Friday Booster #30 : Inspeer

Le 26/06/2015

Friday Booster vous fait découvrir chaque vendredi ces entreprises d’aujourd’hui qui permettent de rendre du pouvoir d’achat aux français avec une idée originale. Aujourd’hui, on vous présente Inspeer, l’économie collaborative pour les assurances.

friday booster inspeer

Comment vous est venue l’idée de créer cette entreprise ?

Louis de Broglie (LdB) : Comme bien souvent, le déclic est venu après un événement banal. Nous étions 5 amis pour louer une voiture pour partir en vacances, et nous avions le choix entre 2 contrats d’assurance: l’un avec une franchise élevée à un prix abordable, l’autre sans franchise mais très chère. Comme nous étions 5, nous nous sommes dit que nous pouvions nous partager la franchise en cas de sinistre et avons donc pris la première option.

Je me suis alors posé la question d’avoir cette possibilité à tout moment. La franchise moyenne en France est de 300 € en automobile et 250 € en habitation. Pour une catastrophe naturelle, la franchise réglementaire s’élève à 380 € quel que soit le contrat. Le besoin est donc réel.

Emmanuelle Mury m’a rejoint sur le projet et ensemble, on a lancé Inspeer : le 1er site français adaptant l’économie collaborative à l’assurance.

Que proposez-vous comme service/produit ?

LdB : Ouvert à tous, le site Inspeer permet de mutualiser vos franchises d’assurance auto, moto et habitation avec vos proches, et ce, sans changer de contrat d’assurance.

Sur le principe, l’utilisateur demande à ses proches de contribuer à sa franchise lorsqu’il aura un sinistre, et comme Inspeer s’appuie sur la réciprocité, il s’engage à contribuer à leur franchise de manière équivalente quand eux-mêmes auront un sinistre.

Emmanuelle Mury (EM) : Le système est très facile d’utilisation et ne nécessite aucune démarche auprès de son assureur.

L’utilisateur choisit les personnes avec qui il souhaite « mutualiser » sa franchise, et pour chacune d’entre elles, il fixe un montant de participation réciproque en cas de sinistre. Lors d’un sinistre, il le déclare à son assureur puis il charge le justificatif sur le site. Inspeer se charge ensuite de la collecte auprès de ses partenaires et il n’a plus qu’à récupérer ses fonds.

Quelle est votre valeur ajoutée la plus innovante ?

Nous transposons l’économie collaborative et les réseaux sociaux au monde de l’assurance. En apportant des valeurs de partage, de responsabilisation, de soutien à un domaine souvent synonyme de dépenses, nous souhaitons apporter un nouveau souffle à l’assurance.

Par ailleurs, en plus du service de mutualisation de franchise, nous avons mis en place un algorithme permettant aux utilisateurs d’analyser leur sinistralité, c’est-à-dire le risque statistique d’avoir un sinistre, à travers leurs contrats.

À quel marché vous attaquez-vous ? Est-ce une profession réglementée ?

Nous nous attaquons au marché de l’assurance. Néanmoins, nous n’avons pas vocation à remplacer les assureurs traditionnels mais plutôt à compléter et améliorer leurs produits. Il est onéreux pour les assureurs de s’occuper des petits sinistres. Ces sinistres coûtent chers en gestion alors qu’ils peuvent être couverts par les proches de l’assuré. Nous permettons ainsi aux assurés de réduire leurs frais d’assurance et aux assureurs de se concentrer sur les gros sinistres.

Bien entendu, le marché de l’assurance est réglementé. Néanmoins, notre service qui repose sur un engagement moral entre les utilisateurs s’apparente à du crowdfunding de don. Nous avons présenté notre modèle au régulateur qui partage notre vision.

Comment pensez-vous pouvoir rendre du pouvoir d’achat aux français ?

Non seulement, la mutualisation de franchise permet de faire face à ces frais bien souvent synonymes de mauvaise surprise, mais la franchise peut aussi être un levier pour négocier des contrats d’assurance moins chers. En effet, plus vous augmentez votre franchise, plus vous pouvez faire baisser vos cotisations auprès de votre assureur.

De plus, ce système pousse à la responsabilisation des utilisateurs via le système de couverture réciproque. Il est plus difficile de frauder ou d’être négligent quand on se couvre avec des proches !

Qui sont vos principaux concurrents ?

Aujourd’hui, Inspeer est le seul acteur de l’assurance collaborative en France. A l’étranger, Friendsurance (Allemagne), Guevara (UK) proposent eux aussi à leurs façons des solutions de mutualisation d’assurance.

Avez vous subi des menaces ? Des pressions de la part des acteurs en place (concurrents, syndicats professionnels, pouvoirs publics…) ?

Non, pas du tout, nous essayons d’être très transparents vis à vis des pouvoirs publics et eux-mêmes sont très à l’écoute. Nous nous positionnons également en partenaire des assureurs et nous avons pour le moment de bons rapports avec eux. Nous espérons d’ailleurs pouvoir annoncer dans les mois qui viennent des partenariats avec certains d’entre eux.

Où en êtes vous dans votre développement ?

Le service est en ligne depuis le mois de mars, nous espérons avoir le plaisir d’avoir d’autres nouvelles prochainement.

La plus grande satisfaction que vous ayez eue en tant qu’entrepreneur ?

LdB: Ma plus grande satisfaction est de voir des personnes qui croient en Inspeer et qui nous rejoignent dans notre aventure. Que ce soit des associés, des salariés, des investisseurs ou simplement des clients, c’est une très grande satisfaction de voir que ce que vous faites plaît.

Si vous pouviez choisir de travailler n’importe où avec votre équipe, où-partiriez vous ?

EM : Pour ma part, je resterais bien sur Paris où il y a quand même un fort esprit d’entrepreneuriat mêlé à une bonne qualité de vie mais j’aimerais bien découvrir des villes très actives sur l’entrepreneuriat par exemple Londres ou New York via notre internationalisation.

LdB : Paris, Londres ou New York sont des villes très excitantes qui me conviendraient tout à fait mais j’ai une petite nostalgie de Madrid où j’ai fais mon MBA. La qualité de vie y est fantastique, j’aime les pays chauds et j’y garde de très bons souvenirs. L’idéal pour moi serait plutôt de partager mon temps entre l’une de ces 3 villes et Madrid.

Friday Booster est l’interview des start ups qui boostent le pouvoir d’achat des Français. Cette interview est proposée par Réassurez-moi, le premier service digital pour réaliser son devis d’assurance de prêt immobilier et trouver l’offre la plus compétitive du marché. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez aussi intervenir. 

Obtenez un devis d'assurance de prêt immobilier
en moins de 30 secondes - un contrat accepté par votre banque - sans email ni téléphone

Votre devis