Comment choisir son assurance dépendance ?

La dépendance coûte très cher en France, quelle que soit la solution choisie (Ehpad, maintien à domicile, établissement spécialisé…). L’assurance dépendance, en tant que contrat de prévoyance, permet d’anticiper une éventuelle perte d’autonomie future, en versant une cotisation tous les mois à l’assureur. En contrepartie, celui-ci versera une rente viagère (ou un capital) à l’assuré s’il devient un jour dépendant.
Avant de finaliser toute souscription à ce produit, il faudra bien analyser le contrat, sous peine de mauvaises surprises. Quelles sont les garanties du contrat d’assurance dépendance ? Quels sont les éléments essentiels à vérifier avant de signer ? Comment choisir le meilleur contrat ?

Faites le comparatif entre plusieurs devis !

Le marché de l’assurance dépendance est dense. Tous les contrats ne se valent pas, que ce soit en termes de garanties proposées, de tarification, de modalités de souscription, de délais de carence…

De nombreuses entités proposent leurs propre produit de dépendance, et notamment :

  • Les établissements bancaires,
  • Les assureurs,
  • Les mutuelles,
  • Les institutions de prévoyance.

Afin de dénicher le meilleur contrat, c’est-à-dire celui qui sera le plus adapté à vos besoins au prix le plus compétitif, vous pourrez par exemple vous tourner vers votre banque ou votre assureur. Toutefois, en vous contentant de ces offres, vous passerez très probablement à côté d’un contrat plus complet – et moins cher – ailleurs.

Ainsi, Réassurez-moi vous propose son propre comparateur d’assurances dépendance en ligne. Il vous permet, à partir d’un simple formulaire à remplir en une minute, d’accéder à une sélection personnalisée des devis les plus intéressants, au vu de votre profil et de vos attentes (rente ou capital, niveau de dépendance…).

Notre comparateur d’assurances dépendance vous permet de gagner un temps précieux, car il sonde à votre place un panel des meilleures assurances dépendances du marché. Notre outil est neutre, 100 % gratuit et entièrement anonyme.

Réassurez-moi est un courtier en ligne indépendant. Les propositions que nous vous présentons sont les plus intéressantes pour vous au vu de critères objectifs (rapport qualité des garanties / prix, prestations d’assistance incluses, modalités de souscription…). Nous ne favorisons aucun établissement au détriment d’un autre.

Les critères pour bien choisir son assurance dépendance

Toutes les informations essentielles sont centralisées sur la page résultats de notre site : en un coup d’œil, vous identifiez facilement les meilleurs devis. Ainsi, vous pourrez souscrire en ligne à la meilleure assurance dépendance et profiter ainsi de tarifs négociés pour vous.

Afin de faire le bon choix, ne vous focalisez pas uniquement sur le montant des cotisations pour le niveau de rente / de capital souhaité. Vous devez être attentif à d’autres critères, comme par exemple aux formalités d’adhésion, et notamment si vous êtes déjà « âgé », si vous souffrez d’une ALD (affection longue durée) ou d’une maladie préexistante de type diabète.

La qualité des garanties d’assistance, qui peuvent s’avérer bien utiles si vous êtes un jour dépendant, est également un critère primordial, de même que le niveau de dépendance reconnu par l’assureur pour déclencher le versement de la rente viagère et / ou du capital.

Jetez également un œil attentif aux délais de carence et de franchise prévus.

Pour tout cela, reportez-vous aux conditions générales de la police.

Quelles sont les garanties d’un contrat d’assurance dépendance ?

Le versement d’une rente viagère ou d’un capital

Avant de finaliser toute souscription, l’assuré devra faire un point sur ses besoins : souhaite-t-il percevoir, s’il perd son autonomie un jour, une rente viagère (versée jusqu’au décès) ou un capital unique ? Tout dépendra souvent de la solution qui sera choisie en cas de dépendance : place en Ehpad, en établissement spécialisé, maintien à domicile…

Il existe deux types de contrats d’assurance dépendance : ceux prévoyant le versement d’une rente viagère et ceux ne laissant d’autre choix que le versement d’un capital unique, une fois la perte d’autonomie constatée.

Pour ce qui est de la rente, son montant doit être décidé à la signature, puisque la cotisation sera calculée – entre autres – en fonction. Les montants minimum / maximum varient selon les contrats, mais la fourchette moyenne va de 100 euros à 3 000 euros par mois. Cette somme, versée tous les mois, pourra servir à financer la résidence en établissement spécialisé.

Les contrats posant une « sortie en capital » (plutôt qu’une rente viagère) semblent plus adaptés aux personnes souhaitant être maintenues à domicile en cas de dépendance. L’argent perçu – selon le contrat, quelques milliers ou dizaines de milliers d’euros – servira alors à aménager le domicile : lit médicalisé, monte escalier…

Le souscripteur devra aussi décider du niveau de dépendance couvert. S’il opte pour un versement uniquement en cas de dépendance totale, il ne recevra rien s’il est un jour sujet à une dépendance partielle.

Les prestations d’assistance de l'assurance dépendance

Une assurance dépendance ne se limite pas au versement d’une rente ou d’un capital. Pratiquement tous les contrats intègrent d’office des garanties d’assistance, c’est-à-dire des prestations en nature destinées à simplifier la vie de l’aidé (la personne assurée devenue dépendante) et de ses aidants (ses proches en général).

La qualité et l’étendue de ces prestations d’assistance sont très variables d’un contrat à l’autre. Pour les connaître, il faudra bien souvent se reporter aux conditions générales de chaque offre.

Globalement, celles que l’on retrouve le plus souvent dans ce type de prévoyance sont :

  • La téléassistance,
  • La garde d’enfants et / ou le soutien scolaire,
  • L’aide à domicile,
  • La livraison de médicaments à domicile,
  • Le « répit de l’aidant » (une auxiliaire de vie viendra alléger la charge d’un proche s’occupant, à domicile, de la personne dépendante).

Certains contrats prévoient également une assistance en cas d’immobilisation temporaire pendant quelques jours (avec hospitalisation ou non). Il pourra par exemple s’agir d’une garantie présence d’un proche au chevet de l’assuré, d’une aide à domicile…

Quel est le prix d’un contrat d’assurance dépendance ?

Le prix d’un contrat à un autre varie très largement pour un même niveau de garanties, d’où l’importance de la comparaison entre plusieurs simulations de tarifs d’assurances dépendance.

Les critères de détermination du montant des cotisations que vous aurez à payer sont en revanche les mêmes pour tous les organismes :

  • Votre âge et votre état de santé au moment de l’adhésion,
  • Le montant de la rente / du capital souhaité(e),
  • Le niveau de dépendance qui déclenchera la garantie : dépendance totale ou dépendance totale + partielle.

Si l’assuré est âgé ou qu’il a déjà des problèmes de santé avérés, la cotisation sera plus élevée, et pourra faire l’objet d’une surprime.

Le montant de la cotisation étant fixée au départ, vous aurez tout intérêt à adhérer à ce contrat le plus tôt possible. Mais alors quand souscrire à une assurance dépendance ? Attention à ne pas adhérer à ce contrat de prévoyance trop jeune, sous peine de payer des cotisations pendant des dizaines d’années.
La cotisation n’évoluera pas par la suite : autrement dit, elle n’augmente pas avec l’âge. Elle est toutefois revalorisée régulièrement pour tenir compte de l’augmentation du coût de la vie. L’indice servant de base à ce re-calcul dépendra du contrat d’assurance dépendance souscrit (plafond de la Sécurité sociale, inflation…).

Le tableau ci-dessous présente les prix moyens pratiqués pour un souscripteur souhaitant une rente de 500 euros par mois en cas de dépendance (cotisation annuelle) :

En cas d'invalidité totale

En cas d'invalidité totale ou partielle

Adhésion à 60 ans

250 € par an

570 € par an

Adhésion à 65 ans

310 € par an

710 € par an

Adhésion à 70 ans

400 € par an

950 € par an

Quels sont les délais de carence et de franchise d’un contrat d’assurance dépendance ?

Les délais de carence et de franchise sont également à connaître avant de signer. Tous les contrats d’assurance dépendance en posent.

Le délai de carence est le laps de temps pendant lequel vous paierez vos cotisations, sans être encore couvert par les garanties. Il peut en général aller, selon les contrats, de 1 à 3 ans. En cas de perte d’autonomie pendant ce délai d’attente, l’assuré ne percevra pas la rente mais se verra remboursé des cotisations acquittées.
Plusieurs délais de carence sont en principe prévus. Il pourra par exemple être d’un an pour certains types de maladie entraînant une perte d’autonomie, de trois ans pour d’autres…

Dans tous les cas, si la dépendance résulte d’un accident, il n’y aura pas de délai de carence. L’assuré pourra percevoir la rente (ou le capital) même un mois après la souscription.

Concernant le délai de franchise, il s’agit de la période suivant la stabilisation de la dépendance pendant laquelle la rente ne sera pas versée. Ce délai est (en règle générale) de 90 jours. L’assuré ne touchera donc sa rente viagère qu’à compter du 4ème mois.

Quelle est la durée d’un contrat d’assurance dépendance ?

Une fois souscrit, le contrat d’assurance dépendance suivra – en principe – l’assuré tout au long de sa vie, qu’il devienne un jour dépendant ou non. Chaque année, le contrat est renouvelé par tacite reconduction à sa date anniversaire.
Si la dépendance ne survient jamais, les cotisations auront été versées à fonds perdus, comme pour une assurance auto ou habitation.
Certains contrats peuvent toutefois proposer une option selon laquelle, si au décès de l’assuré, la rente n’a jamais été octroyée, ses proches percevront un capital dont le montant dépendra des primes acquittées.

Si la police le permet, les garanties pourront être modifiées jusqu’à un certain âge, si l’assuré en exprime le souhait. Il pourra par exemple s’agir d’une augmentation de la rente souhaitée en cas de perte d’autonomie. De nouvelles formalités médicales pourront être requises.

Afin que le contrat perdure et que la couverture soit maintenue, les primes devront être réglées tous les mois sans heurt. Si l’assuré arrête de s’acquitter de ses cotisations, le contrat sera (en général) tout simplement résilié, après notification de l’assureur.

Si l’assuré a atteint une certaine durée de cotisations (entre 8 et 10 ans selon les contrats), il pourra conserver le bénéfice des garanties mais elles seront minorées : on parle de « mise en réduction » du contrat. Les garanties d’assistance seront supprimées et la rente qu’il pourra percevoir en cas de perte d’autonomie sera plus faible.

Quelles sont les formalités d’adhésion à un contrat d’assurance dépendance ?

Les conditions d’assurance varient d’un contrat à l’autre. L’âge minimum d’adhésion peut être de 18 / 20 ans pour certaines polices, ou plutôt de 40 / 50 ans pour d’autres. L’âge maximal tourne quant à lui aux alentours de 75 ans, même si la souscription sera encore possible auprès de quelques organismes pour les personnes plus âgées.

Sur le plan des formalités médicales, une simple déclaration d’état de santé pourra suffire pour les jeunes séniors et les personnes n’ayant aucun souci de santé préexistant.
Un questionnaire médical pourra être requis passé un certain âge (ou si le niveau de rente demandé est élevé), afin que l’assuré précise ses éventuels antécédents médicaux, les traitements en cours…
Enfin, sachez qu’un examen médical peut également vous être demandé.

Les pièces nécessaires à la formalisation de l’adhésion sont classiques : documents médicaux, formulaire de souscription, RIB, et pièce d’identité.

Une fois la demande de souscription complétée, que ce soit en agence ou en ligne, l’assureur (ou l’organisme auprès duquel vous souhaitez adhérer) pourra :

  • Accepter sans réserve l’adhésion,
  • Différer sa décision à un examen médical complémentaire,
  • Accepter la souscription mais appliquer une surprime (ou sur-cotisation), si l’état de santé du demandeur le justifie,
  • Refuser la demande d’adhésion. 

Comment résilier un contrat d’assurance dépendance ?

Dès la souscription, vous disposerez d’un droit à renonciation de 30 jours. Vous devrez le notifier à l’assureur via une lettre recommandée avec AR.

Passé ce délai, si vous souhaitez mettre un terme à votre contrat d’assurance dépendance, par exemple parce que les cotisations ont trop augmenté ou parce que vous avez trouvé moins cher ailleurs pour un même niveau de garanties, sachez qu’il vous faudra attendre la date d’échéance annuelle.

Vous devrez simplement envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception à l’assureur pour résilier votre assurance dépendance, en respectant le préavis légal de 2 mois. En vertu de la loi Châtel, l’établissement devra vous notifier de l’imminence de la date anniversaire de votre contrat, et vous aurez, après réception de cette notification, 20 jours pour envoyer votre courrier.
Voici un modèle de courrier de résiliation d’une assurance dépendance :

Hormis la résiliation à l’échéance, le contrat pourra prendre fin si vous arrêtez de vous acquitter de vos primes mensuelles, sauf si vous avez atteint la période de mise en réduction du contrat (lorsque la valeur de réduction est « acquise »). 

L’assurance dépendance peut aussi être résiliée de plein droit si l’assuré réside (ou passe par exemple plus d’un an) à l’étranger. Le fait de refuser la revalorisation des cotisations par l’assureur peut également entraîner la fin du contrat.

Si vous résiliez votre assurance dépendance, l’argent versé sera perdu.