CEL : plafond et taux - [Mise à jour 2020 ] - Réassurez-moi

Quel est le plafond du compte épargne logement ?

Mise à jour le

Le Compte épargne logement, plus communément appelé CEL, est en quelque sorte le petit frère du Plan épargne logement (PEL). Il permet lui aussi d’accéder à des droits à prêt dans des conditions de taux (en principe) favorables et peut s’avérer intéressant pour le particulier ayant un projet d’achat de sa résidence principale ou un projet travaux. Reste à savoir quel est le plafond de versement sur un CEL et quelle est la fiscalité applicable à ce livret réglementé. Focus.  

CEL : quel plafond en 2020 ? 

Quel est le plafond du CEL, ou Compte épargne logement, en 2020 ? 

En 2020, le montant maximum que l’on peut verser sur un CEL est de 15 300 euros. 

Ce produit d’épargne est plafonné légalement, c’est-à-dire que c’est l’État qui détermine le montant maximum qu’il est possible de déposer sur un CEL, et non les banques. Inutile donc de changer d’établissement bancaire à la recherche d’un plafond de compte épargne logement plus élevé.

Précision importante : une personne physique ne peut détenir qu’un seul compte épargne logement. Le plafond d’un livret CEL n’est donc « disponible » qu’une fois par personne.   

Il sera en revanche possible d’ouvrir également, en complément, un Plan épargne logement (ou PEL), à la condition que ces deux produits d’épargne soient détenus dans le même établissement bancaire. Le cumul des deux sera intéressant pour la personne ayant un projet immobilier, en raison des droits à prêt privilégiés qui pourront en résulter. La limite de versement du CEL et du PEL peuvent s’additionner. 

Dernière chose à savoir : les fonds déposés sur un Compte épargne logement sont « protégés » par le Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution (FGDR), au cas où la banque soit un jour défaillante. 

Quel est le taux du CEL en 2020

Le compte épargne logement reste un produit d’épargne, qui vous permet de prétendre à une certaine rémunération de votre argent. 

Disons-le tout de suite : le rendement du CEL est loin d’être son principal argument. En 2020, le taux d’intérêt du compte épargne logement est de 0,25 % brut, hors prime d’État éventuelle. Ce taux ne couvre (même) pas l’inflation. 

Le taux du CEL est indexé sur celui du Livret A. Garanti par l’État, il est de 0,25 % brut, depuis février 2020.

Reste à savoir comment fonctionne la rémunération du CEL. Concrètement, les intérêts du CEL seront capitalisés chaque année, c’est-à-dire qu’ils viendront rejoindre le capital et qu’ils produiront donc à leur tour des interêts. Les intérêts sont calculés par quinzaine (le 1er et le 16ème jour du mois). La capitalisation a quant à elle lieu le 31 décembre de chaque année. 

Précisons qu’avec les intérêts capitalisés, le CEL pourra dépasser le plafond légal, qui ne concerne que les versements. 

La finalité du compte épargne logement (ainsi que du plan épargne logement) est surtout de conférer des droits à prêt à un taux d’emprunt CEL préférentiel pour l’achat d’une résidence principale, ou pour réaliser des travaux à crédit, surtout si le livret a été ouvert avant 2018 (du fait de la prime d’État).

Vous le voyez, le compte épargne logement n’a pas d’intérêt en termes de rendement. Dans l’optique de chercher une meilleure rentabilité pour votre épargne tout en la gardant disponible (avec une possibilité de retrait à tout moment), privilégiez d’autres livrets d’épargne. Pour vous aider, n’hésitez pas à utiliser notre comparateur de livrets d’épargne. Vous aurez en un coup d’oeil les différentes options disponibles sur le marché, avec le taux et les conditions détaillés.

Quel montant minimum sur un CEL ? 

Combien doit-on laisser sur un CEL ? 

Le plancher du CEL est de 300 euros. Il s’agit là d’un minium légal : en cas de retrait faisant passer l’épargne en deçà de ce solde, la banque devra clôture le compte. 

Si vous souhaitez ouvrir votre compte épargne logement, vous devrez donc faire un versement minimal de ce montant. Rappelez-vous que votre argent restera disponible à tout moment : vous pourrez faire des retraits à loisir. 

Les versements suivants seront libres, dans la mesure où ils n’ont pas pour conséquence d’excéder le plafond de 15 300 euros du CEL et qu’ils sont d’au moins 75 euros. Vous pourrez par exemple mettre en place des versements programmés ou faire des virements ponctuels lorsque votre capacité d’épargne vous le permet. 

Le CEL est soumis à un minimum sur le compte mais n’est pas limité dans le temps. Il n’y a pas de durée légale de détention particulière.

Quelle est la fiscalité des CEL ouverts en 2019 ? 

Le CEL a une fiscalité particulière selon sa date d’ouverture. Les règles ont changé récemment : l’on distingue maintenant : 

  • Les comptes épargne logement ouverts avant 2018 : le détenteur ne supporte pas d’impôt sur le revenu sur les intérêts du CEL mais les prélèvements sociaux sont ponctionnés, 
  • Ceux ouverts après cette date : les intérêts du CEL sont imposables. 

Les prélèvements sociaux sont donc ponctionnés sur les intérêts du CEL quelle que soit sa date d’ouverture.

Pour un compte épargne logement ouvert en 2019, les intérêts seront fiscalisés sur la base d’un « prélèvement forfaitaire unique » (PFU) de 30 %. 

Ce taux se constitue de la sorte

  • 12,80 % correspondent à l’impôt sur le revenu, 
  • Les autres 17,20 % aux prélèvements sociaux. 
Impôt sur le revenuPrélèvements sociaux
CEL ouvert à partir de 201812,80 %17,20 %

Le détenteur du compte épargne logement pourra aussi opter pour l’imposition de ses intérêts à l’impôt sur le revenu. Il devra alors bien penser à reporter les intérêts sur sa déclaration de revenus.  

Auquel cas, les intérêts seront imposés selon sa tranche marginale d’imposition (TMI). Cela ne sera bien sûr pas intéressant, par exemple, pour un contribuable soumis à une tranche de 30 %. C’est, comme toujours, l’Administration fiscale qui calculera l’impôt et demandera un supplément d’impôt ou procédera à un remboursement en cas de trop perçu. 

Les comptes épargne logement ouverts récemment ne donnent plus droit à la prime d’État. 

Quelle fiscalité sur les intérêts des CEL ouverts avant 2018 ?

Les comptes épargnes logement ouverts avant 2018 bénéficiaient d’un traitement fiscal plus favorable que celui applicable à ceux ouverts après. 

En effet, pour ces livrets d’épargne là, les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu. Les 12,80 % du prélèvement forfaitaire unique ponctionnés sur les intérêts des CEL 2019 ne s’appliquent donc pas. 

En revanche, les prélèvements sociaux (17,20 %) viendront quand même minorer les intérêts annuels. 

Faisons également un point sur le traitement fiscal de la prime d’État (à laquelle les CEL ouverts en 2019 ne donnent plus droit) liée au compte épargne logement. Celle-ci ne sera pas imposée au titre de l’impôt sur le revenu mais restera soumise aux prélèvements sociaux (toujours à 17,20 %). Rappelons que le montant maximum de la prime d’État est de 1144 euros (son niveau exact dépendra de l’épargne détenue sur le CEL et représentera 50 % des intérêts cumulés). 

Vous le voyez, le CEL n’a que peu d’intérêt fiscal. Il ne peut donc s’avérer intéressant que dans le cas où vous auriez un projet d’achat de votre résidence principale ou un projet travaux.

Posez votre question
Un expert vous répondra