Quels sont les vaccins obligatoires ? [Calendrier 2020] - Réassurez-moi

Quels sont les vaccins recommandés ? 

En France, certains vaccins sont obligatoires, tandis que d’autres sont fortement recommandés, mais encore facultatifs. La liste des vaccinations obligatoires, notamment pour les bébés et nourrissons jusqu’à leurs deux ans, est en outre susceptible d’évoluer d’année en année, au gré de l’évolution des risques d’épidémie et de propagation des maladies. Il convient donc de bien s’informer. Voyons ensemble quels sont les vaccins obligatoires aujourd’hui et à quel âge ils doivent être faits. Focus. 

vaccin obligatoire

Quels sont les 11 vaccins obligatoires en 2020 ? 

La vaccination est obligatoire en France, ou au moins certaines injections spécifiques. Reste à savoir quels sont les vaccins obligatoires, et qui ils concernent. 

Les 11 vaccins actuellement obligatoires en France sont le fruit des circonstances historiques, c’est-à-dire des risques d’épidémie, du développement de certaines maladies…

Jusqu’à 2017, la loi n’imposait des injections que contre 3 maladies (pour les enfants à leurs 2, 4 et 11 mois) : 

  • Le vaccin contre la diphtérie était (et est toujours) obligatoire, 
  • Le vaccin contre le tétanos était (et est toujours) obligatoire, 
  • Le vaccin contre la poliomyélite était (et est toujours) obligatoire.

La liste des vaccins obligatoires a été élargie en juillet 2017 par le Ministère de la Santé, du fait des circonstances et du manque en termes de vaccination constaté : la loi du 30 décembre 2017 rend obligatoires 8 vaccins supplémentaires pour les moins de 2 ans (nés après le 1er janvier 2018). Au total, la liste compte 11 vaccins obligatoires. Les voici : 

  • Le vaccin contre la coqueluche est devenu obligatoire, 
  • Le vaccin contre l’haemophilus influenza b est devenu obligatoire, 
  • Le vaccin contre l’hépatite B est devenu obligatoire, 
  • Le vaccin contre la méningocoque C est devenu obligatoire, 
  • Le vaccin contre le pneumocoque est devenu obligatoire,
  • Le vaccin contre la rougeole est devenu obligatoire, 
  • Le vaccin contre les oreillons est devenu obligatoire, 
  • Le vaccin contre la rubéole est devenu obligatoire.

Cela représente donc a minima 10 injections étalées sur une période de 2 ans. 

Précisons également qu’en Guyane Française, les enfants de plus de 12 mois doivent obligatoirement être vaccinés contre la fièvre jaune. 

Dans les faits, bon nombre d’enfants étaient déjà, a priori de cette loi, vaccinés contre tout ou partie de ces maladies. 

Reste à savoir ce que signifie vraiment « obligatoire » et s’il est possible (et comment) d’éviter les 11 vaccins obligatoires. Concrètement, un enfant devra avoir reçu ces injections pour entrer en collectivité, c’est-à-dire pour intégrer une crèche ou une école. Cela vaut depuis le 1er juin 2018. 

Dans les faits, l’enfant sera admis s’il n’est pas à jour dans son calendrier de vaccination, mais la situation devra être régularisée dans les 3 mois.

Peut-on ne pas faire les vaccins obligatoires ?

Nous l’avons vu, les vaccins sont obligatoires pour les enfants entrant, par exemple, en crèche, car ces derniers n’ont pas encore un système immunitaire suffisant. Du fait du contact avec d’autres enfants, les risques d’épidémie et de propagation sont importants.  

Précisons quand même que certains vaccins peuvent ne pas être effectués si une contre-indication médicale s’y oppose. 

Cela ne signifie bien entendu pas que les adultes ne sont pas concernés par la liste des vaccins obligatoires.

Certains parents peuvent tout de même refuser de vacciner leurs enfants pour des raisons qui leur sont propres, souvent par peur des risques inhérents aux injections et à leurs effets secondaires, ou par manque de confiance en la composition des vaccins obligatoires. 

La première conséquence est tout simplement que l’enfant ne pourra pas entrer en collectivité, et ne pourra donc pas être scolarisé. 

La seconde incidence principale est plus problématique encore : les parents (ou les représentants légaux) pourront faire l’objet de poursuites pénales.  

Quid des vaccins recommandés en 2020 ? 

Certains vaccins sont « non obligatoires », c’est-à-dire qu’ils sont simplement recommandés par le Ministère de la Santé. Cela ne signifie pas qu’ils sont moins efficaces ou qu’ils présentent plus de danger que les vaccins obligatoires. Les vaccinations requises le sont devenues du fait des risques d’épidémie / de propagation propres à chaque époque. 

La vaccination obligatoire s’explique par la volonté de rendre la protection accessible à tout le monde.

Les vaccins recommandés sont donc, dans les faits, simplement plus récents, mais s’avèrent tout aussi efficaces. Ils permettent par exemple de contrer certaines maladies comme les méningites ou la septicémie. 

Les vaccinations recommandées ne concernent pas uniquement les nourrissons, mais également les enfants, adolescents ou adultes. Les personnes non encore vaccinées ont tout intérêt à le faire, a minima pour la rubéole, la rougeole et les oreillons. 

Certaines vaccinations sont également recommandées en fonction de l’âge ou de la situation de la personne. Citons par exemple la vaccination contre la grippe pour les séniors et personnes âgées. 

Il est aussi possible qu’une ou plusieurs vaccinations soit(ent) recommandée(s) a priori d’un départ à l’étranger, même pour de simples vacances. Nous traitons ce point également. 

En France, le niveau de couverture vaccinale (pour ce qui est des vaccins obligatoires) est relativement bon. Cela est nettement moins le cas, en comparaison d’autres pays européens, pour les vaccins qui ne sont pas exigibles pour entrer en collectivité. 

Vaccins obligatoires ou non : quelle prise en charge par la mutuelle ? 

La Sécurité Sociale assure une prise en charge pour les vaccins obligatoires ou recommandés. Attention toutefois : pour être remboursé d’un vaccin, l’ordonnance est obligatoire. Demandez donc à votre praticien une prescription médicale. 

Les vaccins pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie sont ceux présents dans la liste fixée par arrêté ministériel. Par exemple, le vaccin ROR obligatoire est pris en charge intégralement. Le taux de remboursement de base est sinon de 65 %. 

ObligatoireRecommandé (pour tous)
DiphtérieOui
TétanosOui
PoliomyéliteOui
CoquelucheOui
Hépatite BOui
OreillonsOui
RougeoleOui
RubéoleOui
Infections à Haemophilus influenza BOui
Infections invasives à méningocoque du sérogroupe COui
Infections à pneumocoqueOui

La consultation pour l’injection est également remboursée en partie, à hauteur : 

  • De 70 % si elle est effectuée chez un médecin, 
  • De 60 % si elle est assurée par une infirmière ou un infirmier. 

Reste maintenant à savoir si la mutuelle santé assure également une prise en charge. La réponse est oui : la complémentaire santé pourra assumer, selon la formule souscrite, le ticket modérateur, c’est-à-dire les 35 % restants pour le vaccin lui-même et les 30 ou 35 % restants pour l’acte. 

Pour ce qui est des vaccins facultatifs non pris en charge par la Sécu, la plupart des contrats de mutuelle intègrent un forfait annuel, plus ou moins élevé selon la formule. 

Ce forfait sera particulièrement utile si vous voyagez régulièrement et que des vaccins s’avèrent nécessaires pour vos destinations. Il vous permettra de ne pas les payer vous-même (ou pas en intégralité).

Les contrats de mutuelle santé comparés par Réassurez-moi prévoient une prise en charge pour les vaccins non-obligatoires. Notre outil compare les contrats du marché selon leurs prestations, leurs prix et les services proposés par les différentes mutuelles.

Qu’est-ce que le calendrier vaccinal ? 

Le calendrier des vaccins obligatoires ou calendrier vaccinal indique le moment où les injections doivent être faites. C’est en général une question d’âge, mais il est possible que les « particularités » d’une personne rendent nécessaires une vaccination. 

Le calendrier vaccinal adultes / enfants et nourrissons vaut « pour tout le monde ». Il est défini par le Ministère de la Santé et est republié chaque année, avec ou sans modification par rapport à l’année précédente. Tout dépend de la situation vaccinale en France, de l’évolution des maladies, des risques éventuels d’épidémie… Le calendrier 2020 n’étant pas encore sorti, voici le calendrier de vaccination de l’année 2019. A priori, rien n’est prévu de changer cette année.

Le calendrier des vaccinations fixe les règles en la matière, sans toutefois se limiter à poser la date de la première injection. Il détermine également le nombre d’injections nécessaires, les délais entre elles et les fameuses périodes de « rappel » des vaccins obligatoires. 

Comme nous l’avons dit, l’âge sera le principal critère. On distingue ici bébés / nourrissons, enfants, adolescents et adultes. Sera toutefois aussi prise en compte la situation de chaque personne. Des vaccins particuliers seront donc nécessaires, entre autres : 

  • Pour les femmes enceintes, 
  • Pour les personnes atteintes de maladies chroniques, 
  • Pour les professionnels exerçant dans des secteurs particuliers (ce que nous verrons plus tard). 

Le calendrier vaccinal concerne donc aussi les adultes. Ces derniers ont d’ailleurs tout intérêt à faire leurs rappels (car le système immunitaire s’affaiblit avec le temps), et notamment dTP (diphtérie, tétanos et poliomyélite) tous les 20 ans, puis tous les 10 ans après 65 ans. 

Quels vaccins obligatoires pour voyager ? 

Certaines vaccinations sont fortement recommandées si vous partez dans des régions ou zones précises à l’étranger, quels que soient la raison ou la durée de votre séjour. Cela vous permettra d’être protégé contre des maladies présentes localement,  comme la fièvre jaune ou la typhoïde par exemple. 

Votre premier réflexe devra d’abord être de consulter votre médecin traitant. Celui-ci pourra vous renseigner sur les précautions à prendre selon la destination. 

Vous pourrez également consulter un centre de vaccination international. Des annuaires des centres de vaccination internationale en France sont disponibles sur internet. 

Pensez à vous faire vacciner avant de partir dans une région « à risques » bien en amont du départ. Pour être efficace, l’injection devra souvent être effectuée plusieurs jours, semaines ou mois avant, et plusieurs injections pourraient être nécessaires.

Voici quelques exemples de maladies contre lesquelles vous faire vacciner, ainsi que les zones correspondantes : 

  • La fièvre jaune : zones tropicales d’Afrique et d’Amérique du Sud, 
  • L’encéphalite japonaise : Japon et pays d’Asie, 
  • Fièvre typhoïde : sous-continent indien principalement. 

Il n’est pas possible de lister ici toutes les vaccinations à faire pour chaque pays du monde. Vous trouverez toutefois beaucoup d’information sur internet. Le Centre Médical de l’Institut Pasteur vous permet par exemple, sur son site, de faire une recherche selon votre destination et de prendre connaissance des vaccinations qui y sont fortement recommandées. Des actualités épidémiologique sont également disponibles. 

Dans tous les cas, pensez aussi à mettre vos vaccins « à jour », en effectuant les rappels conseillés par le calendrier vaccinal. 

Rappelez-vous que la Sécurité Sociale ne prendra pas en charge le ou les vaccins nécessaires pour votre séjour à l’étranger. Vérifiez ce que prévoit votre mutuelle santé en terme de remboursement

Quid des vaccins obligatoires pour certaines professions ? 

Le calendrier des vaccinations concerne tous les nourrissons, enfants, adolescents et adultes sans faire de distinction. Certains professionnels sont toutefois concernés par des obligations vaccinales supplémentaires, en raisons des risques inhérents à leur activité. 

Sont principalement concernés

  • Les professionnels de santé (ainsi que les étudiants dans le domaine), 
  • Les vétérinaires, 
  • Les professionnels de laboratoire,  
  • Les égoutiers, 
  • Les professionnels du transport sanitaire,  
  • Certains professionnels du secteur de l’alimentation, 
  • Les métiers liés aux soins des personnes décédées, 
  • Les personnels des établissements médicaux-socio. 

Cette liste n’est pas exhaustive.

Ainsi, le vaccin contre l’hépatite B est par exemple obligatoire en milieu hospitalier. Des vaccins sont aussi requis pour travailler en école maternelle ou en cas de contact avec la petite enfance. Idem pour, par exemple, les intervenants en colonie de vacances : des vaccins sont obligatoires pour les animateurs. 

Au delà de ces vaccins spécifiques, les professionnels concernés devront bien entendu être à jour de leur calendrier de vaccination, et faire leurs rappels d’injection en temps et en heure. 

Antoine Fruchard

Dernière mise à jour le

Posez votre question
Un expert vous répondra