Prêts immobiliers erronés : Comparatif des banques et leurs anomalies

Le 22/07/2017

Lerecours et ses experts ont mené une étude sur près de 3000 dossiers confiés par des particuliers souhaitant évaluer la conformité de leur prêt immobilier.

 

Cette enquête a permis d’établir deux constats très intéressants :

– Le palmarès des 10 banques à l’origine des anomalies… qui retrace les établissements banquiers les plus responsables d’anomalies significatives portant préjudice au consommateur.

– Le top 10 des erreurs les plus fréquentes… qui classifie les anomalies les plus récurrentes commises par ces mêmes établissements dans la constitution des dossiers de prêt.

Les résultats obtenus pointent clairement le manque de vigilance et d’application qui règnent au sein des établissements bancaires dans le montage des dossiers de prêt.

Mais cette absence de rigueur, peut se retourner contre eux. En effet en cas d’anomalies significatives sur son offre de prêt, un emprunteur peut faire annuler les intérêts de son prêt immobilier.

 

Les 10 banques proposant le plus d’offres de prêt erronées

Toutes les banques françaises sont concernées même si l’étude réalisée montre clairement que certaines produisent plus régulièrement que d’autres des anomalies.  

On retrouve en 1ère position, le Crédit Foncier avec plus de 8 prêts sur 10 comportant une ou plusieurs anomalies susceptibles de provoquer le remplacement du taux d’intérêt nominal par le taux d’intérêt légal. Suivent, respectivement, la Caisse d’Epargne et BNP Paribas avec des taux d’anomalies proche du vainqueur de ce top 10. Au même titre que les anomalies retrouvées dans les dossiers du Crédit Foncier, celles réalisées par ces deux banques sont suffisantes pour obtenir la même sanction.

 

Les 10 anomalies les plus fréquemment observées

Le peu d’application et de vigilance dans le montage des dossiers de prêt entrainent couramment des erreurs et des anomalies remettant en question leur conformité. Il peut s’agir aussi bien d’une erreur de calcul que d’une erreur de formalisme.

L’anomalie la plus fréquente est l’erreur de calcul en année bancaire. On la retrouve dans 43% des dossiers étudiés. A la deuxième place, ceux sont les coûts liés aux revenus qui sont mal évalués ou non intégrés dans le calcul du taux effectif global (TEG). Le podium est complété par l’erreur sur les frais notariés.  

 

Focus sur les 10 banques commettant le plus d’anomalies et les 10 erreurs les plus récurrentes.

infographie anomalies bancaires

 

Obtenez un devis d'assurance de prêt immobilier
en moins de 30 secondes - un contrat accepté par votre banque - sans email ni téléphone

Votre devis