Friday Booster #39 : Kantox

Le 19/10/2016

Friday Booster vous fait découvrir chaque vendredi ces entreprises d’aujourd’hui qui permettent de rendre du pouvoir d’achat aux français avec une idée originale. Aujourd’hui, on vous présente Kantox !

friday booster kantox

Comment vous est venue l’idée de créer cette entreprise ?

Je travaillais comme consultant chez Deloitte avec un de mes co-fondateurs et en analysant les données financières d’un de nos clients, une grosse PME exportatrice, on s’est rendu compte par hasard qu’il payait des commissions mirobolantes sur les opérations de change. On a donc analysé les données d’autres clients et on a découvert la même chose. On a vite compris que l’oligopole bancaire avait créé et maintenait une grande opacité en incluant les commissions dans les taux de change, c’est ce qu’on appelle le spread. Voilà comment nous est venue l’idée de kantox.

Que proposez-vous comme service/produit ?

Kantox est une solution de gestion des opérations de change pour les PME et les ETI. Pour faire simple, on propose à nos clients une plateforme online qui permet d’acheter et de vendre des devises avec des tarifs absolument transparents et jusqu’à 10 fois inférieurs à ceux des banques. Certains de nos clients – aujourd’hui plus 1.600 dans 20 pays – économisent plus de 250.000 EUR par an en frais bancaires. Mais Kantox c’est aussi des outils qui permettent aux clients de gérer leur risque de change en temps réel avec notre solution « FX Risk Manager », de mettre en place des stratégies de couverture avec notre solution « Dynamic Hedging » ou de réaliser des réaliser des paiements internationaux de manière massive avec notre solution « Payments Hub ».

Quelle est votre valeur ajoutée la plus innovante ?

L’automatisation complète des transactions à travers notre API qui se connecte directement aux ERP ou autres plateformes technologiques de nos clients (e-commerce, etc). Une fois connecté – cela prend quelques jours – le client n’a plus besoin d’aucune intervention manuelle, les gains en terme de productivité sont énormes et les risques d’erreur extrêmement réduits.

À quel marché vous attaquez-vous ? Est-ce une profession réglementée ?

Nous sommes bien évidemment soumis à la régulation Européenne. Kantox est une Institution de Paiement qui bénéficie d’un passeport Européen pour opérer à travers le continent. Dans chaque pays où nous opérons, nous sommes d’ailleurs supervisé par le régulateur local, en France il s’agit de l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel).

Comment pensez-vous pouvoir rendre du pouvoir d’achat aux français ?

Depuis nos débuts, nous avons échangé plus de 2 Milliards de Dollars et économisé à nos clients plus de 46 Millions d’Euros en commissions et frais bancaires. Cet argent, nos clients ont pu le destiner à des investissements dans leurs outils de production, à des recrutements, à du marketing ou tout simplement à améliorer leur rentabilité.

Qui sont vos principaux concurrents ?

Les banques. Nous sommes spécialisés dans le B2B, nos clients sont tous des entreprises, et sur ce segment précis il y a très peu d’acteurs qui font concurrence aux banques. Nous avons un positionnement unique que nous souhaitons renforcer, aucune diversification n’est prévue vers le B2C par exemple. Par contre, nous pourrions à l’avenir enrichir notre offre produit afin d’offrir une gamme complète à nos clients.

Avez vous subi des menaces ? Des pressions de la part des acteurs en place (concurrents, syndicats professionnels, pouvoirs publics…)?

Des menaces c’est un peu exagéré mais notre relation avec les banques, qui a beaucoup évolué, a été assez caractéristique d’un secteur sur le point d’être disrupté. Au départ, les banquiers nous regardaient en rigolant, ils pensaient qu’on était 3 copains dans un garage qui voulaient jouer au banquier. Ensuite, quand on a commencé à leur piquer des clients et que cela s’est ressenti dans leurs comptes de résultats, ils ont mis en doute notre crédibilité auprès des clients, ils ont même menacé certains clients de leur couper le crédit s’ils continuaient à utiliser Kantox. Aujourd’hui, nous avons atteint une taille qui fait qu’ils savent très bien qu’il n’y aura pas de retour en arrière, que la Fintech en général va devenir un tsunami et qu’eux même doivent s’adapter afin de favoriser une forme de concurrence / coopération saine entre banques et Fintech. Si on pense long-terme, les Fintech sont une plateforme fantastique pour améliorer les services financiers et remettre le client au centre.

Où en êtes vous dans votre développement ?

Nous sommes 70 personnes, nous avons déjà échangé plus de 2 Milliards de Dollar sur notre plateforme dont le dernier milliard au cours de s8 derniers mois, nous maintenons une croissance forte supérieure à 200% par an et nous avons levé 18M Euros avec Partech Venture et IDinvest Partners. Nous sommes encore dans une phase de consolidation en Europe avant d’aller explorer un autre continent. Ce qui est intéressant c’est que nous offrons à des clients de plus en plus gros des solutions software uniques dans le marché et que les banques ne pourront jamais offrir.

La plus grande satisfaction que vous ayez eue en tant qu’entrepreneur ?

Avoir survécu. L’entreprenariat c’est du Darwinisme à l’état pur. C’est une succession d’étapes durant lesquelles vous devez générer énormément de croissance afin de pouvoir lever des fonds et passer à l’étape suivante. Nous faisons partie des pionniers de la Fintech, nous avons débuté en 2011 quand personne ne parlait de Fintech et aucun investisseur ne voulait en être. Mais au final le timing était excellent parce qu’aujourd’hui nous avons une sorte de prime aux premiers entrants.

Si vous pouviez choisir de travailler n’importe où avec votre équipe, où-partiriez vous ?

Notre siège social est à Londres et notre back-office à Barcelone et croyez-moi, je ne bougerai de Barcelone pour rien au monde ! Il y a tout: le lifestyle, un eco-système tech qui se consolide, une ville vibrante mais à taille humaine et pas hors de prix (contrairement à Londres). On voit d’ailleurs pas mal de start-up Françaises qui viennent y ouvrir des bureaux. Criteo vient de s’installer dans le même immeuble que nous et nos amis de Meninvest sont au centre ville.

Merci & Happy Friday

Friday Booster est l’interview des start ups qui boostent le pouvoir d’achat des Français. Cette interview est proposée par Réassurez-moi, le premier service digital pour faire sa simulation d’assurance emprunteur et trouver l’offre la plus compétitive du marché. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez aussi intervenir. 

Laisser un commentaire