Mutuelle Santé et Médicaments Génériques

Mutuelle santé et médicaments génériques

Mise à jour le

La France utilise beaucoup moins de médicaments génériques que ses voisins allemands ou anglais. On constate que l’assurance maladie ne rembourse environ que 35% de génériques. En Allemagne par exemple, le générique représente 80% du marché des médicaments.
Pourquoi la France est-elle à la traîne ? Les génériques sont-ils sans danger ? Réassurez-moi vous explique le générique.

Qu’est ce qu’un médicament générique ?

Pour pouvoir être commercialisé, le générique doit contenir la même qualité et quantité de principe actif que le médicament de marque, également appelé « princeps ». Le générique doit prouver qu’il a la même efficacité que le princeps. Le générique est nommé par sa dénomination commune internationale (DCI), c’est-à-dire le nom du principe actif (de la molécule).
Par exemple : pour le « doliprane », le pharmacien pourra vous proposer son générique appelé « paracétamol ».

Même si les deux traitements (princeps et générique) sont identiques par leur principe actif, les excipients et les prix peuvent varier. Les excipients sont des substances qui permettent d’incorporer le principe actif dans le médicament, et qui vont lui donner la consistance ou un goût, par exemple. Certains excipients (sel, sucre…) peuvent entraîner des réactions chez certaines personnes, on parle alors d’excipients à effets notoires.

La présentation du générique (forme, packaging, …) peut également varier.

Il existe trois types de génériques :

  • La copie : qui est constitué du même principe actif, sous la même forme que le princeps, avec les mêmes excipients, et sous la même forme.
  • Les similaires : ils ont le même principe actif et la même forme, mais utilisent des excipients différents du princeps. Une étude de bioéquivalence doit être menée, pour vérifier que le changement d’excipient n’a pas d’incidence sur l’efficacité du principe actif.
  • Les assimilables : tout est modifié, même la forme chimique de la substance active.

Le remboursement de la Sécurité Sociale pour les médicaments génériques

Les médicaments de marques sont plus chers que les génériques. Mais le remboursement de la Sécurité Sociale n’est pas le même.

L’Assurance Maladie a basé ses remboursements sur le tarif forfaitaire de responsabilité (TFR), qui est en fait le prix du générique.
Si vous choisissez le médicament de marque à la place du générique, il sera facturé plus cher et vous ne serez remboursé que sur le prix du générique, donc il y aura un reste à charge pour vous.

Par exemple : le médicament de marque coûte 12€. Le générique (ou TFR) est à 8€. Si vous choisissez le médicament de marque, vous allez payer 12€ et l’assurance maladie vous remboursera par exemple 65% de 8€, soit 5,20€.

Il est donc préférable de privilégier le générique pour que le remboursement des médicaments soit plus important.

Le remboursement des mutuelles pour les médicaments génériques

Les mutuelles santé complètent les remboursements de l’Assurance Maladie, elles sont donc fortement conseillées. Une mutuelle qui rembourse à 100% va vous rembourser le ticket modérateur, c’est-à-dire la différence entre le tarif de base de la Sécurité Sociale et le remboursement que l’Assurance Maladie a effectué.

Pour un générique à 8 €, l’Assurance Maladie vous rembourse 5,20 €, la mutuelle complète 2,80 €. Il ne vous reste rien à régler.

Pour un princeps, la Sécurité Sociale interviennent de la même manière que pour un générique, mais vous payez plus cher votre médicament. 12 € payés chez le pharmacien, et 8 € remboursés, soit 4 € à votre charge.

L’intérêt de souscrire à une bonne mutuelle santé est que vous n’ayez aucun reste à charge. Si vous utilisez fréquemment des princeps, il vous faudra une mutuelle santé qui rembourse au-delà de 100% pour les médicaments.
Pour comparer les mutuelles santé, n’hésitez pas à utiliser les comparateurs en ligne qui vous permettent rapidement et simplement de comparer votre mutuelle aux autres offres du marché.

Comparez les mutuelles santé pour être mieux remboursé sur les médicaments

Les médicaments génériques sont-ils dangereux ?

Les génériques, outre leur principe actif, doivent faire l’objet de vigilance de la part du médecin lors de la prescription, du pharmacien lors de sa délivrance et du patient lors de son utilisation. Dans tous les cas, si vous constatez des symptômes ou des réactions secondaires, consultez votre médecin dans les meilleurs délais.

Différence d’efficacité

Même si le générique doit prouver son efficacité et son équivalence thérapeutique avec le médicament de marque, il peut présenter beaucoup de différence avec celui-ci. Les fabricants de génériques peuvent mettre au point des molécules de -20% à +20% différentes de la molécule du princeps en termes de biodisponibilité (c’est-à-dire de décrypter comment le principe actif agit dans l’organisme et produit son action). C’est pour cette raison que les génériques sont souvent évalués comme moins efficaces.

Les excipients

Les génériques utilisent des excipients différents des princeps. Certains excipients utilisés dans les génériques peuvent amener des réactions, notamment des allergies. Le gluten, le blé, l’huile d’arachide, le lactose… sont tous des allergènes avérés et utilisés dans les génériques.

Les effets négatifs

Les génériques peuvent également faire varier les résultats de vos analyses de sang. Pour des pathologies spécifiques (hypertension, thyroïdite…) qui sont dites à « marge thérapeutique étroite ». C’est-à-dire qu’une différence infime du dosage peut entraîner des variations de vos analyses. Si votre traitement est concerné, votre médecin doit inscrire « non substituable » sur l’ordonnance.

La forme

Enfin, le packaging et la forme étant différente d’un princeps à un générique, les personnes âges notamment, peuvent être perdues avec les traitements génériques, et les confondre. Une gélule de marque, qui devient un comprimé sécable en générique par exemple peut devenir source de confusion quand on prend plusieurs médicaments par jour. Le pharmacien peut également disposer de plusieurs génériques différents pour la même molécule, et vous donner d’une fois à l’autre une boîte différente, en fonction de ses accords commerciaux avec les laboratoires. Encore une source de confusion pour certaines personnes.

Posez votre question
Un expert vous répondra