Augmenter les mensualités du prêt immobilier

Augmenter les mensualités du prêt immobilier


Dans le cadre d’un prêt immobilier, l’emprunteur dispose de la possibilité de moduler ses mensualités, à savoir les augmenter ou les diminuer. Cette modulation peut intervenir pour des raisons différentes, voire opposées. En cas de volonté d’augmentation des mensualités de remboursement, le particulier pourrait réaliser des économies non négligeables.

Selon la banque et les modalités du crédit immobilier contracté, il sera possible d’augmenter les mensualités dans une certaine mesure et en respectant certaines règles. Réassurez-moi fait le point avec vous sur les possibilités dont vous disposez :

Pourquoi augmenter ses mensualités ?


Le fait d’augmenter les mensualités d’un prêt immobilier peut être motivé par plusieurs raisons, dont les conséquences doivent apporter un avantage à l’emprunteur.

Raccourcir la durée du prêt

La raison la plus évidente qui motiverait l’augmentation des mensualités de remboursement est évidemment le raccourcissement de la durée totale du prêt immobilier. Procéder de la sorte permet effectivement de diminuer le nombre d’échéances de remboursement prévu et de réaliser des économies conséquentes.

Il s’avère que le taux d’intérêt du prêt immobilier, relatif à la somme empruntée est réactualisé chaque mois sur le nouveau montant à rembourser après versement d’une mensualité. En augmentant ces mensualités, vous remboursez davantage chaque mois et bénéficiez ainsi d’un montant restant dû moins important et soldé plus rapidement.

Si le taux d’assurance du prêt immobilier est également à prendre en compte, la suppression de certaines mensualités empêche donc l’application du taux d’intérêt sur celles-ci, permettant de réaliser des économies de plusieurs milliers d’euros. Le Code de la Consommation, par l’article R. 321-21 prévoit d’ailleurs que chaque emprunteur puisse rembourser par anticipation son prêt immobilier, notamment en augmentant ses mensualités.

Les motivations

Procéder à une augmentation des mensualités découle souvent d’un changement significatif de la situation personnelle ou professionnelle de l’emprunteur. Une augmentation des revenus quelques années après la contraction du prêt immobilier est ainsi l’une des raisons principales, puisque le particulier dispose de fait d’une situation financière plus confortable.

Il est également possible que la personne ait touché un héritage, permettant de commencer à rembourser le prêt par anticipation. Par ailleurs, l’emprunteur peut avoir fait le souhait de fixer des premières mensualités relativement faibles : se rendant compte qu’il pourrait supporter des mensualités plus élevées après quelque temps, il décide alors de les augmenter.

Une alternative à l’épargne

Dans l’optique de prévoir l’avenir plus sereinement, voire de rembourser tout ou partie du prêt immobilier par anticipation, certains particuliers font le choix d’épargner régulièrement sur un livret dédié. Cette solution, bien que louable, n’est pas nécessairement le meilleur choix pour réaliser des économies significatives.

En fonction du taux d’intérêt fixé, du montant restant dû et de la durée restante, il peut ainsi être plus avantageux de procéder à l’augmentation des mensualités plutôt que d’épargner la somme correspondante. Cela permettra notamment de réduire la durée globale de l’emprunt et de diminuer l’impact du taux d’intérêt.

Le remboursement par anticipation

Le remboursement anticipé est à distinguer de l’augmentation des mensualités, puisqu’il représente le versement d’une somme fixe à un instant T. Dans le cas d’un remboursement par anticipation concernant une partie seulement du restant dû (et non pas de la totalité), cela ne modifie absolument pas la valeur des mensualités suivantes, mais simplement leur nombre effectif.

Une telle initiative suppose souvent des pénalités financières par la banque ; depuis le 1er juillet 1999 en revanche, elles ne peuvent appliquer ces pénalités de remboursement par anticipation dans certains cas. Ces derniers sont :

  • Le changement de lieu d’activité professionnelle de l’emprunteur impliquant la mise en vente du bien immobilier
  • La cessation forcée d’activité professionnelle (licenciement, accident du travail ou décès)
A savoir : il est tout à fait envisageable pour l’emprunteur de moduler ses mensualités de remboursement et notamment de les augmenter. Il lui faudra toutefois respecter certaines règles d’application et étudier précisément le montant total du prêt en fonction de l’augmentation des échéances de remboursement. Le but final sera de réaliser le maximum d’économies via le raccourcissement de la durée de l’emprunt.

Comment augmenter ses mensualités ?


Si l’augmentation des mensualités de remboursement est donc rendue possible par le Code de la Consommation, il est toutefois nécessaire de respecter certaines dispositions.

Prise en compte de différents facteurs

Dans l’optique d’augmenter convenablement les mensualités de remboursement préalablement définies, l’emprunteur doit prendre en compte différents facteurs :

  • Le délai de franchise : représente la durée pendant laquelle il lui sera impossible de procéder à l’augmentation des mensualités. Ce délai est généralement fixé aux 12 ou 24 premiers mois, afin d’empêcher le souscripteur de fixer des mensualités plus basses et de les augmenter le lendemain de la contraction du prêt immobilier ;
  • L’amplitude maximale : l’amplitude constitue le degré de variation accepté par les banques pour la modulation des mensualités. Si vous ne pourrez généralement pas rembourser moins de 10% de la mensualité actuelle, vous ne pourrez à priori pas non plus l’augmenter de plus de 50% ;
  • La fréquence de modulation : elle représente le nombre de fois que l’emprunteur pourra augmenter ses mensualités sur une période donnée. De manière générale, il n’est possible de les moduler qu’une seule fois tous les 6 mois ou tous les ans.

Coût de l’augmentation des mensualités

Il est également important de prendre en considération le coût effectif de l’augmentation des mensualités. Afin de se prémunir contre un remboursement anticipé qui ne serait pas avantageux pour elles (plus le prêt est long, plus le taux d’intérêt s’applique, donc plus la somme à rembourser est importante), les banques prévoient de faire payer les emprunteurs qui souhaiteraient augmenter leurs mensualités.

C’est ainsi que la première modulation est généralement gratuite. Les suivantes en revanche, peuvent vous être facturées à hauteur d’une dizaine d’euros, voire davantage, si vous procédez à trois ou quatre augmentations de mensualités.

Frais de remboursement anticipé

Comme expliqué précédemment, les banques ne peuvent appliquer des pénalités pour un remboursement anticipé dans certains cas. Pour une situation plus « classique » en revanche, elles n’hésiteront pas à vous facturer l’anticipation d’un remboursement pour tout ou partie de la somme restante (sauf si elle représente moins de 10% du montant de départ dû).

Il peut être particulièrement utile de procéder à la suppression de ces frais de remboursement anticipé au moment de la contraction du prêt immobilier, afin de pouvoir prévoir de verser plus tard une somme significative gratuitement. Ces pénalités peuvent être calculées de deux manières :

  • Soit elles correspondent à 3% du capital restant dû
  • Soit elles représentent 6 mois d’intérêt au taux moyen du crédit du capital remboursé

C’est la somme la plus faible résultant des deux calculs qui sera retenue. Elle peut néanmoins s’élever à plusieurs milliers d’euros.

Les démarches pour augmenter ses mensualités

Dans le but de procéder à l’augmentation des mensualités de son prêt immobilier, il suffit d’envoyer un courrier à son établissement de crédit faisant part de cette volonté. Vous devrez simplement établir le nouveau montant pour lequel vous souhaitez rembourser votre emprunt mensuellement.

En retour, la banque vous enverra un nouvel échéancier de remboursement établi sur les mensualités actualisées, que vous devrez accepter pour que la modulation soit effective. Consultez alors votre banque avant toute modification des mensualités pour savoir si des pénalités peuvent s’appliquer et dans quelle mesure vous pouvez les moduler.

Conseils pour optimiser sa modulation de crédit


L’augmentation de vos mensualités de remboursement ne doit pas se faire à la légère, puisque cela implique une part du plus importante du budget qui y sera dédié chaque mois.

Simuler avant de moduler

Avant toute modulation effective de vos mensualités, qu’il s’agisse de leur hausse ou de leur baisse, vous devez absolument procéder à une simulation de l’opération. Cette simulation vous permettra d’avoir une idée précise du nouveau montant à rembourser mensuellement, de la nouvelle durée du prêt, du capital restant dû et du coût total de l’emprunt comparé à celui établi au départ.

De nombreux simulateurs en ligne existent, vous laissant la possibilité de gérer vous-même votre remboursement de prêt immobilier. Vous pouvez aussi faire appel aux services d’un courtier ; prestataire indépendant, il peut vous donner de précieux conseils, depuis la constitution de votre dossier de demande de prêt jusqu’à l’accompagnement personnalisé pendant l’application du remboursement.

Quand augmenter ses mensualités ?

Il peut être particulièrement utile pour réaliser de plus grandes économies d’augmenter ses mensualités d’un faible montant, mais le plus tôt possible une fois passé le délai de franchise. Plus vous procéderez à une augmentation précoce de vos mensualités, plus le capital restant dû diminuera rapidement.

Ce moyen vous permettra d’économiser davantage qu’en cas d’augmentation plus tardive des mensualités, même pour un montant supérieur. Il s’avère que le coût total du prêt sera d’autant plus faible si vous procédez à une élévation précoce du niveau des mensualités.

Fixer le montant des mensualités de départ

La détermination des mensualités de départ est également un facteur déterminant pour optimiser au maximum le coût total du prêt immobilier. Il est effectivement avantageux pour l’emprunteur de fixer des mensualités plus élevées au début du crédit (en prenant en compte le fait qu’il faudra supporter leur montant pendant la durée du délai de franchise).

Procéder de la sorte permettra de rembourser une somme plus importante au début de l’emprunt, pour lequel les taux d’intérêt auront plus d’influence. Par la suite, il sera toujours possible de diminuer les mensualités si l’emprunteur se rend compte que la somme est trop difficile à supporter chaque mois.

Les modalités de remboursement

Dans tous les cas, en tant qu’emprunteur, vous devez faire en sorte de bien étudier les modalités de remboursement auxquelles vous serez soumis. Il s’agira notamment de prêter attention au coût total du prêt immobilier en prenant en compte le prix de l’assurance et les taux d’intérêt. Vous devrez également vous pencher sur le délai de franchise vous empêchant de moduler vos mensualités avant un certain temps.

La contraction d’un prêt immobilier vous engage sur une durée très longue et constitue l’investissement d’une vie. Il convient alors de ne pas signer un quelconque crédit à la légère, sans en avoir bien étudié les modalités de remboursement.

2 réponses à “Augmenter les mensualités du prêt immobilier”

  1. HADDOUCHE le 17 septembre 2019 a posté : dit :

    Peut-on demander la modulation en augmentant les mensualités , faut-il justifier l'augmentation des revenus

    • Annabelle de Réassurez-moi le 17 septembre 2019 a posté : dit :

      Bonjour,

      Vous pouvez en effet demander à votre banque d'augmenter vos mensualités. Il faut pour cela envoyer un courrier à votre établissement de crédit faisant part de votre volonté. En retour, votre banque vous enverra un nouvel échéancier de remboursement établi sur les mensualités actualisées, que vous devrez accepter. Pas besoin de justifier de l'augmentation de vos revenus, à vous d'être certain de pouvoir assumer cette augmentation.

      Je vous aussi invite à lire cette page pour plus d'informations : https://reassurez-moi.fr/guide/pret-immobilier/augmenter-mensualites

Posez votre question
Un expert vous répondra