Friday Booster

Friday Booster

Friday Booster #86 : Comparadise

Friday Booster vous fait découvrir chaque vendredi ces entreprises d’aujourd’hui qui permettent de rendre du pouvoir d’achat aux français avec une idée originale. Aujourd’hui, nous vous présentons Comparadise, un pure player de la comparaison de produits d’assurance et finance qui permet aux assurés de trouver le meilleur contrat au meilleur prix.

Comment vous est venue l’idée de créer cette entreprise ?

Lorsque l’on recherche un contrat d’assurance, un produit d’épargne ou à faire un investissement (crédit immobilier par exemple), les offres ne peuvent pas toujours être clairement comparées pour faire jouer la concurrence. C’est pourquoi, nous avons décidé de créer des outils qui le permette avec plusieurs univers selon les domaines : Mutuelle-conseil.com pour la santé, Kredity.com pour le crédit, ou encore Hyperassur.com pour les produits d’assurance de la vie quotidienne (auto, habitation, animaux, obsèques, …).

Avec nos services, notre objectif premier est de faire gagner un temps considérable aux assurés, tout en améliorant la compréhension des contrats qui leur seront proposés avec des conseils et des recommandations personnalisés.

Que proposez-vous comme service ?

A l’instar d’un courtier, Comparadise s’est imposé en tant que comparateur de devis pour permettre aux particuliers d’avoir une vision claire des offres du marché très rapidement.

En effet, Comparadise met au coude à coude les meilleurs contrats d’assurance et de finance afin que les internautes puissent trouver les garanties les plus adaptées au meilleur prix. En parallèle, nous aidons les professionnels de l’assurance et de la finance à se positionner sur un carrefour d’audience digitale, et proposer leurs services aux internautes.

Quelle est votre valeur ajoutée la plus innovante ?

La première prouesse technologique dont nous sommes fiers est la tarification simultanée et en temps réel de plusieurs assureurs et établissements financiers.

D’autre part, nous avons récemment pris un tournant technologique avec la création d’agents conversationnels, les chatbots, qui vous assistent dans votre quête de mutuelle ou d’autres assurances.
Lors d’une simple conversation avec notre assistante Léa, dotée d’une intelligence artificielle, nous pouvons vous proposer des offres de complémentaire santé adaptées à votre profil et vos besoins en termes de remboursements de soins.

Nous ne laissons alors plus l’internaute seul, face à un formulaire et ses termes nébuleux (BRSS, TC, 70%, …) et l’accompagnons dans sa recherche du meilleur contrat. En résumé, notre objectif est de proposer la meilleure expérience utilisateur aux internautes via des outils innovants.

À quel marché vous attaquez-vous ? Est-ce une profession réglementée ?

Au marché de l’assurance en ligne, et plus précisément celui de la comparaison de produits d’assurance et finance.

Le constat est simple : aujourd’hui tout le monde est assuré, et chaque année 20% des français changent ou souscrivent un nouveau contrat. Par ailleurs, internet constitue une véritable source d’informations, devenue essentielle dans la compréhension des produits d’assurance. C’est pourquoi nous nous adressons en priorité à ce marché, car 20% des français souscrit désormais à travers ce canal.

Comment pensez-vous pouvoir rendre du pouvoir d’achat aux français ?

Aujourd’hui, tous les français disposent d’au moins un produit d’assurance. La comparaison en ligne offre la possibilité de comparer son contrat actuel pour trouver une offre plus avantageuse, que ce soit en terme de garanties, de tarifs ou de rentabilité.

La fidélité en assurance n’étant pas toujours gagnante, il est alors préférable de changer de contrat et faire jouer la concurrence pour réduire ses cotisations.
Par exemple, avec un contrat d’assurance auto en formule “Tous risques”, il est possible d’économiser jusqu’à 245 € par an* sur sa prime d’assurance.

*D’après notre partenaire Direct Assurance

Qui sont vos principaux concurrents ?

Nos concurrents sont bien entendu les comparateurs installés sur le marché de l’assurance et de la finance, souvent représentés par des petits compagnons. Pour autant, l’émergence des FinTech et des AssurTech est potentiellement une nouvelle concurrence avec des approches différentes.

Avez vous subi des menaces ? Des pressions de la part des acteurs en place (concurrents, syndicats professionnels, pouvoirs publics…) ?

Non…
Certes nous devons nous soumettre aux règles que nous impose l’ACPR (Autorité du contrôle prudentiel et de résolution). Mais nous pensons que cela est bénéfique pour le marché car ces règles visent le plus souvent à protéger le consommateur.

La concurrence nous impose également une pression permanente qui permet de challenger les équipes. Mais tout cela est très sain.

Où en êtes-vous dans votre développement ?

La consolidation du groupe s’est faite en 2014, avec la fusion de plusieurs comparateurs établis depuis plus de 10 ans, et est arrivée à son aboutissement fin 2017 à travers une centralisation des technologies et des équipes.

Ce qui ne nous a pas empêché de faire de la croissance durant ces 4 années, mais nous pensons que nos plus beaux jours sont devant nous sur ces deux prochaines années, avec un projet en ligne avec les attentes du marché et un fort réservoir de croissance que nous allons désormais exploiter à son maximum.

La R&D sera un facteur clé pour notre croissance, et nous avons d’ailleurs doublé notre effectif dans l’équipe IT pour mener à bien nos projets.

La plus grande satisfaction que vous ayez eue en tant qu’entrepreneur ?

Nous sommes particulièrement fiers d’avoir pu aider plus de 3 millions de français à trouver une meilleure assurance et donc faire des économies.  Nous accompagnons au quotidien des milliers de personnes dans des moments clés de leur vie. Cela est surtout possible grâce aux équipes en place qui mettent tout en oeuvre pour proposer une expérience utilisateur optimale.

Si vous pouviez choisir de travailler n’importe où avec votre équipe, où partiriez-vous ?

Nous sommes déjà ravis de pouvoir travailler dans une ville aussi belle que celle de Marseille. Le climat et l’environnement sont exceptionnels et nous permettent de travailler dans des conditions idylliques. Nous ne voudrions changer pour rien au monde.

Happy Friday !

Friday Booster est l’interview des start ups qui boostent le pouvoir d’achat des Français. Cette interview est proposée par Réassurez-moi, le premier service digital pour trouver son assurance de prêt immobilier au meilleur taux.

Friday Booster #85 : Permettez-moi de construire

Friday Booster vous fait découvrir chaque vendredi ces entreprises d’aujourd’hui qui permettent de rendre du pouvoir d’achat aux français avec une idée originale. Aujourd’hui, nous vous présentons Permettez-moi de construire digitalise et facilite la manière d’obtenir un permis de construire. Grâce à une plateforme digitale, des experts projets habitants et un réseau de
 60 facilitateurs, la start’up réinvente le secteur administratif des permis de construire.

Comment vous est venue l’idée de créer cette entreprise ?

Nous pensons que les démarches administratives ne devraient pas être un obstacle à la réalisation de projets d’habitat. Nous voulons faciliter l’obtention de permis de construire pour chacun des habitants afin de leur permettre de réaliser leurs projets, tout en leur offrant une expérience exceptionnelle.

Que proposez-vous comme service ?

Selon une étude IFOP 2014, 64% des français trouvent que les démarches administratives sont le premier frein à la réalisation de leur projet d’habitat. Obtenir un permis de construire est un véritable casse-tête : l’habitant n’a pas forcément toutes les compétences en urbanisme, droit et graphisme. La complexité des réglementations peut l’induire en erreur. Par conséquent, l’impression de perte de temps et l’anxiété générée provoquent mécontentement et désespoir pour le porteur de projets.

C’est en étudiant cette peine que Permettez-moi de construire a bâti sa solution. En associant technologie et expertise humaine, la start’up propose un service online de description de projets délivrant infos utiles et réglementations d’urbanisme, suivi d’un accompagnement offline complet avec un facilitateur. En réinventant la manière d’obtenir un permis de construire, Permettez-moi de construire offre une expérience unique où l’habitant est délesté des démarches administratives : le permis de construire facilement, rapidement, partout en France.

Quelle est votre valeur ajoutée la plus innovante ?

Un réseau national de facilitateurs !

Une soixantaine de facilitateurs forment notre réseau national. Proches géographiquement des habitants, ils viennent à leur rencontre, directement sur les lieux du projet. Afin d’offrir une qualité de service optimale, nos facilitateurs ont été soigneusement sélectionnés à travers la France. Experts dans leurs métiers de dessinateur ou d’architecte, ils sont compétents dans les domaines de l’architecture, de l’urbanisme, du droit, du graphisme et du conseil.

À quel marché vous attaquez-vous ? Est-ce une profession réglementée ?

Permettez-moi de construire s’adresse aux propriétaires de maison ou appartement qui souhaitent obtenir une autorisation de travaux en vue de réaliser le projet d’habitat de leur rêve.

Qui sont vos principaux concurrents ?

Nos concurrents sont les habitants eux-même qui décident de construire leur dossier de permis de construire seuls. Notre autre concurrent est archionline.

Avez vous subi des menaces ? Des pressions de la part des acteurs en place (concurrents, syndicats professionnels, pouvoirs publics…) ?

Nous souhaitons travailler main dans la main avec les différentes parties prenantes qui gravitent autour de notre service.

Où en êtes-vous dans votre développement ?

En mars 2017, Permettez-moi de construire annonce une première levée de fond de 400 000 € auprès de Finovam Gestion (Finovam et FIRA Nord-Est). Dans le même temps, elle intègre le programme d’accélération du pôle d’excellence et d’innovation : Euratechnologies, où elle y installe ses premiers bureaux.

Cette levée de fond permet de développer considérablement l’entreprise : recrutements, nouvelle version de la plateforme digitale et nouveaux outils en ligne.

Après une centaine d’habitants accompagnés et un réseau national composé d’une soixantaine de facilitateurs, Permettez-moi de construire poursuit son expansion. Déjà présente sur le site internet de Leroy Merlin, la start’up a pour ambition en 2018 de proposer son service à la clientèle des 130 magasins de l’enseigne.

La plus grande satisfaction que vous ayez eue en tant qu’entrepreneur ?

Ma plus grande satisfaction en tant qu’entrepreneur et de voir grandir le projet que j’ai imaginé. De constater que ce projet grandit, au fur et à mesure de mon apprentissage et de celui de mon équipe.

Si vous pouviez choisir de travailler n’importe où avec votre équipe, où partiriez-vous ?

Je pense que mon équipe et moi-même sommes très chanceux d’être à Lille, une ville plutôt centrale en Europe. De plus, notre environnement actuel qu’est Euratechnologies nous offre tout ce qu’un entrepreneur a besoin pour évoluer !

Happy Friday !

Friday Booster est l’interview des start ups qui boostent le pouvoir d’achat des Français. Cette interview est proposée par Réassurez-moi, le premier service digital pour trouver son assurance de prêt immobilier au meilleur taux.

Friday Booster #83 : Assurance Téléphone Mobile

Friday Booster vous fait découvrir chaque vendredi ces entreprises d’aujourd’hui qui permettent de rendre du pouvoir d’achat aux français avec une idée originale. Aujourd’hui, nous vous présentons Assurance-Téléphone-Mobile, la start’up qui conçoit des offres simples, complètes et surtout transparentes (sans les exclusions habituellement pratiquées) pour assurer sereinement votre portable !

Comment vous est venue l’idée de créer cette entreprise ?

L’idée est partie d’une chose simple : en quelques années, les Français ont appris à vivre avec et sur leurs téléphones mobiles. Chaque jour naissent de nouvelles applications qui démultiplient encore les fonctions attribuées à ces petits bijoux d’électronique. Mais en cas de chute, de vol ou de panne, qui vient en aide aux propriétaires de mobiles ?

Considérant qu’un téléphone portable est bien plus qu’un simple poste de communication, Assurance-Téléphone-Mobile propose aux particuliers comme aux professionnels d’assurer leur appareil, avec efficacité et simplicité.

Que proposez-vous comme service ?

Le principe d’Assurance-Téléphone-mobile, aussi simple que l’indique son nom, c’est d’assurer son mobile pour ne pas se retrouver sans rien en cas de problème, tout en évitant les mauvaises surprises. La société permet en outre d’assurer tous types d’appareils dans l’état, qu’ils soient neufs, reconditionnés ou loués.

Quelle est votre valeur ajoutée la plus innovante ?

Quand Assurance-Téléphone-Mobile parle d’assurance « tous risques », elle annonce bel et bien une garantie pour les accidents ou dommages que l’utilisateur produirait lui-même sur son mobile. L’objectif, contrairement aux autres offres du marché, est donc de couvrir au maximum l’ensemble des risques.

À quel marché vous attaquez-vous ? Est-ce une profession réglementée ?

L’assurance pour smartphone est bien une profession règlementée régie par l’ORIAS (Organisme pour le registre unique des intermédiaires en assurance). Aujourd’hui, nous sommes n°1 en assurance mobile sur les recherches des internautes mais les professionnels et le marché des magasins est également un marché que nous affectionnons.

Comment pensez-vous pouvoir rendre du pouvoir d’achat aux français ?

C’est très simple, premièrement parce que notre assurance est la plus qualitative du marché. Quand vous achetez le nouvel iPhone X à plus de 1 200 € et que vous le cassez deux mois après, notre couverture vous permettra de ne pas avoir à vous en procurer un neuf, ce qui peut souvent s’avérer impossible compte tenu du prix des appareils. Vous n’avez pas non plus envie de vous battre avec votre assureur pour obtenir réparation, ce qui est souvent le cas.

Enfin, nos offres sont parmi les plus compétitives du marché.

Qui sont vos principaux concurrents ?

Principalement les opérateurs téléphoniques.

Avez vous subi des menaces ? Des pressions de la part des acteurs en place (concurrents, syndicats professionnels, pouvoirs publics…) ?

Pas la moindre.

Où en êtes-vous dans votre développement ?

Notre site est en très forte croissance, de l’ordre de 400% par rapport à l’année dernière.

La plus grande satisfaction que vous ayez eue en tant qu’entrepreneur ?

Nous avions déjà des retours positifs de nos clients quand ils contactaient la plateforme téléphonique. Depuis que nous avons lançé un système de note des clients, nous sommes vraiment très fiers des retours !

Une grande fierté est également les emplois directs ou indirects que nous générons via notre société.

Happy Friday !

Friday Booster est l’interview des start ups qui boostent le pouvoir d’achat des Français. Cette interview est proposée par Réassurez-moi, le premier service digital pour trouver son assurance de prêt immobilier au meilleur taux.

Friday Booster #82 : Ouistock

Friday Booster vous fait découvrir chaque vendredi ces entreprises d’aujourd’hui qui permettent de rendre du pouvoir d’achat aux français avec une idée originale. Aujourd’hui, nous vous présentons Ouistock, une solution de stockage collaborative à adopter !

Comment vous est venue l’idée de créer cette entreprise ?

Neville et Simon, les fondateurs, ont fait émerger le concept Ouistock de leur expérience personnelle. Simon a souvent été confronté aux problématiques de stockage lors de sa vie d’étudiant. Chaque été, lors de ses départs en stage à l’étranger, il était obligé de revendre ses meubles faute d’espace pour les stocker le temps de son retour en France. Un été, Neville, son associé, lui propose de lui faire de place dans son garage pour y stocker ses meubles et cartons quelques mois, le temps de trouver un nouvel appartement.

Que proposez-vous comme service ?

Nous proposons une solution de stockage innovante, accessible à tous et partout, mais surtout économique ! Ouistock met en relation des particuliers qui disposent de mètres carrés inoccupés dans une cave, un garage, un grenier, et des professionnels du stockage avec des particuliers à la recherche d’espace pour entreposer des affaires.
Ce sont donc des milliers d’annonces disponibles dans toute la France auxquelles peuvent accéder les millions de français qui se retrouvent face à une problématique de stockage lors d’un déménagement, d’une expatriation, d’une séparation ou tout simplement en raison d’un manque de place au quotidien.

Quelle est votre valeur ajoutée la plus innovante ?

Celle de proposer sur une même plateforme web l’ensemble des possibilités de stockage. Sur Ouistock.fr, nous sommes capables de répondre à tous les besoins d’entreposage de par la diversité des offres disponibles partout en France. Ainsi nous rendons le stockage accessible à tous, partout, et en 3 clics.

À quel marché vous attaquez-vous ? Est-ce une profession réglementée ?

Nous nous positionnons sur le marché du stockage. Nous sommes réglementés grâce aux contrats de location et d’assurance à fournir aux deux parties (locataires et propriétaires). Cela permet de couvrir nos clients. Notre partenariat avec le numéro 1 des assureurs français AXA protège notamment les locataires en cas de vol, incendie ou dégradation des eaux. Et pour un maximum de garanties, le propriétaire de l’espace est également assuré en cas de dégradation de son espace de stockage.

Comment pensez-vous pouvoir rendre du pouvoir d’achat aux français ?

En offrant un concept gagnant-gagnant tant pour les locataires que pour les loueurs. Je m’explique, en choisissant de réserver le box de stockage d’un particulier, le locataire à la recherche de mètres carrés économise jusqu’à 60% sur son loyer. Fini donc de se ruiner pour mettre à l’abri les meubles et cartons qu’il doit entreposer en dehors de son logement.

Le propriétaire de l’espace de stockage, quant à lui, profite d’un complément de revenus rapide et sans contraintes de temps. En moyenne, nos propriétaires gagnent 1 200 € par an en louant leurs mètres carrés inusités.

Qui sont vos principaux concurrents ?

Nos principaux concurrents sont JeStocke et Costockage.

Avez vous subi des menaces ? Des pressions de la part des acteurs en place (concurrents, syndicats professionnels, pouvoirs publics…) ?

Absolument pas, nous avons été très bien accueillis par les compagnies d’assurances qui aiment voir du sang neuf dans le paysage de l’assurance.

Où en êtes-vous dans votre développement ?

Notre équipe grandit, cela fait un peu plus d’un an maintenant que nous avons ouvert deux nouveaux pôles stratégiques pour développer Ouistock : un pôle marketing et un pôle communication.
Nous venons également de recruter de nouveaux membres au pôle technique pour continuer d’améliorer au quotidien l’expérience en ligne de nos utilisateurs.

 

Si vous pouviez choisir de travailler n’importe où avec votre équipe, où-partiriez vous ?

Nous resterons à Lille, toute l’équipe s’y plaît bien et nous avons nos petites habitudes désormais ! 😉

Happy Friday !

Friday Booster est l’interview des start ups qui boostent le pouvoir d’achat des Français. Cette interview est proposée par Réassurez-moi, le premier service digital pour trouver son assurance de prêt immobilier au meilleur taux.

Friday Booster #81 : Proprioo

Friday Booster vous fait découvrir chaque vendredi ces entreprises d’aujourd’hui qui permettent de rendre du pouvoir d’achat aux français avec une idée originale. Aujourd’hui, nous vous présentons Proprioo.
Proprioo est une agence immobilière en ligne, qui au lieu de facturer au vendeur un pourcentage du prix de la vente du bien, lui garantit un prix fixe quelque soit le coût du bien à vendre, tout en garantissant le même service. De quoi faire économiser plusieurs milliers d’euros aux vendeurs de biens immobiliers !

Comment vous est venue l’idée de créer cette entreprise ?

Nous étions nous même dans des projets personnels d’achat/ vente d’appartement. C’est en étant confronté de manière pratique au marché de l’immobilier que nous avons identifié des problématiques à résoudre. C’est ainsi qu’est né Proprioo.

Que proposez-vous comme service ?

Nous sommes une agence immobilière en ligne sans commissions dont le but est de vendre le bien immobilier d’un particulier le plus vite possible et au meilleur prix.

Quelle est votre valeur ajoutée la plus innovante ?

Nous créons 3 domaines de valeurs en rupture avec l’existant : Prix – Vitesse – Transparence

  • Prix : avec un forfait fixe de 990€, nous sommes 15 à 20 fois moins cher qu’un professionnel de l’immobilier classique.
  • Rapidité : grâce à notre technologie de matching, nous qualifions en amont des bases de données acheteurs et nous permettons ainsi de réduire au minimum les délais de vente.
  • Transparence : contrairement aux solutions existantes, nous redonnons un maximum d’informations aux vendeurs : consultation des performances de diffusion des annonces, planning on line, photos de l’annonce, dropbox pour sauvegarder les documents légaux.

À quel marché vous attaquez-vous ? Est-ce une profession réglementée ?

Nous ciblons le marché de l’immobilier transactionnel qui est réglementé par la loi Hoguet.

Comment pensez-vous pouvoir rendre du pouvoir d’achat aux français ?

Le fait de supprimer le principe de la commission (en moyenne de 5% de la valeur du bien en France) permet à un vendeur de ne pas perdre l’équivalent de ce montant lorsque la transaction est réalisée. C’est un gain immédiat de pouvoir d’achat.

Qui sont vos principaux concurrents ?

Nos principaux concurrents sont principalement les professionnels de l’immobilier historiques (agences immobilières et réseaux de mandataires). Nous ne voyons pas les sites d’annonces entre PAP comme des concurrents mais plutôt comme des médias.

Avez vous subi des menaces ? Des pressions de la part des acteurs en place (concurrents, syndicats professionnels, pouvoirs publics…) ?

Non, pas de menace mais une concurrence vive et saine 😊

Où en êtes-vous dans votre développement ?

Nous sommes aujourd’hui présents sur Paris et les Hauts de seine. Notre objectif est de couvrir l’intégralité de l’Ile de France d’ici la fin de l’année.

La plus grande satisfaction que vous ayez eue en tant qu’entrepreneur ?

Le niveau d’adhésion atteint en quelques mois par nos clients à l’égard de Proprioo.

Happy Friday !

Friday Booster est l’interview des start ups qui boostent le pouvoir d’achat des Français. Cette interview est proposée par Réassurez-moi, le premier service digital pour trouver son assurance de prêt immobilier au meilleur taux.

 

Friday Booster #80 : Morning

Friday Booster vous fait découvrir chaque vendredi ces entreprises d’aujourd’hui qui permettent de rendre du pouvoir d’achat aux français avec une idée originale. Aujourd’hui, nous vous présentons Morning !
Morning est une plateforme de paiement qui permet d’envoyer et de recevoir de l’argent entre particuliers et de créer ses cagnottes en ligne pour financer ses projets personnels.

Comment vous est venue l’idée de créer cette entreprise ?

Depuis quelques temps, de nouveaux modes de consommation collaborative voient le jour dans différents secteurs : covoiturage, achats groupés, location de biens mobiliers et immobiliers entre particuliers… Pourquoi le secteur des paiements dérogerait à la règle ? C’est en partant de ce constat que Morning a vu le jour, en 2013, en imaginant une plateforme de paiement pour envoyer et recevoir de l’argent entre particuliers et créer ses cagnottes en ligne pour financer ses projets personnels. Nous avons ainsi initié le concept du cobanking, qui consiste à adapter les usages bancaires à la consommation collaborative en s’appuyant sur les nouveaux usages du numérique. Nous avons créé un nouveau moyen d’échanger et de collecter son argent, en ligne et à moindre coût !

Que proposez-vous comme service ?

Aujourd’hui, nous conservons les valeurs du cobanking et nous enrichissons notre offre avec un véritable compte de paiement qui accompagne les utilisateurs au quotidien pour gérer leur argent autrement. L’offre de base Morning met à disposition des utilisateurs un compte ibanisé, un service de cagnotte en ligne et une communauté simplifiée pour faciliter ses échanges d’argent.

A cela s’ajoute des offres complémentaires souscrites par l’utilisateur et grâce auxquelles il obtient une carte de paiement, 100% pilotable depuis son espace personnel en ligne. Nous avons pour le moment 4 déclinaisons : Morning Pay (pour les personnes majeures), Morning Jump (une carte de paiement pour les 12-18ans et un compte piloté par les parents), Morning Protect (un regain d’autonomie pour les majeurs protégés, un compte contrôlé par les tuteurs) et Morning Welcome (le compte facile et rapide traduit en langues étrangères pour les nouveaux résidents français).

Quelle est votre valeur ajoutée la plus innovante ?

Il s’agit certainement du paiement en temps réel. Les utilisateurs peuvent consulter leurs opérations instantanément, juste après avoir réalisé leurs transactions. Ils peuvent ainsi avoir une gestion optimale de leur budget, anticiper leurs dépenses, etc. Lorsque les technologies du secteur nous le permettrons, nous déploierons également l’instant payment sur les virements SEPA interbancaires.

À quel marché vous attaquez-vous ? Est-ce une profession réglementée ?

Nous agissons en plein cœur du marché des paiements en ligne, en frôlant le secteur bancaire. Morning est agrémenté établissement de paiement et nous allons prochainement obtenir le statut d’établissement de monnaie électronique, ce qui nous permettra d’élargir nos activités.
Il s’agit bien évidemment d’un secteur réglementée : nous sommes tenus de respecter les règles émises par notre régulateur financier : l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution. (ACPR). Heureusement d’ailleurs, car cela permet aussi de rassurer nos clients quant à la fiabilité et la sécurité du service !

Comment pensez-vous pouvoir rendre du pouvoir d’achat aux français ?

Les services du compte de paiement Morning sont gratuits : les utilisateurs ont accès à un compte ibanisé, ils peuvent faire des transferts d’argent et créer leurs cagnottes sans frais. S’ils souscrivent à une offre avec une carte de paiement, seule la cotisation est prélevée mensuellement, quel que soit l’utilisation de la carte. L’avantage est que tous les autres frais liés à l’utilisation de la carte sont facturés à l’usage : ils ne payent que ce qu’ils utilisent.

Qui sont vos principaux concurrents ?

La création de nos offres affinitaires nous a fait pénétrer des marchés de niche sur lesquels nous n’étions pas présents jusque-là. Nos concurrents sont donc nombreux et variés. Parmi eux, des néobanques, des grands distributeurs mais aussi des services de cagnotte en ligne : Anytime, Lydia, Compte Nickel, Leetchi, Compte C-Zam, Orange Bank, etc.

Avez vous subi des menaces ? Des pressions de la part des acteurs en place (concurrents, syndicats professionnels, pouvoirs publics…) ?

Notre régulateur financier exerce une pression évidente et veille à l’application des règles dans notre secteur. Si elles ne sont pas respectées, la menace tombe, et la sanction suit. Morning en a d’ailleurs fait les frais fin 2016.

Quant aux concurrents, nous ne subissons aucune menace directe. Cependant, nous sommes sur un marché concurrentiel qui évolue rapidement : cela implique une course technologique à celui qui commercialisera le plus rapidement ses innovations. La menace existe mais elle est seulement implicite.

Où en êtes-vous dans votre développement ?

Nous avons énormément de projets, sur différents axes de développement. Notre offre grand public se déploie petit à petit avec l’arrivée progressive de nouveautés : nouvelles offres complémentaires, nouvelles fonctionnalités innovantes, nouvelles interfaces et nouveaux designs…

Parallèlement, nous travaillons sur l’axe BtoB en proposant la technologie Morning en marque blanche.  Nous avons déjà quelques entreprises séduites par la plateforme avec qui nous étudions le terrain pour leur proposer un service sur mesure qui réponde à leurs exigences.

La plus grande satisfaction que vous ayez eue en tant que repreneur ?

En tant que repreneur de la startup Morning, il a fallu relancer la machine après quelques mois d’inactivité. J’ai eu la bonne surprise de découvrir une équipe motivée et soudée avec laquelle j’ai eu plaisir à travailler pour redresser la barre et imaginer de nouveaux services pour relancer l’activité.

Si vous pouviez choisir de travailler n’importe où avec votre équipe, où-partiriez vous ?

Nous sommes très bien là où nous sommes ! Nous avons la chance d’évoluer dans un Campus high-tech en pleine campagne avec une vue imprenable sur les Pyrénées. A l’intérieur comme à l’extérieur, l’équipe profite d’équipements de qualité pour travailler, échanger en équipe, se détendre ou partager des moments festifs. Aujourd’hui, c’est bien plus qu’un lieu de travail : c’est un lieu de vie qui a permis à l’équipe de tisser des liens !

Happy Friday !

Friday Booster est l’interview des start ups qui boostent le pouvoir d’achat des Français. Cette interview est proposée par Réassurez-moi, le premier service digital pour trouver son assurance de prêt immobilier au meilleur taux.

Friday Booster #79 : Prends ma place

Friday Booster vous fait découvrir chaque vendredi ces entreprises d’aujourd’hui qui permettent de rendre du pouvoir d’achat aux français avec une idée originale. Aujourd’hui, nous vous présentons Prendsmaplace !
Prendsmaplace est la plateforme collaborative spécialisée dans le stationnement entre particuliers, qui propose un échange « gagnant-gagnant » dans une location de parking en ville, à proximité d’un aéroport ou en vacances.

Comment vous est venue l’idée de créer cette entreprise ?

L’idée, je pense que tout le monde l’avait déjà un jour, en tournant en rond au moment se garer, ou en déposant soi-même l’un de ses proches à l’aéroport afin de lui faire économiser de l’argent en échange d’un petit souvenir :).

Que proposez-vous comme service ?

Avec plus de 4000 parkings de particuliers référencés en France sur Prendsmaplace, le site facilite une location de parking avec 3 avantages sur le stationnement traditionnel : l’assurance de connaitre une place libre avant d’allumer le contact, de réaliser une économie moyenne de 40 % sur les parkings publics et la possibilité de gagner en lien social.

La place de l’humain a tout son sens sur la partie parking aéroport, où en plus d’une location sécurisé chez un particulier habitant à proximité de l’aéroport, la personne vous déposera et vous recherchera à l’embarquement grâce à un covoiturage.

Quelle est votre valeur ajoutée la plus innovante ?

Les locations de parking chez le particulier sur l’ensemble des aéroports de France cartonnent ! Le site est maintenant implanté partout, des principaux aéroports de la région Parisienne (Orly, Roissy, Beauvais) aux aéroports de grandes villes comme Nantes, Lyon Saint-Exupéry, Marseille, Toulouse, Nice, Lille, Bâle-Mulhouse, Bordeaux, ou de taille plus petites comme Biarritz, Montpellier, Strasbourg et j’en passe.
Le site a permis à des particuliers habitant à proximité d’un aéroport de valoriser leur foncier et leur parking libre, alors que leurs habitations étaient souvent perçues comme « mal placées » au vu des nuisances du trafic aérien.
Le sentiment de voir des personnes voyager l’esprit tranquille en disposant d’un service sur mesure de qualité est précieux.

À quel marché vous attaquez-vous ? Est-ce une profession réglementée ?

L’ensemble du marché du stationnement est visé en proposant pour le moment une forme de « bon coin du parking » : une alternative aux tarifs prohibitifs proposés en ville avec une moyenne des prix du parking de 20 €/ jour à Paris ou Strasbourg.

Oui, pas de soucis de réglementation, les deux parties sont couvertes par une assurance habitation ou automobile.

Comment pensez-vous pouvoir rendre du pouvoir d’achat aux français ?

Les prix remisés sur les places référencées sur le site permettent déjà d’effectuer une économie moyenne de 30 à 50% en se garant chez le particulier.
En 2018, une réforme importante dans le stationnement va voir le jour : de nombreux automobilistes vont prendre conscience de l’incapacité de se garer en voie publique au juste prix et de la nécessité de se garer chez le privé grâce à notre site.

Qui sont vos principaux concurrents ?

Les collectivités sont nos principaux concurrents en plus de quelques startups pensant détenir une alternative à ce monopole (ouverture d’une porte à distance). Même si cette avancée technologique est intéressante, il ne faut pas oublier « la place de l’humain » dans ce marché où une personne décide encore ou non de mettre sa place de parking en location.

Avez vous subi des menaces ? Des pressions de la part des acteurs en place (concurrents, syndicats professionnels, pouvoirs publics…) ?

Oui sur le volet aéroport ! Quelques intimidations d’un directeur juridique d’un grand aéroport de l’ouest de la France, ce dernier craignant de voir grandir la concurrence sur son positionnement naturel sous google après l’usage de mots du type « location parking aéroport… ».
Sur la scène locale, à Strasbourg là où j’habite, le gestionnaire du parc de la ville n’a jamais donné cher de notre peau à nos débuts mais a tout de même réussi à nous recevoir quatre fois pour évoquer un rachat du site/ un partenariat/ un débauchage, bref sans suite…avec 50 places de parkings référencés à Strasbourg il y a 3 ans, le site compte aujourd’hui 4000 parkings en France à raison d’une à deux heures de travail par jour (et oui encore salarié pour la petite histoire 🙂 !).

Où en êtes-vous dans votre développement ?

Un nouveau site va voir le jour avec de nouvelles fonctionnalités afin de se professionnaliser, en plus de nouvelles solutions de mobilités. Autant dire qu’en 2018, on rentre bien dans la course, n’ayant rien à perdre !

La plus grande satisfaction que vous ayez eue en tant qu’entrepreneur ?

Prouver, après ne pas avoir été pris au sérieux, que le site grossit et commence à déranger dans le domaine.
Arriver à cumuler deux emplois, me voir offrir des souvenirs de vacances d’automobilistes à qui j’ai enlevé une épine dans le pied en leur proposant une autre solution qu’un parking aéroport trop cher.

Si vous pouviez choisir de travailler n’importe où avec votre équipe, où-partiriez vous ?

Quelque part en hauteur avec une vue dégagée, et une possibilité de s’évader au moment de la pause café…

Happy Friday !

Friday Booster est l’interview des start ups qui boostent le pouvoir d’achat des Français. Cette interview est proposée par Réassurez-moi, le premier service digital pour trouver son assurance de prêt immobilier au meilleur taux.

Friday Booster #78 : Roomlala

Friday Booster vous fait découvrir chaque vendredi ces entreprises d’aujourd’hui qui permettent de rendre du pouvoir d’achat aux français avec une idée originale. Aujourd’hui, nous vous présentons Roomlala.
Grâce au système d’annonces, Roomlala met en relation des propriétaires proposant un logement en location (chambre, studio, appartement, maison…), pour un week-end, quelques semaines ou plusieurs mois, avec des personnes en recherche d’un logement économique et convivial. 

Comment vous est venue l’idée de créer cette entreprise ?

Philippe de Rouville, le fondateur de Roomlala, a toujours eu l’envie d’entreprendre. Puis un jour, un ami de la famille est monté sur Paris pour un stage de courte durée. Trouver un appartement pour seulement 3 mois s’est avéré très compliqué, en plus des difficultés classiques que l’on peut rencontrer lorsqu’on cherche un appartement dans une grande ville : beaucoup de demandes, peu d’offres, de longues files d’attente pour les visites, des logements parfois vétustes… Philippe l’a donc hébergé chez lui et s’est dit que beaucoup de gens devaient avoir, eux aussi, une chambre libre chez eux et seraient prêts à la mettre à disposition d’étudiants ou stagiaires. C’est là qu’il s’est dit : « il y a quelque chose à faire ! ».

Que proposez-vous comme service ?

C’est donc en 2009 que Roomlala est né, à l’époque sous le nom de chambrealouer.com. Il s’agit d’une plateforme de mise en relation de particuliers dédiée au partage de logement. Nous diffusons ainsi des annonces de location de chambre chez l’habitant, de colocation et de logement contre services, pour de la moyenne et longue durée (en moyenne 90 jours sur Roomlala contre seulement 3 jours sur des sites de locations vacances tels qu’Airbnb).

Quelle est votre valeur ajoutée la plus innovante ?

Contrairement à un site de petites annonces, Roomlala offre un service sécurisé et intervient ainsi en tant que tiers de confiance dans les mises en relation débouchant sur une location. La réservation en ligne bénéficie du système 3D-secure et dès lors que le paiement est effectué sur notre plateforme, la location est couverte par notre assurance. De plus, parce que les locations se font entre particuliers, aucun frais d’agence ne sont engagés, ce qui représente une économie considérable pour les locataires comme pour les propriétaires.

À quel marché vous attaquez-vous ? Est-ce une profession réglementée ?

En promouvant le partage de logement, et principalement la location de chambre chez l’habitant, Roomlala se place comme un acteur de l’économie collaborative. C’est un marché qui a rapidement évolué en France au cours de ces dernières années et qui se retrouve aujourd’hui au cœur de débats législatifs et fiscaux. Nous sommes convaincus que la location de chambre chez l’habitant orientée moyenne et longue durée représente une bouffée d’air frais pour le marché immobilier, saturé dans les grandes villes. Une évolution de la fiscalité en faveur des particuliers qui ouvrent les portes de leur logement s’avérera prochainement primordiale, tant pour notre activité que pour les problématiques de manque de logement auxquelles le gouvernement fait face aujourd’hui.

Comment pensez-vous pouvoir rendre du pouvoir d’achat aux français ?

Les propriétaires qui proposent une chambre à louer sur Roomlala bénéficient d’un complément de revenus. Effectivement, en louant pour 3 mois, 6 mois, 1 an, ils perçoivent un loyer récurrent et n’ont pas de frais d’agence à débourser. Grâce à cette source de revenus complémentaire, nos utilisateurs témoignent pouvoir financer des projets de travaux dans leur résidence et globalement joindre les deux bouts plus facilement en fin de mois.

Les locataires, de leur côté, réalisent également des économies puisqu’en louant une chambre chez l’habitant ou en colocation, ils divisent les frais. Leur loyer est bien plus avantageux que s’ils louaient un logement entier (en moyenne 321€ par mois sur Roomlala). Pour autant, ils bénéficient d’un logement plus spacieux puisqu’ils partagent aussi les espaces communs (séjour / salle à manger, cuisine, salle de bain ou encore jardin s’il y en a). Tout comme les propriétaires, ils évitent en plus les frais d’agence, souvent trop onéreux pour des budgets d’étudiants par exemple.

Qui sont vos principaux concurrents ?

Nos principaux concurrents sont les sites de mise en relation de particuliers : sites de petites annonces, plateformes de location. Toutefois, Roomlala est le seul site aujourd’hui à se spécialiser dans la location de chambre chez l’habitant pour de la moyenne et longue durée.

Où en êtes-vous dans votre développement ?

Depuis sa création en 2009, le site a beaucoup évolué. Grâce à l’essor de l’économie du partage et dans un contexte de recherche d’économies par les particuliers, Roomlala s’est positionné comme la référence de la location de chambre chez l’habitant. 2015 a marqué le lancement du site à l’international, en commençant par le Royaume-Uni et l’Espagne. Aujourd’hui, nous sommes présents aussi au Portugal, en Italie et en Allemagne, mais aussi au Québec, en Suisse et en Belgique. Nous poursuivons notre développement à l’international et souhaitons prochainement nous concentrer sur le nord de l’Europe, en commençant par les Pays-Bas.

Si vous pouviez choisir de travailler n’importe où avec votre équipe, où-partiriez vous ?

L’équipe se compose de profils très variés et internationaux avec des personnes venant des 4 coins de la France mais aussi d’Angleterre, du Mexique, d’Allemagne, d’Italie, d’Espagne, d’Irlande… Basés à Paris, nous nous enrichissons beaucoup de cette diversité pour notre développement. Dans l’idéal, nous partirions explorer chaque marché et nous implanterions partout pour en savoir plus sur les besoins et les attentes de nos utilisateurs. Un jour peut-être, qui sait comment Roomlala évoluera dans les années à venir 😊

Happy Friday !

Friday Booster est l’interview des start ups qui boostent le pouvoir d’achat des Français. Cette interview est proposée par Réassurez-moi, le premier service digital pour trouver son assurance de prêt immobilier au meilleur taux.

 

 

Friday Booster #77 : My TrooperS

Friday Booster vous fait découvrir chaque vendredi ces entreprises d’aujourd’hui qui permettent de rendre du pouvoir d’achat aux français avec une idée originale. Aujourd’hui, nous vous présentons My TrooperS.
MyTrooperS est une nouvelle solution qui vous permet de commander un véhicule utilitaire avec chauffeur aussi simplement qu’un Taxi !

 

Comment vous est venue l’idée de créer cette entreprise ?

Après avoir changé de nombreuses fois d’appartement pendant nos années d’études, nous avons connu les grandes joies qu’est le déménagement sans budget. Plusieurs fois, nous nous sommes retrouvés à porter des canapés à bout de bras dans la rue mais aussi à remplir la petite voiture que nous avions jusqu’à avoir le coffre ouvert sur plusieurs kilomètres. C’est à ce moment-là que nous nous sommes dit qu’il n’y avait pas de sociétés qui répondaient au besoin du petit déménagement Urbain et qu’il fallait en créer une !

Que proposez-vous comme service ?

Nous proposons de vous mettre à disposition un véhicule utilitaire avec chauffeur à une date et une heure de votre choix. Vous pouvez même vous faire aider par l’un ou deux de nos Troopers (transporteur professionnel) pour le portage de toutes vos affaires.

Quelle est votre valeur ajoutée la plus innovante ?

Aujourd’hui, avec MyTrooperS vous pouvez programmer votre déménagement et réserver une équipe de professionnels en 3 min. Ceci avec votre ordinateur, votre mobile, votre tablette, sans avoir à vous déplacer et à remplir quelque document que ce soit.  Nos prix et notre rapidité d’intervention sont aussi innovants car nous sommes plus compétitifs qu’une location de véhicule et pouvons vous proposer de vous mettre à disposition un véhicule utilitaire en moins d’une heure.

À quel marché vous attaquez-vous ? Est-ce une profession réglementée ?

Nous sommes à la conquête de tous les déménagements qui n’intéressent pas les entreprises de déménagement classique. C’est-à- dire tous les appartements inférieurs à 40m2.

Comment pensez-vous pouvoir rendre du pouvoir d’achat aux français ?

Aujourd’hui nous adaptons nos offres en fonction de vos demandes de déménagement. Nos prix commencent à partir de 35€. Grâce à MyTrooperS, un Francilien peut déménager son studio à des prix 2,5 fois moins chers que les entreprises de déménagement classique, allant de 70€ à 500€ pour un T1.

Qui sont vos principaux concurrents ?

Nos principaux concurrents indirects sont les loueurs de véhicules utilitaires (Hertz, Avis, Europcar …)
Nos concurrents directs sont assez minoritaires sur ce nouveau marché. Nous avons des plateformes qui sont sur le même modèle que nous, mais avec des offres différentes comme Trusk, Les Tontons livreurs, Supervan, Gégé.

Avez vous subi des menaces ? Des pressions de la part des acteurs en place (concurrents, syndicats professionnels, pouvoirs publics…) ?

Jamais car nous sommes en règle sur ce nouveau marché du petit déménagement. Aujourd’hui MyTrooperS possède la capacité professionnelle en transport routier léger de marchandises et possède donc toutes les assurances pour effectuer les déménagements en règle.

Où en êtes-vous dans votre développement ?

MyTrooperS à 1 an et demi, est composé d’une équipe de 12 personnes, effectue 300 déménagements par mois grâce à une flotte de 60 véhicules et également à une technologie révolutionnaire.
MyTrooperS est positionné uniquement en IDF et compte conquérir les villes de Lyon, Toulouse et Bordeaux courant 2018.

La plus grande satisfaction que vous ayez eue en tant qu’entrepreneur ?

La plus grande satisfaction est le fait d’avoir créé un service qui répond à un besoin existentiel et grandissant et de contribuer à l’évolution d’un projet que nous avons fait naître.

Si vous pouviez choisir de travailler n’importe où avec votre équipe, où-partiriez vous ?

Je resterai à Paris, je suis né à Paris, j’ai eu la chance de voyager à travers le monde pendant mes années d’études et il n’y a pas un endroit plus merveilleux que notre ville lumière.

Happy Friday !

Friday Booster est l’interview des start ups qui boostent le pouvoir d’achat des Français. Cette interview est proposée par Réassurez-moi, le premier service digital pour trouver son assurance de prêt immobilier au meilleur taux.

Friday Booster #76 : La Carte des Colocs

Friday Booster vous fait découvrir chaque vendredi ces entreprises d’aujourd’hui qui permettent de rendre du pouvoir d’achat aux français avec une idée originale. Aujourd’hui, nous vous présentons La Carte des Colocs !
La Carte des Colocs est un site de recherche de colocations innovant et gratuit lancé en 2013 par 3 entrepreneurs alsaciens.

Comment vous est venue l’idée de créer cette entreprise ?

C’est Raphaël Pflieger, fondateur et développeur du site, qui eu l’idée de La Carte des Colocs. Rentré d’un long voyage en Australie en 2012, il cherchait alors une colocation d’urgence en France, et fit ce constat désolant : tous les sites spécialisés dans la colocation sont payants et technologiquement dépassés (résultats par liste, aucune méthode de mises en favoris, aucune possibilité de localisation de l’annonce). C’est en novice du code et en autodidacte que Raphaël a alors appris les langages nécessaire à la création d’un nouveau site basé sur la géolocalisation des annonces (basé sur l’API Google Maps). Plusieurs mois d’apprentissage de la programmation lui ont été nécessaires pour finaliser une béta test, qu’il allait nous présenter, à moi (Thibaut) et Gaëtan, ses 2 futurs associés. Devant l’innovation indéniable, la simplicité d’utilisation du site, et la possibilité d’en faire un nouvel outil pour tous les futurs colocataires, nous n’avons pas hésité une seule seconde : nous avons lancé une SAS en Juin 2013.

Que proposez-vous comme service ?

Nous proposons un nouvel outil de recherche de colocations partout en France, qui a plusieurs avantages :

  • L’optimisation du temps et de la précision de recherche grâce à des fonctionnalités comme la géolocalisation (l’aspect géographique est fondamentale dans la recherche d’un logement, nous en avons fait un point d’orgue (d’où le nom La Carte des Colocs), la mise en favoris des annonces, l’alerte-mail, l’affichage de points d’intérêts dans les grandes villes (tram, universités, bars, etc.), l’écriture d’un message-type, etc.
  • La gratuité, qui est à la base de notre philosophie !
  • La recherche d’une colocation.

Quelle est votre valeur ajoutée la plus innovante ?

L’optimisation de la recherche par carte : aucune latence dans la navigation (le temps d’affichage des annonces sur la carte est minime) et l’interaction avec la carte (les annonces s’ouvrent directement sur la carte, sans redirection de page).

À quel marché vous attaquez-vous ? Est-ce une profession réglementée ?

Nous sommes devenus le principal site de recherche de colocations en France, et nous sommes fiers d’avoir apporté simplicité et gratuité à un grand nombre de français qui galèrent à payer des loyers exorbitants. Nous sommes, concrètement, un site de mise en relation sur internet, nous ne sommes donc pas une profession réglementée comme les agents immobiliers. Nous sommes soumis aux exigences de la CNIL, comme tous les sites internet.

Comment pensez-vous pouvoir rendre du pouvoir d’achat aux français ?

En utilisant La Carte des Colocs, les utilisateurs évitent de payer des forfaits Premium qui coutent entre 30 et 60€/mois sur les sites concurrents pour simplement avoir accès aux coordonnées des annonceurs. Il faut savoir que la demande de colocation est nettement supérieure à l’offre, il y a donc une « guerre » pour contacter les annonceurs. Beaucoup de sites en profitent pour faire payer l’accès aux coordonnées des annonceurs… Utiliser La Carte des Colocs, c’est pouvoir contacter tous les annonceurs gratuitement.

Qui sont vos principaux concurrents ?

Appartager qui est sur le marché de la colocation depuis longtemps, ainsi que Le Bon Coin, site généraliste qui concentre aussi un grand nombre d’offres de colocation.

Avez vous subi des menaces ? Des pressions de la part des acteurs en place (concurrents, syndicats professionnels, pouvoirs publics…) ?

Non, jamais.

Où en êtes-vous dans votre développement ?

La Carte des Colocs continue de croitre en audience en France, et nous sommes sur le point de nous étendre en Europe.

La plus grande satisfaction que vous ayez eue en tant qu’entrepreneur ?

Le fait de voir que le site est connu et aide un grand nombre de personnes au quotidien. Et également l’indépendance, le sentiment de liberté, le fait de travailler avec ses amis, d’avoir construit quelque chose ensemble et d’avoir, d’une certaine manière, réussi un pari (qui n’est jamais réellement atteint puisque tout reste à faire 🙂 ).

Si vous pouviez choisir de travailler n’importe où avec votre équipe, où-partiriez vous ?

Au Portugal, en Italie, sur les îles grecques… Bref, proche de la mer et avec une température agréable, histoire de tirer une rallonge et d’installer le bureau sur la plage 🙂 Pour Raphaël, je pense que ce serait plutôt Rio de Janeiro et Gaëtan Colombey-les-Deux-Eglises  😉

Happy Friday !

Friday Booster est l’interview des start ups qui boostent le pouvoir d’achat des Français. Cette interview est proposée par Réassurez-moi, le premier service digital pour trouver son assurance de prêt immobilier au meilleur taux.