Pourquoi souscrire à une assurance accidents de la vie ?

Bien qu’encore relativement méconnue, l’assurance accidents de la vie est pourtant une protection très sécurisante pour toute la famille. Ce contrat de prévoyance permet en effet à l’assuré victime, par exemple, d’un accident domestique ou d’une agression, d’être indemnisé par l’assureur, si l’événement engendre une invalidité permanente ou pire, un décès.
Il est aujourd’hui possible de se couvrir contre bon nombre d’accidents dont vous pourriez être victime dans votre vie quotidienne, et cela à partir d’une dizaine d’euros par mois.
Quel est l’intérêt de souscrire à une assurance accidents de la vie ? Quels sont les risques couverts ? Comment fonctionne l’indemnisation en cas d’accident ? Comment trouver le meilleur contrat ?

L’assurance garantie accidents de la vie (ou « GAV ») est un contrat de prévoyance. En contrepartie du versement d’une cotisation, l’assuré percevra de l’assureur, s’il est un jour victime d’un accident de la vie quotidienne entraînant une incapacité permanente, une indemnisation censée compenser les préjudices subis. En cas de décès, c’est sa famille qui sera indemnisée.

L’assurance garantie accidents de la vie intervient en complément de la Sécurité sociale et des mutuelles santé, qui se limitent à la prise en charge des frais médicaux / d’hospitalisation à la suite de l’accident, sans participer financièrement aux séquelles physiques pouvant en résulter.

L’assurance accidents de la vie a vocation à couvrir bon nombre de risques de la vie quotidienne : accidents domestiques (les plus nombreux), erreur médicale… L’étendue exacte de la protection dépendra de la formule souscrite.
Tout type d’accident peut, a priori, donner droit à une indemnisation de l’assurance garantie accidents de la vie, à partir du moment où des séquelles physiques permanentes persistent après l’événement, et ce même si l’assuré se blesse tout seul, par exemple en cuisinant ou en jardinant. 

En cas d’invalidité permanente partielle (IPP) ou de décès, l’assureur calculera l’indemnisation à laquelle aura droit l’assuré victime de l’accident couvert. Les divers préjudices retenus dépendront, là encore, du contrat souscrit (préjudice physique, moral, d’agrément, esthétique…). Une « bonne » assurance accidents de la vie compensera de nombreux préjudices.

La couverture étant personnalisable, les garanties pourront s’appliquer à l’adhérent seul ou à toute sa famille : conjoint(e), concubin(e), partenaire pacsé(e), enfants et plus généralement toute personne à charge faisant partie du foyer.

Quand souscrire à une garantie accidents de la vie ?

Par définition, un accident est inattendu et imprévisible. Ainsi, n’attendez pas d’avoir un certain âge pour adhérer à une assurance accidents de la vie, d’autant que ce produit de prévoyance pourra couvrir, selon la formule choisie, toute votre famille.

À défaut d’assurance accidents de la vie, vous devrez supporter seul les conséquences financières d’une incapacité permanente partielle consécutive à un accident éventuel, alors autant vous couvrir le plus vite possible !

Globalement, sachez qu’il vous sera possible de signer un tel contrat jusqu’à, a minima, 65 ans, si la police que vous visez est « labélisée GAV » (label créé entre assureurs et destiné à assurer un niveau de protection minimum et commun à tous les contrats).
Dans les faits, la souscription est en général ouverte jusqu’à 70/75 ans, selon les compagnies d’assurance. À titre d’exemple, la limite est de 76 ans pour les formules éditées par la Banque Postale.

Certains assureurs pourront retenir, pour calculer le tarif de leurs formules de garantie accidents de la vie, le critère de l’âge de l’adhérent. ​

La couverture pourra être étendue à toute votre famille, ce qui s’avère particulièrement intéressant si vous avez des enfants mineurs, plus souvent sujets aux risques de la vie quotidienne. Certains contrats prévoient même des garanties renforcées pour les enfants (couverture scolaire, extra-scolaire…).

Comment souscrire à une assurance accidents de la vie en ligne ?

Comme pour bon nombre de contrats d’assurance prévoyance aujourd’hui, il sera relativement simple d’adhérer à votre garantie accidents de la vie en ligne. Pour cela, vous devrez d’abord trouver la meilleure police, c’est-à-dire celle qui présentera le meilleur rapport qualité de la couverture / prix.

En termes d’établissements commercialisant ce produit, citons notamment :

Vous devrez alors solliciter des devis un à un, soit en remplissant un formulaire en ligne (lorsque cela est possible sur le site de l’établissement) soit en prenant rdv par téléphone et / ou en vous rendant en agence. L’opération sera particulièrement chronophage, d’autant qu’il n’est pas simple de s’y retrouver parmi les formules et niveaux de couverture proposés.

Pour vous simplifier la vie, Réassurez-moi, en tant que courtier indépendant, vous propose son comparateur d’assurances accidents de la vie en ligne. Ce dernier est 100 % anonyme, gratuit et sans engagement.

Nous l’avons pensé très simple d’utilisation : vous avez simplement à nous communiquer, via un formulaire unique, le type et l’étendue de couverture que vous recherchez. Notre outil sondera alors de nombreux contrats en se basant sur les critères essentiels (prix, garanties, niveau d’indemnisation, seuil d’intervention…) et vous présenta, en quelques instants, une sélection des meilleures offres du marché.

Une fois le meilleur contrat d’assurance accidents de la vie identifié, souscrire en ligne sera simple et rapide directement via notre site ! Vous profiterez ainsi de tarifs négociés, pour vous, par nos équipes.

L’assurance accidents de la vie couvre de nombreux risques de la vie courante

L’assurance garantie accidents de la vie se destine à vous protéger, vous et votre famille, contre de nombreux événements : accidents domestiques (chute, brûlure…), accidents médicaux (erreur de diagnostic…), blessures graves pendant une activité sportive ou de loisir, agressions physiques… Vous serez couvert en cas d’accident corporel grave entraînant une IPP (incapacité permanente partielle) ou un décès, à partir du moment où l’accident en question entre bien dans le champ d’application du contrat.
Autrement dit, les blessures légères, ou en tout cas n’entraînant pas de séquelles à long terme, n’activeront pas les garanties de votre assurance GAV.

La couverture exacte, c’est-à-dire les risques couverts, dépendra de la formule choisie. L’objectif est donc bien entendu de jouir de la protection la plus complète, ce qui passera bien souvent par l’adhésion à une formule supérieure très couvrante.
À titre d’illustration, la Macif propose 4 formules, posant un niveau de garanties progressif. Certains risques spécifiques aux enfants mineurs pourront par exemple faire l’objet d’une protection renforcée (risques scolaires et extra-scolaires), ce qui ne sera pas le cas dans la formule de base.

La majorité des contrats de base excluent les causes professionnelles (accidents du travail) et les accidents de la circulation. La couverture pourra toutefois, en principe, être étendue à ces matières sur option.

L’indemnisation perçue en cas d’accident corporel grave ou de décès de l’assuré

En cas d’accident corporel grave (couvert par le contrat) entrainant une incapacité permanente partielle (IPP), un décès ou un dommage esthétique, l’assuré victime percevra une indemnisation de l’assureur, compensant les divers préjudices subis. Celle-ci sera nécessairement plafonnée, selon les limites prévues au contrat.

Lors de la souscription de votre contrat, vous devrez choisir à partir de quel niveau d’IPP vous souhaitez être couvert. Là où une formule de base ne vous indemnisera qu’en cas d’accident grave (entraînant a minima une IPP de 30 %), les formules supérieures pourront poser un seuil d’intervention de « seulement » 5 ou 10 % d’IPP. Bien entendu, les contrats prévoyant une indemnisation à partir d’un taux d’IPP plus faible sont plus onéreux, mais la couverture est plus satisfaisante.

Voici quelques exemples d’invalidités suite à un accident et leur taux d’IPP respectif :

  • Perte des 5 orteils : 15 %
  • Perte d'une jambe : 40 %
  • Perte totale de locomotion : 65 %
  • Cécité : 85 %

En cas d’accident, le taux d’IPP sera évalué par expertise médicale, après la consolidation de l’état de santé de l’assuré victime. Le calcul de la somme qu’il percevra sera opéré par l’assureur de façon indemnitaire : ce dernier se basera sur les préjudices subis par l’adhérent et sa famille (financiers, physiques, moraux, d’agrément, perte de revenus…).

Après consolidation, l’assureur aura au maximum 5 mois pour formuler une « offre d’indemnisation ». Si l’assuré l’accepte, il percevra les fonds dans les 30 jours s’il s’agit d’un capital. L’indemnisation pourra aussi prendre la forme d’une rente.

Les préjudices retenus dépendent là encore de la formule choisie. Plus la couverture est haut de gamme, plus les préjudices indemnisables seront nombreux. Seront par exemple pris en compte le préjudice d’agrément, la perte de revenus ou les souffrances endurées.

En cas de décès de l’adhérent, sa famille percevra un capital décès (en général entre 20 000 et 40 000 €) et pourra également bénéficier d’une indemnisation pour les préjudices subis (pretium doloris de la perte d’un proche, préjudice financier…).

Les garanties d’assistance incluses dans un contrat d’assurance accidents de la vie

Un contrat d’assurance accidents de la vie ne se limite pas à la « simple » indemnisation des assurés victimes d’accidents graves. En effet, des prestations en nature, c’est-à-dire des garanties d’assistance, sont également prévues.

Ces dernières ont pour objectif d’aider et d’accompagner l’adhérent, et ce parfois même si le seuil d’intervention du contrat n’est pas atteint.

Afin de prendre connaissances du volet assistance potentiellement mis en place par votre contrat, reportez-vous à ses conditions générales.

Les garanties d’assistance posées par un contrat garantie accidents de la vie concerneront :

  • L’assuré lui même : mise à disposition d’une auxiliaire médicale, livraison de médicaments à domicile,
  • Ses proches : garde des enfants, aide scolaire…

Voici quelques exemples de prestations d’assistance pouvant être intégrées dans une police d’assurance accidents de la vie :

En cas de disparition accidentelle de l’assuré, certaines prestations, souvent incluses dans ce type de contrat de prévoyance, s’avéreront particulièrement utiles, telles que le rapatriement du corps du défunt, l’assistance à l’organisation des funérailles voire leur prise en charge…

L’assurance garantie accidents de la vie est accessible en termes de prix

En contrepartie des garanties conférées par l’assurance accidents de la vie, vous devrez vous acquitter d’une cotisation mensuelle / annuelle. Sur le plan du tarif, ce contrat de prévoyance est « relativement » accessible : il vous en coûtera en moyenne entre 10 et 15 euros par mois pour une personne seule, et entre 20 et 25 € pour une famille.

À titre d’exemple, la prime mensuelle de l’assurance garantie accidents de la vie du CIC est de 11 € pour une personne seule, de 18 € pour un couple et de 22 € par mois pour le foyer complet.

Le montant de la cotisation ne dépendra pas uniquement de la composition du foyer et donc du nombre de personnes à couvrir. L’âge du souscripteur pourra notamment être pris en considération, mais c’est surtout les garanties incluses / la formule choisie qui déterminera le prix.

Plus la couverture est étendue (risques couverts, préjudices retenus, plafond d’indemnisation…), plus les tarifs grimperont. Le seuil d’intervention (5, 10, 30 %…) aura également une incidence très importante sur le calcul de la prime d’assurance accidents de la vie.

Sachez que vous pourrez également souscrire à des options / extensions de garanties payantes, étendant votre couverture. Par exemple, vous pourrez souhaiter être également couvert en cas d’accident grave résultant de votre activité professionnelle.

Afin d’obtenir des simulations de tarif, pensez à notre comparateur de garanties accidents de la vie en ligne ! Il vous permettra de gagner un temps précieux et de faire au final des économies sur vos cotisations pour le niveau de couverture que vous attendez.

Quelles sont les limites de l’assurance garantie accidents de la vie ?

La couverture que vous confère votre assurance accidents de la vie a nécessairement des limites. Celles-ci, que l’on appelle « exclusions », peuvent être générales ou ne concerner qu’une garantie en particulier.

Premièrement, les « petits » accidents (type fracture, foulure…) n’entraînant pas d’incapacité permanente sur le long terme seront exclues. Par extension, les accidents de la vie courante générant un taux d’IPP inférieur au seuil d’intervention du contrat ne seront pas non plus indemnisés par l’assureur.

L’IPP consécutive à un événement non accidentel (comme une maladie par exemple) ne seront également pas couverts.

Une autre limite de ce type de contrat est le plafond d’indemnisation (d’un ou deux millions d’euros en général). L’assuré ne pourra jamais recevoir plus que ce qui est prévu par le contrat, même si les préjudices sont excessivement graves et nombreux.

D’autres exclusions générales sont également posées, comme par exemple les accidents consécutifs à la pratique d’un sport extrême exclu par le contrat, ceux résultant de la participation à une rixe… 

Bien sûr, avoir résilié son contrat aura stoppé vous droits aux garanties. Ainsi, pesez bien le pour et le contre en cas de volonté de résiliation de votre assurance garantie accidents de la vie

Le contrat aura aussi un champ d’application territorial strict : vous ne serez par exemple en principe couvert à l’étranger que pour les séjours de moins de 3 mois consécutifs.

Afin de connaître précisément les exclusions posées par votre police d’assurance accidents de la vie, il vous faudra étudier attentivement ses conditions générales ou a minima son document d’information.