Qu'est-ce qu'un primo accédant ?

Mis à jour le 29 octobre 2020 par Antoine Fruchard 

Vous avez envie d’effectuer votre premier achat immobilier ? Il vous sera alors nécessaire de vous préparer de la meilleure des manières en analysant l’ensemble des dispositifs et des aides disponibles. Dans le cas contraire, vous risquez de faire face à de nombreuses déconvenues. Gros plan sur le statut de primo-accédant ! 

Quelle est la définition du primo-accédant ?

Un primo-accédant est un particulier qui se procure son premier bien immobilier ou une personne qui n’est plus propriétaire depuis au moins 2 ans à la date de l’acquisition de son nouveau bien immobilier. Il est important de noter qu’un primo-accédant peut être considéré comme tel s’il est propriétaire d’une résidence secondaire ou de biens locatifs et non de sa résidence principale. La définition du primo-accédant est donc valable pour 3 profils distincts.

Selon une étude du CSA, près de la moitié des primo-accédants sont des jeunes entre 25-34 ans.

Primo accédant, vers quel prêt se tourner ?

À la différence des autres acquéreurs de biens immobiliers, le primo accédant présente un désavantage car il ne peut pas bénéficier du gain de la vente d’une ancienne propriété. Ainsi, l’État a mis en place plusieurs prêts pour aider ces nouveaux propriétaires à investir, même sans grand moyens :

  • Le prêt à taux zéro : il s’agit du financement complémentaire le plus célèbre réservé exclusivement aux primo-accédants. Notez que ce prêt primo-accédant doit obligatoirement être couplé à un autre prêt. Il permet de financer jusqu’à 40 % du montant total du bien mais nécessite de respecter des conditions de ressources pour sa souscription. Aussi, si vous souhaitez obtenir un PTZ (prêt à taux zéro), vous devez être de nationalité française ou avoir une carte de séjour et respecter les plafonds de ressources de votre ménage.
  • Le prêt épargne logement : dépendant du Plan d’Epargne Logement, ce prêt primo-accédant peut aider au financement de l’achat d’un premier logement. Celui-ci a une durée allant de 2 à 15 ans. Ce type de prêt n’est aujourd’hui pas avantageux car son taux est actuellement plus élevé que le taux des prêts immobiliers classiques. 
  • Le prêt accession sociale : ce prêt permet aux ménages ayant des revenus modestes d’accéder à la propriété. Ainsi, pour bénéficier de ce prêt primo-accédant, il est primordial de ne pas dépasser un certain plafond. Contrairement au PTZ, le prêt accession sociale est remboursable avec des intérêts sur une durée comprise entre 5 et 35 ans. Il peut permettre de financer 100% de l’achat du bien immobilier. Son taux est très variable, de ce fait, si vous souhaitez bénéficier d’un prêt accession sociale avantageux, il est recommandé de comparer les taux.
  • Le prêt action logement : le PAL peut être un complément utile à votre prêt immobilier primo-accédant. Celui-ci peut être contracté si vous êtes salarié d’une entreprise privé adhérente au Comité interprofessionnel du logement (CIL). Pouvant financer 30% du total de l’acquisition de votre nouvelle propriété principale, le PAL nécessite un remboursement d’une durée maximale de 20 ans pour un taux d’intérêt de 1%. Il est aussi possible de bénéficier du prêt action logement suite à l’achat d’un terrain où la construction du logement est prévue dans un délai maximal de 4 ans. 
  • Le prêt des collectivités territoriales : en tant que primo-accédant, le prêt des collectivités territoriales peut être très intéressant. En effet, vous pouvez faire appel à votre région, département ou commune pour vous aider dans votre premier achat immobilier. Notez que vous ne pouvez pas dépasser un certain niveau de revenus dans le cadre de la souscription du prêt des collectivités territoriales. Pour connaître l’ensemble des modalités, vous devez contacter l’instance locale. 

Pour vous aider à savoir vers quel prêt vous tournez en situation de primo-accédant, vous avez la possibilité de comparer l’ensemble des prêts immobiliers présents sur le marché grâce à notre outil en ligne. Il sonde en direct les meilleurs taux actuels afin de vous proposer la solution la plus économique pour votre prêt :

taux pret immo 1

Y a-t-il des avantages fiscaux à être primo-accédant ?

En tant que primo-accédant, vous pouvez bénéficier de certains avantages fiscaux et notamment de la baisse de la TVA des biens immobiliers neufs passant de 20% à 5.5 %. Il faut cependant prendre en compte le fait que votre nouveau logement doit se trouver dans une zone Anru (Agence nationale de la rénovation urbaine) ou dans un quartier QPV (Quartiers Prioritaires de la Ville). Ce critère a été mis en place pour redynamiser certains territoires. Afin d’accéder à cette diminution de la TVA dans l’achat de votre premier logement, vos ressources ne doivent pas excéder un certain montant. 

Sachez aussi que malgré plusieurs dispositifs de défiscalisation immobilière adoptés par le gouvernement français, il n’existe pas aujourd’hui de défiscalisation dédiée aux primo-accédants. Tout de même, vous avez la possibilité de profiter d’une réduction d’impôt sur vos revenus via 2 lois :

  • La Loi Pinel concernant les biens immobiliers neufs 
  • La Loi Denormandie concernant les biens immobiliers anciens. 

Premier achat immobilier : quelles sont les aides de l’État ?

Outre les nombreux prêts à destination des primo-accédants disponibles, pour un premier achat immobilier l’État propose d’autres aides pouvant vous faciliter grandement votre premier achat immobilier. En ce sens, la CAF offre 3 différentes aides pour vous apporter un soutien financier dans le cadre de votre prêt immobilier primo-accédant :

  • L’Aide personnalisée au logement (APL) pour les primo-accédants. Elle est proposée selon vos revenus, la composition de votre foyer et votre lieu de résidence.
  • L’Allocation de logement familiale (ALF). Une aide de l’État primo-accédant destinée à l’emprunteur ou les co-emprunteurs mariés depuis au moins 5 ans et ayant des enfants.
  • L’Allocation de logement sociale (ALS). Vous concerne si vous ne pouvez pas bénéficier des 2 autres aides destinées aux primo-accédants et si votre logement répond à plusieurs critères tels que le confort, la sécurité et la superficie selon le nombre de personnes occupant les lieux. 

Selon votre dossier, votre CAF vous redirigera sur l’une de ces 3 aides pour les primo-accédants.

L’aide primo-accédant de la CAF est assez complète et a pour principal objectif de vous aider dans la réalisation de votre projet de premier achat immobilier en tant que jeune. 

Primo-accédant, faut-il se tourner vers un PTZ ?

Les avantages du prêt à taux zéro pour un primo-accédant sont considérables : 

  • Un taux à 0%
  • Un financement à hauteur de 40% du montant total de votre nouvelle résidence.
  • Un remboursement pouvant se faire sur 5, 10, 15 ans et au maximum sur 25 ans. 
  • Des montants prêtés importants : entre 60 000 et 138 000 euros selon la zone de résidence. 

Voici les conditions à remplir pour bénéficier d’un PTZ :

  • Vous devez souscrire d’autres crédits primo-accédant. Le PTZ est un complément financier, il doit donc être couplé avec d’autres emprunts. 
  • Il est obligatoire d’habiter le logement durant les 6 années après le versement du prêt et 1 an au maximum après la fin des travaux de votre nouveau bien immobilier. 
  • Votre nouveau logement doit être conforme aux réglementation thermiques RT2012. 
  • Vous ne pouvez pas avoir des revenus inférieurs au plafond des ressources. 

Les plafonds de ressources pour bénéficier d’un prêt à taux zéro en tant que primo-accédant dépendent de la composition de votre foyer et de sa localisation (4 zones fiscales ont été mises en place sur l’ensemble du territoire français) :

  • La zone A : comprend l’agglomération de Paris, les villes où les loyers sont élevés (Marseille, Montpellier ou encore Lyon). 
  • La zone B1 : comprend de grandes agglomérations ayant des loyers relativement élevés (Caen, Dijon, Le Havre, etc.). Cette zone comprend également les départements d’Outre-Mer. 
  • La zone B2 : comprend les communes de Corse et certaines villes dont les loyers sont plus faibles que celles des zones A et B1.
  • La zone C : comprend l’ensemble des zones à faible population. 
Composition du foyerZone AZone B1Zone B2Zone C
137 000 euros30 000 euros27 000 euros 24 000 euros
251 800 euros42 000 euros 37 800 euros33 600 euros
362 900 euros51 000 euros45 900 euros 43 800 euros
474 000 euros60 000 euros54 000 euros 48 000 euros
585 100 euros69 000 euros 62 100 euros 55 200 euros
696 200 euros 78 000 euros 70 200 euros 62 400 euros
7107 300 euros 87 000 euros 78 300 euros69 600 euros
8 ou plus118 400 euros96 000 euros 84 400 euros 76 800 euros
Tableau des plafonds pour bénéficier du PTZ en 2021

En plus des plafonds de ressources, les montants de PTZ fluctuent selon ces zones :

Composition du foyerZone AZone B1Zone B2Zone C
160 000 euros 54 000 euros 22 000 euros20 000 euros
284 000 euros 75 600 euros 30 800 euros28 000 euros
3102 000 euros92 000 euros 37 400 euros34 000 euros
4120 000 euros108 000 euros 44 000 euros40 000 euros
5 ou plus138 000 euros124 400 euros50 600 euros46 000 euros
Tableau des montants maximaux accordés dans le cadre d’un PTZ en 2021

Prenons un exemple concret pour mieux comprendre le fonctionnement du PTZ : imaginons un couple ayant un enfant et résidant à Caen (zone B1). Ils ont décidé de faire l’acquisition de leur premier bien immobilier neuf d’une valeur de 200 000 euros et ont à eux deux 3000 euros net de revenus par mois. Le PTZ leur permettra d’emprunter 80 000 euros avec un différé de remboursement de 10 ans, sur une période de remboursement de 12 mois.

Le montant des autres prêts immobiliers dans le cadre de ce premier achat devra donc être de 115 000 euros.

1 commentaire
Vangermee, le 3 février 2019

Comment faire pour obtenir un prêt immobilier sans apport personnel.

Répondre
Il est nécessaire de remplir ce champs.
Votre nom est requis.