Expert en assurance auto : quel est son rôle ?

Expert en assurance auto : quel est son rôle ?

Après un accident de voiture, vous allez faire jouer votre assurance auto afin d’être indemnisé des dommages subis et causés. Dans bien des cas, votre assureur fera appel à un expert automobile. Estimations des dégâts, des causes du sinistre, du montant des réparations… ses missions sont décisives dans l’offre d’indemnisation que vous allez recevoir. Nous verrons que l’assureur n’est pas le seul à pouvoir faire appel à un expert auto ! Quel rôle tient l’expert auto exactement ? Combien coûte-t-il ? Comment se déroule l’expertise ? 

Qu’est-ce qu’un expert en assurance auto ?

Un expert en assurance auto est un spécialiste appelé pour venir constater les dommages d’un sinistre automobile. Il est dans un premier temps mandaté par la compagnie d’assurance. Sa mission est diverse : évaluer les dégâts, identifier les biens volés, estimer les causes du sinistre, chiffrer le coût des réparations… L’expert auto est fin connaisseur de son domaine, mais dispose également de fortes compétences techniques et juridiques en matière de droit des assurances et sur les produits auto.

Son travail d’expertise est essentiel puisqu’il constituera la base sur laquelle l’assureur s’appuiera pour décider de l’indemnisation due. Il peut aussi intervenir lors de la souscription du contrat d’assurance auto pour estimer la valeur du véhicule si nécessaire.

La plupart du temps, il exerce sa profession en tant qu’indépendant dans un cabinet. Il est censé être impartial et neutre dans le rendu de ses observations. Cependant, il faut tout de même garder en tête que le premier expert d’assurance à intervenir est mandaté par l’assureur… Il a un rôle économique évident pour l’assureur et pour l’assuré, mais également un rôle sécuritaire. L’expert automobile doit prévenir l’assuré de tous les risques liés à son véhicule (défaut de conformité, d’homologation, déficience technique…).

Assurance auto : comment se déroule l’expertise ?

Avant toute chose, il faut savoir que l’expertise n’est obligatoire que dans certains cas : après une catastrophe naturelle entraînant des dommages importants ou lorsque l’assuré refuse les propositions d’indemnisation de son assureur. Dans les autres cas, c’est la compagnie d’assurance qui va décider de l’appel d’un expert ou non. Vous ne serez donc pas systématiquement confronté à un expert auto après un sinistre.

Si la situation venait à se produire, voici les différentes étapes de la procédure d’expertise :

  • Venue de l’expert auto sur les lieux de l’accident pour constater les dégâts et tenter d’en déterminer les raisons. Il peut arriver que l’expert ne se déplace pas et fasse uniquement son compte rendu sur la base de photos.
  • Rédaction du rapport d’expertise, conférant tous les éléments nécessaires à l’établissement d’une offre d’indemnisation au sinistré. Ce rapport d’expertise doit contenir : les circonstances du sinistre, les biens endommagés lors du sinistre, une évaluation des dommages et les conditions de remise en état du véhicule.

L’expert peut vous demander des justificatifs pour lui permettre d’évaluer la valeur initiale des biens endommagés (carte grise) ou connaître les déclarations faites sur les circonstances de l’accident (constat). Pour les sinistres les plus graves, l’expert doit certifier la non-dangerosité du véhicule pour sa remise en circulation. À partir du rapport d’expertise, votre compagnie d’assurance va vous faire une offre d’indemnisation pour le sinistre évalué, que vous êtes libre d’accepter ou de refuser.

Procédure selon l’état du véhicule

SignificationProcédure
Le véhicule est réparableExpert valide l’utilité des réparationsRemboursement ou règlement par l’assureur
Le véhicule est considéré irréparablePrix réparations > valeur du véhiculeConservation ou vente à l’assureur
Le véhicule est dangereuxJoue sur la sécurité routièreInterdiction de circulation jusqu’à réparations suivies

Si le coût des réparations du véhicule est supérieur à sa valeur, votre assureur doit vous proposer une indemnisation en perte totale (on parle aussi de rachat du véhicule). Vous pouvez accepter, ou refuser et faire les réparations.

La loi ne fixe aucun délai d’intervention de l’expert : l’assureur peut donc décider quand recourir à ses services. L’expert auto peut être mandaté sous 15 jours pour les petits sinistres, et en général, plus le sinistre est grave, plus l’attente est longue. Sachez qu’un délai de prescription de 2 ans existe, au delà duquel l’intervention d’un expert ne sera plus possible.

Combien coûte un expert auto ?

Vous avez eu un sinistre avec votre véhicule, et votre compagnie d’assurance vous informe qu’elle veut réaliser une expertise automobile. Il est alors tout à fait légitime que vous vous demandiez combien coûte un expert auto.

  • L’intervention de l’expert mandaté par votre assureur ne vous coûtera rien : en effet, cette possibilité est comprise dans votre contrat.
  • Si vous lancez la procédure de contre-expertise et que vous demandez l’intervention de votre propre expert, vous devrez payer : ses honoraires seront en principe à votre charge. Il se peut que votre contrat comprenne la clause garantie honoraires expert. Celle-ci prendra rarement en charge à 100 % les frais de l’expert, néanmoins elle peut vous permettre de recourir à ses services à moindre coût.
  • Les honoraires de l’expert de la tierce-expertise sont, quant à eux, partagés entre les deux parties, à savoir assuré et assureur.

Le recours à votre propre expert peut s’avérer être une aide précieuse et donner lieu à une meilleure indemnisation finale. C’est à vous de faire l’arbitrage entre le coût qu’il représente et les bénéfices que vous pouvez en retirer.

Le tarif d’un expert auto varie en fonction des cabinets et de leur stratégie. Afin de répondre au maximum aux demandes des assureurs et des assurés, certains proposent différentes formules, allant de la simple vérification de la conformité administrative du véhicule à la garantie mécanique couvrant les pièces essentielles. En moyenne, une expertise automobile coûte entre 70 et 400 €.

Vous pouvez également faire appel aux services d’un expert avant d’acheter un véhicule par exemple, afin d’obtenir son historique d’immatriculation, de sinistres… La tarification est d’environ 50 €.

Nous l’avons vu, le tarif que vous aurez à payer pour faire appel à un expert de votre choix dépend en partie de la clause « garantie honoraires d’expert » et des limites de celle-ci. Si votre contrat d’assurance auto ne vous satisfait pas sur ce point ou s’il y a eu désaccord avec votre assureur, vous pouvez le changer ! La loi Hamon prévoit la possibilité de résilier votre assurance auto après un an d’adhésion, sans avoir à motiver votre décision.

L’assurance auto étant obligatoire, nous vous conseillons de prévoir la souscription d’un nouveau contrat en amont.

Pour cela, il est important de comparer les offres du moment afin de trouver le contrat présentant les meilleures garanties au meilleur prix d’assurance auto pour votre situation. Réassurez-moi a développé son propre comparateur pour vous aider : il est gratuit, anonyme, et vous permet d’obtenir des devis personnalisés de plusieurs compagnies d’assurance auto en quelques minutes.

Que faire en cas de désaccord avec le rapport de l’expert auto ?

Vous êtes victime d’un sinistre donnant lieu à la venue d’un expert auto. Mais au final, vous n’êtes pas d’accord avec le compte-rendu qu’il a fait de l’accident et de l’estimation des dommages. L’indemnisation que vous offre votre assureur ne vous convient donc pas. Dans ce genre de litige, une solution s’offre à vous : faire appel à l’expert auto de votre choix. On parle de contre-expertise. Le nouvel expert va reprendre le cas à partir de 0 : évaluation des dégâts, des biens endommagés ou volés, des circonstances de l’accident (…) et livrer son propre rapport.

Si les 2 parties n’arrivent pas à s’accorder, une tierce-expertise peut être lancée, employant un 3e expert désigné par le tribunal de grande instance ou le tribunal de commerce. Enfin, si malheureusement votre cas fait toujours débat, un expert judiciaire sera désigné pour départager les expertises précédentes.

Nombre d’experts dénoncent la pression mise par les assureurs pour diminuer les coûts moyens du sinistre, afin d’indemniser au minimum leurs assurés. Soyez donc vigilant quant aux conclusions données…

Où trouver la liste des experts automobile agréés ?

Sur le site de la sécurité routière, vous pouvez accéder à la liste des experts automobile agréés, véritable référence dans le milieu pour vous éviter tout déboire. Que ce soit après un sinistre ou en amont de l’achat d’un véhicule (rôle de conseiller), les cas dans lesquels vous pouvez avoir besoin d’un expert automobile sont nombreux. Il est important de bien choisir ce professionnel. Son expertise vous convaincra d’acquérir ou non le véhicule en question, ou si vous faites appel à ses services lors d’une contre-expertise, son accompagnement pourra vous faire gagner face à votre assureur.

Par conséquent, nous vous conseillons de choisir un expert automobile agréé. C’est un professionnel qui détient un diplôme d’Etat dans le domaine, ainsi qu’un numéro d’agrément décerné par le ministère de l’Intérieur et re-validé chaque année par une formation obligatoire. En principe, selon la loi : « Nul ne peut exercer la profession d’expert en automobile s’il n’est inscrit sur une liste établie par une commission composée en nombre égal de représentants de l’Etat, des professions de l’expertise et de l’assurance et des consommateurs ».

Comment devenir expert en assurance auto ?

L’expert automobile ne porte pas ce nom pour rien : il dispose de connaissances solides des véhicules motorisés, mais aussi de compétences juridiques et techniques. Pour exercer ce métier, il faut pouvoir justifier de l’obtention du Diplôme d’Expert en Automobile (DEA), délivré par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Il doit aussi figurer sur la Liste Nationale des Experts en Automobile, tenue par le Ministère des transports.

Pour postuler au DEA, il faut être diplômé de l’une des formations suivantes :

  • BTS MCI (moteur à combustion interne), BTS Agro-équipement, BTS génie mécanique automobile, BTS EVM (exploitation des véhicules à moteur) ou encore le BTS MAVA (maintenante et après-vente des véhicules).
  • DUT génie mécanique option automobile.
  • Diplôme d’Ingénieur de l’ESTACA option automobile.
  • Diplôme d’Ingénieur de l’ISAT.

Une fois ce diplôme en poche, vous devrez effectuer 2 ans de pratique d’expertise automobile auprès d’un expert diplômé : vous serez donc stagiaire expert pendant ces deux années là. Cette formation peut être effectuée auprès de l’expert automobile de votre choix (cabinet, indépendant…), tant qu’il est diplômé. À l’issue de ces deux ans, vous devrez passer les épreuves finales du DEA.

Vous n’avez aucun de ces diplômes mais vous souhaitez devenir expert automobile ? Si vous justifiez d’au moins un an d’expérience dans le domaine de l’expertise automobile, vous pouvez prétendre à la Validation des Acquis d’Expérience (VAE).

Posez votre question
Un expert vous répondra