Faut-il accepter les modalités de mon banquier et changer après ?


Ou autrement dit, à quel moment décider d’opter pour un changement d’assurance et non pas de prendre une délégation dès le départ ?

Votre droit : déléguer votre assurance emprunteur

La loi Lagarde vous donne le droit de souscrire une assurance de prêt immobilier ailleurs que dans votre banque, et ce depuis 2010. C’est une pratique qui se répand de plus en plus, et les banquiers ont l’habitude de ce genre de demandes, car ce sont aujourd’hui près de 20% des français qui optent pour la délégation d’assurance.

Néanmoins il arrive, selon les banques et selon les interlocuteurs, de ressentir une véritable résistance de la part des organismes de crédit. Cela a beau être totalement illégal, cette situation est vécue quotidiennement par nos clients, que nous conseillons notamment à ce sujet, afin que la demande de délégation se fasse le plus facilement et le plus sereinement possible.

La réalité : une pression pour refuser la délégation

Ainsi, si votre banquier menace de modifier les conditions de votre prêt, (et ce par oral car s’il le fait par écrit vous aurez la preuve de son chantage), nous pouvons si vous le souhaitez prendre le relais afin de lui prouver l’équivalence des garanties du contrat proposé. Il sera peut-être nécessaire d’insister un peu, mais comme nos contrats sont acceptés par les banques, nous arrivons souvent à leur donner raison.

Une nouvelle solution grâce à la loi Hamon

Si votre banquier s’obstine dans son refus, vous pouvez en effet cesser de vous fatiguer et accepter ses conditions. Grâce à la loi Hamon, entrée en vigueur le 26 juillet dernier, il vous sera possible de changer d’assurance de prêt immobilier dans les douze mois qui suivent la signature de votre offre de prêt. A ce moment là, la banque ne pourra absolument pas modifier les conditions de votre prêt, et ne pourra vous facturer aucun frais. Enfin, elle sera obligée d’accepter un contrat aux garanties équivalentes au risque d’encourir une amende administrative de 3000 €.

N’hésitez pas à nous contacter, nous sommes là pour vous soutenir et vous aider à savoir à quel moment il vaut mieux savoir accepter l’offre de la banque…pour mieux changer ensuite !