Banque éthique : que faut-il savoir ?

Mis à jour le 20 novembre 2020 par Antoine Fruchard 

Choisir une banque éthique est considéré aujourd’hui comme ayant un impact significatif en matière écologique. Mais de quelle manière ces établissements « responsables » ont-il un impact positif au delà du secteur bancaire ? Explications sur le rôle des banques éthiques. Comment fonctionnent-elles ? Quels sont les combats qu’elles soutiennent ? Comment souscrire ?

Qu’entend-t-on par banque responsable ?

Depuis quelques années, une nouvelle génération de banques orientées vers « l’éthique » a fait son apparition. Celles-ci ont vocation à collecter et utiliser l’argent de leurs clients, issu des frais de tenue de compte par exemple, en poursuivant un objectif à impact social, environnemental ou culturel.

Banque responsable, banque éthique, il n’y a pas de définition légale à ce jour de ces établissements, qui inscrivent leurs activités financières et bancaires dans une démarche dite à impact « positif ». On peut donc considérer que ces banques éthiques s’écartent des objectifs poursuivis classiquement par les établissements bancaires : recevoir dépôts ou fonds qu’ils emploient pour leur propre compte en opérations d’escompte, de crédits ou en opérations financières afin de générer des profits.

Le rôle d’une banque éthique en France va être d’œuvrer pour le bien commun et l’intérêt général au moyen d’une activité bancaire consistant à collecter des fonds et à les réaffecter sous forme de crédits destinés à des projets sociaux et environnementaux et culturels. Objectif : promouvoir l’inclusion sociale, le développement durable, de l’économie sociale et de l’entrepreneuriat social. Une banque solidaire et équitable exclura le financement des secteurs énergétiques ou pollueurs ainsi que les projets d’envergure controversés.

Afin d’aller vers plus de transparence et d’humain, une banque équitable peut également prendre une forme coopérative. Ainsi, elle ne fera pas reposer ses décisions sur ses actionnaires mais sur ses clients qui y sont sociétaires. Contrairement aux banques 100 % éthiques, les banques dites « coopératives » en France sont d’ores et déjà importantes dans le système bancaire puisqu’elles collectent plus de la moitié des dépôts et sont à l’origine de près de la moitié des prêts bancaires.

Difficile de se tourner vers une banque en ligne éthique, ce secteur étant encore sous-développé. Monabanq propose néanmoins à ses clients de reverser leur prime de bienvenue à l’association SOS Villages d’Enfants. Sachez toutefois que notre comparateur de banques et banques en ligne met en concurrence les 11 principaux acteurs du marché. La plupart d’entre eux soutient des projets sociaux et ont des actions pouvant être assimilées à des actes responsables comme le fait Ethiko ou encore OnlyOne dans le cadre de son soutien à la consommation éco-responsable.

comparateur banque 3

Notre comparateur met également en avant les offres de banques souhaitant s’adapter à leurs clients et leurs besoins : carte bancaire gratuite, banque pour les étudiants ou encore, compte pour interdit bancaire… Vous pouvez choisir un établissement adapté a vos besoins et convictions.

Banque sociale et solidaire : quelles sont ses actions ?

Le modèle de la banque éthique et solidaire est apparu il y a une vingtaine d’années avec l’émergence de l’économie solidaire. L’économie sociale et solidaire (ESS) est porteuse de nouveaux défis orientés vers la solidarité, l’intérêt général et l’initiative citoyenne. Face aux difficultés d’être accompagnés par des banques « classiques », les professionnels de l’économie sociale et solidaire se sont tournés vers des banques alternatives. Une banque sociale et solidaire va ainsi être en mesure de comprendre et de soutenir l’aspect éthique d’un projet, sans être dans une recherche de profit.

L’apparition d’une nouvelle catégorie de banque soutenant l’économie sociale et solidaire s’est donc faite progressivement dans le secteur bancaire français. Une banque éthique et solidaire se propose d’accompagner des structures variées : coopératives, fédérations d’associations et de mutuelles, travailleurs indépendants, etc. Consciente des enjeux de demain et bienveillante dans l’accompagnement de projets innovants, la banque éthique française est devenue la meilleure alliée des l’ESS.

Économie sociale et solidaire, de quoi parle-t-on concrètement ? Il peut s’agir d’agriculture biologique et paysanne, de commerce équitable, de recyclage, d’énergies renouvelable ou encore de la mise en place d’un espace de coworking.

Banque éco responsable : comment cela fonctionne ?

Le fonctionnement d’une banque eco-responsable repose avant tout sur la transparence et la proximité. Les clients ont ainsi une information complète et traçable sur l’origine et l’utilisation des fonds, du crédit et de la gestion de la banque éthique. Tandis que la banque solidaire, en s’appuyant sur son réseau territorial, est en mesure d’accompagner avec pertinence et proximité ses clients.

Pour avoir un impact social positif, une banque éthique française transforme l’épargne de ses clients en un produit financier solidaire et transparent. Ce produit financier « éthique » pourra être mobilisé et permettra aux investisseurs qui le souhaitent de faire fructifier cet argent en finançant des sociétés et des organisations à haute valeur sociale et environnementale. L’écosystème d’une banque éco responsable repose sur la rencontre entre l’épargne citoyenne et la finance sociale où chacun peut en connaitre les usages et en choisir les projets financés !

Notre top 3 des banques éthiques

Les banques éthiques restent encore peu nombreuses en France. Information et classement des banques éthiques, voici ce qu’il faut savoir.

BanqueCaractéristiques
la nef banque ethiquePas de compte courant et services bancaires limités, transparence des activités financières, financement de projets ESS, banque coopérative
credit cooperatif banque ethiqueCompte courant et services bancaires classiques, banque coopérative, léger manque de transparence sur les investissements réalisés

Compte courant et services bancaire classiques, démarche de « neutralité carbone » et propose un livret de développement durable et solidaire (LDDS), manque de transparence et de traçabilité des investissements

1 : La Nef , la banque éthique de référence

Créée en 1988, la NEF est la banque plébiscitée par les organismes de contrôle de l’activité des établissements bancaires. Il s’agit d’une « coopérative financière » proposant des produits d’épargne, de crédit et de financement participatif. L’argent est uniquement destiné à financer des projets utiles sur le plan social, écologique et culturel. Si la NEF n’est pas encore aujourd’hui une banque à part entière, elle a vocation à venir concurrencer très sérieusement les autres banques dites « classiques ».

Avantages :

  • Seule et unique banque éthique entièrement transparente sur ses activités financières (elle publie chaque année la liste des projets qu’elle finance).
  • La NEF s’engage à ne financer que des projets ESS (Économie Sociale et Solidaire).
  • Ne soutient aucune activité du secteur des énergies fossiles, du nucléaire et des agro-carburants.
  • La NEF ne repose pas sur les marchés financiers : elle se finance exclusivement grâce aux fonds déposés par ses clients et au capital apporté par ses sociétaires en achetant des parts sociales.

Inconvénients :

  • La NEF offre une gamme de service encore limitée.
  • Ce n’est pas une banque éthique proposant un compte courant. En effet, celle-ci ne dispose pas à ce jour de l’agrément nécessaire.
  • Malgré la transparence et l’impact positif, le livret d’épargne NEF est rémunéré à taux fixe à hauteur de 0,10 %.

2 : Le Crédit Coopératif, une banque responsable prometteuse

Pour ceux qui souhaiteraient accéder à une offre de produits et de services éthiques plus complète que la NEF, le crédit coopératif est LA banque alternative. Fondée en 1893, cette banque coopérative est la seule présente sur l’ensemble du territoire français avec 74 000 clients.

Avantages :

  • Le Crédit coopératif propose des services bancaires similaires à une banque « classique » : compte bancaire et carte bleue, crédits, épargne et placements.
  • Les produits et services du Crédit coopératif ont un objectif éthique et solidaire.
  • La banque appartient à ses 532 sociétaires.
  • L’établissement propose une gamme de produits « tracés », laissant aux clients la possibilité de choisir l’utilisation des sommes déposées vers un domaine d’activité en particulier dans l’ESS.

Inconvénients :

  • Certains reprocheront au Crédit coopératif de ne pas être assez transparent sur ses investissements pour une banque éthique.

Avec son livret Agir, le Crédit coopératif s’engage auprès de ses épargnants à reverser la moitié des intérêts à des initiatives écologiques et solidaires. Sur le secteur de l’énergie, ce sont 99% des financements qui sont consacrés aux énergies renouvelables.

3 : La Banque Postale, une banque éthique en devenir ?

Dans le secteur des banques dites « classiques », l’engagement éthique et responsable est peu ou pas présent. Seule la Banque postale, par exigence « d’exemplarité », semble vouloir s’y intéresser avec quelques initiatives axées sur l’écologie. Côté clients, le livret de développement durable et solidaire (LDDS) a vocation à soutenir les projets citoyens liés à l’économie sociale et solidaire. Il est également possible d’investir dans des entreprises intégrant dans leur gestion financière des enjeux sociaux ou environnementaux (énergies renouvelables, économie circulaire, transport et mobilités durables, bâtiments verts et services environnementaux innovants).

Avantages :

  • La Banque Postale a annoncé en 2018 sa « neutralité carbone » sur l’ensemble de son périmètre opérationnel grâce à la monétisation interne de son empreinte carbone via son « Fonds carbone » lancé en 2015.
  • Récemment, la Banque Postale a affiché son objectif de rendre les 220 milliards d’euros de sa gestion d’actifs conformes aux principes de l’investissement socialement responsable (ISR) d’ici l’année 2020.

Inconvénients :

  • À ce jour, la transparence et la traçabilité des investissements de la Banque postale sont insuffisantes, le financement de certains projets ne respecte pas ce que l’on pourrait attendre d’une banque éthique à l’heure actuelle.
Il est nécessaire de remplir ce champs.
Votre nom est requis.