Quelle assurance pour un prêt aidé ?

Mis à jour le 19 octobre 2020 par Antoine Fruchard 

Pour aider les ménages à accéder à la propriété, l’État et les banques proposent certains types de prêts dits aidés, permettant de financer jusqu’à 40 % de l’emprunt immobilier. Parmi eux, on retrouve le prêt à taux zéro (PTZ) ou encore le prêt à l’accession sociale (PAS). Faut-il souscrire à une assurance emprunteur pour ces prêts aidés ? Vers qui se tourner pour avoir les taux d’assurance de prêt les plus bas ? Réponses !

Est-il obligatoire d’assurer un prêt aidé ?

Les prêts complémentaires sont des prêts qui peuvent être souscrit en plus d’un crédit immobilier principal ou de votre apport personnel pour financer l’achat d’un bien immobilier. Ils permettent à l’emprunteur de bénéficier de taux préférentiels et d’alléger le coût de son crédit. Ces prêts peuvent être octroyés par un organisme autre que celui de la banque (comme l’État, la caisse des retraites complémentaires ou encore votre employeur). Cependant, ceux-ci restent des prêts immobiliers qui doivent être remboursés en parallèle du remboursement de votre prêt principal.

Parmi ces prêts aidés, on retrouve le prêt à taux zéro, le prêt à l’accession sociale, le prêt Action Logement, le prêt fonctionnaire, le PEG ou encore le PEL.

Même si légalement, l’assurance emprunteur n’est pas obligatoire, aucun établissement de crédit ne financera un crédit sans assurance de prêt. Cette disposition est valable pour les emprunts immobiliers classiques comme pour les prêts aidés.

De plus, les prêts complémentaires de type PTZ seront particulièrement soumis à l’assurance emprunteur puisqu’il sont dédiés aux emprunteurs à faibles ressources financières. 

Quelle assurance pour mon PTZ ?

L’étape la plus importante consiste à choisir le type d’assurance de prêt. Depuis la loi Lagarde, chaque assureur est libre de choisir son assurance, à savoir celle proposée par la banque (assurance groupe) ou une assurance externe via la délégation d’assurance. Ce choix est déterminant car il peut permettre à l’emprunteur de réaliser de solides économies, ou bien au contraire de voir ses cotisations d’assurance grimper en flèche.

  • L’assurance “groupe” : elle est systématiquement proposée par le banquier à tous les clients qui sollicitent un crédit immobilier : un tarif unique pour tous, sans distinction d’âge ni de cas particulier. L’inconvénient est qu’il vous faudra payer pour des risques qui ne vous concernent pas toujours ou des garanties dont vous n’avez pas besoin ;
  • L’assurance “externe” : elle est souscrite auprès d’une compagnie d’assurance indépendante aux groupes bancaires. En moyenne, l’assurance d’un PTZ via un contrat externe à la banque permet de réduire de 50 % ses primes d’assurance de prêt. L’emprunteur n’aura pas à payer la marge de la banque et surtout, aura la possibilité d’ajuster la couverture à ses besoins personnels.

Si l’emprunteur choisit la délégation d’assurance, il devra s’assurer de souscrire un contrat d’assurance présentant un niveau de garantie équivalent au contrat d’assurance proposé par la banque prêteuse. À partir de là, votre banque ne pourra pas ni vous refuser votre assurance, ni revenir sur le taux d’intérêt fixé.

Pour réaliser un choix serein et être sûr de respecter l’équivalence de garanties, faites appel à notre comparateur d’assurance de prêt. En comparant les taux du marché, vous vous assurez de choisir l’assurance de prêt la plus adaptée à votre prêt aidé et à bénéficier du meilleur rapport prix / garanties. Notre outil est gratuit et 100 % en ligne.

comparateur assurance emprunteur

Comment réduire le coût de l’assurance d’un prêt complémentaire ?

Depuis 2011, l’assurance prêt immobilier a pris une proportion importante dans le coût d’un crédit, non pas à cause de la hausse des tarifs, mais à cause de la diminution des taux d’emprunt. C’est pour cela qu’il est important de trouver des moyens pour faire baisser le coût de l’assurance prêt immobilier.

Baisser votre assurance de prêt complémentaire en empruntant à plusieurs

Le banquier, toujours en fonction du nombre d’emprunteurs, de leurs profils et du montant emprunté, définira la quotité d’assurance : cela correspond à la part de capital à garantir. Ce pourcentage de quotité, une fois défini, sera appliqué à l’ensemble des garanties souscrites. En cas de co-emprunteurs choisissant une garantie inférieure à 100% sur chaque tête, votre prime d’assurance sera moins importante.

  • Un seul emprunteur : on parle d’assurance sur une tête. Il devra s’assurer à 100 % (minimum exigé) du montant de son emprunt. En cas de décès, l’assurance remboursera intégralement la banque et les héritiers de l’emprunteur deviendront donc, sans frais,  propriétaires du bien.
  • Plusieurs co-emprunteurs :  il s’agit de la quotité sur deux têtes (ou plus). L’addition des quotités devra toujours correspondre au minimum à 100 % du montant de leur emprunt, et au maximum à 200 %. Chaque co-emprunteur sera couvert à un pourcentage, qui est souvent défini en fonction des revenus professionnels de chaque emprunteur.

On peut ainsi choisir de répartir les quotité à, par exemple, 30/70 % (si le premier emprunteur décède, l’assurance prendra en charge 70 % des mensualités et l’emprunteur survivant continuera à rembourser les 30 % restants) , 50/50 % ou 100 % sur chaque personne (en cas de décès de l’un des deux emprunteurs, l’assurance remboursera intégralement le crédit).

 

Misez sur les bonnes garanties pour votre assurance de prêt aidé

Bien choisir les garanties nécessaires à votre situation est aussi une façon avantageuse permettant de limiter le coût de l’assurance de votre prêt aidé. Si certaines garanties seront imposées par votre établissement prêteur (Décès et PTIA a minima), à vous de jauger quelles garanties peuvent être utiles, ou non :

  • garantie Décès : obligatoire.
  • garantie PTIA (Perte Totale et Irréversible d’Autonomie) : obligatoire.
  • garanties ITT et IPT (Incapacité Temporaire Totale de Travail et Invalidité Permanente Totale)  : exigées pour un achat de résidence principale, non nécessaire pour un investissement locatif.
  • garantie IPP (Invalidité Permanente Partielle) : moins souvent demandée pour un achat de la résidence principale et non nécessaire en cas d’investissement locatif.
  • garantie Perte d’Emploi : facultative. Pour les salariés en CDI depuis au moins 1 an.

Changez d’assurance en cours de PTZ

L’assurance emprunteur représente une part conséquente dans le coût total du crédit immobilier. De nombreux emprunteurs ne savent pas qu’ils sont tout à fait libres, dès le début de leur prêt immobilier, d’opter pour la délégation d’assurance et de choisir la couverture de leur choix. Ainsi, chaque année, ils peuvent remettre leur taux en concurrence et changer d’assurance de prêt en cours d’emprunt.

Dès lors, la banque prêteuse transmettra à l’emprunteur un avenant permettant d’actualiser ce changement d’assurance liée au PTZ (ou à n’importe quel autre prêt). En aucun cas la banque ne pourra modifier le taux d’intérêts du crédit ou encore les conditions d’octroi, ni d’exiger le paiement de frais supplémentaires pour ce changement d’assureur.

Il est nécessaire de remplir ce champs.
Votre nom est requis.