faut-il procéder pour faire un signalement ?

Répondre
Notre expert
Antoine Fruchard, le 10 août 2019

Bonjour Magali,
Quelle est leur raison de refus ?

Répondre
Il est nécessaire de remplir ce champs.
Votre nom est requis.
Entrez une adresse e-mail valide ou laissez ce champs vide