Quelle assurance taxi souscrire en 2021 ?

Mis à jour le 18 juin 2021 par Delphine Bardou 

Chauffeurs de taxi, il est primordial de bien vous assurer dans l’exercice de votre profession. En effet, de votre véhicule, à vous-même, en passant par vos passagers, leurs biens et les autres usagers de la route, il est important de vous couvrir contre tout risque associé à la survenue d’un sinistre. Mais, quelles garanties d’assurance taxi souscrire et à quel coût ? On vous répond !

Quelle différence entre assurance taxi et assurance auto classique ?

La couverture de base d’une assurance auto « classique » comprend une garantie responsabilité civile qui couvre le conducteur et son véhicule pour les dommages matériels et immatériels causés à un tiers.

Tandis que la couverture de base d’une assurance taxi comprend une garantie responsabilité civile professionnelle qui couvre non seulement le chauffeur et son véhicule, mais aussi les clients du taxi et leurs biens.

difference assurance auto assurance taxi

L’assurance taxi est-elle obligatoire ?

Oui, souscrire une assurance auto professionnelle est obligatoire pour tous les chauffeurs de taxi et ce, en vertu de l’article L3120-4 du Code des transports. Celui-ci établit que la chose suivante :

« Les individus qui fournissent des prestations de transport routier de personnes à titre onéreux, avec des véhicules de moins de dix places, à l’exclusion des transports publics collectifs et celles qui les mettent en relation avec des clients, directement ou indirectement, doivent pouvoir justifier à tout moment de l’existence d’un contrat d’assurance couvrant leur responsabilité civile professionnelle. »

Ainsi, tout personne en possession d’une carte professionnelle est bel et bien dans l’obligation de souscrire une assurance taxi. Pour trouver une assurance auto professionnelle en ligne, au meilleur rapport qualité-prix, le mieux reste de mettre en concurrence les offres du marché en passant par un courtier d’assurances taxi.

Quelles sont les garanties de l’assurance auto taxi ?

L’assurance taxi propose toujours, dans sa formule de base, les garanties suivantes :

  • une garantie Responsabilité civile professionnelle : elle prend en charge les dommages matériels et/ou corporels du conducteur et de ses passagers ;
  • une garantie protection juridique ;
  • une garantie contre les risques : vol, incendie, bris de glace, etc.

En fonction du contrat d’assurance taxi que vous souscrivez, l’étendue des garanties peut être plus ou moins importante. Ainsi, il est aussi possible, moyennant une augmentation de vos cotisations, de souscrire en complément les options suivantes :

  • garanties de dépannage du taxi et d’assistance rapatriement pour les clients ;
  • garantie perte d’exploitation, en cas d’immobilisation de votre taxi ;
  • prise en charge du stage de récupération de points s’il est nécessaire ;
  • protection plus complète pour les dommages au matériel intérieur et extérieur du taxi ;
  • garantie contre les vols avec agression.

Quel est le prix de l’assurance taxi ?

L’assurance taxi n’est pas donnée. Et pour cause, elle protège le conducteur – qui passe de nombreuses heures au volant – ainsi que ses nombreux clients et leurs possessions. Qui plus est, elle couvre également le véhicule, souvent de gamme intermédiaire ou supérieure, amené à beaucoup rouler et donc plus susceptible d’engranger des dépenses de réparations et de pièces détachées.

Ainsi, une bonne assurance taxi coûte en moyenne 2 000 € par an.

Sachez qu’il est toutefois possible de souscrire une assurance taxi pas cher, ou du moins, moins chère, en comparant les offres. C’est pourquoi nous vous invitons à utiliser un comparateur d’assurance pour taxi en ligne et gratuit.

Assurance taxi résiliée : comment retrouver une couverture ?

Au vu des heures passées au volant, le risque d’être résilié pas son assurance auto professionnelle pour fréquence de sinistre lorsque l’on est conducteur de taxi est bien réel.

Attention, la fréquence de sinistralité n’est pas le seul motif de résiliation de l’assurance taxi par l’assureur. Le non paiement de votre prime, une fausse déclaration, l’alcoolémie au volant ou encore, l’usage de stupéfiants sont aussi des motifs tout aussi valables.

Mais alors, comment retrouver une assurance taxi après cela, qui plus est lorsque l’on devient taxi malussé ? Là encore, la clé est de faire appel à un courtier d’assurances taxi qui va comparer pour vous les offres d’assurance ouvertes aux conducteurs de taxis résiliés et/ou malussés.

Quels sont les risques à ne pas souscrire d’assurance taxi ?

Être en défaut d’assurance alors que l’on est chauffeur de taxi ou VTC présente plusieurs risques que voici :

  • en cas de sinistre, même non responsable, vous ne recevrez aucune indemnisation ;
  • vous risquez une sanction administrative, à savoir : un avertissement ou le retrait temporaire, voire définitif, de votre carte professionnelle ;
  • enfin, vous risquez aussi une sanction pénale consistant en une contravention de 5ème classe : retrait de 3 à 6 points sur le permis de conduire et amende de 1 500 € (en cas de récidive : 3 000 €).
risque defaut assurance taxi

VTC : faut-il souscrire une assurance pour véhicule professionnel ?

Les conducteurs de Véhicule de transport avec chauffeur (VTC), comme les taxis, ont obligation de souscrire assurance avec garantie Responsabilité civile professionnelle. Et ce, depuis la loi Thévenoud d’octobre 2014 sur les taxis et VTC.

Les plateformes de mise en relation VTC – Clients comme Uber, Bolt (taxis parisiens et franciliens) ou encore, Heetch ont pour obligation de vérifier que les chauffeurs avec lesquels elles travaillent sont bel et bien assurés.

Quid de l’assurance moto-taxi

Peu courantes, voire considérées illégales par certains, les motos-taxi deviennent de plus en plus courantes et sont en réalité tout fait légales. Elles sont toutefois soumises à de lourdes régulations.

Les premières étant que votre taxi conducteur de deux-roues doit être en possession d’une carte professionnelle et souscrire de façon obligatoire une assurance moto.

Ce ne sont pas là les seules règles imposées à l’exercice de cette profession. Le conducteur de moto-taxi n’est en effet pas autorisé à attendre de potentiels clients sur la voie publique, comme le font les taxis réguliers. Il doit au contraire réserver un emplacement au préalable et il lui est également imposé :

  • d’être titulaire du permis moto bien entendu ;
  • de posséder une attestation médicale d’aptitude ;
  • de ne pas avoir commis d’infraction au code de la route ;
  • de ne pas avoir été condamné pour conduite sans permis ;
  • de ne pas avoir été condamné pour vol, escroquerie, drogues ;
  • de conduire un deux-roues dont l’ancienneté est inférieure à 4 ans ;
  • d’être en mesure de présenter une attestation annuelle d’entretien ;
  • d’être doté d’une signalétique définie par l’arrêté du 3 novembre 2010 du ministère de l’intérieur.

Sur le même thème :

Il est nécessaire de remplir ce champs.
Votre nom est requis.
Entrez une adresse e-mail valide ou laissez ce champs vide