Stade 4 du coronavirus : qu'est-ce que cela implique ? - Réassurez-moi

En quoi consiste le stade 4 du coronavirus ?

Le 24/03/2020

Le 16 mars 2020, la France est passée au stade 3 du plan de lutte contre le Covid-19. Afin de lutter contre le nouveau coronavirus qui circule très largement sur l’ensemble du territoire, le gouvernement a pris la décision du confinement total de la population française. Difficile de prévoir combien de temps va durer cette crise sanitaire d’une gravité sans précédent. La prochaine étape sera le passage au stade 4, mais s’agit-il d’une bonne ou mauvaise nouvelle ? Explications.

Qu’est-ce que le stade 4 du Coronavirus ? 

Le stade 4 correspond au dénouement du Plan national de prévention et de lutte « pandémie grippale » établi par le gouvernement en octobre 2011. Ce document est utilisé pour retracer l’évolution du Covid-19 et les actions à mettre en œuvre par les pouvoirs publics pour endiguer sa propagation. S’agissant du stade 4, il ne s’agit donc pas d’une aggravation de l’épidémie mais d’un retour progressif à la normale. Selon le Plan national de prévention et de lutte « pandémie grippale », le stade 4 est déclaré une fois que le pays repasse « en-dessous du seuil épidémique déterminé par l’Institut de veille sanitaire (InVS) ». Cela se traduit alors par une levée de certaines restrictions et interdictions, ainsi que la mise en place d’une campagne de vaccination lorsque cela est possible. Rappelons cependant qu’il n’existe pas à ce jour de vaccin contre le Covid-19.

Le passage au stade 4 ne signifiera pas pour autant la fin de la pandémie liée au Coronavirus. Les autorités devront rester en alerte et être en capacité de faire face à une éventuelle nouvelle vague.

Stade 4 : quand sera-t-il déclenché ? 

Le stade 4 peut être déclaré une fois que l’ensemble du territoire repasse « en dessous du seuil épidémique déterminé par l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) ». Au regard de la courbe d’évolution du Covid-19, le passage est stade 4 n’est donc clairement pas d’actualité. En effet, cela plusieurs experts, le pic de l’épidémie de Coronavirus pourrait avoir lieu d’ici le début du mois d’avril. Autre indicateur : le retour en classe des jeunes français a été fixé au 4 mai, dans le meilleur des scénarios…

Ainsi, le passage au stade 4 pourra avoir lieu une fois que les pouvoirs publics estimeront que l’épidémie du Coronavirus ne représente plus de menace pour la nation. Cela permettra alors de lever éventuellement le confinement et de ré-ouvrir progressivement certains lieux publics. La vigilance sera néanmoins de mise face au risque d’une nouvelle vague épidémique.

Comment faire pour passer au stade 4 ?

Tant que la courbe d’évolution de l’épidémie du Coronavirus ne s’inversera pas, le passage au stade 4 en France ne sera pas envisageable. De nombreuses mesures ont été prises par le gouvernement pour lutter contre le Covid-19 et passer in fine au stade 4 du Plan national de prévention et de lutte « pandémie grippale ». La plus importante étant la fermeture des lieux publics et le confinement ordonné le 16 mars dernier à l’ensemble de la population française, exception faite aux personnes devant se rendre sur leur lieu de travail et des sorties qualifiées « d’indispensables » : approvisionnement en nourriture et médicaments, convocation à des visites médicales, activités physiques, etc. Le respect des consignes de confinement est la pierre angulaire de la lutte contre le Coronavirus.

En parallèle, le corps médical et scientifique sont sur le front pour soigner les malades atteints du Coronavirus, que cela soit à l’hôpital ou via des téléconsultations médicales. Le Président de la République, Emmanuel Macron, a également demandé le déploiement d’un hôpital de campagne militaire près de Mulhouse afin de soulager les hôpitaux d’ores et déjà saturés de la région. Enfin, l’Élysée a également annoncé la création du Comité analyse recherche et expertise (CARE), composé de 12 chercheurs et médecins. Ce comité aura pour mission de conseiller le gouvernement sur les diagnostics et traitements à privilégier dans la lutte contre le Covid-19. Des essais cliniques sont d’ailleurs actuellement en cours en France et dans le monde. Ils devraient livrer leurs premiers résultats dans quelques semaines.

Pour les problèmes de santé du quotidien comme les épidémies exceptionnelles, il est indispensable d’être couvert par un contrat d’assurance santé complémentaire. Grâce à notre comparateur mutuelle, vous pouvez consulter facilement et gratuitement les meilleures garanties du marché.

Coronavirus : quels sont les différents stades ?

La réponse sanitaire à l’épidémie du nouveau coronavirus s’appuie sur le Plan national de prévention et de lutte « pandémie grippale ». Celui-ci reprend les 4 stades d’évolution d’une épidémie à caractère « grippal » et la réponse qui doit y être donnée.

Stade 1 : il s’agit avant avant tout d’empêcher le virus d’entrer sur le territoire. De premiers cas peuvent néanmoins être importés, mais dans de faibles proportions. Pour freiner l’évolution du virus, il est important d’isoler les cas détectés et de retracer les personnes avec qui ils ont été en contact.

Stade 2 : face à l’existence de plusieurs cas groupés sur le territoire, qualifiés de « clusters », la priorité est alors de limiter la propagation du virus. Un dispositif de prise en charge individuelle et spécifique des malades atteints du Coronavirus est mis en place via le SAMU.

Stade 3 : le virus circule activement sur tout le territoire et atteint un stade épidémique. La réponse apportée dans la lutte contre le Covid-19 doit alors être collective pour limiter les conséquences de la circulation du virus. Des mesures exceptionnelles sont alors mises en place : confinement de la population, fermeture des lieux publics, déprogrammation d’interventions chirurgicales non urgentes, tests de dépistage non automatiques si les patients ne présentent pas de signes de détresse respiratoire.

Stade 4 : prévoit l’accompagnement du retour à la « vie normale » et la levée de certaines restrictions ou interdictions. Le corps médical et les pouvoirs publics doivent donc être prêts à affronter une éventuelle nouvelle vague de l’épidémie dans les semaines ou mois ultérieurs.

Posez votre question
Un expert vous répondra