Assurance habitation : que faire en cas de chômage ?

En tant que particulier, votre vie professionnelle peut être soumise à différents aléas. Vous pouvez justifier d’un changement de situation comme un nouveau travail, une installation à domicile en télétravail, mais également un licenciement. Dans le cas où vous viendrez à devenir demandeur d’emploi, il est important de souscrire à la bonne assurance habitation afin de vous protéger convenablement.
Si vous êtes locataire, vous êtes légalement tenu de souscrire au minimum à une garantie responsabilité civile ainsi qu’à la garantie des risques locatifs. Ces deux couvertures sont généralement comprises automatiquement dans les contrats multirisques habitation (MRH). Sans emploi, vos ressources sont en principe diminuées et vous devez alors faire attention de souscrire aux bonnes garanties en fonction de votre budget.
Réassurez-moi vous aide à faire le point sur l’assurance habitation pour chômeurs.

L’assurance habitation en cas de chômage

Il est important de connaître les dispositions à prendre lorsque l’on est en situation de perte d’ emploi en matière d’assurance habitation.

Locataires : assurance habitation obligatoire

Comme pour n’importe quel autre statut professionnel, les locataires sont légalement tenus de souscrire à une assurance habitation. Le minimum obligatoire de l’assurance habitation est représenté par la garantie responsabilité civile, ainsi que la garantie des risques locatifs, afin de couvrir les risques attenants à l’occupation d’un logement et de donner des garanties à son propriétaire.

La garantie responsabilité civile vous couvrira, vous et les personnes juridiques déclarées dans le contrat en cas de dommage causé à un tiers. Vous serez alors indemnisé si vous causez du tort à une tierce personne comme un voisin ou un passant ; cette couverture ne protège cependant pas le logement en lui-même, mais bien ses occupants. La garantie des risques locatifs permet de favoriser l’accès au logement pour les budgets les plus modestes ; elle assure aussi au propriétaire le versement du loyer, même dans le cas où le locataire se retrouverait en situation financière délicate.

Contrat d’assurance habitation en cours

Dans le cas où vous auriez déjà souscrit un contrat d’assurance habitation et que le fait de perdre votre emploi constitue un changement de situation professionnelle, vous devez impérativement le déclarer à votre compagnie d’assurance afin que cette dernière puisse prendre les dispositions qui s’imposent. Un changement de situation impliquant une augmentation des risques doit être déclaré dans les 15 jours, quand le cas inverse vous laisse un délai de 3 mois. Il s’agit de voir directement avec votre assureur à quelle catégorie est rattaché un licenciement.

Dans tous les cas, il est important pour vous de mettre à jour vos garanties en matière d’assurance habitation, afin de réduire le coût de votre prime d’assurance. Le poids engendré par le paiement de cotisations est d’autant plus difficile à supporter lorsque vos ressources viennent à être diminuées. Vous pouvez alors modifier les garanties auxquelles vous aviez souscrites dans le but de payer moins cher et d’être davantage en accord avec votre budget dédié.

Une aide annexe

Il est néanmoins possible pour vous en qualité de demandeur d’emploi de bénéficier d’une aide particulière qui consiste à obtenir un dégrèvement ( = une réduction) ou une exonération pure et simple de la taxe d’habitation due.
Cette possibilité concerne les foyers à faibles revenus, uniquement pour la résidence principale, mais également en fonction du type de revenu perçu. Cela concerne notamment :

  • L’Allocation de Solidarité aux Personnes Agées (ASPA)
  • L’Allocation Supplémentaire d’Invalidité (ASI)
  • L’allocation pour adultes handicapés
  • Les veufs / veuves touchant l’allocation de veuvage ou la pension de réversion
  • Les personnes de plus de 60 ans
  • La pension d’invalidité
  • Certains étudiants selon la résidence

Ces critères concernent donc l’exonération de la taxe d’habitation pour les plus faibles revenus, à condition que les personnes concernées ne touchent pas plus que le plafond des revenus fiscaux de référence fixés.

Une situation de chômage ne doit pas vous mettre à nu en ce qui concerne l’assurance habitation, bien qu’il s’agisse d’une période financière des plus difficiles. Pensez avant tout à mettre à jour vos garanties ou à faire jouer la concurrence pour obtenir des tarifs avantageux ou une couverture plus complète qui prendra en compte les spécificités liées à vos besoins et votre budget.

 

 

 

Souscrire à une assurance habitation pour chômeurs

Dans le cadre de votre situation de demandeur d’emploi, vous pouvez adapter votre contrat d’assurance habitation afin de privilégier des garanties adaptées.

Quelles garanties sélectionner ?

En tant que personne sans emploi, vous pouvez sélectionner les garanties les plus indispensables à vos yeux afin de réduire l’impact de la prime d’assurance due sur votre budget. Dans le cas où vous seriez locataire, vous avez l’obligation de souscrire au minimum à une garantie responsabilité civile. Celle-ci vous protègera, ainsi que les personnes déclarées dans le contrat, en cas de dommage causé à une tierce personne (un voisin par exemple) et vous indemnisera alors pour le préjudice porté.

La garantie contre les dommages aux biens vous permettra également d’être remboursé en cas d’altération, casse ou autre d’un bien mobilier contenu dans votre logement. La souscription à un contrat multirisques habitation (MRH) plus complet est optionnelle, bien que cette couverture soit plus étendue. Enfin les garanties facultatives comme celle couvrant le vol, cambriolage et vandalisme sont facultatives malgré leur utilité et ne pas y souscrire vous permettra de réaliser des économies.

A qui s’adresser pour l’assurance habitation chômage

Comme pour n’importe quelle souscription à un contrat d’assurance habitation, vous pouvez vous tourner vers différents organismes afin de vous couvrir. L’on peut notamment citer :

  • Les assureurs : représentent la solution de facilité puisqu’ils sont un interlocuteur direct et vous pourrez négocier directement avec eux les modalités de votre contrat.
  • Les établissements bancaires : certains d’entre eux proposent des solutions d’assurance habitation ; il peut parfois être intéressant d’y recourir puisque certaines garanties sont complémentaires (par exemple si vous ouvrez un compte chez l’un d’entre eux, des facilités d’assurance et d’assistance vous seront généralement proposées, comme pour la possession d’un certain type de carte bancaire).
  • Les courtiers en assurance : il peut s’avérer très judicieux de mandater un courtier en assurance habitation, notamment en cas de méconnaissance du domaine. Leur neutralité vous assure d’adhérer objectivement aux meilleures garanties pour votre profil et votre budget ou vos besoins. Il s’agit aujourd’hui d’une solution très avantageuse pour vous.

Maintien des garanties pendant la période de chômage

Vous pouvez tout à fait demander le maintien des garanties auxquelles vous aviez préalablement souscrites avant votre licenciement. Si une période de chômage constitue un changement de situation professionnelle, elle ne peut justifier de la résiliation de votre contrat d’assurance habitation de la part de votre assureur. Il s’agit toutefois d’étudier l’impact du maintien de la couverture précédemment souscrite sur votre budget, vos ressources étant moindres qu’auparavant.

Le principe de la portabilité des droits permet à un salarié de continuer à bénéficier de certains droits en matière d’assurance après son licenciement. Vous pouvez alors envoyer une lettre à votre assureur demandant le maintien de vos droits si vous estimez la démarche nécessaire. Dans tous les cas, une personne sans emploi peut bénéficier de certaines aides pour s’assurer, comme le dégrèvement ou l’exonération de la taxe d’habitation, comme expliqué plus haut.
 

 

 

Résilier une assurance habitation pour chômeurs

Dans le cas où vous seriez propriétaire et estimez que le fait de supporter une prime d’assurance habitation est trop lourd pour votre budget, vous avez tout à fait le droit de résilier votre contrat.

Les démarches et délais

Il n’est pas possible d’invoquer le chômage comme un changement de situation suffisant dans l’optique de résilier son contrat d’assurance habitation. Seul un changement de situation aggravant significativement le risque couvert vous permet d’agir de la sorte. C’est ainsi que vous aurez la possibilité de résilier votre contrat si vous déménagez (une perte d’emploi peut justifier un déménagement pour un logement moins cher).

Vous pouvez également résilier votre contrat à échéance si cela correspond au moment où vous êtes en période de chômage. Vous devrez alors envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception à votre assureur au moins deux mois avant la date de fin du contrat. Enfin, vous pourrez résilier à tout moment une fois la date d’anniversaire de la première année de souscription passée, grâce à la loi Hamon, datée du 1er janvier 2015. Cette loi vous permet de résilier sans frais et sans avoir besoin d’invoquer une raison particulière.

Cas particulier de résiliation sans préavis

Dans la mesure où vous souhaiteriez résilier votre contrat à échéance, votre assureur doit vous informer de la date en question par courrier. Il doit procéder de la sorte entre trois mois et quinze jours avant la date d’échéance du contrat d’assurance habitation et vous disposerez alors de vingt jours pour résilier à partir de la réception de la notification. Dans le cas où la compagnie d’assurance vous préviendrait moins de quinze jours avant la date fatidique, ou s’il ne vous prévient pas du tout, vous aurez alors la possibilité de résilier sans préavis et sans frais supplémentaires.

Cette disposition permet d’éviter les abus quant à la reconduction tacite des contrats d’assurance habitation. La loi Hamon, entrée en vigueur début 2015, va également dans le sens des assurés, bien que son utilisation soit soumise au préavis fixé par le contrat que vous avez souscrit.

Changer d’assurance habitation à cause d’une période de chômage

Les coûts supposés de l’assurance habitation peuvent impacter davantage votre budget lorsque vous vous retrouvez sans emploi. Il convient alors de réaliser des économies bienvenues qui vous permettront de vivre mieux au quotidien ou de dédier les sommes déduites à d’autres domaines. C’est ainsi qu’il vous est possible de changer d’assurance habitation, avant ou après avoir résilié (le but étant de ne pas se retrouver sans couverture pendant un temps) votre contrat précédent.

L’objectif peut être de réaliser des économies non négligeables si vous changer d’assureur ; la plupart d’entre eux pratiquent des tarifs avantageux pour les nouveaux clients afin de les attirer. Vous pouvez aussi vouloir une couverture plus adaptée à vos besoins en tant que demandeur d’emploi, chose que ne saurait vous offrir votre contrat actuel. N’hésitez alors pas à comparer les offres disponibles sur le marché afin de trouver les meilleures garanties pour votre profil, votre budget et vos besoins.
 

 

 

Choisir la meilleure assurance habitation chômage

Il est donc préférable de bien étudier le marché des assurances habitation, que ce soit pour faire baisser le montant de votre prime ou de bénéficier de garanties plus adaptées à vos besoins.

Le coût de l’assurance habitation sans emploi

Il peut être tentant dans un premier temps de supprimer un grand nombre de garanties facultatives après un licenciement afin de réaliser des économies. Il s’agit cependant de continuer à être bien couvert pour les risques que vous présentez, comme vous comme pour votre assureur. L’assurance habitation constitue une dépense non négligeable pour un particulier sans emploi, mais il ne faut toutefois pas s’arrêter au seul montant de la prime. Vous pouvez bien évidemment jouer sur sa valeur en adaptant vos garanties, dans le but de réduire vos cotisations et le budget général alloué à l’assurance habitation.

Il est important de bien prendre en compte els autres facteurs qui pourraient modifier le montant de la prime. Cela peut notamment être le cas si vous augmentez celui de vos franchises ; si vous considérez que tel sinistre a peu de chances de se produire, vous pouvez alors gonfler votre franchise d’assurance habitation correspondante (la somme qui restera à votre charge en cas de sinistre). Agir de la sorte poussera votre compagnie d’assurance à diminuer le montant de votre prime en conséquence. Vous pouvez procéder de même en baissant les plafonds d’indemnisation prévus en cas de sinistre ou en augmentant les délais de carence prévus par votre contrat (temps s’écoulant entre la survenue du sinistre et le début de l’indemnisation par l’assureur).

Comparer les offres pour payer moins cher

Le meilleur moyen de souscrire à une assurance habitation correspondant le plus à vos besoins et à votre budget en tant que demandeur d’emploi reste encore de comparer les offres disponibles sur le marché.

Réassurez-moi met dans cette optique son comparateur d’assurance habitation en ligne ; entièrement gratuit, simple d’utilisation et gratuit, il vous donnera une idée des pratiques tarifaires des assureurs et un aperçu des garanties proposées par chacun en fonction de votre profil.

COMPARER 28 CONTRATS D’ASSURANCE HABITATION

 

 

Laisser un commentaire