Assurance prêt immobilier et maladies cardiaques


Les problèmes cardiaques ou cardiopathies sont considérés par la majorité des assureurs de prêt immobilier comme un risque aggravé. Cela peut amener les compagnies à demander une surprime ou à pratiquer des exclusions dans les garanties.

Il est important de faire jouer la concurrence car les grilles de tarification peuvent être très différentes d’une assurance à l’autre. Par expérience, les contrats des banques ne sont pas les plus compétitifs financièrement parlant, ni ceux qui acceptent le plus facilement les risques médicaux : c’est pourquoi choisir un assureur externe est la solution la plus commune pour les emprunteurs ayant un problème de santé.
Sachez aussi que si vous avez déjà une assurance de prêt et que vous avez signé votre offre de prêt il y a moins d’un an, vous pouvez bénéficier de la loi Hamon et changer à tout moment et sans frais la première année. Si le délai est passé, vous pouvez aussi (à partir du 1er janvier 2018) résilier à date d’anniversaire votre assurance emprunteur.

Il est donc très souvent judicieux de mettre en place une délégation d’assurance (grâce aux lois Lagarde & Hamon) afin de faire de substantielles économies.

Pour avoir des conseils généraux, vous pouvez consulter notre page dédiée Assurance de prêt immobilier et maladies.

Vous trouverez ci-dessous des conseils spécifiques pour une assurance prêt immobilier avec des problèmes de coeur afin de vous aider à préparer au mieux votre dossier et mieux expliquer votre situation. Si vous avez eu une opération pour un implanter un pacemaker, défibrillateur, une opération de pontage coronarien pour un stent ou encore une greffe, c’est page est pour vous.

Nos fiches des maladies du cœur et des vaisseaux sont là pour vous aider :

Cardiopathie coronarienne  ou cardiopathie ischémique :

Pathologie du myocarde :

Cardiopathie valvulaire ou valvulopathie :

Maladies du péricarde :

Cardiopathie rythmique ou troubles du rythme :

  • L’hypertension artérielle
  • Troubles du rythme :
    • troubles du rythme supra ventriculaire, extra-systole..
    • arythmie cardiaque par fibrillation auriculaire (ACFA)
    • maladie de Bouveret
    • bloc auriculo-ventriculaire (BAV) 1er degré, 2ème degré
    • bloc de branche droite (BBD), gauche (BBG)
    • syndrome de Wolf Parkinson White (WPW)

Cardiopathie congénitale :

Pathologie des vaisseaux :

Quels seront les éléments médicaux à fournir au médecin conseil ?

Vous avez eu une maladie cardiaque il y a quelques années, et depuis cette date vous voyez un cardiologue tous les 6 mois ou tous les ans, votre médecin traitant renouvelle votre traitement tous les trois ou quatre mois, vous vous demandez quels documents il faut fournir au médecin conseil pour qu’il puisse étudier votre dossier et prendre une décision le plus rapidement possible.
Le médecin conseil voudra connaître le type de maladie que vous avez eue, s’agit-il :

– d’une hypertension artérielle (HTA) traitée par mono, bi, tri ou quadrithérapie ?

– d’une maladie des coronaires, angor ou angine de poitrine, d’un infarctus du myocarde ?

– d’un trouble du rythme qui a été passager ou qui est chronique (Arythmie Cardiaque par Fibrillation Auriculaire ou ACFA nécessitant la prise constante d’un anticoagulant ), d’un bloc auriculo-ventriculaire du premier ou deuxième degré.

– d’une valvulopathie ( insuffisance ou rétrécissement aortique ou mitrale). Dans ce cas, êtes-vous sous surveillance ou avez-vous été opéré ?

– d’une myocardiopathie hypertrophique obstructive ou dilatée.

– d’une artérite des membres inférieurs ?

– d’une pathologie des veines (phlébites) ?

Il faudra fournir les derniers compte-rendus du cardiologue, les examens complémentaires qu’il vous a fait passer ( ECG, holter tensionnel ou rythmique, écho-doppler cardiaque, IRM, scanner) et le traitement que vous prenez quotidiennement. Si vous avez un defibrillateur implantable, il voudra aussi en savoir plus.

Trouver une assurance de prêt adaptée à ces pathologies
Questionnaire médical 100% en ligne – Assureurs spécialisés – Forte réactivité

Comment assurer son prêt avec un risque médical ?