Prêt conso à taux zéro : conditions et meilleures offres

Quel crédit à la consommation à taux 0 ?

Le prêt à taux zéro (PTZ) est bien connu par les emprunteurs souhaitant faire l’acquisition de leur résidence principale. L’avantage de cette aide de l’État est évident : à défaut d’intérêts, seul le capital sera à rembourser. Reste à savoir s’il est possible aujourd’hui de contracter un prêt à la consommation à taux 0. Faisons le point sur la question.

Prêt conso à taux 0 : le vrai du faux

Le prêt à taux zéro (PTZ) est un produit réglementé. Celui-ci peut être accordé, sous certaines conditions, aux emprunteurs souhaitant financer l’achat de leur résidence principale. Un prêt à taux 0 signifie simplement qu’il n’y aura pas d’intérêts : seul le capital effectivement emprunté sera remboursé. 

Il n’y a en revanche pas de prêt à la consommation à taux 0. Les crédits conso, qu’ils soient affectés (achat d’une voiture, réalisation de travaux…) ou non, font toujours l’objet d’intérêts, qui permettent à l’établissement prêteur de se rémunérer. Ceux-ci sont proportionnels à la somme empruntée. Le taux qui vous sera proposé dépendra de nombreux facteurs : montant, durée d’emprunt, type de crédit, politique commerciale de l’organisme ou de la banque…

Il est possible de contracter un prêt à la consommation à un Taux annuel effectif global (TAEG) se rapprochant au plus près de zéro, surtout si vous empruntez sur une très courte durée, c’est-à-dire moins de 12 mois.

Concernant l’achat immobilier, le PTZ correspond à une aide de l’État, destinée à favoriser l’accession à la propriété des ménages. Ce type de contrat peut être souscrit auprès d’un établissement de crédit ayant passé une convention avec l’État. Les conditions sont toutefois particulièrement strictes. Citons notamment :

  • Le fait de ne pas avoir été propriétaire au cours des 2 années précédant le prêt.
  • Le fait de satisfaire à des conditions de ressources (ne pas dépasser un certain revenu fiscal de référence).

Le montant du prêt à taux 0 dépendra entre autres de la zone d’implantation du bien. Ce crédit devra nécessairement être complété par un autre : un crédit immobilier « classique » par exemple. Il existe aussi le crédit écologique à taux 0, qui concerne là encore l’accession à la propriété immobilière. L’éco prêt est limité à 30 000 €.

Comment trouver un crédit à la consommation à un taux proche de 0 ?

Un prêt à la consommation ne sera jamais à taux 0. Des intérêts seront facturés et intégrés dans les mensualités dont vous devrez vous acquitter. Il est toutefois possible de dénicher sur le marché, notamment pour des durées courtes (de moins de 12 / 24 mois), des TAEG gravitant autour de 1 %. Si vous souhaitez emprunter à taux bas et que vos capacités de remboursement vous le permettent, préférez les mensualités élevées et les durées courtes.

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que le taux qui vous sera proposé dépendra largement de la durée du crédit. Plus ce dernier sera long, plus il coûtera cher, car les risques seront plus importants pour l’entité prêteuse. La meilleure pratique, afin de trouver un crédit pas cher au meilleur taux, sera de mettre en concurrence de nombreuses offres, qu’elles émanent :

  • De votre banque habituelle.
  • D’autres établissements bancaires, en agence ou en ligne.
  • D’organismes de crédit.

Chaque organisme prêteur a ses propres conditions tarifaires. Le plus simple sera de réaliser diverses simulations en ligne sur le site de plusieurs établissements proposant des prêts conso. Réassurez-moi met à votre disposition son propre comparateur de prêts à la consommation en ligne. Celui-ci prend la forme d’un tableau comparatif vous permettant, en quelques instants, d’accéder aux meilleures offres du marché.

Via notre outil, vous gagnez un temps précieux : il vous évitera de réaliser des simulations les unes après les autres sur internet. En outre, vous ferez des économies, en dénichant (et en souscrivant directement en ligne) le crédit conso rapide le plus intéressant au vu de votre projet.

Quels sont les taux moyens des crédits conso sur le marché ?

Pour un même montant et une même durée de prêt à la consommation, les taux varient largement d’un établissement à l’autre, d’où l’importance de faire une étude comparative sérieuse. En ligne, vous trouverez des baromètres donnant une indication plus ou moins précise des taux moyens en vigueur sur le marché. Gardez à l’esprit qu’il ne s’agira vraiment que d’un indicateur : vous pourriez vous voir proposer des taux très différents.

Plutôt que de rechercher à connaître les taux moyens, le plus important sera de réaliser des simulations personnalisées, que ce soit directement sur le site d’organismes prêteurs ou en passant par un comparateur comme celui que Réassurez-moi vous propose. Vous pourrez ensuite comparer les taux obtenus entre eux.

On constate toutefois une tendance depuis fin 2018 : les taux des prêts à la consommation augmentent. Celle-ci se confirme en mars 2019. Attention aux prêts à taux variable ou révisable. La Banque de France étudie le marché de manière continue et communique les taux moyens des prêts à la consommation. Voici ses analyses pour le 4ème trimestre 2018 :

  • Pour un prêt de moins de 3 000 €, TAEG de 15,90 %.
  • Pour un prêt compris entre 3 000 et 6 000 €, TAEG de 9,37 %.
  • Pour un prêt de plus de 6 000 €, TAEG de 4,47 %.

Les établissements prêteurs annoncent parfois, en ligne ou dans les publicités, des TAEG « d’appel ». À titre d’illustration, en mars 2019, Hello Bank avançait un Taux annuel effectif global fixe de 1,99 %. N’oubliez pas que le taux proposé pourra être différent lorsque vous réaliserez votre simulation personnalisée.

Comment souscrire à un prêt personnel au taux le plus bas ?

Étant donné qu’il n’existe pas de crédit conso à taux 0, l’objectif sera de souscrire au contrat ayant les meilleures conditions tarifaires, c’est-à-dire le taux le plus attractif et le coût total de crédit le plus bas. Les documents demandés dépendront des établissements de crédits : certains demandent pas ou peu de justificatifs pour souscrire un crédit tandis que d’autres sont de nature très prudente. 

Le plus simple sera de souscrire à votre crédit conso directement sur internet, que ce soit auprès d’une banque ou d’un organisme de crédit en ligne, à moins bien sûr que vous n’optiez pour l’offre, par exemple, de votre banque habituelle.

En ligne, la procédure de demande de crédit est simple, quel que soit l’organisme prêteur choisi. Depuis le site de l’établissement, vous pourrez, après avoir réalisé une simulation qui vous convient, procéder à votre demande via un bouton spécifique du type « demander mon crédit ». Vous devrez alors compléter votre dossier de demande de prêt personnel et joindre les pièces qui seront exigées, soit en ligne, soit par courrier.

Dans le cadre des crédits conso « rapides », un accord de principe immédiat pourra vous être communiqué. L’accord ou le refus définitif n’interviendra qu’après étude de votre dossier. L’établissement vérifiera entre autres votre identité, votre solvabilité, votre capacité de remboursement…

On considère que la capacité d’épargne / de remboursement correspond au maximum à 33 % des revenus du foyer. Si vous êtes déjà endetté à ce niveau, vous ne pourrez en principe plus souscrire à un nouveau prêt avant d’en avoir soldé un autre.

En termes de documents à fournir, il s’agira en général de donner a minima :

  • Un document d’identité (pour vous et chaque co-emprunteur le cas échéant).
  • Un justificatif de domicile.
  • Des justificatifs de revenus (fiches de paie, relevé d’imposition…) et de charges.
  • Un justificatif lié à l’achat ou à la prestation de services dans le cadre d’un crédit affecté (bon de commande d’un véhicule neuf par exemple).

Certains établissements pourront vous demander des pièces complémentaires, afin de s’assurer que vous êtes bien en mesure de rembourser l’emprunt. 

Comment se calcule le taux d’un prêt à la consommation ?

Depuis 2016, le Taux annuel effectif global (TAEG) remplace le TEG (Taux effectif global). Celui-ci est proportionnel au montant prêté. Chaque établissement le fixe lui-même en fonction de ses propres critères et du « scoring » de chaque demandeur.

Le TAEG englobe tout : il ne s’agit donc pas uniquement du taux nominal, c’est-à-dire du pourcentage des intérêts. Il comprend également tous les frais facturés dans le cadre du crédit à la consommation : frais de dossier, frais bancaires, commissions diverses… C’est celui-ci qu’il faut prendre en compte lorsque vous comparez des offres, bien plus que le simple taux nominal qui peut par exemple être bas mais accompagné de frais importants.

Depuis notamment la loi Lagarde de 2010, le taux doit apparaître clairement sur toutes les communications commerciales, l’offre de prêt, le contrat… L’objectif de cette loi était entre autres d’améliorer l’information du consommateur et donc sa protection, en demandant aux organismes prêteurs une plus grande transparence.

L’article L314-1 du Code de la Consommation pose que « pour la détermination du taux effectif global du prêt, comme pour celle du taux effectif pris comme référence, sont ajoutés aux intérêts les frais, les taxes, les commissions ou rémunérations de toute nature, directs ou indirects, supportés par l'emprunteur et connus du prêteur à la date d’émission de l’offre ».

L’assurance d’un prêt conso n’est quant à elle pas obligatoire. Toutefois, il arrive fréquemment qu’elle soit une condition d’obtention du crédit, et ce pour de nombreux établissements. Vous êtes en droit de la refuser mais risquerez de vous voir opposer un refus de prêt. L’assurance a bien entendu un coût : le TAEA (Taux annuel effectif d’assurance). Celui-ci sera intégré dans les mensualités du crédit.   

Rien ne vous empêche de souscrire une assurance crédit auprès d’une autre entité. La délégation est permise par la loi et le prêteur ne pourra en principe s’y opposer.

Posez votre question
Un expert vous répondra