Friday Booster #50 : Hexagon-e

Le 29/04/2016

Friday Booster vous fait découvrir chaque vendredi ces entreprises d’aujourd’hui qui permettent de rendre du pouvoir d’achat aux français avec une idée originale. C’est Hexagon-e, la plateforme de Crowdbuilding, que nous avons souhaité mettre à l’honneur aujourd’hui !

Hexagon-e

Pouvez-vous revenir sur l’idée de création d’Hexagon-e ?

Garantissant des professionnels de l’acte de bâtir depuis plus de 15 ans nous avons constaté que depuis 2011, les conditions d’accès au crédit pour les TPE et les PME se sont considérablement durcies, notamment au regard des exigences de fonds propres. Pour les professionnels de la construction la situation est encore plus difficile, puisque les nouvelles normes d’urbanisme ont ralenti le rythme de montage des projets. Ces éléments conduisent à un défaut de capitaux disponibles, alors même que les projets présentés sont d’excellente qualité tant au niveau commercial, juridique, que technique. Nous nous sommes entourés, au sein du comité stratégique, de nombreux professionnels du métier (promoteurs, assureurs,…) qui participent à la bonne conduite des projets comme de la plateforme.

Quelle est votre valeur ajoutée la plus innovante dans votre offre ?

Nous sommes une plateforme de Crowdbuilding, c’est-à-dire une plateforme de Crowdfunding dédiée exclusivement à la promotion et construction immobilière. Nous proposons une mise en relation entre les promoteurs en manque de fonds propres et les investisseurs désirant soutenir un projet local créateur d’emplois et de logements via le Crowdfunding. Nous proposons divers projets de Crowdbuilding : – Des locaux commerciaux – Des logements – Des zones touristiques Nos projets peuvent être compris entre 30.000€ à 200.000€ de recherche de fonds pour un retour sur investissement compris entre 8 à 12% par an. Nos projets sont répartis sur l’ensemble du territoire français.

Quelle est votre valeur ajoutée la plus innovante ?

Nous avons décidé de nous cibler sur des promoteurs locaux, avec des projets à échelle humaine. Nos promoteurs permettent la création d’emplois sur l’ensemble du territoire français (1 logement construit c’est 1,6 emplois créés).

Nous sommes en capacité d’adresser cette clientèle de professionnels délaissés par nos concurrents et par le secteur bancaire, parce que nous avons développé une logique de fonctionnement « low cost ». Nous mettons l’accent sur la sécurisation et la sélection des projets, avec un mécanisme simple et clair, à savoir le recours à un contrat de prêt. Cela évite les structurations compliquées et onéreuses faisant intervenir des sociétés intermédiaires.

De plus notre limitation à 1000 € ou 2 000 € par investisseur par projet, limite le risque pour les investisseurs, et contraint ces derniers à diversifier ce qui améliore leur sécurité.

À quel marché vous attaquez-vous ? Est-ce une profession réglementée ?

Nous sommes dans le marché du Crowdfunding. En aucun cas nous ne nous comparons aux banques, si l’objet est de prêter des capitaux à des entreprises, nous sommes d’une dimension beaucoup plus réduite. Les établissements bancaires sont les centrales nucléaires du système financier, nous sommes les éoliennes.

Nous proposons à nos concitoyens de participer directement au développement de notre économie en favorisant des projets de TPE et de PME. Toute notre valeur ajoutée tient en la création de cette relation entre les entrepreneurs et la société civile.

Notre profession est réglementée :

  • Le statut CIP (Conseiller en Investissement Participatif) contrôlé par l’AMF
  • Le statut IFP (Investissement en Financement Participatif) régulé par L’ACPR.

Nous avons opté pour un statut IFP, qui permet à nos investisseurs d’investir 500 ou 1000 € sur chaque projet de la plateforme (face au succès rencontré et à un taux de risque faible ce plafond sera relevé prochainement à 2000 €).

En plus d’une réglementation nationale, nous sommes membre de la FPF (l’association pour le Financement Participatif France), ce qui nous permet de travailler en étroite collaboration avec les autres plateformes pour réglementer au mieux le marché pour les prochaines années.

Comment pensez-vous pouvoir rendre du pouvoir d’achat aux français ?

Avec le Crowdbuilding, les français peuvent participer activement à l’Économie Réelle en finançant des projets concrets à forte valeur et créatrice d’emplois.

Les épargnants savent dans quel projet ils investissent et où va leur argent.

Notre mécanisme de désintermédiation permet de transférer directement la valeur ajoutée aux citoyens, sous forme d’une rémunération évidemment, mais aussi grâce aux emplois créés.

Sur notre plateforme, avec 1 000 € investis, la rémunération nette après impôts est de 60 €, c’est un outil idéal pour se constituer un petit capital, ou un revenu d’appoint, surtout qu’il s’agit d’un placement d’une durée très courte.

Qui sont vos principaux concurrents ?

On pense immédiatement aux banques, mais aussi aux autres plateformes de crowdfunding, mais en réalité notre vrai challenge c’est de parvenir à changer l’état d’esprit de nos concitoyens, afin de les faire venir dans l’économie de proximité au lieu de souscrire des placements financiers obscurs, complexes et ce avec une force commerciale réduite.

Avez vous subi des menaces ? Des pressions de la part des acteurs en place (concurrents, syndicats professionnels, pouvoirs publics…)?

Des menaces non, une certaine forme de condescendance certainement. Mais passé ce premier instant, dès que nous avons l’opportunité d’expliquer notre modèle et nos valeurs, le regard de nos interlocuteurs change.

Il reste que la réglementation est très sévère à notre égard :

  • Le parcours que doit subir un investisseur potentiel est assez lourd, et même si cela est dans le but de le protéger, il me semble que pouvoir avoir connaissance du détail des offres avant de remplir le formulaire d’inscription serait plus adéquat.
  • La fiscalité, compte tenu de la faiblesse des montants, il serait adéquat qu’il y ait une petite franchise fiscale de 500 ou 1 000 € sur les revenus du Crowdfunding, cela serait équitable et accessible à tous – alors même que les exonérations fiscales existent avec les dispositifs ISF-PME, ou pour d’autres formes de placement.

Où en êtes-vous dans votre développement ?

Nous sommes encore en plein développement. Si nous sommes parvenus à soutenir plus d’une dizaine de projets depuis mars 2015, nous devons recruter de nouveaux membres en permanence. D’autre part nous devons également faire évoluer notre site internet pour le faire évoluer vers une interface plus ergonomique, nous avons été trop préoccupés par la sécurité et la fiabilité au détriment de l’expérience du client.

La plus grande satisfaction que vous ayez eue en tant qu’entrepreneur ?

A chaque dossier financé, nous avons deux grands moments, dont nous ne sommes pas encore lassés : le démarrage du chantier, puis le remboursement des investisseurs. Ce qui est frustrant c’est de ne pas pouvoir suivre plus de dossiers, au delà de la sélection sur les critères de qualité et de sécurité de chacun des dossiers, nous devons aussi faire des choix par manque d’investisseurs.

Si vous pouviez choisir de travailler n’importe où avec votre équipe, où-partiriez vous ?

A titre personnel ce serait dans l’endroit le plus beau du monde, en Corse, dans une bergerie longeant le Fango, mais nous adorons également Paris, Lyon … parcourant l’ensemble des régions à la rencontre des entrepreneurs il y a beaucoup d’endroits géniaux.

Happy Friday !

Obtenez un devis d'assurance de prêt immobilier
en moins de 30 secondes - un contrat accepté par votre banque - sans email ni téléphone

Votre devis