Le rachat de crédit locataire, qu’est-ce que c’est ?


Vous êtes en location et ne parvenez plus à joindre les deux bouts : le loyer, les remboursements des crédits, un reste à vivre trop maigre… Avez-vous pensé au rachat de crédit pour locataire ?
Cette opération est une vraie solution, même si le locataire emprunteur n’obtiendra pas d’aussi bonnes conditions que s’il était propriétaire. S’il n’a pas beaucoup de temps à consacrer ou s’il n’est pas à l’aise dans la négociation avec les organismes de rachat de crédit, le locataire ira plus vite et se verra proposer des offres en contactant un courtier.

 

Le rachat de crédits locataire, pour qui et quels sont les prêts concernés ?


On parle de rachat de crédit locataire, ou regroupement de crédit locataire, lorsque les emprunteurs sont locataires de leur résidence principale ou bien logés par leur employeur ou hébergés par leur famille.
Il est accessible à tous : particuliers, salariés, professions libérales…

Considérée comme une opération bancaire à part entière, le rachat de crédits pour emprunteur locataire concerne tous les types de prêts à la consommation :
– les crédits renouvelables,
– les prêts affectés à l’achat d’un bien ou d’un service,
– les prêts personnels,
– les prêts travaux (…)
mais aussi toutes les autres dettes comme :
– les découverts bancaires,
– les retards d’impôts,
– les retards de loyers,
– les dettes familiales (…)

Après analyse du dossier de l’emprunteur et sous certaines conditions, sachez que malgré son nom, le rachat de crédit locataire peut aussi concerner certains crédits immobiliers tels que les investissements locatifs ou encore les financements de résidence secondaire.

Qu’est ce qu’un rachat de crédits locataire ?


Un rachat de prêts est une opération financière qui peut être réalisé par une banque, un établissement de crédit ou un intermédiaire bancaire.

L’opération consiste à regrouper l’ensemble de vos emprunts et dettes (qui seront remboursés immédiatement par le prêteur) en un seul crédit. Ceci se faisant en empruntant sur un taux fixe et sur une durée plus longue, avec une seule mensualité et un seul interlocuteur.
A la  place de vos anciennes dettes, le prêteur vous proposera donc un nouveau contrat de crédit, accompagné d’un nouveau plan d’amortissement : la durée de remboursement sera allongée (ce qui peut majorer le coût du crédit) mais l’unique mensualité sera réduite, ce qui permettra à l’emprunteur locataire de rembourser ses dettes dans de meilleures conditions.

Montant maximum du rachat de crédit : vous pouvez regrouper en un seul tous vos encours pour un montant total (frais inclus) compris entre 1 500 euros et 100 000 euros. Sachez qu’une dérogation peut être demandée si le montant dépasse les 100 000 euros

Durée maximum : la durée de remboursement des mensualités du rachat de crédit pour locataire est limitée à 10 ans.

Garanties exigées :
 le rachat de prêt pour locataire est soumis à la législation qui encadre les financements à la consommation. De ce fait, cette opération bancaire n’est pas soumise à une garantie (hypothèque, caution).

Mode de règlement du nouveau prêt :
 vous serez prélevés automatiquement sur votre compte bancaire et n’aurez pas besoin de changer de banque.

Les taux : les taux sont non seulement supérieurs à ceux d’un rachat de crédit immobilier (donc à destination des propriétaires), mais surtout très différents d’un financeur de rachat de prêts à un autre. Ils dépendent de la politique de l’établissement prêteur mais aussi des taux contrôlés par la BCE (banque centrale européenne).

A noter : l’utilité d’un courtier pour un rachat de crédit locataire est indispensable car c’est lui qui s’occupera de vous trouver les meilleurs taux grâce aux partenariats qu’il a mis en place en amont avec les établissements de regroupement de crédits.

Les avantages du rachat de crédit locataire :


Outre l’allègement de ses charges de crédit, les intérêts pour l’emprunteur de demander un rachat de crédits sont nombreux :

– En plus du rachat des ses crédits et dettes, le locataire peut solliciter une trésorerie pour le financement d’un nouveau projet (achat immobilier, véhicule, voyage, travaux…).

– Ce type de financement permet d’alléger le montant de l’unique mensualité (jusqu’à 60%), ce qui lui permettra d’assainir et d’équilibrer son budget.

– Le rachat de crédits locataire permet de prévenir une situation de surendettement ou de mal-endettement en retrouvant un taux d’endettement raisonnable lui permettant, si c’est son cas, un défichage de la Banque de France.
Un meilleur taux d’endettement lui permettra donc, de manière logique, d’augmenter sa capacité d’épargne et donc d’emprunt.

– Cette opération bancaire permet aussi de simplifier la gestion de ses finances : qui dit un seul crédit dit un seul prélèvement mensuel, un seul interlocuteur et un seul taux fixe.

– L’opération de rachat de crédits pour locataire ne nécessite pas de changement de domiciliation, le souscripteur conserve sa banque.

– 2 rachats de crédits locataire consécutifs, c’est possible : les seules conditions sont qu’il n’y ait pas eu d’incident de paiement lors de la première opération de regroupement de crédits locataire, et qu’il y ait un laps de temps d’au moins 24 mois entre les deux opérations.

Les inconvénients du rachat de crédit locataire


Pour un locataire, le principal problème du rachat de crédit, c’est la difficulté à trouver un établissement de rachat qui accepte son dossier.
En effet, Les banques prendront en compte :
– Les incidents de remboursement de crédit.
– Les dépassements réguliers de l’autorisation de découvert.
– L’utilisation « abusive » de la carte de crédit.
– Les inscriptions au fichier national des incidents de crédit.
– Les rejets de chèques sans provision.
– Le reste à vivre.
– La balance bancaire négative.
– Les revenus et les charges récurrents.

Pour les locataires, si les banques sont les prêteurs aux taux les plus intéressants concernant le rachat de crédits, c’est qu’elles prennent le moins de risques possibles en demandant des garanties. Mais un locataire n’a pas de garantie hypothécaire. C’est donc rare qu’une banque accepte de racheter les crédits de l’emprunteur sans pouvoir compter au cas où sur l’hypothèque d’un bien immobilier.
De plus, Il n’est pas évident d’obtenir un prêt à la consommation avec sa banque, lorsque le taux d’endettement futur dépasse 33 %.

Attention : le montant des loyers du locataire viendra en déduction de sa capacité de remboursement.
De même, un loyer fictif peut être pris en compte lors du montage du dossier si l’emprunteur est hébergé.

A noter : le locataire devra donc le plus souvent s’adresser à un organisme non bancaire, comme un établissement de crédit spécialisé dans le rachat de prêts locataire. Si vous passez par un courtier en rachat de crédit, lui saura exactement, en fonction de votre profil, à qui s’adresser.

Le courtier, votre meilleur allié pour obtenir un rachat de crédit locataire


Un courtier est un intermédiaire en opérations bancaires certifié et habilité à effectuer des demandes de financement au nom de son client.

Il faut être conscient que plus le remboursement est long, plus les mensualités diminuent.
Mais on n’a rien sans rien : plus la durée de remboursement est longue, plus le coût du crédit augmente.
N’étant ni banquier ni financier (sinon l’emprunteur n’aurait pas besoin de cette opération de rachat de crédits), le locataire a besoin d’un bon conseiller qui maîtrise les montages financiers et le vocabulaire bancaire complexe.
C’est le rôle d’un intermédiaire ou d’un courtier en rachat de crédit que de faire jouer la concurrence afin de procurer les meilleures conditions à son client, de manière à ce qu’il puisse diminuer les mensualités sans trop alourdir le coût final.

Un locataire obtiendra un rachat de crédit plus rapidement en s’adressant à un courtier, car, comme c’est lui qui s’occupera de toute la partie administrative, les organismes de crédit préfèrent travailler avec eux que de traiter directement avec un particulier.

Combien un rachat de crédit locataire coûte t-il ?


Lorsque le nouvel organisme prêteur solde les anciens crédits du locataire, les établissement de crédit initiaux peuvent lui demander des indemnités (ou pénalités) de remboursement anticipé si le montant du remboursement anticipé est supérieur à 10 000 euros sur une période de douze mois.
Le montant maximal de l’indemnité exigée sera fixé à :
– 1 % du montant du crédit faisant l’objet du remboursement anticipé lorsque le délai entre ce remboursement anticipé et la date de fin du contrat est supérieur à un an.
– 0, 5 % du montant du crédit faisant l’objet d’un remboursement anticipé lorsque le délai entre ce remboursement anticipé et la date de fin du contrat est inférieur ou égal à un an.
Dans tous les cas, le montant de cette pénalité sera plafonné au montant total des intérêts que l’emprunteur aurait payé s’il était allé jusqu’au bout de son crédit.

Cependant, aucune indemnité ne pourra pas être réclamée si :
– le crédit est un crédit renouvelable,
– l’emprunteur a une autorisation de découvert,
– le remboursement résulte de l’exécution d’un contrat d’assurance garantissant le remboursement du crédit,
– le remboursement intervient pendant une période où le taux de crédit n’est pas fixe.
Outre ces indemnités, un rachat de crédit nécessite l’élaboration d’un dossier qui engendre des coûts. Ils sont généralement compris entre 1% et 7% du montant racheté.
En fonction du dossier du locataire, ces frais que lui demanderont le courtier ou l’organisme prêteur peuvent être réduits et parfois même supprimés, après négociation. Ils ne peuvent résulter qu’en cas de signature de rachat de crédits, et seront inclus dans la nouvelle offre de prêt de l’emprunteur.

A noter : aucun frais ne peut être demandé à l’emprunteur en cas de simple étude de dossier pour un éventuel rachat de crédits locataire.

 

Comment monter un dossier et combien de temps faut-il pour avoir un rachat de crédits locataire ?


Que l’emprunteur passe par un courtier ou directement par un établissement de rachat de crédits, son interlocuteur aura besoin des justificatifs de ressources et de dépenses du locataire pour en déduire sa capacité de remboursement. Après avoir mis les établissements de regroupement de crédits en concurrence s’il s’agit d’un courtier, il établira différentes possibilités qui dépendront de la durée souhaitée du remboursement du crédit.

Si l’emprunteur est rapide, il faut compter 1 mois entre le premier contact avec le courtier ou le conseiller et le moment où le rachat de crédit locataire est effectif.
Être rapide signifie que le locataire devra fournir à l’interlocuteur tous les justificatifs nécessaires dès le premier entretien car ce dernier ne pourra déposer le dossier auprès de ses partenaires financiers que lorsque tous les documents administratifs seront réunis.

Pour s’assurer de l’identité de l’emprunteur, l’établissement financier demandera :
– Une photocopie recto/verso d’une pièce d’identité (carte d’identité ou passeport).
– Une photocopie du livret de famille.
– Un justificatif de domicile datant de moins de 3 mois (facture EDF, France Télécom…).
Si l’emprunteur est marié ou pacsé :
– Une photocopie du contrat de mariage ou de PACS.
Si l’emprunteur est divorcé :
– Une photocopie du jugement de divorce.
Si l’emprunteur est une Société Civile Immobilière (SCI) :
– Les statuts de la société.

Pour connaître le montant des mensualités que l’emprunteur peut assumer (sans dépasser un taux d’endettement de plus de 33 %) le locataire devra produire :
Si l’emprunteur est salarié :
– Les trois derniers bulletins de salaire ( + celui de décembre de l’année précédente si le locataire a des primes de fin d’année).
– Une photocopie recto/verso des trois derniers avis d’imposition.
– Une photocopie du contrat de travail (avec la date d’entrée dans l’entreprise).
Si l’emprunteur perçoit les allocations familiales ou l’APL (l’Aide Personnalisé au Logement) :
– L’attestation correspondante.
Si l’emprunteur est pré-retraité :
– Les 3 derniers bulletins d’allocation ASSEDIC.
– Le dernier récapitulatif annuel de toutes ses pensions.
– Les justificatifs des autres revenus si l’emprunteur en perçoit : pension enfant, pension d’invalidité, revenus fonciers…
Si l’emprunteur est retraité ou invalide :
– Les trois derniers bulletins de retraite.
– Le dernier récapitulatif annuel de toutes vos pensions.
– Les justificatifs des autres revenus si l’emprunteur en perçoit : pension enfant, pension d’invalidité, revenus fonciers…
Si l’emprunteur est chômeur :
– Une photocopie de la convention d’indemnisation (montant et durée).
– Les justificatifs des autres revenus si l’emprunteur en perçoit : pension enfant, pension d’invalidité, revenus fonciers…
Si l’emprunteur est non-salarié (profession libérale, artisan, gérants d’entreprise, commerçant) :
– Les trois dernières déclarations n° 2035 (BNC) ou les trois dernières liasses fiscales (BIC).
– Les photocopie recto/verso des trois derniers avis d’imposition.
– Les justificatifs des autres revenus si l’emprunteur en perçoit : pension enfant, pension d’invalidité, revenus fonciers…
– Pour les gérants d’entreprise, il faudra fournir (en plus de ces documents) les trois derniers bilans complets de l’entreprise.

Afin de regrouper tous ses crédits en un seul, l’organisme financier doit connaître le montant total des dettes de l’emprunteur. Pour cela, il devra lui fournir :
– Les trois derniers relevés de tous ses comptes bancaires (personnels et/ou professionnels).
– Un RIB (relevé d’identité bancaire).
– Le(s) offres de prêts et les tableau(x) d’amortissement concernant tous le(s) prêt(s) personnels.
– Les derniers relevés d’opérations concernant les crédits renouvelables / revolving.

Enfin, l’emprunteur devra présenter à sa banque les documents sur son logement :
Si l’emprunteur est locataire :
– Une photocopie du bail.
– La dernière taxe d’habitation.
– Les 3 dernières quittances de son loyer.
– Les photocopies des dernières factures d’électricité et de téléphone fixe.
Si l’emprunteur est logé par son employeur ou hébergé dans sa famille :
– L’attestation correspondante

Les exclusions systématiques pour un rachat de crédit locataire :


Si l’emprunteur est fiché à la banque de France, ou interdit bancaire (ou son conjoint est interdit bancaire, ou son hébergeur à titre gratuit est interdit bancaire, ou sa caution hypothécaire s’il en a une est interdit bancaire), alors les chances de pouvoir se faire racheter ses crédits sont extrêmement minces car il n’a pas le droit à cette opération bancaire.

Cependant, sous certaines conditions et après étude de son dossier, il est possible de contracter un rachat de crédit pour FICP (Fichier des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers), même si l’on est locataire.
Il existe des intermédiaires en opération de banque, donc des courtiers spécialisés, qui choisissent de se consacrer à ce type de profils.
Ils se réservent néanmoins le droit de demander des garanties quant aux remboursements des prêts.

Combien peut-on épargner par mois grâce au rachat de crédits locataire ?


Bien sûr, tout dépendra des revenus et de la situation initiale de l’emprunteur.
S’il n’est pas rare, après un regroupement de crédit, de voir les mensualités d’un locataire baisser de près de 60% ou de constater une situation financière revenue à un certain équilibre, il est cependant délicat de poser un chiffre quand à une potentielle épargne.

En effet, en allongeant la durée du nouveau prêt, le taux d’endettement va baisser ce qui permettra à l’emprunteur de se constituer une marge financière, marge qui lui permettra ensuite de financer divers projets.
Attention, ne le locataire doit penser à épargner avant de se relancer tout de suite dans un nouveau crédit!

Astuce : Lors d’un rachat de crédit locataire, l’emprunteur n’a plus qu’un seul prêt, donc une seule assurance de prêt. Il économise donc sur l’ensemble des assurances qu’il avait pu contracter.
Le locataire doit bien être conscient qu’il n’est en aucun cas obligé de souscrire à l’assurance proposée par l’établissement de crédit qui lui accorde son nouveau prêt. Il a tout intérêt à comparer différentes offres et prix avant de choisir celle qui assurera son crédit !

 

Comparateur de rachat de crédits
Courtiers spécialisés – 100 % en ligne – Forte réactivité

Simulez ici votre rachat de crédits !

Une réponse à “Le rachat de crédit locataire, qu’est-ce que c’est ?”

  1. Deus dit :

    Bonjour , je suis locataire mais un crédit hypothécaire qui n'est pas encore remboursé et pour lequel je suis fichier le montant est de 25000 euro avez-vous une solution ?

Laisser un commentaire