Assurance de prêt immobilier et dépression


Ne sommes-nous pas tous un peu dépressif ? En effet, qui de nous n’a jamais eu ce « vague à l’âme », cette tristesse qui nous mine parfois ? Mais il y a une grande différence entre cet épisode passager et le syndrome dépressif sévère, qui nécessite un traitement permanent suivi, régulier et même hospitalisation. C’est ce qui intéresse le médecin conseil et qui lui permettra de tarifer votre dossier.

La dépression peut être considérée par les assureurs de prêt immobilier comme un risque aggravé (tout dépend si c’est un peu anxiété ou une vraie dépression nerveuse ou dépression bipolaire). Cela peut amener les compagnies à demander une surprime ou à pratiquer des exclusions dans les garanties (par exemple, si vous avez déjà fait plusieurs tentatives de suicide). En effet, les lombalgies font partie des pathologies du dos, et rentrent donc dans la catégorie des maladies « non objectivables », qui font partie des exclusions des assurances de prêt immobilier. Cependant, cette exclusion peut être rachetée !

Il est important de faire jouer la concurrence car les grilles de tarification peuvent être très différentes en fonction des assurances. Par expérience, les contrats des banques ne sont pas les plus compétitifs financièrement parlant, ni ceux qui acceptent le plus facilement les risques médicaux : c’est pourquoi choisir un assureur externe à la banque auprès de laquelle vous avez souscrit votre emprunt est la solution la plus commune pour les emprunteurs ayant un problème de santé.

Sachez aussi que si vous avez déjà souscrit à un contrat d’assurance de crédit immobilier, vous pouvez bénéficier de la loi Bourquin et résilier à date d’anniversaire votre assurance emprunteur, sans frais , que ce soit au moment de la signature de votre offre de prêt ou en cours de prêt.

Pour avoir des conseils généraux, vous pouvez consulter notre page sur l’assurance prêt immobilier quand on est malade.

Vous trouverez ci-dessous des conseils spécifiques pour répondre au questionnaire de santé d’assurance prêt immobilier en cas de dépression afin de vous aider à préparer au mieux votre dossier.

 

Déclarer une dépression dans un questionnaire de santé d’assurance emprunteur


Il existe le syndrome dépressif réactionnel lié aux évènements de la vie familiale et professionnelle : après une séparation amoureuse, un divorce, un décès et parfois même une naissance, un syndrome dépressif est tout à fait compréhensif. Même si vous avez été sous traitement pour cette forte anxiété professionnelle quelques semaines (suite à un burn-out) et avez été suivi par un psychiatre, un tarif normal pour toutes les garanties vous sera sans doute proposé surtout s’il s’agit d’une histoire ancienne et si vous n’avez jamais eu de récidives.

Les dépressions d’origine professionnelle sont hélas de plus en plus fréquentes. Là aussi, si après avoir été bien suivi, après avoir changé d’entreprise, vous êtes totalement guéri, le dossier devrait être accepté au tarif normal sans risque aggravé mais peut être avec des exclusions des maladies neuro-psychologiques ou psychiatriques. Je vous conseille pour ces deux cas, un mot à l’attention du médecin conseil pour lui parler de cet évènement ancien.

Quelle va être la décision du médecin conseil ?

Vous avez une dépression chronique avec des poussées plus ou moins importantes malgré l’entourage affectueux de votre famille, votre réussite professionnelle et l’absence de difficultés financières ; vous avez toujours besoin d’être suivi par un psychiatre ou par votre médecin traitant et vous prenez un traitement en permanence depuis des années. Il est vraisemblable que le médecin conseil retiendra pour ce type de dépression nerveuse profonde un risque aggravé entre 50 et 150% et fera une exclusion de votre maladie pour les garanties invalidité et arrêt de travail.

Si votre syndrome dépressif rentre dans le cas d’une maladie bipolaire comme beaucoup de célébrités, votre risque aggravé sur la garantie décès se situera entre 100 et 150% et tout dépendra du nombre de poussées que vous avez faites et des hospitalisations.

Vous avez été hospitalisé pour un épisode de mélancolie ou maladie mélancolique. Si la poussée est récente, et si vous avez un traitement continu, aucune des garanties ne vous sera accordée. Vous devrez attendre au moins 5 ans après le dernier épisode et ne plus avoir de traitement.

Si vous avez fait une tentative de suicide, la compagnie d’assurance peut vous envoyer un questionnaire à faire remplir par votre médecin traitant. Le plus souvent, vous ne serez pas accepté avant 2 ans. Je vous conseille en plus d’écrire un mot au médecin conseil pour expliquer la genèse de ce triste accident : appel à l’aide ou épisode rentrant dans la dépression d’une bipolarité. Selon les cas, la réponse du médecin conseil pourra varier.

Comme le meilleur médecin pour cette maladie est vous même, écrivez un courrier à la cellule médicale de l’assureur afin qu ‘il comprenne mieux l’impact de la maladie sur vous même et pour qu’il vous propose le tarif le plus juste.

 

Trouver une assurance de prêt adaptée à cette pathologie
Questionnaire médical 100% en ligne – Assureurs spécialisés – Forte réactivité

Comment assurer son prêt avec ce risque médical ?

Laisser un commentaire