Assurance de prêt immobilier et cancer du testicule - Réassurez-moi

Assurance de prêt immobilier et cancer du testicule


Le cancer du testicule est considéré par les assureurs de crédit immobilier comme un risque aggravé. Le cas du cancer chez un emprunteur peut amener les compagnies à demander une surprime ou à pratiquer des exclusions dans les garanties.

Il est important de faire jouer la concurrence car les grilles de tarification peuvent être très différentes d’une assurance à l’autre. Par expérience, les contrats des banques ne sont pas les plus compétitifs financièrement parlant, ni ceux qui acceptent le plus facilement les risques médicaux : c’est pourquoi choisir un assureur externe est la solution la plus commune pour les emprunteurs ayant un problème de santé.
Sachez aussi que si vous avez déjà une assurance de prêt et que vous avez signé votre offre de prêt il y a moins d’un an, vous pouvez bénéficier de la loi Hamon et changer à tout moment et sans frais la première année. Si le délai est passé, vous pouvez aussi (à partir du 1er janvier 2018) résilier à date d’anniversaire votre assurance emprunteur grâce à la loi Bourquin.

Déclarer un cancer du testicule dans un questionnaire de santé


Vous avez eu un cancer du testicule il y a quelques années, et à l’occasion de votre emprunt, le médecin conseil de la compagnie d’assurance vous interroge.Tout d’abord, regardez si vous pouvez bénéficier du droit à l’oubli dans la grille de référence AERAS qui a été publié en février 2016. Sinon, pourquoi ne pas lui envoyer les documents d'emblée ? Vous éviterez ainsi de perdre du temps.

La première formalité médicale indispensable à fournir  est le compte-rendu histologique, qui détermine le type de tumeur. Dans presque 95 % des cas, il s’agit d’une tumeur séminomateuse (tumeur germinale constituée à partir des cellules à l’origine des spermatozoïdes). Sinon, il s’agit d’une tumeur non séminomateuse (choriocarcinome, tératome, carcinome embryonnaire) qui peut donner des tumeurs mixtes.

L’histologie indique également si la tumeur est restée localisée au testicule et à l’épididyme (T1), les a dépassés (T2) ou a atteint les ganglions (T3).

Il faudra fournir également le compte-rendu opératoire et les consultations de surveillance, ainsi que les traitements que vous avez reçus (chimiothérapie, radiothérapie…).

Quel que soit le stade, il y aura toujours une période d’attente d’au minimum un an après la fin du traitement avant de pouvoir présenter votre dossier.

Quelle sera la décision du médecin conseil ?

  • S’il s’agit d’une tumeur séminomateuse de stade T1 ou T2,  la période d’attente sera comprise entre un et trois ans, le RA (risque aggravé) sur le décès se situera autour de 100 %, mais vous n’aurez pas les garanties IT et PTIA. Au-delà de trois ans, le RA se situera autour de 100 % sur le décès et vous pourrez bénéficier des garanties IT et PTIA. Après cinq ans, vous aurez une tarification normale pour les trois garanties.
  • S’il s’agit d’une tumeur non séminomateuse non mixte, le RA se situera autour de 100 % sur le décès, avec refus des garanties IT et PTIA. Au-delà de trois ans, la tarification sera normale pour les trois garanties.
  • S’il s’agit d’une tumeur non séminomateuse de type mixte T1, la période d’attente sera plus longue (trois à quatre ans). Au-delà de cette période, la décision du médecin conseil dépendra du résultat des bilans de surveillance.
  • S’il s’agit d’une tumeur non séminomateuse de type T2 ou T3, ou en cas d’atteinte ganglionnaire, vous devrez attendre au minimum 5 ans.
Antoine Fruchard

Dernière mise à jour le

Posez votre question
Un expert vous répondra