L’assurance pour les Nouveaux Animaux de Compagnie (NAC)

Mis à jour le 26 septembre 2019 par Antoine Fruchard 

Depuis plusieurs années, certaines personnes font état d’un intérêt particulier pour des animaux de compagnie peu conventionnels, en comparaison avec les chiens ou les chats habituellement choisis. L’on parle désormais de Nouveaux Animaux de Compagnie (NAC). Leur possession est strictement encadrée par la loi et de nouvelles assurances leur sont dédiées. Comment trouver le meilleur contrat pour votre animal ? Quelles sont les garanties essentielles ? Notre guide complet sur l’assurance NAC ! 

Quels sont les Nouveaux Animaux de Compagnie (NAC) ?

Le terme « nouveaux animaux de compagnie », lesquels sont désignés par l’acronyme « NAC », a fait son apparition il a déjà quelques années, avec l’introduction dans les foyers d’animaux qui n’étaient auparavant pas considérés comme domestiques. De manière générale, les chiens, puis les chats sont les compagnons les plus plébiscités par les propriétaires, mais d’autres investissent désormais de plus en plus les maisons et appartements.

Sur le plan légal, les nouveaux animaux de compagnie représentent toutes les bêtes n’étant pas reconnues comme étant des carnivores domestiques (chiens, chats et furets). Dans un autre registre, certains utilisent l’expression NAC pour faire référence à tous les animaux que l’Homme avait pourtant domestiqués depuis bien longtemps, mais qui ne présentaient aucune utilité première. Le chien, par exemple, pouvait monter la garde ou aider à chasser le gibier, quand le chat veillait à tenir hors de la maison les « nuisibles » comme les rongeurs.

Les Nouveaux Animaux de Compagnie peuvent être identifiés selon les catégories suivantes :

Animaux concernésSous espèces
RongeursRat, souris, gerbille, hamster, cochon d’Inde, lapin.Souris à poche, souris sauteuse, lapin nain…
OiseauxPerroquet, canari, pinson.Ara, perruche, diamant, inséparable, Amazone…
PoissonsPoisson rouge, guppy, voile de Chine, piranha.Piranha rouge, piranha aux oreilles noires, comète, queue d’éventail…
CarnivoresFuret, hermine, belette, fouine , martre.Belette d’Europe, martre commune…
SerpentsNonBoa, python, couleuvre, serpent des blés…
LézardsLézard, iguane, caméléon. gecko.Archaius, iguane cornu, iguane désert, iguane marin.
TortuesNonTortue terrestre, tortue aquatique…
Certaines araignéesNonTégénaire, saltique chevronnée, steatoda…
Certains insectesNonNon
Certains singesNonNon

Il est important de noter que la plupart des NAC nécessitent une autorisation de la préfecture pour leur possession, en raison de leur passé sauvage et de leur domestication récente. D’autres animaux sont tout simplement considérés comme strictement sauvages, dangereux ou inaptes à vivre en maison et sont interdits en tant qu’animaux de compagnie.

La catégorisation en tant que NAC n’apporte ni avantage ni préjudice au propriétaire de l’animal et il convient uniquement de connaître les caractéristiques de ce dernier pour pouvoir vivre au mieux à ses côtés. Sur le plan de l’assurance, les nouveaux animaux de compagnie peuvent disposer de garanties spécifiques, bien que certains animaux soient trop rares pour en bénéficier.

Quelle assurance pour un lapin comme animal de compagnie ?

L’assurance santé d’un lapin

Les lapins comptent parmi les nouveaux animaux de compagnie les plus plébiscités, mais font état d’une fragilité certaine sur le plan physique, qui ne leur permet généralement pas de vivre plus d’une dizaine d’années. Cette longévité a pourtant été considérablement améliorée au fil des ans et les lapins domestiques vivent environ quatre fois plus longtemps qu’à l’état sauvage (mortalité juvénile importante, prédateurs…).

L’assurance santé pour un lapin s’impose donc comme une disposition indispensable et ce pour plusieurs raisons :

  • Elle permet au propriétaire d’être remboursé pour tout ou partie des soins vétérinaires.
  • Elle améliore le confort au quotidien de l’animal grâce à des soins plus réguliers et plus performants.
  • Elle améliore la longévité du lapin de manière significative en raison d’un suivi plus poussé.

Selon la formule choisie, le pourcentage de prise en charge peut varier considérablement, tout comme les types d’interventions remboursées. Une simple consultation étant peu onéreuse mais plus fréquente, il est rare de la trouver dans la formule de base, alors qu’une chirurgie coûte plus cher mais reste bien plus occasionnelle et elle sera alors indemnisée plus facilement.

Les formules sont pourtant propres à chaque société d’assurance, mais certains packs se recoupent souvent. Il est alors possible de dresser le tableau suivant, récapitulant les assurances lapins les plus fréquentes :

Formule de baseFormule intermédiaireFormule tous risques
Pourcentage des frais pris en charge50 %Entre 70 et 80 %Entre 90 et 100 %
Interventions prises en chargeAccidents (voire maladies)Accidents, maladies, consultations, hospitalisations (voire injections et prélèvements)Accidents, maladies, consultations, hospitalisations, injections, prélèvements, décès, assistance
Plafond annuel de prise en chargeEnviron 1 000 €Entre 1 500 et 2 000 €Plus de 2 000 €

Il est dans tous les cas très important de bien connaître les devoirs attenants à la possession d’un lapin de compagnie, en se renseignant chez un professionnel (vétérinaire, animalerie, élevage…). Un lapin qui grince des dents n’est par exemple pas un lapin malade, mais simplement un animal qui utilise une forme de communication bien particulière.

Une limite d’âge est souvent imposée pour l’assurance animal de compagnie d’un lapin, en raison des risques aggravés de maladie et de décès en vieillissant. La fragilité de l’animal ne lui permet souvent pas d’être couvert au-delà de ses 7 ans.

Une garantie Responsabilité Civile pour le propriétaire d’un lapin

Dans un autre registre, la garantie Responsabilité Civile est une protection permettant de couvrir les dommages causés par votre lapin à un tiers. En dehors de câbles électriques qui pourraient être rongés, les dégâts dont un lapin domestique serait responsable sont relativement rares, bien que toutes les précautions soient bonnes à prendre.

Le propriétaire d’un animal de compagnie, quel qu’il soit, engage sa propre RC en cas de dommage de son compagnon. C’est l’article 1385 du Code civil qui statue sur le sujet : « Le propriétaire d’un animal, ou celui qui s’en sert, pendant qu’il est à son usage, est responsable du dommage que l’animal a causé, soit que l’animal fût sous sa garde, soit qu’il fût égaré ou échappé. »

La loi fait également mention de l’état de « divagation » d’un animal, où il aurait échappé au contrôle et à la surveillance de son maître. Tout propriétaire doit effectivement avoir le contrôle de son animal domestique en toutes circonstances, sous peine d’engager sa propre RC. En revanche, si les textes légaux parlent de l’état de divagation ou d’animaux errants pour les chiens et les chats, il existe un certain flou juridique en ce qui concerne les NAC, du fait de leur nombre important et caractéristiques très différentes.

L’assurance de RC apparaît alors plus comme une prévention utile qu’une réelle nécessité pour un lapin de compagnie, mais l’indemnisation des victimes par l’assurance et non par les finances personnelles du propriétaire est toujours bienvenue. Cette précaution est d’autant plus conseillée que le lapin peut être considéré comme du gibier et causer des dommages aux terrains agricoles voisins, une situation pour laquelle l’agriculteur lésé voudra certainement obtenir réparation.

Comment assurer mon furet ?

L’assurance santé pour un furet

Les furets sont des animaux de compagnie qui comptent parmi les NAC les plus choisis. Ils font partie des carnivores domestiques, mais ne peuvent pas prétendre faire partie des animaux de compagnie « classiques » du fait de leur nombre assez faible en comparaison avec les chiens et les chats.

La domestication du furet étant intervenue bien plus tard que celle des canidés et félins suscités, la loi impose des précautions de santé pour prévenir un comportement plus imprévisible et des accidents plus fréquents (passeport européen pour le voyage sur le continent, vaccin contre la rage et identification par puce électronique obligatoires). Auparavant utilisés pour débusquer les lapins des terriers ou chasser les rongeurs des habitations, les furets restent des animaux frêles et fragiles, sensibles aux maladies transportées par les animaux restés sauvages qu’ils peuvent côtoyer.

C’est dans cette optique que la mutuelle pour les animaux comme les furets permettent de couvrir les risques de santé liés à la contamination ou aux morsures par un animal sauvage. Les furets peuvent ainsi bénéficier des mêmes avantages que les lapins évoqués précédemment comme une augmentation de la longévité ou une meilleure prise en charge des soins (son propriétaire n’hésitera plus à se rendre chez le vétérinaire en cas de doute).

L’assurance NAC pour furet fonctionne exactement de la même manière que celle d’un lapin, avec différentes formules de prise en charge et une limite d’âge que l’assureur utilise comme sécurité pour ne pas devoir indemniser les frais de santé nécessaires car plus fréquents durant les dernières années de vie de l’animal.

La garantie Responsabilité Civile pour un furet

En parallèle de la mutuelle pour furet, l’assurance RC permet l’indemnisation des victimes d’un dégât causé par votre compagnon, dont vous être responsable et devez avoir le contrôle à tout moment (voir l’article du Code civil plus haut sur cette page). Un furet peut attirer la curiosité, particulièrement des enfants, lesquels peuvent être mordus gravement par un petit animal aux dents pointues et au comportement imprévisible. La transmission de maladies n’est pas à exclure et certains vaccins doivent être réalisés (rage et maladie de Carré) pour prévenir les risques.

La garantie RC permet dans tous les cas l’indemnisation des tierces personnes victimes pour tous les dommages, notamment corporels, subis et empêche le propriétaire d’un furet de devoir les rembourser personnellement (en supposant qu’aucune faute constituant une exclusion de garantie n’ait été commise).

La garantie RC ne couvre que les tiers lésés et non l’assuré lui-même ou ses proches. Les dommages causés volontairement ne sauraient être pris en charge par ailleurs, l’assureur considérant que son client a commis une faute aggravante en pleine connaissance de cause.

L’assurance pour un perroquet

Une assurance santé pour un perroquet

Les perroquets sont des oiseaux possédant une espérance de vie très variable, en raison de la grande diversité des races en elles-mêmes. Une perruche a ainsi une longévité comprise entre 5 et 20 ans, quand certains aras peuvent vivre jusqu’à 80 ans. La vie en captivité en tant qu’animal de compagnie réduit pourtant souvent ce chiffre indicatif, les oiseaux n’étant pas faits pour vivre et s’épanouir dans une petite cage d’intérieur.

L’acquisition d’un perroquet doit alors être mûrement réfléchie, d’autant plus que le bruit, les griffes et le bec ou la propreté de l’animal peuvent être des freins à l’achat et des dispositions contraignantes à vivre sur le long terme.

Les perroquets sont pourtant des oiseaux assez fragiles, pour lesquels une assurance santé peut permettre d’améliorer le confort de vie, ne serait-ce que pour les conseils de votre vétérinaire. Le fait de tourner éternellement en rond dans une cage peut affecter la santé mentale d’un perroquet, rendant son comportement difficile à anticiper.

L’assurance perroquet s’impose comme indispensable si la santé de votre compagnon vous importe et que vous souhaitez prolonger sa vie en la rendant meilleure. Les consultations ou les injections (vaccins, antiparasitaires…) sont remboursées en partie ou intégralement selon la formule souscrite, permettant au propriétaire de mieux s’occuper de son oiseau.

L’assurance Responsabilité Civile pour les perroquets

En dehors de l’assurance maladie d’un perroquet, la garantie Responsabilité Civile peut s’avérer utile, du fait de la difficulté de contrôle d’un oiseau. Votre propre RC étant effectivement engagée si votre animal cause un dommage à un tiers, vous devriez indemniser personnellement la victime si votre perroquet venait à s’échapper et portait préjudice à un inconnue, l’absence d’assurance correspondante.

Le contrôle d’un animal domestique est impératif légalement en toutes circonstances, ce qui peut être compliqué avec un compagnon volant, davantage enclin à visiter l’extérieur qu’à rester dans sa cage à la moindre occasion. La garantie RC vous permet de voir votre assureur prendre en charge l’indemnisation du tiers lésé, à hauteur du préjudice qu’il aura subi et ce sans que vous ayez à dépenser une quelconque somme supplémentaire.

L’assurance santé d’un animal domestique est systématiquement facultative, bien que fortement conseillée. La garantie RC est également optionnelle, sauf pour les chiens considérés comme dangereux (catégories 1 et 2) pour lesquels elle est obligatoire sur le plan légal.

COMPARER 8 ASSURANCES ANIMAUX

Comparer les offres pour une mutuelle pour animaux de compagnie pas chère

L’intérêt d’un comparateur d’assurance NAC en ligne

Utiliser un comparateur est une disposition particulièrement utile lorsqu’il s’agit de souscrire à une assurance animaux pas chère. En établissant un comparatif pour l’assurance d’un animal de compagnie, vous saurez quel contrat est le moins cher, quelles garanties sont comprises d’office, celles qui sont optionnelles, celles qui restent inaccessibles…

Un outil comme un comparateur en ligne vous donnera instantanément les résultats de multiples devis d’assurance pour un nouvel animal de compagnie. Si la rapidité constitue un atout indéniable, la performance n’est pas pour autant laissée de côté et les contrats qui sont affichés à titre indicatif doivent vous permettre de prendre la meilleure décision pour protéger votre animal domestique.

Souscrire à une assurance pour nouveaux animaux de compagnie en ligne

La souscription à une couverture pour votre animal de compagnie ne doit souffrir aucune décision prise de manière aléatoire. En choisissant une adhésion en ligne, vous avez l’assurance de bénéficier de plusieurs avantages intéressants :

  • La couverture est généralement valable dans la journée, voire dans l’heure.
  • Le prix de l’assurance pour animaux est souvent réduit, en raison de l’absence ou la réduction des frais de dossier.
  • Certaines offres spéciales ou garanties ne sont accessibles que par le biais d’internet.
  • Vous progressez à votre rythme, en prenant le temps de bien comprendre toutes les modalités du contrat, sans être mis sous pression par un interlocuteur direct comme en agence.

Le comparateur pour l’assurance animaux par Réassurez-moi

En sa qualité de courtier en assurance, Réassurez-moi met gratuitement à votre disposition son propre comparateur d’assurance en ligne pour vous permettre de bénéficier de tous les avantages listés précédemment (rapidité, objectivité, compréhension facile…).

Les devis que vous obtenez grâce à notre comparateur peuvent par ailleurs être présentés à votre assureur, dans l’optique de lui montrer que la concurrence propose des tarifs plus compétitifs qui rentrent dans le cadre d’une assurance pour animaux pas chère. En utilisant ce « moyen de pression », vous arriverez plus facilement à faire baisser le prix global de votre prime ou à étendre les garanties de votre contrat.

Combien coûte une assurance pour un NAC ?

Un prix d’assurance NAC variable en fonction des espèces

Tous les nouveaux animaux de compagnie ne se ressemblent pas et il est alors impératif d’assurer différemment un mammifère d’un oiseau ou d’un serpent. L’assurance santé dépend avant tout des besoins de votre compagnon et de la fragilité de son espèce. Vous pouvez vous faire aider par un vétérinaire ou un spécialiste de l’espèce en question (ornithologue, herpétologue, ichtyologue…) pour connaître les risques réels et la meilleure manière de les prévenir.

À l’intérieur même d’une espèce, certaines races peuvent être plus rares que d’autres et leur assurance coûter ainsi plus cher, notamment en ce qui concerne la garantie « capital décès », qui permet de toucher une indemnité en cas de disparition de l’animal domestique. Le prix d’acquisition d’un NAC peut aussi être déterminant pour le montant de son assurance et une facture peut éventuellement vous être demandée par l’assureur.

Les prix généralement pratiqués peuvent alors être compris entre moins de 5 € par mois pour un poisson rouge ou près de 50 € par mois pour un reptile rare par exemple. Les sous-espèces jouent un rôle prépondérant, dans la mesure où la population globale de l’animal dans la région peut faire augmenter la prime de manière radicale en cas de rareté.

Un lapin ou un furet ne devraient pas coûter plus d’une dizaine d’euros mensuels, quand un perroquet peut éventuellement nécessiter le versement d’une somme plus conséquente pouvant aller jusqu’à 20 € par mois selon son espèce et sa fragilité. La garantie RC dispose d’un coût uniquement basé sur l’estimation du risque réalisée par l’assureur. Pour un lapin, elle ne devrait pas coûter plus de 3 € par mois alors qu’elle peut monter jusqu’à une quinzaine d’euros mensuels pour un serpent par exemple.

La variation du coût de l’assurance NAC selon les modalités du contrat

Plusieurs éléments sont à prendre en considération lorsque vous souscrivez à un contrat d’assurance pour les nouveaux animaux de compagnie. Sans eux, le prix indiqué ne peut pas faire office de référence, certaines modalités étant susceptibles de modifier considérablement le montant communiqué. Elles prennent notamment la forme de :

  • Franchises : la part de l’indemnisation qui reste à la charge de l’assuré après un accident. Plus vous acceptez d’augmenter la franchise d’une garantie, plus votre assureur pourra faire baisser votre prime.
  • Plafonds d’indemnisation : le montant maximal remboursé par l’assureur après une intervention. Au-delà de la somme en question, vous devrez personnellement prendre en charge le surplus en plus de la franchise. Ils peuvent être augmentés moyennant une hausse proportionnelle de la prime d’assurance.
  • Délais de carence : la période qui s’écoule entre la souscription à un contrat et le début effectif de la couverture. Sans limite légale maximale, les assureurs les fixent selon leur bon vouloir (souvent 1 ou 2 mois). En acceptant de les rallonger, vous pourrez prétendez à une réduction sur votre prime la première année.
  • Exclusions de garanties : situations dans lesquelles les garanties prévues ne peuvent être appliquées. Si vous souhaitez en supprimer une après négociation, vos cotisations augmenteront à priori de manière significative en retour.

Comment souscrire à une assurance pour mon lapin, furet ou perroquet ?

Adhérer à une assurance santé pour un lapin, un furet ou un perroquet

L’assurance santé d’un animal de compagnie fonctionne de la même manière que votre Sécurité Sociale ou votre mutuelle annexe. En échange de cotisations versées à échéances diverses (mensuelles, trimestrielles, semestrielles), l’assureur couvre les dommages subis par votre compagnon sur le plan financier.

Les soins nécessaires réalisés par le vétérinaire sont ainsi indemnisés en partie ou dans leur intégralité, selon la formule choisie à la souscription. Certaines sociétés peuvent éventuellement être spécialisées dans les animaux domestiques, mais rarement pour les NAC. De très rares interlocuteurs pourront peut-être vous proposer des garanties spécifiques en raison d’un club rassemblant des passionnés (pour les reptiles par exemple).

L’adhésion est relativement simple et peut se faire de manière totalement indépendante, la mutuelle santé d’un animal domestique étant de toutes manières facultative. Certains nouveaux animaux de compagnie peuvent être particulièrement exotiques (aras d’Amazonie, serpents d’Afrique, iguanes d’Amérique ou encore belettes d’Océanie) et nécessiter une assurance santé onéreuse (frais de stérilisation ou encore de vaccination de votre animal).

Utiliser un comparateur d’assurance santé pour un animal domestique peu conventionnel est d’autant plus recommandé si votre compagnon est « exotique ». Les pris ont plus de chances d’être élevés dans ce cas et choisir le meilleur contrat est de fait encore plus important.

Souscription à une garantie Responsabilité Civile pour un lapin, furet ou perroquet

L’assurance de Responsabilité Civile n’étant obligatoire que pour les chiens d’attaque (catégorie 1) et de garde et défense (catégorie 2) qui sont considérés comme dangereux, les NAC n’ont en revanche aucune obligation légale en la matière. Il revient à leur propriétaire de déterminer si les risques sont évidents ou non dans le cadre de dommages qui pourraient être causés à un tiers.

Ainsi, un lapin présente des dangers relativement faibles, quand un furet ou un serpent peut impliquer une garantie RC plus que conseillée en raison des risques de morsure. Les blessures physiques peuvent rester superficielles, mais le préjudice moral (l’on parle de « pretium doloris », littéralement le « prix de la douleur ») peut requérir des indemnités conséquentes.

Il existe différents moyens de souscrire à une assurance de Responsabilité Civile pour un NAC :

  • Indépendamment, en tant que garantie annexe unique.
  • Couplée à l’assurance santé, en tant que pack complet
  • Par le biais d’un contrat multirisques habitation (MRH), dont la garantie RC couvre quasi-systématiquement les animaux de compagnie. Cette disposition reste pourtant au bon vouloir de l’assureur et les NAC constituent un cas quelque peu particulier. L’assurance habitation peut également couvrir un aquarium en tant que bien mobilier et prendre en charge l’indemnisation pour la perte des poissons par exemple.
  • Via une assurance en ligne, pour bénéficier de tarifs et garanties uniques et particulièrement préférentiels.

Même si votre NAC est couvert par votre MRH, il est préférable de le déclarer à votre assureur. Dans le cas contraire, l’indemnisation de la victime lésée par un dommage corporel causé par votre animal domestique pourrait rester à votre charge.

Il est nécessaire de remplir ce champs.
Votre nom est requis.