Où trouver une assurance dépendance ?

L’assurance dépendance est un contrat qui vous garantit, si vous perdez un jour votre autonomie, de toucher une rente mensuelle ou un capital unique. S’agissant d’un produit de prévoyance, vous verserez chaque mois une cotisation à l’assureur, à charge pour lui de vous octroyer la rente viagère si le risque survient. De nombreux éléments sont alors à prendre en compte lors de la sélection de votre contrat. Le montant des cotisations est bien entendu un critère important, mais c’est loin d’être le seul.
Comment choisir la meilleure assurance dépendance ? Comment obtenir des devis compétitifs ? Sur quels points faut-il les comparer ? Réassurez-moi vous donne les clés pour faire le meilleur choix.

L’assurance dépendance est un contrat qui vous permet d’anticiper l’éventualité où vous deviendriez un jour dépendant. Tous les mois, vous payez une prime à l’assureur, dès la souscription. En contrepartie, il s’engage à vous verser une rente viagère si votre dépendance partielle ou totale est un jour constatée, par exemple à la suite d’une maladie ou d’un accident. Si celle-ci ne survient jamais, l’argent aura été versé à « fonds perdus », comme pour tout contrat de prévoyance.

Alors comment trouver la meilleure assurance dépendance ? En réalité, il n’existe aucun contrat qui est « dans l’absolu » meilleur que tous les autres sur le marché. En effet, la proposition d’une banque ou d’une mutuelle pourra être très intéressante pour vous, mais pas forcément pour votre voisin. La raison est simple : chaque contrat est personnalisé, au vu de vos attentes et de votre profil.

Le meilleur contrat sera donc celui qui, pour vous, présente le meilleur rapport qualité de la couverture / prix.

Afin de choisir le bon, ne vous précipitez pas forcément sur le moins cher ! De nombreux autres critères entrent en ligne de compte, tels que les garanties incluses (rente, capital…), les options, les modalités de souscription, la définition de la dépendance pour l’organisme…

La meilleure pratique, afin d’adhérer à l’assurance dépendance la plus adaptée à vos besoins, est de comparer plusieurs offres disponibles sur le marché.

Commencez par faire un point sur vos besoins

Avant d’étudier plusieurs offres d’assurance dépendance, il paraît logique de définir exactement ce que vous attendez en termes de couverture. Si un jour vous êtes dépendant (que cette situation soit d’ordre physique, psychique…), que souhaitez-vous comme prestations ?

Voici ce qu’un contrat d’assurance dépendance peut « vous offrir » si la dépendance survient un jour :

  • Une rente viagère : de quel montant aurez-vous besoin chaque mois ? Selon les contrats, vous pourrez choisir une somme allant de 100 € à 3 000 € mensuels.
  • Un capital : certains contrats ne prévoient pas de rente, mais le versement d’un capital, facilitant la prise en charge de la dépendance. Si c’est cette garantie qui vous intéresse, déterminez le niveau de capital attendu (10 000 € ? 20 000 € ?…).
  • Un capital installation ou aménagement : celui-ci est débloqué en complément de la rente, mais il s’agit bien sûr d’une option – en général – payante.
  • Des prestations d’assistance : que ce soit pour l’assuré dépendant (l’aidé) ou ses proches (les aidants), la plupart des contrats d’assurance dépendance prévoient des prestations en nature destinées à faciliter le quotidien (aide ménagère, livraison de médicaments, garde des enfants…).

Certains contrats proposent une option : si la dépendance ne survient jamais, les proches de l’assuré recevront, à son décès, un capital calculé sur la base des cotisations versées.

Comment définir le « juste » niveau de rente dépendance ? Tout dépend de ce que vous comptez faire si cela arrive un jour : rejoindre un Ehpad, être maintenu à domicile… La dépendance coûte malheureusement cher, quelle que soit la solution choisie.

Une autre question à vous poser est celle-ci : à partir de quel niveau de dépendance souhaitez-vous toucher votre rente (ou le capital) ? Si vous optez pour un déblocage de la rente en cas de dépendance totale ou partielle, cela vous reviendra plus cher, en termes de cotisations, que si la rente n’est versée qu’en cas de dépendance totale.

Comment obtenir des devis d’assurances dépendance ?

Vous pourrez souscrire à une assurance dépendance auprès de nombreux établissements. Il sera notamment possible de vous tourner vers :

  • Des compagnies d’assurance
  • Des établissements bancaires
  • Des institutions de prévoyance
  • Des mutuelles

Le marché de l’assurance dépendance est dense. Les offres sont très nombreuses, et toutes ne se valent pas. Plutôt que de demander des devis un à un en agence ou en ligne, la meilleure pratique reste de mettre rapidement en concurrence plusieurs devis / simulations, en ayant recours à un comparateur d’assurances dépendance en ligne.

Réassurez-moi a développé son propre outil. Nous l’avons pensé anonyme, ludique et, bien sûr, sans engagement. Il est en outre 100 % gratuit.

L’utilisation de notre comparateur d’assurances dépendance en ligne est très simple : vous remplissez un unique formulaire, afin de préciser votre profil et vos attentes (montant de la rente, capital, prestations d’assistance…). Notre outil sonde ensuite le marché à votre place, afin de vous présenter les contrats les plus compétitifs, sur la base de critères neutres et objectifs : qualité des garanties, niveau de dépendance accepté, formalités d’adhésion…

Vous accédez ainsi rapidement aux informations essentielles de chaque contrat. Cette mise en concurrence simplifiée vous permet, au final, de souscrire en ligne à l’assurance dépendance la plus adaptée à vos besoins.

Notre équipe d’experts de l’assurance dépendance peut vous accompagner dans votre choix. Contactez-nous au besoin !

Quel est le juste prix d’une assurance dépendance ?

Le tarif de l’assurance dépendance, c’est-à-dire le montant des cotisations mensuelles, est évidemment un critère important lorsqu’il s’agit de choisir son assurance dépendance.

Sachez que les cotisations sont calculées sur la base de 3 critères principaux :

  • Votre âge au moment de la souscription (ainsi que votre état de santé),
  • Le montant de la rente que vous souhaitez percevoir si un jour, vous devenez dépendant,
  • Le niveau de dépendance qui « déclenchera » le versement de la rente : dépendance totale seulement ? Dépendance totale ou partielle ?

Pour un même niveau de rente, les prix varient largement d’un contrat à l’autre (d’où l’intérêt de faire le comparatif entre plusieurs offres). Cela s’explique notamment par le fait que tous les organismes vendant ce type de prévoyance n’ont pas nécessairement la même définition de ce qu’est une dépendance totale, partielle ou légère.

Plus vous êtes âgé, plus la cotisation mensuelle sera élevée, puisque vous représentez un « risque » plus important pour l’assureur. En outre, vous cotiserez moins longtemps avant la potentielle survenance de la dépendance.
Alors, quand souscrire à une assurance dépendance ? Adhérer à cette prévoyance « trop jeune » (aux alentours de 50 ans) n’est probablement pas la meilleure solution non plus, car vous devrez vous acquitter des cotisations pendant de nombreuses années.

La meilleure assurance dépendance est donc celle qui, pour un budget que vous trouvez raisonnable, vous offre le meilleur niveau de rente et les garanties d’assistance les plus complètes.

À titre d’exemple, voici les prix moyens constatés pour un souscripteur souhaitant une rente viagère de 500 euros par mois en cas de dépendance (cotisation à l’année) :

Rente versée si dépendance totale

Rente versée si dépendance totale ou partielle

En cas d'adhésion à 60 ans

250 €

570 €

En cas d'adhésion à 65 ans

310 €

710 €

En cas d'adhésion à 70 ans

400 €

950 / 1000 €

Le montant des cotisations est défini au départ, lors de la signature. Celles-ci seront toutefois revalorisées régulièrement, selon l’indice retenu par la compagnie (Agirc / Arcco, inflation, plafond de la Sécurité sociale…). Voilà un autre point important auquel être attentif.

Quelles garanties choisir dans son assurance dépendance ?

Tout dépend de ce que vous souhaitez si vous êtes un jour en situation de dépendance. Il vous faudra faire votre choix au moment de la souscription du contrat. Ce choix vous appartient.

La plupart des polices disponibles prévoient le versement d’une rente viagère, non imposable, destinée à aider l’assuré à supporter financièrement cette perte d’autonomie. Celle-ci peut être accompagnée du versement d’un capital unique d’ « installation » ou d’ « aménagement ». L’intérêt de la rente est qu’elle est régulière : elle vous permettra par exemple de financer votre place en Ehpad ou en établissement spécialisé, et ainsi d’alléger vos proches qui auraient pu avoir à payer à défaut. 

Dans certains contrats, cette rente pourra être transformée en capital. Quelques assureurs proposent en outre une option intéressante : si le risque (la dépendance) ne survient jamais, un capital sera versé aux proches de l’assuré défunt.

D’autres contrats ne fonctionnent pas sur un principe de rente, mais vous versent un capital (que vous déterminez au départ), de quelques milliers – ou dizaines de milliers – d’euros en cas de dépendance. Le capital permet quant à lui plutôt de financer les frais d’aménagement du domicile de l’assuré s’il devient dépendant.

De plus, vérifiez bien l’étendue des prestations d’assistance prévues dans votre contrat. Celles-ci seront très variables d’une police à l’autre, mais elles s’avèrent être une aide non négligeable pour la personne dépendante et pour ses aidants.

Enfin, autre critère très important : la définition de la dépendance pour l’assureur : totale, partielle, légère. Se basera-t-il sur les AVQ (actes de vie quotidienne) comme la MACIF ou sur la grille AGGIR (Autonomie Gérontologie Groupe Iso Ressources) comme Harmonie mutuelle ?

Attention aux délais de carence et de franchise

Ces deux types de délai sont très importants. Afin de connaître ceux prévus dans votre contrat, reportez-vous aux conditions générales de la police qui vous intéresse.

Par définition, un délai de carence (ou délai d’attente) est la période suivant la souscription pendant laquelle les garanties ne seront pas encore actives. Concrètement, si l’assuré devient dépendant pendant celle-ci, il ne percevra pas la rente. Les cotisations restent à payer dès la souscription et pendant toute la durée du(des) délai(s) prévu(s).

Le délai de carence d’une assurance dépendance peut aller, d’un contrat à l’autre, d’un à 3 ans. Il pourra en outre y en avoir plusieurs, selon la cause de la maladie entraînant la dépendance.

À titre d’exemple, pour le contrat d’AG2R La Mondiale, le délai d’attente est d’un an en cas de maladie et de 3 ans en cas d’affections neuro-dégénératives.

Si la dépendance est générée par un accident, il n’y aura pas de délai de carence : l’assuré recevra la rente deux mois après la signature, car par définition, un accident ne se prévoit pas.

Autre élément important à vérifier avant de finaliser toute souscription : le délai de franchise. Il s’agit là de la période pendant laquelle, une fois la situation de dépendance reconnue par l‘assureur, la rente ne sera pas versée.

Ce délai est en général de 90 jours. Au 4ème mois, la rente sera débloquée et sera ensuite versée mensuellement jusqu’au décès de l’assuré.

Quelles sont les formalités d’adhésion à une assurance dépendance ?

La souscription à une assurance dépendance peut être réalisée en agence (banque à guichet, agent d’assurance…) ou en ligne. Réassurez-moi vous permet, une fois que vous avez trouvé le bon contrat, d’y souscrire directement sur notre site et de bénéficier ainsi d’offres négociées pour vous.

L’âge minimum d’adhésion dépend de la police. Pour certaines, il sera de 18 ans. Pour d’autres, il tournera plutôt autour de 40/50 ans.

Les documents demandés (en dehors de ceux d’ordre médical) sont : le formulaire d’inscription (en version papier ou dématérialisé), justificatif d’identité, et relevé d’identité bancaire.

Concernant les formalités médicales, sachez que si vous avez moins de 50 ans, vous devrez simplement fournir – en principe – une déclaration d’état de santé.

Au delà de 50 ans, les règles dépendront de l’assureur. Pourront vous être demandés :

  • La complétude d’un questionnaire de santé, composé de quelques questions sur votre état de santé au jour de la signature (existence ou non d’une affection longue durée, d’une maladie de type diabète, traitements médicaux en cours, historique médical…),
  • Un examen médical, dans certains cas, passé un certain âge.

Parfois, votre âge ou votre état de santé pourra justifier un refus d’adhésion par l’assureur. Il vous faudra alors vous tourner vers un autre organisme. Il est également fréquent qu’un problème de santé préexistant entraîne une surprime importante.