L’assurance moto

L’assurance moto est une assurance obligatoire dès lors que vous utilisez un véhicule à deux roues de manière régulière ou occasionnelle. Cette assurance protège dans un premier temps les dommages causés à autrui mais également les dommages matériels causé à votre deux roues. Les contrats d’assurance moto incluent différentes options facultatives, celle-ci vous permettent d’être mieux couvert en cas de sinistre lié à votre moto suite à un vol, une catastrophe naturelle ou un accident. Voici le guide d’assurance moto de Réassurez-moi pour vous aider à trouver toutes les informations nécessaires avec une étude comparative de tous les contrats du marché :

Les assureurs

assureurs moto

Retrouvez l’ensemble des assureurs qui offrent un contrat d’assurance moto :

Allianz
MAIF
April
MAAF

Voir tous les assureurs

L’assurance moto en bref

assurance moto

 

Dès l’achat de votre deux-roues de plus de 50 cm3, une démarche s’impose : souscrire une assurance de responsabilité civile. Elle représente la garantie minimum obligatoire qui sert à indemniser les victimes des accidents dont un motocycliste se rend responsable. Ainsi, l’assureur remboursera tous les dommages causés aux autres, aussi bien les personnes qui se ne se trouvaient pas sur le deux-roues lors de l’accident (les piétons) que celles transportées » insiste Thierry Sanchez de la Mutuelle des motards. En revanche, cette assurance ne joue ni pour les préjudices corporels subis par le conducteur responsable, ni pour les dégâts matériels de son véhicule. Si vous vous trouvez dans une telle situation, vous en serez donc forcément de votre poche… Ce qui, en pratique, peut vous coûter très cher car si vous êtes blessé, tous les frais resteront à votre charge et ni vous ni votre famille ne percevrez la moindre indemnité en cas d’invalidité, voire de décès.

C’est pourquoi il est important de souscrire, en plus de l’assurance de responsabilité civile, une protection corporelle conducteur qui prendra en charge les dommages corporels que vous pourriez subir en cas d’accident dont vous seriez responsable. En effet, bien que facultative, « une telle garantie est indispensable car le conducteur d’un scooter ou d’une moto ne possède pas d’autre carrosserie que ses vêtements. Il doit donc absolument se renseigner auprès de son assureur qui peut déjà l’avoir inclus dans sa garantie de base. Dans tous les cas, il est également essentiel de vérifier le taux d’invalidité en-dessous duquel l’assuré ne sera pas indemnisé » rappelle un expert de la Macif.

D’autres extensions de garanties, bien qu’elles aussi facultatives, peuvent un jour ou l’autre vous être fort utiles. La première concerne les dommages subis par votre deux-roues, c’est la « dommages collision ». Elle joue en cas d’accident avec un tiers identifié (véhicule, animal, piéton), responsable ou non, sous réserve du montant de la franchise en cas d’accident responsable.

Une deuxième extension est dite « dommages tous accidents ». Elle est censée intervenir dans tous les cas de figure, que ce soit une simple chute ou un accident avec un tiers identifié ou non (animal, fuite du responsable). Elle est loin d’être superflue quand on sait qu’en deux-roues, les accidents les plus fréquents sont ceux où le scooter ou la moto chute seul (dérapage sur une bande blanche ou sur une chaussée mouillée, manoeuvre d’évitement mal maîtrisée…).

Il peut aussi être recommandé de souscrire une « garantie vol/incendie », surtout si votre deux-roues est flambant neuf ou très « mode » (nombreux équipements, version sport, carénage). Toutefois, pour qu’elle puisse jouer, votre assureur vous demandera généralement d’utiliser cumulativement un antivol homologué, de garer votre moto ou scooter dans un parking fermé et le gravage antivol des pièces du moteur. Certains assureurs peuvent également exiger, en plus, une alarme électronique.

Sachez toutefois qu’à la Macif, en cas de perte totale (véhicule volé non retrouvé ou économiquement irréparable), vous bénéficierez d’une indemnisation au minimum de 382 e (pour les deux-roues de 80 à 450 cm3) ou de 763 e (pour les deux-roues de plus de 450 cm3).

Quant à la garantie « Équipements », elle vous permet de vous faire rembourser, en cas d’accident, l’ensemble de vos vêtements (gants, blousons, pantalon et bottes), à condition que ce soit des équipements spécifiques de motard. Conservez donc systématiquement leurs factures d’achat pour pouvoir, le cas échéant, fournir la preuve de leur valeur.

L’« assistance » vous permettra, quant à elle, d’être dépanné et remorqué en cas de panne ou d’accident. Vous et votre véhicule seront amenés chez le concessionnaire le plus proche ou tout autre lieu de votre choix. Pour une panne, certaines assistances imposent un minimum de kilomètres (généralement 50 km) avant de pouvoir intervenir, d’autres interviennent au bas de chez vous, même pour une simple crevaison.

Une option «intempérie » est parfois proposée : elle tient compte de l’utilisation saisonnière de la moto ou du scooter. La période de non-utilisation, généralement comprise entre trois et six mois, est déterminée au moment de la souscription. Prenez toutefois le temps de vérifier que durant cette période les garanties vol et responsabilité civile restent acquises. En effet, même garé à l’abri, une moto ou un scooter peut prendre feu ou tomber et provoquer des dégâts. Enfin, si vous comptez prêter votre deux-roues à un proche, pensez à en informer votre assureur. Certaines compagnies n’autorisent que le conjoint de l’assuré à piloter le deux-roues.

Côté tarif, naturellement, plus les garanties sont étendues, plus l’assurance coûte cher. Les prix varient aussi en fonction, notamment, de votre âge, de votre sexe, de la puissance de la machine, de la région dans laquelle vous habitez et du nombre d’années de permis. Sachez toutefois que si vous bénéficiez déjà d’un bonus important pour votre voiture, ce même assureur pourra en tenir compte pour déterminer le montant de la prime que vous devrez payer pour votre deux-roues. Bref, avant de vous décider, faites établir plusieurs devis afin de faire jouer la concurrence, les prix pouvant varier considérablement d’une compagnie à une autre. Puis, avant de souscrire, prenez le temps de lire le contrat afin d’en comprendre toutes les subtilités, limitations et autres exclusions.

Vérifiez que les principaux accessoires et équipements sont couverts. Par exemple, la Mutuelle des Motards estime que le casque fait partie de la « carrosserie » du motard. Il est donc systématiquement remboursé s’il est endommagé à la suite d’un accident de la circulation, à sa valeur à neuf sur présentation de sa facture d’achat (et à concurrence de 110 e sans facture d’achat). Ce qui n’est pas systématique dans toutes les compagnies d’assurance.

Une fois bien assuré, il ne vous restera plus qu’à apposer votre certificat d’assurance sur votre deux-roues de manière à ce qu’il soit bien visible par les forces de l’ordre.

 

Avez-vous trouvé cette page intéressante ?
( Total : 2 Moyenne : 5 / 5 )