Fintechs : quel avenir pour les banques ?

Le 14/02/2016

La FinTech est un secteur d’activité basé sur l’utilisation du digital pour disrupter les services financiers. Les sociétés de technologie financière sont généralement des startups qui proposent des services plus avantageux pour les utilisateurs dans le secteur du financement participatif, du paiement mobile, de la banque en ligne ou encore de l’assurance (insurtech). Alors qu’ils ne sont qu’à la ligne de départ, ils ont réussi à imposer leurs noms. Avec les stratégies de démocratisation des Fintech, quel avenir pour les banques traditionnelles ?  

Fintech

La révolution FinTech

Définie comme étant un regroupement des entreprises utilisant des modèles opérationnels, technologiques ou économiques innovants et visant à traiter des problématiques existantes ou émergentes de l’industrie des services financiers, la FinTech veut moderniser le secteur de la finance est en constante évolution. 100 % digitales, ces start-ups ont pour objectif de démocratiser la pratique du conseil haut de gamme.

Certaines des 12 000 startups de la FinTech vendent leurs solutions aux banques, tandis que d’autres attaquent les services bancaires traditionnels comme par exemple les échanges de devises (WeSwap). Elles offrent leurs solutions directement aux clients sur Internet, avec des offres innovantes et à forte valeur ajoutée. Elles comprennent des sociétés qui offrent des services de crédit ou de prêt entre particuliers, des services de paiement, des services de gestion financière ciblant les clients particuliers et les PME, ainsi que des comparateurs d’assurances. La vraie force de ces structures est d’être en mesure d’utiliser des technologies innovantes en open source qui permettent de faire gagner beaucoup de temps en développement. Elles bénéficient aussi d’une régulation de plus en plus forte qui vient engluer les grandes banques de lourds process pour les prises de décision.

La fin des banques traditionnelles ?

Si aujourd’hui, les parts de marché des Fintech restent marginales par rapport aux plus grandes banques de la planète, c’est la forte croissance de ces sociétés et la diversité des métiers touchés qui les distinguent. Les Fintech ont appris à exploiter les faiblesses des banques en offrant des services améliorés et des interfaces fluides. Elles creusent leurs sillons, là où la banque traditionnelle reste réticente. Au lieu d’imiter les banques, elles créent des nouveaux usages (Linxo et Bankin pour la gestion de son budget, Réassurez-moi pour le choix de l’assurance emprunteur) ou des nouveaux communautés (le Pot Commun ou Leetchi). Ces jeunes pousses utilisent la puissance du Web pour offrir des services financiers à valeur ajoutée et à moindre coût.

En conséquence, les clients pourraient potentiellement se passer des banques. Face à de tels concurrents, les stratégies de conquête et de fidélisation de la clientèle sont en train d’évoluer mais aussi la mise en place de partenariats avec ces jeunes pousses sans les étouffer. On a pu voir dernièrement des incubateurs émerger de BNP Paribas, Barclays ou encore des rachats comme Suravenir avec Leetchi. En effet, les banques bénéficient d’un portefeuille de centaines de milliers de clients par pays et n’ont pas dit leur dernier mot sur le digital. Dans cette optique, il semblerait que les grands gagnants soient les projets intrapreneuriaux (comme Boursorama pour la SG ou Fortunéo avec le Crédit Mutuel) qui viennent s’inspirer des meilleurs pratiques digitales d’agilité tout en bénéficiant de la puissance de frappe de leur maison mère.

Obtenez un devis d'assurance de prêt immobilier
en moins de 30 secondes - un contrat accepté par votre banque - sans email ni téléphone

Votre devis