Taux de prêt immobilier Août 2017

Le 11/07/2017

Nous vous proposons notre baromètre des taux de prêt immobilier du mois d’ Août 2017. Comme nous pouvons le constater, les taux d’emprunt restent encore très compétitifs, ce qui devrait continuer à encourager l’achat immobilier.

 

Les taux de prêt immobilier en Août 2017


Retrouvez les taux réels de crédit immobilier sur 20 ans de toutes les banques pour ce mois-ci. Nous vous offrons la moyenne des taux constatés auprès des emprunteurs, ce qui vous donnera un bon indicateur pour comparer si vous souhaitez emprunter. Pour vous donner une vision juste du coût actuel du crédit, nous avons intégré dans le calcul du TEG les frais de dossier de chaque banque, le coût moyen de la caution et le taux de l’assurance d’un emprunteur de 45 ans.

TEGTaux d’intérêt
Boursorama1,76 %1.51 %
ING Direct1,72 %1.44 %
HSBC1,80 %1.49 %
Société Générale1,91 %1.64 %
Crédit Mutuel1,91 %1.65 %
Banque Postale1,88 %1,57 %
Crédit du Nord1,91 %1,60 %
Crédit Agricole1,95 %1,62 %
Banque Populaire1,97 %1,63 %
CIC1,96 %1,62 %
Caisse d’Epargne1,99 %1,65 %
BNP Paribas1,99 %1,71 %
Axa Banque2,03 %1,73 %
Crédit Foncier de France2.06 %1,78 %
Barclays1,78 %1,47 %
LCL1,99 %1,67 %

Les banques en lignes restent donc toujours très intéressantes et offrent les meilleurs taux si vous avez un profil qui correspond à leurs critères, mais des banques plus traditionnelles continuent à avoir des niveaux intéressants.

Pour plus de détails, voici notre comparateur des taux immobilier en temps réel. C’est gratuit, rapide et 100% en ligne.

Si vous souhaitez connaître quelle serait votre mensualité ou quelle est votre capacité d’emprunt, utilisez notre simulateur de crédit immobilier :

Analyse sur l’évolution du crédit en Août 2017


Les banques ont profité des mouvements des taux, légèrement haussiers ces derniers mois, pour reconstituer leurs marges tout en restant commercialement très attractives. C’est ainsi que la hausse sensible des taux d’intérêts, tant redoutée en début d’année, n’a finalement toujours pas eu lieu.
En effet, en juillet 2017, peu de mouvements des taux ont été observés. Les grilles des banques, nationales comme régionales, révèlent quelques modifications, mais tellement faibles qu’il est évident que les banques jouent la stabilité. Seuls BNP Paribas et AXA banque affichent une hausse de 0,03 %, les offres des autres banques étant restées stables, préférant accorder des réductions de taux au cas par cas en fonction de la qualité du dossier, ou affichant une variation des taux en moyenne à 0,01 % à la hausse ou à la baisse, selon les banques, par rapport au mois précédent.
Ce qui conduit à des moyennes de taux qui sont finalement extrêmement stables, autour de 1,50% sur 15 ans et 1,75% sur 20 ans.  Autrement dit, alors que la période estivale est souvent propice à quelques hausses des barèmes, les taux sont tout simplement revenus à leur niveau de l’été 2016, soit un taux toujours historiquement bas.
Un constat à nuancer cependant, car en pratique, ce sont toujours les profils d’emprunteur les plus prometteur pour la rentabilité des banques (à savoir ceux à fort revenu qui accepteraient une domiciliation de salaire ou la souscription à une assurance habitation par exemple) qui se voient, après négociation, proposer les meilleurs taux de crédit immobilier.
Autre cible de clientèle que recherchent les banques, car toute la relation bancaire est à construire, les primo-accédants. Ainsi, de plus de prêts à taux bonifiés leurs sont proposés.

“La hausse rapide des prix de l’immobilier pèse de plus en plus lourdement sur une demande qui s’affaiblit “, prévient Crédit Logement / CSA. Ainsi, les conditions d’emprunt toujours favorables permettent de compenser la hausse des prix de l’immobilier constatée ces dernières semaines. En effet, sur 1 an, les prix de l’immobilier ont grimpé dans presque toute la France. Résultat, les ventes stagnent depuis juin 2017, ou on constate une baisse de 22.5% du nombre des crédits immobiliers octroyés. Aussi le rebond de l’activité constaté dès la fin de l’été 2016 ne peut plus compenser les tendances baissières du marché constatées ces derniers mois. L’année 2017 qui avait très bien commencé affiche maintenant une activité en net ralentissement, principalement en raison de la diminution des renégociations comme des rachats de crédits. On peut donc en conclure que les ménages ont bien profité de la baisse des taux immobiliers pour renégocier leurs emprunts.

A ce stade de l’année, il est plus que jamais primordial pour les emprunteurs de mettre les banques en concurrence, car toutes ne seront pas disposées à faire les mêmes efforts et les délais de traitement pourraient être différents d’un établissement à l’autre.
Cependant, une bonne négociation ne doit pas se limiter au taux du crédit immobilier, le futur emprunteur devant impérativement négocier certaines conditions comme les indemnités des remboursements anticipés  et les frais de dossier par exemple, mais surtout l’assurance de votre prêt, car, les économies que l’emprunteur aurait gagné sur le taux du crédit pourraient être perdues en négocient mal celui de l’assurance, faisant ainsi flamber le coût total de son crédit.
Ainsi, il est primordial de bien comparer les offres d’assurance emprunteur, et de se souvenir que tout emprunteur est libre, grâce à la loi Lagarde, de la contracter auprès d’une assurance externe, ce qui divisera en moyenne par deux le coût de l’assurance proposée par sa banque prêteuse.

Nombreux sont les facteurs indiquant une stabilité des taux durant l’été. En effet, malgré les effectifs des banques, et donc leurs capacité de production, réduits durant l’été, au regard des hausses de taux de prêt immobilier ces 6 derniers mois et le recul de la demande de crédits immobiliers, il est fort probable que la période actuelle de stabilisation se prolonge.
La banque centrale européenne est un autre référent pour les taux des crédits immobiliers: la croissance économique , même si elle va mieux, n’étant pas encore totalement relancée, la BCE ne devrait pas remonter ses taux de manière importante avant la fin de l’année, ce qui n’obligera donc pas les banques à relever les leurs.
De même, l’évolution des OAT (les Obligations Assimilables du Trésor), cet indicateur servant de référence au taux des crédits aux particuliers, rassure quand à la stabilité des taux : ils sont toujours très bas car sous la barre des 1 %. Dans ce contexte, aucune raison que les taux des crédits aux particuliers remontent fortement.

Quand aux prévisions concernant la rentrée 2017, les banques faisant le point sur leurs objectifs pendant l’été, le niveau de leur marge et les pressions sur leur business model (évolution de la stratégie de la BCE, évolution des OAT, mises en place des dernières réglementations), il est plus difficile de dégager une tendance, même si elle ne devrait pas être trop importante en cas de hausse.

 

 

 

Obtenez un devis d'assurance de prêt immobilier
en moins de 30 secondes - un contrat accepté par votre banque - sans email ni téléphone

Votre devis