Covid-19 et assurance de prêt immobilier, quel impact ?

L’assurance de prêt immobilier en temps de coronavirus

Mise à jour le

L’infection du Covid-19 peut être considérée par les assureurs en prêt immobilier comme un risque aggravé. Cela peut amener les compagnies à demander une surprime ou à pratiquer des exclusions dans les garanties.

Il est donc important de faire jouer la concurrence car les grilles de tarification peuvent être très différentes d’une assurance à l’autre. Par expérience, les contrats des banques ne sont pas les plus compétitifs financièrement parlant, ni ceux qui acceptent le plus facilement les risques médicaux : c’est pourquoi choisir un assureur externe est la solution la plus commune pour les emprunteurs ayant un problème de santé comme le coronavirus.

Sachez aussi que si vous avez déjà une assurance de prêt et que vous avez signé votre offre de prêt il y a moins d’un an, vous pouvez bénéficier de la loi Hamon et changer à tout moment et sans frais la première année. Si le délai est passé, vous pouvez aussi (à partir du 1er janvier 2018) résilier à date d’anniversaire votre assurance emprunteur grâce à l’amendement Bourquin.

Déclarer le coronavirus dans un questionnaire médical

Vous avez été atteint par le virus du Covid 19. Si vous le déclarez sur votre questionnaire de santé, le médecin conseil voudra en savoir plus et vous interrogera.

  • Vous avez présenté des manifestations bénignes : fièvre résolutive, douleurs musculaires, toux, céphalées, troubles digestifs, perte du goût et de l’odorat que vous avez retrouvés après quelques jours ou semaines.
  • Vous avez guéri spontanément au bout d’1 à 2 semaines du SARS-CoV-2. Vous n’avez aucune séquelle et vous avez repris vos activités professionnelles. Une grippe banale, ma foi ! 

Vous aurez une tarification normale pour les 3 garanties (décès, IT et PTIA).

  • Vous avez été hospitalisé quelques jours pour un syndrome respiratoire léger avec nécessité d’oxygène et d’un traitement médical. Vous avez regagné ensuite votre domicile et la maladie a évolué favorablement au bout d’une quinzaine de jours.

Vous devriez avoir une tarification normale pour les 3 garanties. Nous vous conseillons de joindre le compte-rendu d’hospitalisation et les examens de surveillance que l’hôpital a pu vous recommander de pratiquer.

  • Vous avez présenté des complications sévères et vous avez dû être hospitalisé en réanimation avec assistance respiratoire. Actuellement, vous êtes en convalescence chez vous et vous n’avez pas repris votre travail. Vous devrez attendre le rétablissement complet, la reprise du travail pour présenter votre dossier.

Le médecin-conseil vous demandera peut-être un bilan pulmonaire pour voir si vous ne présentez pas de séquelles respiratoires. Nous vous encourageons à fournir au médecin-conseil le bilan de la dernière consultation chez le pneumologue avec le résultat des EFR, de la saturation en oxygène au doigt, un test de marche de 6 minutes, voire une imagerie thoracique (radiographie ou scanner thoracique) et d’indiquer si vous vous prenez ou non un traitement.

Le médecin-conseil pourra aussi vous demander si vous ne conservez pas des séquelles neuro-psychiques évoquant un véritable syndrome de stress post-traumatique (PTSPT chez les Anglo-saxons) : fatigue persistante, troubles de l’humeur, troubles du sommeil avec cauchemars dans lesquels vous revivez votre hospitalisation en réanimation.

Vous devrez attendre votre guérison totale avec reprise du travail pour présenter votre dossier. Le médecin-conseil pourra ajourner votre dossier pour une période de 6 mois. Si au terme de cette période vous ne présentez aucune séquelle, le médecin-conseil pourra vous proposer une tarification normale, avec une éventuelle exclusion des suites et des conséquences du Covid 19. Utilisez notre simulateur pour avoir un devis sans laisser vos coordonnées.

comparateur assurance emprunteur

Posez votre question
Un expert vous répondra