Assurance de prêt immobilier et cancer de la prostate


Le cancer de la prostate est considéré par les assureurs de crédit immobilier comme un risque aggravé. Cela peut amener les compagnies à demander une surprime ou à pratiquer des exclusions dans les garanties. Si vous êtes soigné pour une prostatite, tout dépendra de vos résultats mais ces conseils pourront aussi vous être utiles.

Il est important de faire jouer la concurrence car les grilles de tarification peuvent être très différentes d’une assurance à l’autre. Par expérience, les contrats des banques ne sont pas les plus compétitifs financièrement parlant, ni ceux qui acceptent le plus facilement les risques médicaux : c’est pourquoi choisir un assureur externe est la solution la plus commune pour les emprunteurs ayant un problème de santé.
Sachez aussi que si vous avez déjà une assurance de prêt et que vous avez signé votre offre de prêt il y a moins d’un an, vous pouvez bénéficier de la loi Hamon et changer à tout moment et sans frais la première année. Si le délai est passé, vous pouvez aussi (à partir du 1er janvier 2018) résilier à date d’anniversaire votre assurance emprunteur.

Pour avoir des conseils généraux, vous pouvez consulter notre page dédiée Assurance de prêt immobilier et problème de santé et notre page sur l’assurance prêt immobilier avec un cancer.

Déclarer un cancer de la prostate dans un questionnaire de santé


Il y a quelques années, vous avez été soigné pour un cancer de la prostate, un adénocarcinome probablement, confirmé par la biopsie, et vous allez le noter sur le questionnaire de santé. Vous devinez bien que le médecin conseil va avoir besoin de précisions : donnez-les lui sans attendre qu’il vous les demande, vous gagnerez du temps !

Si vous n’avez pas été opéré, vous indiquerez le traitement suivi : hormonothérapie, radiothérapie, chimiothérapie, curiethérapie, ou une technique récente, cryothérapie, ultra-sons… Vous donnerez aussi vos bilans de surveillance (scanner, IRM, scintigraphie osseuse, compte-rendu de la biopsie) avec les compte-rendus de l’urologue ou du cancérologue. Transmettez aussi les deux ou trois derniers résultats de dosage des PSA pour voir si le taux ne varie pas.

Le médecin conseil attendra la fin du traitement, souvent suivie d’une période de latence, avant de prendre sa décision.

Si vous avez eu une prostatectomie totale (ablation de la prostate), il faudra fournir le compte-rendu histologique qui permet de déterminer le stade, de T1 à T4, de votre cancer : localisé uniquement à la prostate, ou ayant dépassé la capsule et atteint les vésicules séminales, les ganglions…

Pour juger de l’agressivité de ce cancer, les médecins utilisent en plus le score de Gleason : un  score de Gleason autour de 6 est une forme pas trop sévère (cellules très différenciées), un score supérieur à 8 est plus sérieux (cellules cancéreuses indifférenciées, donc plus agressives).

Vous devrez aussi fournir les derniers bilans effectués : scanner abdomino-pelvien, dosage des PSA…

  • S’il s’agit d’un stade T1 avec découverte uniquement à la biopsie, ou un T2a (atteinte d’un seul lobe) avec un Gleason autour de 6, après deux ans de période probatoire, vous aurez un RA (risque aggravé) sur la garantie décès autour de 100 à 150 %, avec refus des garanties IT et PTIA.
  • S’il s’agit d’un stade T2b (envahissement des deux lobes), la période de latence sera au minimum de trois ans avant que votre dossier puisse être étudié et accepté. Le médecin conseil voudra être certain que vous n’avez pas de localisation secondaire et demandera les bilans d’extension (surtout la scintigraphie osseuse) et le dosage des PSA pour s’assurer que la maladie est bien stabilisée. Si les résultats sont satisfaisants, le RA sur la garantie décès se situera autour de 150 %, mais les garanties IT et PTIA vous seront refusées.
  • S’il s’agit d’un stade T3, c’est-à-dire que la tumeur s’est étendue au-delà de la capsule, la période de latence sera de trois à cinq ans. Là aussi, il vous faudra fournir le dosage des PSA et le dernier bilan d’extension pour affirmer qu’il n’y a pas de localisation secondaire. Si les résultats sont bons, le RA sur la garantie décès se situera autour de 200 %. Les garanties IT et PTIA ne vous seront pas accordées.
  • S’il s’agit d’un stade T4, votre dossier risque fort d’être refusé.

 

Trouver une assurance de prêt adaptée à cette pathologie
Questionnaire médical 100% en ligne – Assureurs spécialisés – Forte réactivité

Comment assurer son prêt avec ce risque médical ?