PERP ou Assurance Vie ? - Conseils et avis d'experts - Réassurez-moi

Assurance vie ou PERP : comment choisir ?

comparateur-assurance-vie-perp

Vous hésitez entre un PERP (Plan d’Épargne Retraite Populaire) ou une assurance vie pour votre retraite ? Ces deux contrats permettent de se constituer une rente ou un capital grâce au placement d’une épargne. Si le PERP comme l’assurance vie sont des retraites par capitalisation, cette dernière est aussi un placement financier. Si les avantages fiscaux de ces deux modes d’épargne sont indéniables, ils sont radicalement différents et surtout n’interviennent pas au même moment. On vous éclaire !

Perp ou assurance vie, comment choisir son produit d’épargne ?

Le PERP et l’assurance vie sont tous les deux des contrats réglementés et souscrits de manière individuelle et facultative. Leur fonctionnement général est similaire :

  • Phase d’épargne ou de constitution : vous versez des sommes qui seront investies sur différents supports : contrats en euros, en unité de compte ou sur des fonds euros diversifiés.
  • Phase de sortie : vous obtenez une rente ou un capital selon les la valeur de votre épargne (versements + intérêts ou plus-values).
  • Accès à des conditions fiscales favorables pendant la phase d’épargne et / ou la phase de sortie.

Assurance vie / PERP – avantages et inconvénients :

PERPAssurance vie
Avantages fiscaux (phase d’épargne)OuiNon
Disponibilité des fonds (phase d’épargne)Non (hors exceptions)Oui
Avantages fiscaux (phase de sortie)NonOui
Sortie en renteOuiOui
Sortie en capitalOui (achat immobilier ou 20 % max)Oui
Exonération ISF / IFIOui (phase de sortie : sous conditions)Non
Possibilité de transfert d’organisme gestionnaireOuiNon
Possibilité d’avance de l’organisme gestionnaireOuiNon
Transmission en cas de décèsOui (en option)Oui
Possibilité d’ouvrir plusieurs contratsOuiOui

Vous trouverez ci-dessous nos conseils et les explications dans le détail, point par point. Si vous le souhaitez, nos experts sont disponibles par téléphone ou via notre site.

Durée et prix : quelles différences entre le PERP et l’assurance vie ?

Combien de temps dure un PERP ou une assurance vie ?

Les sommes que vous avez versées sur votre PERP sont bloquées jusqu’à l’âge de votre retraite. C’est ce qu’on appelle un produit tunnel. Autrement dit, ce n’est qu’au moment où vous percevrez votre pension de retraite que vous pourrez liquider vos droits du PERP, et donc percevoir une rente (et, si vous le souhaitez un capital à hauteur maximum de 20 % de la valeur du plan).
Seuls quelques circonstances permettent un retrait au cours de votre vie active (nous en parlons à la suite).

Au contraire, tout ou partie des sommes que contient votre assurance vie sont récupérables à tout moment. Vous devrez simplement effectuer un retrait (aussi appelé rachat). En résumé, vous pouvez fermer votre assurance vie quelques mois après son ouverture comme plusieurs décennies plus tard. Cependant, il est conseillé de garder un contrat de ce type au moins 8 ans, pour des raisons fiscales. Nous vous détaillons cet aspect en suite de page.

Quelle différence de prix entre un PERP et une assurance-vie ?

De nombreux frais sont appliqués sur ces deux contrats (frais d’entrée, de gestion, sur les versements, d’arrérages, de transfert…). Si les appellations sont similaires, les forfaits ou taux appliqués ne le sont pas, et ce qu’il s’agisse d’un Plan d’Épargne Retraite Populaire ou d’une assurance vie.
Ainsi, le nombre et le montant des frais dépendra de chaque contrat et de l’organisme choisi, ces derniers étant libres de leurs tarifs.

Les frais appliqués, les supports financiers prévus comme les modalités posées (options proposées, par exemple) étant différents d’un contrat à un autre, le moyen le plus efficace de recevoir des devis correspondant à vos besoins est de passer par un comparateur de produits d’épargne en ligne. Notre outil est indépendant, gratuit et sans engagement.

PERP ou assurance vie : le cas des versements, rachat et transfert

Les cotisations du PERP et de l’assurance vie

Concernant la constitution de l’épargne en elle-même, le PERP offre une vraie flexibilité : il n’y a pas de versements minimum ou maximum à effectuer. Vous pouvez cependant mettre en place des virements réguliers, afin d’automatiser la gestion des dépôts.

Pour une assurance vie, tout dépendra des conditions posées par votre contrat et de vos choix à la souscription de ce dernier. Vous pouvez choisir d’effectuer un versement à l’ouverture de la police, des versements libres ou encore des versements réguliers et prévus en amont.

Le retrait ou rachat du PERP et de l’assurance vie

Tout d’abord, sachez qu’il est très occasionnel de pouvoir récupérer l’épargne placée sur un PERP de manière anticipée donc pendant votre vie active. Les seuls cas le permettant sont :

  • achat de votre résidence principale (sous conditions, notamment celle d’être primo-accédant) ;
  • fin de droits aux allocations de chômage ;
  • surendettement, liquidation judiciaire de votre entreprise ;
  • invalidité ou décès de votre conjoint.

A contrario, pour une assurance vie, les rachats sont libres. Cela signifie que vous pouvez disposer des fonds, d’une partie ou de la totalité, sous 30 jours maximum après votre demande. Cependant, la date du retrait est importante car elle influe directement sur la fiscalisation appliquée sur les intérêts générés. Nous vous conseillons donc d’attendre minimum 8 ans pour effectuer un rachat afin de bénéficier de l’abattement fiscal prévu.

L’avance, un avantage de l’assurance vie : il s’agit d’un prêt accordé par l’organisme gérant votre assurance vie. Le but de cette opération consiste à ne pas vous servir dans votre contrat afin qu’il continue à produire des intérêts, tout en bénéficiant d’un capital emprunté. Les conditions d’une avance varient selon le contrat et se négocient au cas par cas.

Le transfert, un avantage du PERP : cette méthode consiste à changer de gestionnaire. Cela peut se justifier par un rendement peu intéressant ou des frais trop élevés… Attention, en passant chez un concurrent, vous pouvez être soumis à des frais de transfert (qui sont négociable à la souscription). Ces derniers ne sont plus applicables si votre PERP est âgé d’au moins 10 ans.

Quelle sortie en rente ou en capital d’un PERP ou d’une assurance vie ?

Pour un PERP, la sortie du contrat s’effectue au moment de la retraite (hors cas exceptionnels de sortie anticipée).
La plupart des épargnants choisissent de bénéficier d’une rente viagère. Cela signifie qu’ils recevront une somme tous les mois ou trimestres, et ce pendant toute leur vie à partir de leur départ en retraite. Cette somme est déterminée selon plusieurs critères liés à vos versements, au rendement du plan et aux modalités prévues dans votre contrat. Elle s’ajoutera au montant perçu au titre de leur pension de retraite.
À noter qu’il est possible de récupérer d’un coup l’ensemble de son épargne en capital s’il est calculé que la valeur de la rente mensuelle n’excède pas 40 €.
Enfin, certains choisissent de récupérer 20 % (au maximum) de la valeur du plan sous la forme d’un capital, et le reste sous forme de rente.

Nous avons vu qu’il était permis de sortir à tout moment d’une assurance vie. Ainsi, vous pouvez, selon vos besoin de trésorerie et votre stratégie d’épargne :

  • Effectuer un ou plusieurs rachats au cours de la vie du contrat. C’est faisable jusqu’à ce que vous n’ayez plus de capital disponible sur votre assurance vie et que le contrat s’éteindra de fait.
  • Choisir de recevoir une rente. Pour ce faire, votre gestionnaire convertira le montant épargné en rente. Attention, une fois ce choix validé, vous ne pourrez plus faire de rachats.

Le cas de décès du souscripteur avec un PERP ou une assurance-vie

Si vous ouvrez un Plan Épargne Retraite, votre organisme vous proposera des options afin de protéger financièrement votre famille en cas d’événement malheureux. Vous pouvez choisir de les souscrire ou non :

  • En cas du décès du souscripteur d’un PERP pendant la phase d’épargne : votre conjoint et vos enfants percevront une rente (viagère, temporaire ou d’éducation) ou des annuités garanties calculées selon le montant épargné. Les sommes ne seront pas soumises aux droits de succession.
  • En cas de décès du souscripteur d’un PERP pendant la phase de rente : tout ou partie de la rente acquise pourra être reversée à votre conjoint et vos enfants, selon le contrat souscrit. Les fonds seront exonérés de droits de succession.

Il faudra dans tous les cas avoir notifié en amont ce souhait à votre gestionnaire. Attention, si vous avez choisi une rente sans réversion à votre décès, la valeur de votre plan sera conservée par votre organisme (c’est-à-dire que les fonds épargnés seront perdus).

L’assurance vie, elle, prévoit des avantages fiscaux sur la transmission. C’est l’un des points fort de ce type de contrat. Une clause bénéficiaire est toujours comprise dans une assurance vie. Elle permettra aux bénéficiaires de votre choix de percevoir la valeur de votre contrat au moment de votre décès et si vous n’avez pas transformé votre épargne en rente.

Vos héritiers désignés ne paieront pas de droits de succession sur la somme reçue jusqu’à 152 000 € par bénéficiaire. Les fonds cumulés après vos 70 ans bénéficieront, eux, d’un abattement de 30 500 € par bénéficiaire. Notez que seuls les versements sont soumis aux droits de succession, et non les plus-values.

La rentabilité du PERP VS Assurance vie

Ces deux types de contrats sont des enveloppes fiscales. Elles proposent les mêmes supports financiers (SICAV, OPCVM, SCPI, par exemple), sur lesquels votre épargne sera placée, dans le but de produire des intérêts ou une plus-value.
C’est vous qui choisissez le niveau de risque que vous souhaitez prendre (nul sur un fonds euros qui sera sécurisé, modéré sur des fonds en euros diversifiés et plus importants en unités de compte). Dans les deux cas, vous pouvez vous faire aider par votre gestionnaire.
La performance du rendement dépendra de vos choix et bien entendu du nombre et de la qualité des supports proposés par l’organisme gestionnaire de votre contrat. D’où l’importance de bien choisir son PERP ou son assurance vie en comparant les différentes offres avant de souscrire !

Concrètement, en 2019, le gain financier est-il plus intéressant avec une assurance vie ou avec un PERP ? Depuis 2017 (le temps que le PERP, créé en 2003, se démocratise), la moyenne du rendement des fonds en euros des PERP est globalement similaire à celle de l’assurance vie. Nous vous rappelons que nous ne pouvons objectivement comparer que les performances des placements sécurisés, les rendements non garantis étant très variables car directement liés à vos choix en matière de contrat (frais, conditions, supports d’investissement proposés, politique de l’organisme gestionnaire)…

Le meilleur moyen d’estimer la rentabilité d’un produit d’épargne est d’utiliser un simulateur de PERP ou d’assurance vie en ligne. Vous pourrez ainsi estimer le niveau de rentabilité attendu selon les supports qu’un organisme propose, le montant de la rente ou du capital selon la date de sortie prévue, et enfin les économies réalisables grâce aux avantages fiscaux appliqués sur ces contrats.

La fiscalité appliquée aux versements et au capital des contrats d’épargne

PERP et assurance vie : la fiscalité appliquée aux versements

Les versements sur votre PERP pendant la phase d’épargne sont déductibles de votre revenu imposable, ce qui signifie que les dépôts effectués sont exonérés d’impôts. Il y a tout de même un plafond de déductibilité qui correspond à 10 % de vos revenus annuels avec une limite maximum posée à 32 419 € en 2019. C’est un atout indéniable et un des avantages principaux du PERP. En effet, plus vous êtes soumis à un taux marginal d’imposition élevé, plus la réduction d’impôts est importante.

Les versements que vous effectuez sur votre contrat d’assurance vie pendant la phase de constitution ne vous apportent aucun avantage fiscal.

PERP et assurance vie : la fiscalité appliquée à la rente

La rente viagère d’un PERP est à déclarer dans vos revenus comme une pension de retraite. Elle est donc soumise, après un abattement de 10 %, à l’impôt sur le revenu (selon votre taux d’imposition) et aux prélèvements sociaux (entre 5,5 et 10 %). La sortie en rente d’un PERP n’apporte pas d’avantage fiscal.

La rente viagère, dans le cadre d’une assurance vie, est elle aussi soumise à l’impôt sur les revenus (selon votre taux marginal) ainsi qu’aux prélèvements sociaux (entre 15,5 % et 17,2 %) après un abattement de 30 % à 70 % qui varie selon l’âge de l’assuré au moment des versements. La fiscalité de la sortie en rente d’une assurance vie n’est donc pas particulièrement intéressante.

PERP et assurance vie : la fiscalité appliquée au capital

Si vous avez opté pour une sortie partielle du PERP en capital, la part concernée (20 % de la valeur du plan, au maximum) sera, au choix et sur demande :

  • Imposée au même titre que votre rente (donc abattement de 10 % puis imposition au titre de l’impôt sur le revenu et des prélèvement sociaux).
  • Imposée selon un prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) de 7,5 % et prélèvement sociaux, après abattement de 10 %.
  • Imposée selon le système du quotient. Plus rare, ce calcul est effectué par votre caisse d’impôts.

Au contraire, la fiscalité sur le capital que vous sortez d’une assurance vie lors d’un rachat est très avantageuse à partir de 8 années de souscription. En effet, seule la part d’intérêt (et non celle des dépôts) est imposée à hauteur 7,5 %. De plus, un abattement important est prévu, de 4 600 € par an et par personne (le double pour un couple). Cette fiscalité à la sortie en capital est un des avantages principaux de l’assurance vie.
Si votre assurance vie est plus jeune (moins de 8 ans), les gains seront imposés selon l’ancienneté du contrat : entre 35 % et 15 %, ou selon votre taux d’imposition, ou enfin selon le prélèvement forfaitaire unique mis en place en 2018. La fiscalité d’un rachat d’une jeune assurance vie est donc moins intéressante que celle appliquée en cas de retrait après 8 ans de contrat.

Et l’ISF dans tout ça ? Pendant la phase d’épargne, les sommes versées dans votre PERP sortent de l’assiette taxable à l’ISF. Ce sera aussi le cas en phase de rente (sous conditions de versements annuel minimaux pendant 15 ans). L’exonération de l’ISF / IFI rajoute donc un autre atout fiscal en faveur du PERP.
A contrario, en phase de constitution, la valeur des versements en unités de compte composées d’actifs immobiliers devront être déclarés auprès de l’impôt sur la fortune (IFI, soit le nouveau RSI).

Assurance-vie ou PERP : quel choix selon quel profil ?

Le mode de fonctionnement de ces deux produits d’épargne est similaire, mais nous avons vu que leurs différences sont importantes, tant sur le plan fiscal que sur la sortie.

Le PERP est dédié à votre retraite : la fiscalité du PERP est avantageuse lors de la phase d’épargne grâce à la défiscalisation des versements, mais l’épargne est bloquée et la sortie en rente en majeure partie est (encore) obligatoire.

L’assurance vie offre plus de liberté : les fonds sur une assurance vie sont disponibles en permanence, via des rachats. Vous pouvez choisir de sortir en rente comme en capital, en bénéficiant d’allègements fiscaux si votre contrat a plus de 8 ans.

Notre analyse : le PERP est surtout indiqué pour les contribuables fortement imposés pendant la phase d’épargne car ses versements sont déductibles du revenu imposable. L’assurance vie permet, elle, de transmettre un capital important sans être soumis aux droits de succession. Ainsi, suivant votre situation et votre stratégie d’épargne pour votre retraite, un de ces contrats peut être particulièrement adapté à vos besoins.

Posez votre question
Un expert vous répondra