Quelle assurance auto pour les chômeurs ?

Quelle assurance auto pour les chômeurs ?

Pour une personne en situation de chômage, les revenus sont généralement significativement réduits et il s’agit alors de mieux gérer ses dépenses. Pour autant, certains aspects de la vie quotidienne restent obligatoires, comme la souscription à une assurance auto. Cette dernière est pourtant plus chère pour les chômeurs que pour les autres assurés. Les assureurs n’arrangent pas les choses en appliquant une surprime à l’assurance auto des chômeurs… En la matière, il n’existe pas de garanties spécifiques, mais des solutions existent pour réduire le montant de la prime d’assurance auto correspondante.

Le chômage, une baisse de revenus préjudiciable

Une personne se retrouvant au chômage est inévitablement dans une situation plus précaire qu’en période de travail. Le chômage peut alors être dû à plusieurs causes : licenciement économique ou pour faute, démission, arrêt de travail forcé pour maladie ou situation personnelle ou familiale l’exigeant. La réduction des revenus induite par la perte d’un emploi suppose que le particulier devra trouver des moyens de réaliser des économies dans divers domaines et l’assurance auto ne fait pas exception.

Il s’avère que les ressources globales du ménage se retrouvent amputées de leurs recettes principales : les salaires. Si d’autres revenus peuvent rentrer en ligne de compte (les revenus secondaires) comme les loyers, ils ne suffisent généralement pas à payer les factures nécessaires au maintien du niveau de vie antérieur. Le chômage représente par ailleurs un vrai problème social et économique qui nécessite une prise en charge de divers organismes sociaux. Si la contraction d’un prêt immobilier reste accessible aux revenus les plus modestes, l’assurance auto a au contraire tendance à augmenter pour les chômeurs.

L’assurance auto, une obligation légale à laquelle les chômeurs ne font pas exception

Le prix de l’assurance auto est souvent un problème pour une grande partie des ménages, son montant étant d’autant plus compliqué pour les chômeurs. Il reste toutefois impératif de souscrire à une assurance auto pour tous les conducteurs propriétaires d’un véhicule terrestre à moteur. Si plusieurs niveaux de protection sont proposés par les compagnies d’assurance, le minimum légal est fixé à l’assurance au tiers, prenant en compte la garantie Responsabilité Civile.

Cette dernière permet d’indemniser les tiers pour les dommages matériels et corporels subis en cas de sinistre, un accident de la route par exemple. En revanche, la garantie personnelle du conducteur qui indemnise directement l’assuré n’existe pas pour cette couverture minimale. La législation pour les chômeurs n’est donc pas allégée en matière d’assurance auto et l’assurance au tiers doit obligatoirement être sélectionnée au minimum, bien que son coût soit onéreux pour une personne inactive.

  • Les chômeurs constituent une population sanctionnée par les assureurs, alors qu’il se trouvent déjà dans une situation relativement précaire sur le plan financier. La perte d’un emploi est suffisamment préjudiciable pour que l’assurance auto se retrouve majorée d’une surprime. Cependant, il reste possible de payer moins cher en adaptant les garanties précédemment souscrites ou en comparant les prix grâce à un comparateur en ligne.

Quelle assurance auto en situation de chômage ?

L’absence de garanties spécifiques à destination des personnes inactives et notamment des chômeurs doit pousser ces derniers à trouver des solutions adéquates pour réduire le coût de leur assurance auto. Il s’avère que la conservation de la voiture garantit une certaine autonomie et une indépendance, voire suppose une nécessité en cas de personnes à charge.

De fait, certaines dispositions peuvent être prises dans l’optique de faire baisser le montant de la prime par les personnes en situation de chômage. Il est notamment possible de :

  • Souscrire à une assurance auto au kilomètre : cette solution permet de ne payer une couverture que pour la distance parcourue, en supposant une diminution du risque.
  • Dans le même registre, un chômeur peut supprimer les garanties qui le couvraient pour les trajets quotidiens du domicile au lieu de travail.
  • En matière d’assurance, tout changement de situation doit être déclaré à l’assureur dans les délais fixés. Une perte d’emploi impliquant à priori une diminution du risque couvert, le particulier dispose alors de 3 mois à compter de l’arrêt de travail pour envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception à sa compagnie d’assurance attestant de la situation.
  • Enfin, un chômeur peut tout à fait diminuer son niveau de protection afin de payer moins cher. Par exemple, il peut passer d’une assurance tous risques à une assurance au tiers, minimum légal, bien que cela constitue une pratique plus risquée en terme de couverture du fait de la suppression de certaines garanties.

Quel prix pour l'assurance auto sans emploi ?

En théorie, l’assurance auto pour les chômeurs ne devrait pas coûter plus cher que celle destinée aux autres conducteurs. Dans les faits, les assureurs appliquent pourtant une surprime, ce qui a débouché sur un certain scandale à la révélation de cette disposition. Il s’agit bel et bien d’une réelle discrimination à la souscription, qui est pourtant interdite par la loi dans d’autres situations (notamment en matière d’égalité des sexes).

Les assureurs se sont justifiés en avançant deux arguments majeurs :

  • La perte d’emploi implique une baisse des revenus, donc augmente le risque de non règlement de la prime due, une situation répercutée sur le prix de celle-ci.
  • Un chômeur utiliserait davantage son véhicule, particulièrement pour chercher du travail et déposer des candidatures à tout moment. En conséquence, l’augmentation du temps passé au volant impliquerait une hausse proportionnelle du risque d’accident, bien qu’en parallèle, la personne n’utilise plus son véhicule pour se rendre au travail.

En pratique, la surtaxe appliquée pas les assureurs est surtout un moyen de prendre en compte le risque de ne pas être payés, mais constitue surtout une pratique dissuasive afin de ne pas couvrir des clients présentant un risque supplémentaire.

Peut-on résilier son assurance auto pour cause de chômage ?

La résiliation de l’assurance auto par l’assuré peut intervenir s’il considère que sa couverture est trop onéreuse ou que sa protection n’est pas assez performante. La législation récente a renforcé le droit des clients en allant dans leur sens, leur permettant de résilier leur assurance auto plus facilement.

Il est tout à fait envisageable de résilier son assurance auto en invoquant un licenciement, dans la mesure où ce dernier constitue un changement de situation modifiant le risque préalablement couvert. En revanche, si le véhicule est conservé, il est impératif qu’il continue à être protégé par le minimum de la garantie Responsabilité Civile.

Dans cette optique, il est nécessaire de faire en sorte que le nouveau contrat prenne immédiatement le relais du précédent, quitte à ce que les deux se chevauchent quelques jours, afin de ne pas se retrouver dans l’illégalité, sans assurance auto. Plus simplement, il est possible d’adapter ses garanties et de modifier son contrat plutôt que de le résilier directement. Utiliser un comparateur d’assurance auto comme celui mis à votre disposition par Réassurez-moi vous permettra d’avoir une idée claire des prix pratiqués et de souscrire au contrat le plus intéressant.

Le tableau suivant présente les cas de résiliation envisageables, avec les modalités qui y sont liées :

Moment de la résiliationModalités
A échéance du contratLa loi Chatel (5 janvier 2008) oblige les assureurs à prévenir en temps voulu les assurés de la date de fin du contrat. En respectant le préavis fixé par le contrat, les clients peuvent donc résilier librement à échéance du contrat d’assurance auto.
En cas de changement de situationSi le changement de situation (personnelle ou professionnelle) implique une augmentation du risque, vous devez prévenir votre assureur par lettre recommandée avec accusé de réception sous 15 jours. Il vous proposera alors éventuellement une augmentation de la prime en conséquence, que vous pouvez refuser et le contrat sera alors immédiatement résilié.
Après la date de premier anniversaire de souscription du contratLa loi Hamon, datée du 1er janvier 2015, permet désormais de résilier librement, sans préavis, sans frais et sans raison l’assurance auto, une fois passée la date de premier anniversaire de souscription du contrat.

 

2 réponses à “Quelle assurance auto pour les chômeurs ?”

  1. Haddouch le 31 août 2019 a posté : dit :

    Bonjours je vais être aux chômage fin septembre eje droits a une baisse de mon assurance voiture je suis a la macif

Posez votre question
Un expert vous répondra