L'assurance auto jeune conducteur

En matière d’assurance auto, les assureurs déterminent plusieurs profils de conducteurs, pour lesquels la prime correspondante peut significativement varier. C’est notamment le cas des jeunes conducteurs, qui sont considérés comme présentant un risque aggravé pour être couverts adéquatement.

Les compagnies d’assurance ont alors mis en place une assurance auto différente, avec des garanties spécifiques, parfois personnalisables. Il existe plusieurs situations pour lesquelles les conducteurs novices peuvent être considérés comme tels. Il convient alors de connaître les particularités liées au statut de jeune conducteur.

Le statut de jeune conducteur est intimement lié au profil d’apprenti conducteur, bien que les deux termes ne soient pas exactement similaires.

Qui peut être considéré comme jeune conducteur ?

En France, la législation fait en sorte que soient différenciés les jeunes conducteurs des autres usagers de la route. Les apprentis conducteurs sont donc ceux ayant obtenu leur permis depuis peu et qui sont toujours considérés en apprentissage, bien que titulaires du permis de conduire, que l’on appelle alors permis probatoire. Ce statut suppose une durée variable, en fonction du profil du conducteur :

  • Une durée de 2 ans pour les conducteurs ayant effectué la conduite accompagnée (ou Apprentissage Anticipé de la Conduite, AAC) avec un tuteur. Ils gagnent alors 3 points supplémentaires chaque année, passant de 6 à 12 à l’issue de cette période de 2 ans
  • Une durée de 3 ans pour les conducteurs n’ayant pas bénéficié de la conduite accompagnée. Ils gagnent alors 2 points par an, passant également de 6 à 12 mais sur une période plus longue de 3 ans

Les apprentis conducteurs sont identifiables par la présence à l’arrière du véhicule d’un disque présentant un grand « A » (apprenti) rouge sur fond blanc, aussi appelé macaron. Des devoirs spécifiques incombent aux jeunes conducteurs, comme une limitation de vitesse plus stricte ou un taux d’alcoolémie autorisé descendu à 0,2 g/L de sang (contre 0,5 g/L pour un conducteur plus expérimenté).

Les différents profils de jeunes conducteurs en assurance auto

En ce qui concerne l’assurance auto, les jeunes conducteurs sont considérés différemment par les assureurs. Ces derniers estiment effectivement que les risques qu’ils présentent sont plus importants, du fait de leur inexpérience de la route. Selon les compagnies d’assurance, les apprentis conducteurs seront identifiés spécifiquement, avec des profils variés, mais pas limités à la présence du macaron « A » à l’arrière du véhicule.

  • Première souscription à un contrat d’assurance auto
  • Pas d’assurance auto au cours des deux dernières années
  • Titulaire du permis de conduire depuis moins de 3 ans
  • Personnes n’ayant jamais eu d’assurance auto à leur nom (conducteur secondaire sur un autre véhicule tel que celui du conjoint ou un véhicule de fonction)
  • Conducteur ayant vu son permis annulé et contraint de le repasser

Quelle assurance auto pour un jeune conducteur ?

Afin de prendre en considération les particularités présentées par les jeunes conducteurs et de les répercuter sur l’assurance auto, les assureurs ont pris des dispositions spécifiques à leur encontre.

Les spécificités de l'assurance auto pour jeune conducteur

Comme expliqué précédemment, l’inexpérience induite par le statut de jeune conducteur pousse les compagnies d’assurance à considérer ces assurés comme présentant un risque aggravé. La couverture correspondante est alors réévaluée pour prendre en compte les facteurs liés à l’aggravation du risque en question.

Par ailleurs, les personnes ayant fauté, et donc qui ont vu leur permis de conduire annulé ou retiré, sont également considérées comme jeunes conducteurs lorsqu’elles ont à nouveau la possibilité de conduire, donc de souscrire à une assurance auto. Les assureurs n’aimant pas les clients présentant un risque aggravé risquant de leur coûter de l’argent, ils prennent alors des dispositions spéciales pour protéger des conducteurs ayant déjà fait état du statut de « mauvais conducteur ».

Les garanties de l’assurance auto pour jeunes conducteurs

Les jeunes conducteurs ont donc la possibilité de souscrire à une assurance auto classique, de la même manière que tous les autres assurés. Il existe trois catégories principales de couvertures destinées à couvrir les conducteurs :

  • L’assurance au tiers : elle prend en compte la garantie responsabilité civile, qui constitue le minimum légal auquel tous les conducteurs doivent souscrire, même pour un véhicule ne roulant plus. Cette assurance ne permet de couvrir que les dommages causés à une tierce personne et non ceux impliquant directement l’assuré.
  • L’assurance intermédiaire : aussi appelée assurance au tiers +, elle comprend la garantie responsabilité civile en plus de garanties supplémentaires comme celles couvrant le vol et les incendies. Elle reste très personnalisable par l’ajout de garanties complémentaires permettant d’adapter la protection au profil du conducteur.
  • L’assurance tous risques : elle représente la couverture la plus complète, prenant en compte les protections de l’assurance intermédiaire plus la garantie personnelle du conducteur, lui permettant d’être indemnisé en cas d’accident de la route.

En cas de non prise en charge de certaines situations, l’assurance auto reste personnalisable par l’ajout de garanties optionnelles. C’est notamment le cas de la garantie bris de glace, la garantie personnelle du conducteur, la garantie dépannage ou assistance 0 km, la garantie protection juridique ou la garantie catastrophes naturelles.

A savoir : en règle générale, il n’existe pas de garantie spécifiquement destinée à couvrir les jeunes conducteurs, qui doivent alors choisir l’assurance auto qui leur convient, en fonction des risques présentés et de leur budget. Il s’avère que les assureurs ne répercutent pas les particularités liées au statut de conducteur novice sur les garanties disponibles, mais bien sur le coût de l’assurance auto.

  • L’assurance auto pour les jeunes conducteurs représente un coût non négligeable, imputable au budget de personnes disposant de revenus moindres. Il est donc impératif de comparer les tarifs et les garanties avant de souscrire pour prétendre bénéficier de la meilleure assurance. Des solutions permettant de réduire le prix de la prime existent, comme l’enregistrement en tant que conducteur secondaire sur le véhicule familial ou l’existence préalable de la conduite accompagnée, des modalités permettant de compenser l’application de la surprime légale par les assureurs, visant à évaluer l’aggravation du risque due à l’inexpérience.

Comment trouver une assurance auto pour jeune conducteur pas chère ?

En tant que jeune conducteur, le meilleur moyen pour optimiser le coût et la couverture de son assurance auto reste encore la comparaison des contrats disponibles sur le marché. 

Il est effectivement très bénéfique de comparer les offres pour les jeunes conducteurs, dans le but de souscrire à une assurance auto pas chère. Cette disposition permet de compenser l’application de la surprime par les assureurs destinée à compenser leur inexpérience au volant, donc la survenue statistique plus importante de sinistres.

Réassurez-moi met à votre disposition son propre comparateur d’assurance auto jeune conducteur, un outil rapide, simple d’utilisation et totalement gratuit qui vous permettra de connaître les prix pratiqués par les diverses compagnies d’assurance en toute transparence. Vous pourrez comparer facilement les garanties présentes dans votre contrat en fonction de leur étendue, leurs modalités d’application et leurs tarifs individuels.

En établissant une simulation d’assurance auto jeune conducteur, vous disposerez de toutes les informations nécessaires pour adhérer à l’offre la plus intéressante pour votre profil. Vous n’avez alors plus besoin de demander de multiples devis d’assurance auto directement auprès des assureurs et économisez du temps en plus de l’argent.

Si vous souhaitez pousser la démarche plus loin, vous pouvez faire appel aux services d’un courtier en assurance auto, qui vous orientera vers le contrat le plus adapté et vous accompagnera et vous représentera pendant l’exercice de votre couverture. Si votre contrat actuel ne vous convient plus, il saura également vous conseiller sur la possibilité d’une résiliation de votre assurance auto jeune conducteur pour prétendre payer moins cher ailleurs ou disposer de meilleures garanties. 

Le prix de l'assurance auto pour jeune conducteur

La surprime de l'assurance auto pour jeune conducteur

L’assurance auto pour jeunes conducteurs est donc plus onéreuse que celle d’un conducteur plus expérimenté. Au niveau statistique, les apprentis conducteurs sont effectivement davantage impliqués dans des sinistres que les assurés « classiques ». Les assureurs procèdent donc à une majoration du prix de l’assurance auto, à la manière d’une surtaxe, afin de se prémunir contre les pertes financières induites par l’indemnisation des jeunes conducteurs en cas de survenue d’un accident par exemple.

Le système de surprime mis en place par les compagnies d’assurance prend néanmoins en considération les conducteurs ayant bénéficié de la conduite accompagnée. Il s’applique de la manière suivante :

Conduite classique

Conduite après AAC (Apprentissage Anticipé de la Conduite)

Première année

+ 100 % max

+ 50 % max

Deuxième année

+ 50 % max

+ 25 % max

Troisième année

+ 25 % max

+ 12,5 % max

Quatrième année

Supprimée

Supprimée

Le principe de bonus-malus pour l'assurance auto

Le bonus-malus est un principe d’appréciation du comportement du conducteur ayant une répercussion sur son assurance auto. En tant que jeune conducteur, il est impératif de connaître son fonctionnement car il a une incidence significative sur le coût de l’assurance auto en cas de sinistre responsable. Egalement appelé « coefficient de réduction-majoration », il a été introduit dans la loi française en 1976 et représente une clause pouvant avoir deux conséquences :

  • La réduction de la prime d’assurance auto en cas d’absence de sinistre (bonus)
  • La majoration de la prime d’assurance auto en cas de sinistre (malus)

Le bonus-malus est alors remis à jour à échéance annuelle, afin de remettre à jour le coût de l’assurance auto, selon le comportement sur la route de l’assuré, qui peut donc être « bonussé » ou « malussé ».

Il est important de savoir que le bonus-malus est automatiquement fixé à 1 au moment de la première année d’exercice du contrat d’assurance auto. Par la suite, en cas d’absence de sinistre, le bonus augmente de 5 % par an, faisant ainsi diminuer proportionnellement la prime d’assurance correspondante. Cette clause est un moyen pour les assureurs de faire payer les « mauvais conducteurs » pour les pertes financières induites, mais également de pousser les assurés à adopter un comportement normal au volant. 

Attention : le contrat peut être résilié en cas de survenue de trop nombreux sinistres. Sachez qu’il est particulièrement difficile par la suite de retrouver une assurance auto en qualité de conducteur « malussé » par l’assurance auto.

Laisser un commentaire