Taux de prêt immobilier Février 2018

Le 18/01/2018

Nous vous proposons notre baromètre des taux de prêt immobilier du mois de Février 2018.
Comme nous pouvons le constater, les taux d’emprunt restent encore très compétitifs, ce qui continue à encourager l’achat immobilier !

Les taux de prêt immobilier en Février 2018


Retrouvez les taux réels de crédit immobilier sur 20 ans de toutes les banques pour ce mois-ci : nous vous offrons la moyenne des taux constatés auprès des emprunteurs, ce qui vous donnera un bon indicateur pour comparer si vous souhaitez emprunter. Pour vous donner une vision juste du coût actuel du crédit, nous avons intégré dans le calcul du TEG (Taux Effectif Global) : les frais de dossier de chaque banque, le coût moyen de la caution de l’emprunt et le taux de l’assurance d’un emprunteur de 45 ans.

TEGTaux d’intérêt
Boursorama 1,67 %1.42 %
Fortunéo1,69 %1.44 %
ING Direct1,77 %1.48 %
HSBC 1,83 %1.52 %
Société Générale 1,78 %1.51 %
Crédit Mutuel 1,86 %1.60 %
Banque Postale 1,94 %1,63 %
Crédit du Nord 2,00%1,69 %
Crédit Agricole 1,97 %1,65 %
Banque Populaire 1,98 %1,64%
CIC 1,91 %1,57 %
Caisse d’Epargne 2,26 %1,93 %
BNP Paribas 2.02%1,74 %
Axa Banque 2.13 %1,84 %
Crédit Foncier de France 2.15 %1,88 %
Barclays 1,75 %1,44 %
LCL 2,03 %1,72 %

Les banques en ligne restent donc toujours très intéressantes et offrent les meilleurs taux si vous avez un profil qui correspond à leurs critères, mais des banques plus traditionnelles continuent à avoir des niveaux intéressants.

Pour plus de détails, voici notre comparateur des taux immobilier en temps réel. C’est gratuit, rapide et 100% en ligne.

 

 

Si vous souhaitez connaître quelle serait votre mensualité ou quelle est votre capacité d’emprunt, utilisez gratuitement notre simulateur de crédit immobilier :

 

 

Analyse sur l’évolution du crédit en Février 2018


En Janvier 2018, les banques ont fait preuve d’un certain attentisme en stabilisant les taux d’intérêts : très peu de mouvements ont été constatés. Quelques banques (nationales comme régionales) ont légèrement remonté ou diminué leurs taux (moins de 0,10 %), se situant donc toujours autour de 1,70 % sur une durée de 20 ans et de 1,85 % sur une durée de 25 ans. Le taux moyen atteignait donc 1,70 % sur le mois de Janvier.

En Février 2018, par rapport au mois de Janvier, on constate une évolution assez faible des taux. Si des disparités selon les régions peuvent parfois être observées dans l’ensemble, il est clair que la hausse drastique des taux n’a pas encore eu lieu. Ainsi, un emprunteur peut obtenir en Février 2018 un crédit immobilier à un taux entre 1,65 % et 1,80 % sur une durée d’emprunt de 20 ans. En moyenne, 1,78 %. Un taux qui sera plus intéressant s’il s’agit d’un primo-accédant, les banques octroyant plus facilement des remises commerciales pour ces profils d’acquéreurs.

Rappelons que les conditions d’emprunt en 2018 restent tout de même encore très attractives (tous les emprunts contractés il y a plus de 18 mois l’étaient à des taux supérieurs). Les emprunteurs en cours de crédit immobilier sont donc encore largement gagnants à renégocier leur taux d’emprunt avec leur propre banquier, ou, si cette renégociation est refusée, à faire un rachat de crédit par une banque concurrente. Sans compter la nouvelle possibilité, pour tous les emprunteurs, de baisser aussi le taux de leur assurance emprunteur en résiliant leur assurance actuelle pour changer d’assurance de prêt immobilier.

Nous en faisions déjà mention précédemment, mais entre l’évolution récente des OAT (les taux des emprunts d’Etat, qui remontent rapidement), la croissance de la zone Euro (qui est plus forte que prévue), la reprise du marché de l’emploi, et les annonces de Mario Draghi, le Président de la Banque Centrale Européenne, confirmant la réduction de son soutien à l’économie de la zone Euro à partir de Janvier 2018, laissent toujours présager une remontée des taux immobiliers… Si les taux directeurs augmentent, les taux immobiliers suivront !

Des banques attentistes : certes, nous observons en Février 2018 une certaine stabilité de l’ensemble des taux, donc un début d’année qui s’annonce plutôt calme. Mais les banques, échauffées après l’année 2017 (année record en volume de transactions) ont des objectifs tout aussi ambitieux pour 2018. Cependant, c’est principalement la faiblesse des taux d’intérêt, qui se sont avérés moins élevés que prévu en 2017, qui expliquent ce bon résultat. Mais le contexte en 2018 sera sans doute bien moins favorable en 2018 : passer au dessus des 2 % serait franchir un seuil symbolique non atteint depuis 2 ans… De plus, l’immobilier est leur seul produit d’appel pour capter de nouveaux clients. Les banques n’ont donc pas intérêt à bloquer le marché en remontant fortement les taux. Sans compter que leurs marges restent confortables !

Mais des changements importants concernant les prêts immobiliers de 2018 vont réduire ces marges, ce qui pourrait conduire à une hausse des taux immobilier courant 2018.
– Tout d’abord, la décision du conseil constitutionnel sur la résiliation annuelle de l’assurance emprunteur, rendue le 12 Janvier, a porté un coup dur aux groupes bancaires. En effet, si cette mesure est largement favorable aux emprunteurs en leur permettant de réaliser de conséquentes économies sur le coût total de leur emprunt, les banques risquent de perdre de nombreux clients, les assureurs indépendants étant bien moins onéreux que les offres d’assurance “groupe” des banques. D’où un éventuel besoin d’augmenter les taux pour combler le manque à gagner. Ce droit pour tous les emprunteurs (nouveau crédit comme crédit en cours) de pouvoir choisir un assureur indépendant de sa banque prêteuse est donc une excellente nouvelle pour les consommateurs, mais aussi une potentielle menace de modification des taux à la hausse.
– Les nouvelles conditions de marchés (réduction du PTZ dans le marché du neuf, modification du dispositif Pinel, APL accession, prix de l’immobilier en hausse…) dues aux mesures prises courant 2017 par le gouvernement ainsi que le durcissement des conditions d’octroi (durées d’emprunt plus courtes et demande d’apport plus conséquent) vont impacter les primo-accédants comme les investisseurs à réaliser leur projet immobilier, contribuant ainsi à la baisse attendue du volume global de transactions immobilières en 2018, et donc à une augmentation des taux qui devrait être lente et progressive.

Notre analyse : dans le contexte actuel, la plupart des experts misent sur une stabilité relative des taux, au moins pendant le 1er trimestre 2018. Mais la décision du conseil constitutionnel sur l’assurance emprunteur a porté un gros coup à la FFB (Fédération Française des Banques). Les groupes bancaires vont donc prendre le temps d’analyser le manque à gagner et de mettre au point leur stratégie. Stratégie qui risque de conduire, malgré la stabilité des taux en ce moment, à une hausse des taux immobiliers qui influencera le marché de l’immobilier en 2018.

 

 

Obtenez un devis d'assurance de prêt immobilier
en moins de 30 secondes - un contrat accepté par votre banque - sans email ni téléphone

Votre devis