Assurance habitation et coronavirus : 226 millions d’euros économisés par les assureurs

Mis à jour le 23 juin 2020 par Antoine Fruchard 

Mesures de confinement, télétravail permanent, résidences principales désertées du jour au lendemain : le déploiement de la phase 3 dans la lutte contre le virus Covid-19 a profondément modifié le rapport des français à leur logement, avec pour effet une importante baisse des sinistres habitation.

Si les assureurs sont beaucoup moins sollicités depuis quelques semaines, les primes des contrats d’assurance habitation n’ont pas été allégées pour autant.

Nous avons modélisé la baisse de la sinistralité enregistrées au cours de l’épidémie. Consultez ces chiffres exclusifs sur notre carte interactive et découvrez les régions les plus épargnées par les cambriolages depuis le début du confinement.

– de 38% 38 à 45% + de 45%


Baisse moyenne de cambriolages pendant le confinement :
-75%

Baisse moyenne des dégâts des eaux pendant le confinement :
-30,5%

Plus forte baisse des cambriolages :
Occitanie

Plus forte baisse des dégâts des eaux :
Centre-Val de Loire

Evolution des déclarations de sinistres de l’assurance habitation (cambriolages et dégâts des eaux) en France, du 17 mars 2020 au 11 mai 2020.

Confinement : les sinistres habitation en très nette baisse

La présence quasi permanente des citoyens français à leur domicile, ainsi que de leur voisinage, a permis d’éviter aux sinistres de prendre leur ampleur habituelle. Freinés par le confinement, les vols à domicile ont enregistré des baisses records par endroits, faisant chuter les chiffres du cambriolage de façon spectaculaire durant cette période.

Ainsi, les vols ont baissé de 75,1 % durant le confinement, passant de 920 sinistres par jour en France, à 229 en moyenne ces dernières semaines.

Par conséquent, les assureurs ont pu réaliser jusqu’à 75 % d’économies uniquement sur la garantie « vol » des contrats de multirisque habitation (MRH).

Mais cette diminution de la sinistralité ne se cantonne pas uniquement aux cambriolages, les autres sinistres d’assurance habitation (incendie, dégât des eaux) ont aussi enregistré une nette diminution.

Confinés, les français ont en effet pu réagir rapidement en cas de sinistre et ainsi éviter l’aggravation d’éventuels dégâts (incendie qui se propage, fuite d’eau qui s’éternise…). Ils ont également pu réaliser de nombreux travaux d’entretien et de rénovation à domicile. Des actions préventives qui ont sans aucun doute contribué à éviter un certain nombre de sinistres. 

Le tableau ci-dessous illustre cette baisse de la sinistralité durant le confinement :

Types de sinistresNombre de sinistres / jour avant le Covid *Estimation du nombre de sinistres / jour pendant le Covid Evolution
Incendies580424– 26,8 %
Cambriolages920229– 75,1 %
Dégâts des eaux4 0302 800– 30,5 %
Sinistres causé par un tiers (Responsabilité civile)1 100333– 69,7 %
*Source : Fédération Française de l’Assurance

Baisse de la sinistralité, une aubaine pour les assureurs ?

En 2018, le montant des prestations d’assurance habitation était estimé à 6,7 milliards d’euros, selon la FFA. D’après nos estimations, ce sont donc près de 226 millions d’euros qui ont pu être économisés par les assureurs pendant la pandémie Covid-19.

Cette économie se répartit comme suit selon les sinistres :

Type de sinistresIndemnisation moyenne par sinistreMontant économisé durant le confinement
Incendies7 280 euros62,5 millions d’euros
Cambriolages1 796 euros68,2 millions d’euros
Dégâts des eaux1 140 euros77,1 millions d’euros
Sinistres causé par un tiers (Responsabilité civile)440 euros18,5 millions d’euros

Le confinement pourrait impacter durablement assureurs et assurés

Chez Réassurez-moi, nous pensons que ce confinement pourrait avoir un réel impact sur le montant des prestations d’assurance habitation, grâce notamment :

  • aux petits travaux d’entretien et de rénovation réalisés à domicile ;
  • à la vigilance des assurés, qui ont développé de nouveaux liens entre voisins ;
  • à plus de télétravail, soit une présence plus régulière au domicile (80 % des cambriolages ont lieu en journée selon le ministère de l’intérieur).

Ces nouvelles habitudes auront selon nous un impact significatif sur le nombre de sinistre, notamment concernant les incendies et les cambriolages. De quoi faire des économies conséquentes du côté des assureurs puisque moins de sinistres = moins de prestations de remboursement. 

En France, les primes d’assurance habitation sont en augmentation constante (hausse de 34 % en 10 ans selon le cabinet Facts & Figures) et représentent un coût important pour les ménages. Si les assureurs sont dans leur droit quant aux économies réalisées, on peut s’interroger sur le rôle social qu’ils ont à tenir au cours de cette crise.

Des mouvements de solidarité spontanés de la part de certains assureurs auto – allégeant les primes d’assurance suite à la chute considérable des sinistres automobiles – ayant été observés, il est possible de se demander si des mesures similaires seront mises en place pour l’assurance habitation. Il serait logique que les primes baissent dans les années à venir, ou a minima qu’elles stagnent, étant uniquement impactées par la hausse du risque des événements climatiques.

Méthodologie

Pour estimer les économies des assureurs, nous avons travaillé avec nos 18 partenaires gestionnaires qui nous ont fourni anonymement les sinistres de la période du 17 mars au 11 mai sur un ensemble de 545 560 assurés. En comparant les différentes baisses, nous avons pu évaluer les moyennes pour chaque sinistre. Ensuite, à partir du montant des prestations selon la Fédération Française de l’Assurance en 2018, nous avons pu estimer les économies des différents sinistres lors de ces 55 jours de confinement.

Il est nécessaire de remplir ce champs.
Votre nom est requis.