Assurance de prêt immobilier et diabète


diabetesbluecircle

Le diabète est considéré par les assureurs de prêt immobilier comme un risque aggravé. Cela peut amener les compagnies à demander une surprime ou à pratiquer des exclusions dans les garanties. La nature du diabète (diabète type 1 ou diabète type 2) va impacter sur la décision médicale ainsi que le type de diabète (si vous êtes diabétique insulino dépendant ou non).

Il est important de faire jouer la concurrence car les grilles de tarification peuvent être très différentes d’une assurance à l’autre. Par expérience, les contrats des banques ne sont pas les plus compétitifs financièrement parlant, ni ceux qui acceptent le plus facilement les risques médicaux : c’est pourquoi choisir un assureur externe est la solution la plus commune pour les emprunteurs ayant un problème de santé.
Sachez aussi que si vous avez déjà une assurance de prêt et que vous avez signé votre offre de prêt il y a moins d’un an, vous pouvez bénéficier de la loi Hamon et changer à tout moment et sans frais la première année. Si le délai est passé, vous pouvez aussi (à partir du 1er janvier 2018) résilier à date d’anniversaire votre assurance emprunteur.

Pour avoir des conseils généraux, vous pouvez consulter notre page dédiée Assurance de prêt immobilier et maladie.

Le questionnaire de santé pour un diabètique


Vous trouverez ci-dessous des conseils spécifiques pour répondre au questionnaire de santé d’assurance prêt immobilier en cas de diabète afin de vous aider à préparer au mieux votre dossier.

Je vais vous surprendre mais pour l’assureur, le diabète est une maladie vasculaire. En effet, même si le médecin conseil vous demande la date d’apparition de votre diabète, le traitement que vous suivez, les derniers résultats de votre hémoglobine glyquée (HbA1C), il s’intéressera surtout aux complications que vous pouvez présenter au niveau du réseau artériel des petits ou gros vaisseaux.

Il faudra lui fournir :

– le dernier bilan cardio-vasculaire : mesure de la TA, électrocardiogramme, épreuve d’effort, échographie…

– le dernier bilan chez l‘ophtalmologiste, avec le fond d’oeil qui doit être fait chaque année.

– le dernier bilan rénal : résultat de la recherche de microalbuminurie (si celle-ci est positive, on a pu vous demander de faire une recherche de cette microalbuminurie sur les urines de 24 heures) et de votre prise de sang mensuelle associant le dosage de l’HbA1C, et les résultats de l’ionogramme et de la  clearance de la créatine que votre médecin vous demande deux à trois fois par an.

Vous avez remarqué que votre médecin traitant, à chaque renouvellement d’ordonnance, tâte vos artères des membres inférieurs, vous chatouille les pieds avec un petit filament, teste vos réflexes rotuliens et achiléens : il recherche des signes de neuropathie diabétique et, au moindre doute, aura demandé un doppler des artères des membres inférieurs (joindre à votre dossier le compte-rendu du spécialiste).

Vous pourrez être surpris que, sur le questionnaire spécifique diabète, on vous pose la question d’éventuels :

– troubles de la fonction urinaire (fuites, incontinence, impériosité)

– troubles du transit intestinal (diarrhée, constipation)

– troubles de la fonction sexuelle.

Là encore, ce sont des complications du diabète.

Quel taux d’assurance prêt immobilier pour un diabetique ?


Le taux d’assurance va dépendre du devis initial que vous pouvez obtenir rapidement sur notre comparateur d’assurance de prêt. Ce qui va déterminer le taux c’est la décision du médecin de l’assurance après avoir examiné votre dossier. Si vous avez une surprime en raison de votre diabète, il faudra alors l’appliquer au taux d’assurance emprunteur. Par exemple, si votre devis initial est de 35€ / mois et que vous avez une surprime de 100%, alors la cotisation mensuelle proposée sera de 70€ / mois.

Cette décision dépendra :

– de la date d’apparition de la maladie,

– de votre type de diabète : Insulino-Dépendant (DID) ou Non Insulino-Dépendant (DNID),

– de la présence ou non de complications.

S’il s’agit d’un DID bien équilibré, vous aurez une surprime entre 100 et 150 % sur la garantie décès, avec soit un refus des garanties IT et PTIA, soit une exclusion des suites et des complications du diabète (cardiaques, vasculaires, ophtalmologiques, rénales, cutanées…)

S’il s’agit d’un DNID récent bien équilibré, vous aurez une surprime de 75 à 100 % sur la garantie décès, avec exclusion pour les garanties IT et PTIA des suites et des complications du diabète.

Si votre diabète (DID ou DNID) est mal équilibré, la surprime sur la garantie décès se situera autour de 150 à 200 %, avec refus des garanties IT et PTIA.

Si vous avez des complications importantes, cela risque d’être un refus pour les trois garanties.

Trouver une assurance de prêt adaptée à cette pathologie
Questionnaire médical 100% en ligne – Assureurs spécialisés – Forte réactivité

Comment assurer son prêt avec ce risque médical ?