Pourquoi l’assurance habitation augmente-t-elle ?

Le 20/03/2018

Le prix de l’assurance habitation MRH devrait encore augmenter en 2018. Si les consommateurs ont l’impression (à juste titre) d’une hausse perpétuelle des tarifs, il faut noter que l’augmentation de cette année est relativement modérée après des années qui l’étaient moins. Quelles sont les raisons de cette augmentation tarifaire ? Comment y faire face ? Comment essayer malgré tout de réduire sa prime d’assurance ?

 

 

Des chiffres à la hausse

Inflation annuelle

Dès octobre 2017, la MAIF a annoncé que ses contrats MHR allaient augmenter de 1,2% ; et l’assureur devrait faire partie des modérés, selon le PDG du comparateur d’assurances Assurland, Stanislas di Vittorio. Le tout intervenant après une hausse moyenne de 2,6% en 2016 et 2,5% en 2017.

Le cabinet Facts& Figures tablait lui sur une augmentation moyenne des prix de 1% à 2%. L’on est donc sur une hausse perpétuelle du montant des cotisations annuelles, bien que moindre que les années précédentes.

Indexation sur l’ICC-FFB

Cette augmentation annuelle peut notamment s’expliquer par la hausse de l’ICC-FFB (Indice du Coût de Construction de la Fédération Française du Bâtiment, qui est calculé à partir du prix de revient d’un appartement moyen à Paris), depuis lequel la prime d’assurance est calculée. Cet indice émis trimestriellement est en hausse constante depuis le premier trimestre 2016, passant à l’époque de 929,50 à 960,10 au deuxième trimestre 2017 soit une augmentation de 3,29%.

Taxations fiscales de l’Etat

Il est également nécessaire d’évoquer les taxations de l’état sur les assureurs, avec la taxe fiscale et les différentes contributions. Par exemple, chaque contrat MRH est taxée à un taux de 30% sur la garantie incendie et mobilise 5,90€ par contrat pour le Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme, en plus des 13,9% de taxe fiscale sur l’assurance de protection juridique.

 

 

Les raisons de l’augmentation

Obligation de déclaration de l’amélioration

L’une des raisons principales d’une MRH qui augmente tient au fait que l’habitat « subit » une amélioration globale de son état. Il est néanmoins légalement obligatoire de signaler à son assureur toute modification de sa situation, que celle-ci implique une augmentation ou une diminution des risques de sinistres. Très souvent, un changement de situation affecte le risque assuré et doit donc être notifié à sa compagnie d’assurance. Il peut notamment s’agir d’un changement de domicile, de situation familiale ou professionnelle ou d’un départ en retraite.

Redoublement des sinistres

Une autre explication de cette hausse globale consiste à mettre en avant l’augmentation du nombre de « petits sinistres » : petits incendies, dégâts des eaux ou d’autres petits problèmes. Selon Stanislas di Vittorio, cet accroissement est dû au fait que les années économiques précédentes ont été difficiles et que les ménages ont globalement moins bien entretenu leur habitation ces derniers temps. Par ailleurs il y a tout simplement eu davantage de sinistres liés aux inondations, aux tempêtes ou aux catastrophes naturelles en général.

Résiliation après un sinistre

Il faut également savoir que les compagnies d’assurance trient les « bons » des « mauvais » profils. Cette hausse du prix de la franchise devrait d’ailleurs majoritairement concerner les profils les moins bons. Dans le calcul de leur chiffre d’affaires, les assureurs tendent toujours à optimiser leurs résultats et peuvent donc faire le choix de résilier le contrat d’un client trop souvent indemnisé pour des sinistres.

 

 

Changer d’assurance habitation pour réduire les coûts

La loi Hamon

Il est désormais plus facile, depuis le 1er janvier 2015, de résilier son assurance habitation pour en changer, le tout grâce à la loi Hamon. Celle-ci permet de résilier à tout moment sa MRH dans un délai d’un an après la souscription, dans une optique de facilitation des démarches au profit du consommateur de son pouvoir d’achat.

La lettre de résiliation

Suite à une augmentation de la prime d’assurance, il est possible pour le client de contester cette décision en résiliant son contrat avec son assureur. Si cette hausse ne se justifie pas et ne vient pas couvrir une augmentation des risques, l’assuré peut rédiger une lettre de résiliation et la faire parvenir à sa compagnie d’assurance. Il peut également l’utiliser dans d’autres cas : changement de situation familiale ou professionnelle dans un délai de 3 mois, en cas de diminution du risque si l’assureur ne consent pas à une diminution de la prime ou si la cotisation dépasse la somme initialement prévue par le contrat.

Les comparateurs

L’un des moyens les plus simples pour changer d’assurance habitation est de se renseigner sur les tarifs pratiqués par la concurrence via les comparateurs en ligne. Ces derniers proposent de comparer les différentes garanties en fonction des tarifs, des extensions ou encore des options à souscrire.
Réassurez-moi vous propose le sien, simple d’utilisation, indépendant anonyme et totalement gratuit ici.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.