Quel est le plafond du Livret de Développement Durable ? 

Mis à jour le 3 juin 2020 par Antoine Fruchard 

Le livret de développement durable et solidaire (LDDS) est proposé par tous les établissements bancaires. Il est souvent considéré comme le « petit frère » du livret A, tant leurs points communs sont nombreux : taux, fiscalité, absence de frais, fonctionnement général… Il ne sont toutefois pas similaires en tous points, notamment pour ce qui est de leur plafond ou de leurs conditions d’ouverture. Voyons ensemble quel est le montant maximum que l’on peut verser sur un livret de développement durable et solidaire, ainsi que la fiscalité 2020. 

LDDS : quel est son plafond en 2020 ?

Le livret de développement durable et solidaire (ex Codevi), est un livret réglementé par l’État. Cela indique que c’est ce dernier qui fixe les conditions, la rémunération et le plafond du livret LDD.  

Le montant maximum que l’on peut verser sur un LDDS est de 12 000 euros en 2020. 

Il s’agit là du plafond de versement sur un LDDS. Il est possible que son solde excède 12 000 euros du fait des intérêts capitalisés au fil du temps.

Ce montant maxi est inférieur à celui du livret A, raison pour laquelle le livret de développement durable est souvent considéré comme une enveloppe d’épargne « complémentaire », quand le livret A est plein

Le fait qu’un plafond soit posé pour le livret LDDS (tout comme pour les autres livrets réglementés) s’explique entre autres par le fait que sa rémunération soit garantie par l’État et que son cadre fiscal soit très privilégié. 

Le LDD reste donc un support d’épargne très intéressant pour vous constituer un capital « de sécurité », liquide et sans risques, malgré un rendement très limité. 

Si ce plafond ne vous « suffit » pas au vu de vos capacités d’épargne, vous disposerez de nombreuses autres solutions : assurance-vie, super livrets non réglementés… 

Quel est le taux du LDDS en 2020 ? 

Le taux du livret de développement durable est indexé sur celui du livret A. Depuis le 1er février 2020, il est donc à 0,50 %. Fixé par l’État, le taux du livret LDDS est donc identique dans toutes les banques.

Vous le voyez, le rendement du LDDS est faible, mais il ne s’agit pas là de son principal argument, surtout si l’on prend en compte l’inflation, qui rend la rémunération du LDD très résiduelle. 

Le taux du livret de développement durable et solidaire est révisable deux fois par an par l’État (en février et en août de chaque année), comme c’est le cas pour les autres livrets réglementés. 

Selon vos revenus, il se peut que vous soyez éligible au livret d’épargne populaire (le LEP). Ce dernier a un rendement plus intéressant, c’est peut-être une solution à envisager !

Comment sont calculés les intérêts d’un LDDS ? 

Il ne suffit pas de s’intéresser au taux du livret de développement durable et solidaire, il est également important de comprendre comment sont calculés les intérêts. 

Le fonctionnement est simple : les intérêts sont calculés et comptabilisés les 1er et 16 de chaque mois. Ce mode de calcul est le même pour toutes les banques. 

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que les intérêts sont calculés par quinzaine entière. Il faudra donc laisser les sommes versées au moins 15 jours pour qu’elles produisent des intérêts sur la période. 

Attention donc aux « dates de valeur ». Celles-ci sont différentes selon que l’opération soit un versement ou un retrait.

Jusqu’au 15À partir du 16
Versement Le 16 du mois1er jour du mois suivant
RetraitDernier jour du mois précédentLe 15 du mois

Au 31 décembre, les intérêts sont « capitalisés », c’est-à-dire qu’ils sont transformés en capital, et rejoignent donc le solde versé. Cela signifie qu’ils produiront à leur tour des intérêts dès l’année suivante. 

Du fait de la capitalisation, le solde du livret de développement durable et solidaire pourra passer au dessus des 12 000 euros de plafond. Il ne sera simplement plus possible de faire de nouveau versement.

Un LDD au plafond rapporte donc 60 euros pour une année pleine. Avec les intérêts capitalisés, le rendement sera supérieur l’année suivante.

Est-ce que le LDDS est imposable ? 

Le LDDS, comme le livret A ou le LEP, bénéficie d’un cadre fiscal très privilégié : il n’est pas soumis à l’impôt sur le revenu, pas plus qu’aux prélèvements sociaux. Cette fiscalité particulière explique, entre autres, le fait que les livret de développement durable et livret A sont des supports d’épargne plébiscités par les français.

Du fait de cette exonération fiscale, le taux du LDDS est exprimé net. Le titulaire du compte conservera donc l’intégralité des intérêts dégagés dans l’année, sans qu’aucune ponction ne soit opérée. 

Ce principe ne devrait probablement pas être remis en cause dans les années venir. 

Cela fait du livret de développement durable et solidaire une enveloppe très intéressante pour vous constituer une épargne disponible et sans risques, même si la rémunération est faible, surtout corrigée de l’inflation. 

Si vous êtes à la recherche d’une rentabilité plus attractive, vous pourrez vous tourner vers d’autres supports d’épargne type super livret ou assurance-vie, mais vous ne bénéficierez pas d’une telle exonération totale sur les intérêts. 

Comment fonctionne l’épargne sur un LDDS ? 

Les retraits et versements sur un livret de développement durable 

Les sommes que vous épargnez sur votre livret de développement durable et solidaire restent disponibles à tout moment. Votre argent n’est donc pas « bloqué ». Vous pouvez donc faire un retrait quand bon vous semble et du montant que vous souhaitez, quelle que soit sa justification (facture, projet, voyage…). 

Les retraits pourront par exemple être effectués en agence ou via une carte de retrait, si une telle option est mise à votre disposition (la carte ne fonctionnera toutefois que dans les distributeurs du réseau). Il sera aussi possible de faire un simple virement de fonds depuis votre LDDS vers votre compte courant (notamment en ligne via votre espace personnel). 

Sous réserve de respecter le retrait minimum éventuellement fixé par la banque, et que l’opération n’ait pas pour effet de rendre le solde du LDD négatif, le retrait est libre en termes de montant. 

Les versements sont également libres, même si les banques prévoient en général un montant minimum. Ces derniers peuvent être ponctuels ou programmés, selon votre capacité d’épargne. 

Il est possible que votre banque pose un montant minimum de retrait sur un compte LDDS, même si la loi ne dit rien à ce sujet.

Si les conditions posées par votre banque ne vous conviennent pas, pourquoi ne pas vous tourner vers un autre établissement bancaire ? C’est peut-être l’occasion de mettre en concurrence les banques et de bénéficier des différents avantages liés à l’ouverture d’un nouveau compte. Notre outil en ligne vous propose de comparer les meilleurs produits d’épargne proposés par les banques les plus avantageuses du marché.

Quel montant minimum verser sur un LDDS ?

Nous avons vu qu’il y a un montant maxi de versement sur un LDDS, mais y a-t-il un minimum ? 

Ce qu’il faut savoir, c’est que l’État ne fixe pas, pour le LDDS, de montant minimum, que ce soit en termes de solde ou de premier versement. 

C’est donc les banques qui posent elles-mêmes leur propre seuil. Chacune détermine donc le minimum à verser à l’ouverture du LDDS, ainsi que celui des alimentations ultérieures. 

En règle générale, ce montant tourne aux alentours de 10 / 15 euros. 

Si toutes les règles de retrait et de versement que nous venons de voir son respectées, le livret de développement durable n’est soumis à aucune durée de détention particulière. 

Quelle est la différence entre livret A et LDD ? 

Tout d’abord, précisons qu’il n’y a pas de différence entre LDD ou LDDS. Il s’agit de la « nouvelle » appellation du même livret réglementé, devenu « solidaire » récemment. 

En réalité, livret A et LDD solidaire sont très similaires. Ce dernier est même calqué sur le livret A. Il n’y a donc aucune différence en termes notamment de : 

  • Rémunération, 
  • Disponibilité de l’épargne, 
  • Fiscalité. 

Quelques points les différencient toutefois. 

Premièrement, le plafond du livret A est de 22 950 euros, contre 12 000 euros pour le LDD. Ensuite, les conditions d’ouverture diffèrent légèrement : il faudra être domicilié fiscalement en France pour pouvoir ouvrir un LDD. 

Dans les faits, il est plus commun d’ouvrir d’abord un livret A, puis, une fois celui-ci plein, d’ouvrir ensuite un livret de développement durable. Cela permet de cumuler les plafonds des deux livrets d’épargne et d’atteindre une enveloppe totale de 22 950 + 12 000 euros sans aucune fiscalité sur les intérêts. 

Rien ne vous empêche d’ouvrir en premier un LDD, souvent plus simple à ouvrir du fait que la banque n’ait pas à vérifier, comme pour le livret A, que vous n’en avez pas déjà un dans un autre établissement. Vous ne disposerez toutefois « que » d’un plafond de 12 000 euros et la rémunération sera identique à celle du livret A. 

Une personne physique ne peut détenir qu’un seul livret A et qu’un seul LDDS. Il est en revanche possible de cumuler les deux, sous réserve de ne pas dépasser le maximum de 2 LDD par foyer fiscal (chaque membre de la famille pourra avoir son propre livret A).

Il est nécessaire de remplir ce champs.
Votre nom est requis.