Taux de prêt immobilier Juin 2018

Le 13/06/2018

Nous vous proposons notre baromètre des taux de prêt immobilier du mois de Juin 2018.
Comme vous pouvez le constater, les taux d’emprunt restent encore très compétitifs, ce qui continue à encourager l’achat immobilier !

Les taux de prêt immobilier en Juin 2018

Retrouvez les taux réels de crédit immobilier sur 20 ans de toutes les banques pour ce mois-ci : nous vous offrons la moyenne des taux constatés auprès des emprunteurs, ce qui vous donnera un bon indicateur pour comparer si vous souhaitez emprunter.

Pour vous donner une vision juste du coût actuel du crédit, nous avons intégré dans le calcul du TEG (Taux Effectif Global) : les frais de dossier de chaque banque, le coût moyen de la garantie de l’emprunt et le taux de l’assurance d’un emprunteur de 45 ans.

BanqueTEGTaux d’intérêts
Boursorama 1,68 %1.43 %
BforBank 1,68 %1.43 %
Fortunéo1,71 %1.45 %
ING Direct1,75 %1.47 %
HSBC 1,79 %1.48 %
Société Générale 1,81 %1.54 %
Crédit Mutuel 1,85 %1.59 %
Banque Postale 1,83 %1,52 %
Crédit du Nord 1,95 %1,64 %
Crédit Agricole 1,92 %1,59 %
Banque Populaire 1,90 %1,56%
CIC 1,86 %1,52 %
Caisse d’Epargne 2,06 %1,72 %
BNP Paribas 1,94 %1,66 %
Axa Banque 1,90 %1,60 %
Crédit Foncier de France 2,05%1,77 %
Barclays 1,82 %1,50 %
LCL 1,85 %1,54 %

Les banques en ligne restent donc toujours très intéressantes et offrent les meilleurs taux si vous avez un profil qui correspond à leurs critères, mais des banques plus traditionnelles continuent à avoir des niveaux intéressants.

Pour plus de détails, voici notre comparateur des taux immobilier en temps réel. C’est gratuit, rapide et 100% en ligne.

 

 

Si vous souhaitez connaître quelle serait votre mensualité ou quelle est votre capacité d’emprunt, utilisez gratuitement notre simulateur de crédit immobilier :

 

 

Enfin, si vous souhaitez calculer le coût de votre assurance de prêt immobilier, vous pouvez utiliser notre comparateur en ligne. Notre outil vous trouvera gratuitement et en 2 minutes le meilleur devis personnalisé selon votre situation.

 

Faire une simulation et obtenir un devis personnalisé

Obtenez un devis personnalisé

 

Analyse sur l’évolution du crédit en Juin 2018

En terme de taux immobiliers, les mois se suivent et se ressemblent ! Alors que l’année 2018 était attendue comme l’année de la hausse progressive des taux, on constate que les conditions de financement restent tellement exceptionnelles que les économies possibles ne se réalisent plus sur le taux d’intérêt bancaire de l’emprunt, mais sur l’assurance obligatoire du prêt immobilier.

Les taux immobiliers moyens en Juin 2018 : le mois de Mai 2018 avait laissé apparaître, par rapport à Avril, une très légère baisse des taux d’intérêts. Ainsi, un emprunteur pouvait obtenir en Mai un crédit immobilier à un taux immobilier moyen de 1,65 %, hors assurance emprunteur, sur une durée d’emprunt de 20 ans.

En ce mois de Juin 2018, on constate que les barèmes des taux bancaires n’ont toujours pas, ou extrêmement peu, évolué : en moyenne, par rapport au mois dernier, (les variations que nous avons observés auprès des établissements bancaires sont au maximum de + 0,05% sur 15 ans et de – 0,05% sur 25 ans) les taux sont 0,02 % plus bas. Un emprunteur se verra donc proposer en moyenne un taux à 1,63 %pour l’achat d’un logement ancien ou neuf, sur une durée d’emprunt de 20 ans. Sur 15 ans, le taux moyen est de 1,41 %, et sur 25 ans, de 1,83 %.
Les taux restent relativement similaires à ceux proposés en fin d’année 2017, donc encore très attractifs pour les futurs acquéreurs immobilier. Il est donc toujours autant intéressant d’emprunter, de renégocier ou de faire racheter son crédit immobilier.
En résumé, on observe une forte stagnation des taux bancaires et une volonté des banques d’attirer de nouveaux clients, en proposant à certains profils des décotes importantes.

Taux mini, les banques proposent d’importantes décotes : les barèmes des taux d’intérêts varient régulièrement dans l’ensemble des banques. En fonction de la période de l’année, du profil de votre dossier, de la politique commerciale de la banque, ce n’est jamais la même banque qui aura la meilleure proposition. D’où l’intérêt de faire des simulations et de les comparer en ligne afin d’obtenir la meilleure offre pour votre achat immobilier.
Cependant, respecter certains critères vous permettra de bénéficier des taux mini (soit les taux les plus bas du marché) : ils sont en ce mois de Juin autour de 1.05 % sur 15 ans, 1.20 % sur 20 ans et 1.50 % sur 25 ans, hors assurance emprunteur. Il y a donc de gros écarts entre ces meilleurs taux et les taux moyens.

  • Les taux de prêt immobiliers varient d’une région à une autre, rendant ainsi plus ou moins intéressant de contracter un emprunt en fonction de l’endroit où les futurs acquéreurs habitent.
    Par exemple, les taux minis sont à 1,20 % sur 20 ans dans la région Nord, à 1,25 % dans l’Est et l’IDF, et à 1,40% en Méditerranée et dans la région Rhône-Alpes…
  • Le fait de passer par un courtier en ligne au lieu de contacter directement l’établissement bancaire choisi influera aussi à la baisse sur votre taux, ce dernier ayant négocié en amont des remises auprès de ses établissements de crédits partenaires.
  • Les primo-accédants (premier achat immobilier) et les investisseurs locatifs à forts revenus et disposant d’un apport personnel sont considérés comme des « bons profils » d’emprunteurs. Ainsi, selon le risque que les banques estiment (capacité d’épargne, profil jeune, voire très jeune, et revenus pérennes sont notamment recherchés), les offres bancaires sont particulièrement agressives.
    Si l’emprunteur « bon profil » souhaite négocier à la baisse son taux d’intérêt pour se voir appliquer une décote sur son taux, il faudra qu’il mettre en avant son dossier et jouer sur la concurrence entre les banques.

La chute de la demande immobilière continue : les acteurs et les analystes du marché immobilier observent un ralentissement de la demande de financement depuis déjà plusieurs mois :  – 16 % de demandes de financement immobilier durant le premier trimestre 2018 par rapport à la même période en 2017 (période usuellement propice aux achats immobiliers). Les banques, quant à elles, annoncent déjà des retards d’objectifs pouvant aller jusqu’à 20%.
De plus, la durée moyenne des remboursements des prêts immobiliers est toujours très élevée : 220 mois, confirmant encore que le marché immobilier, jusqu’en Janvier 2018 très dynamique, est en train de ralentir progressivement.

En cause, des acquéreurs moins présents sur le marché, souvent à cause du recentrage des aides publiques permettant l’accession à la propriété ou à cause de la hausse fulgurante des prix dans l’immobilier dans certaines régions ces derniers mois. Ces facteurs ne poussent pas les futurs acquéreurs, et encore moins les investisseurs, à mettre en place leurs projets immobiliers.

Pourquoi les taux bancaires stagnent-ils ?

  • Les taux directeurs de la Banque Centrale Européenne (BCE) se maintiennent à des niveaux très bas : environ 0,70 %. Ces taux directeurs servent de référence et donc impactent les taux des crédits aux particuliers : étant stables actuellement, les taux d’intérêts immobiliers ne remontent pas.
  • De même, les Obligations Assimilables au Trésor (OAT), qui sont les emprunts émis par l’Etat pour se financer, n’accusent ni hausses ni baisses. Si c’était le cas, les taux d’intérêts seraient susceptibles de faire de même.
  • Les banques sont en retard sur leurs objectifs commerciaux en ce premier semestre 2018. Cela les contraint à passer à l’offensive pour attirer les nouveaux clients et à adapter leurs offres de prêts immobilier, autrement dit à faire un effort sur les taux proposés à leurs clients, dans le but de maintenir leur excellents chiffres de l’année 2017.
    Enfin, l’arrivée des nouveaux acteurs de financement de crédits immobiliers en ligne, qui sont relativement agressifs, exercent sur les banques traditionnelles une pression à la baisse.

Notre analyse des taux pour les mois à venir :

  • La BCE (Banque Centrale Européenne) est à surveiller, même si elle ne prévoit pas de remonter plus rapidement que prévu ses principaux taux directeurs et qu’elle travaille dans le but d’éviter une déflation. En effet, une augmentation des taux directeurs conduirait inévitablement à l’augmentation des taux immobilier.
  • De même, l’inflation, en hausse au début d’année 2018, ne s’accélère pas. Si l’inflation devenait plus importante, cela serait répercuté par les banques qui reporteront cette hausse sur les taux immobiliers proposés aux particuliers.
  • Enfin, la concurrence entre les banques les oblige à conserver leurs taux de prêt immobilier bas (sous la barre des 2 %). Elles n’ont aucun intérêt à remonter trop fortement leurs taux d’intérêts : couplée à la hausse des prix et à la demande en baisse, cela bloquerait entièrement le marché immobilier.

Tous ces facteurs nous indiquent que les taux d’intérêt bancaires resteront très bas dans les mois à venir, à priori jusqu’en septembre. C’est donc le bon moment pour acquérir un bien immobilier.

Notre conseil pour réduire le coût total de votre prêt immobilier : avec des taux aussi bas, pour certains dossiers le coût de votre assurance de prêt immobilier est presque aussi important que celui des intérêts bancaires. En effet, ce dernier n’est pas le seul que vous pouvez négocier, vous pouvez aussi réduire le coût global de votre emprunt immobilier en diminuant le taux de votre assurance emprunteur.
Si vous achetez un bien immobilier : au moment de son offre de prêt, la banque que vous avez choisi vous proposera son contrat d’assurance groupe. Mais vous êtes libre de souscrire une assurance de prêt immobilier autre que celle de votre banque (loi Lagarde), et ce sans que cette dernière ne puisse modifier son taux immobilier : cela s’appelle la délégation d’assurance. Cette opération vous permettra de payer une cotisation d’assurance personnalisée, moins onéreuse que les assurances emprunteur des banques, qui mutualisent le risque entre tous les assurés
Si vous avez déjà acheté : vous pouvez changer d’assurance de prêt immobilier chaque année à date d’échéance de votre contrat d’assurance (amendement Bourquin), ce qui vous permettra, en moyenne, de diviser par 3 le coût total de votre crédit immobilier, tout en gardant une (au moins) aussi bonne couverture.

Laisser un commentaire